Archive for janvier 2010

Le bon tweed pour les highlands

25 janvier 2010

Concentrons nous ce soir sur ce vêtement, ou plutôt cette étoffe si chère aux gentlemen, qu’ils soient farmers ou urbains, le tweed!

Si l’on en croit la légende, le mot tweed proviendrait du mot tweel en scots, signifiant tissage ou tissus, et non de la rivière du même nom que les premiers marchands ont confondu à cause du fort accent des écossais. Cette matière encore très artisanale est obtenue à partir d’une laine vierge cardée, qui possède encore tous les suints, c’est-à-dire les apprêts naturels graisseux qui confèrent aux poils des qualités d’étanchéités thermique et aquatique. Cette matière simplement travaillée, est encore de temps à autres nettoyée à même les ruisseaux et teintée à l’aide de mousses et autres herbes de la lande donnant des tons naturels (verts, marrons, orangés etc…) et mats.

Tissé artisanalement dans des crofts (fermes) dans les hébrides, il sort sur des métiers à tisser en (environ) 70cm de large, ce qui oblige à en utiliser deux fois plus et peut alors avoir l’origine géographique controlée d’Harris tweed, provenant des îles Lewis ou Harris. Mais il existe une infinie variété de tweed, dont le très célèbre Donegal irlandais, connu pour son poids moyen et son effet de chiné gris, avec des pointes de couleurs. Nous noterons également l’existence du reconnu saxony tweed dont la laine provient des moutons de saxe (à l’origine).

Le tweed reste pour autant un tissus choquant pour les non-initiés à cause de son touché très rêche et de son poids souvent jugé excessif. Au premier abord, vous pourrez avoir l’impression d’un matière en spontex alourdi… Mais bien sûr, c’est nécessaire pour aller chasser, lors de parties où l’attente et la patience le disputent souvent au froid cinglant, ou encore dans des relais ne possédant qu’un chauffage succinct. Ou même lors des derniers grands froids en France, quel plaisir que de sortir son complet en tweed, qui vous procure une réelle impression de chaleur!

Le code vestimentaire autorise le tweed à la campagne et rarement en ville, bien qu’il ait fait dernièrement une apparition comme tenue de week end. Il est en revanche la marque des étudiants et professeurs et rappelons nous du cousin de Charles Ryder dans Brideshead lui conseillant le bon tweed plutôt que le costume urbain pour Oxford.

Traditionnellement, le complet en tweed comprend un veston à trois boutons (voire quatre) avec une fente dans le dos. Le cran du col n’est pas placé trop haut pour permettre de le rabattre comme un col officier en cas de vent. Une patte peut permettre éventuellement de fermer la veste autour du cou ce qui redonne à la boutonnière de revers son usage. Le gilet quant à lui possède cinq à six boutons, dont une boutonnière verticale pour la chaine de la montre, ainsi que quatre poches (du type poche poitrine ou à rabats). Il arbore également souvent des revers, à l’instar de la veste. Le pantalon est pour sa part assez serré, et non doublé au royaume uni (ce qui gratte…). Les boutons sont en cornes et non en cuir, ces derniers étant l’apanage des tailleurs américains cherchant la ‘différence’. Les tissus habituels pour la chasse sont à carreaux (pour ne pas être confondu avec la végétation) et ceux plus urbains unis.

Deux bonnes maisons proposent à Londres des complets de tweed et se nomment Bookster et Cordings. Notons également les italiens de chez Beretta dont les vestes de tweed doublées de gore-tex sont d’un grand secours sous le crachin!

Tailleurs versus stylistes

18 janvier 2010

Lorsque nous feuilletons d’anciens numéros de magazines d’élégance masculine, nous pouvons être surpris par les pleines pages consacrées aux nouvelles modes des tailleurs, dessinées pour les nouvelles saisons. Ces dessins présentaient à la fois des coupes et des nouveaux tissus, en accord avec les drapiers qui renouvelaient aussi leurs étoffes. Il était ainsi possible d’admirer la nouvelle coupe estivale croisée échancrée de chez Creed ou encore la nouvelle sélection de tissus Dormeuil exclusivement pour Larsen. Les tailleurs occupaient la scène de la communication et surtout de la création, renouvelant les coupes et dreperies, bref faisant le spectacle.

Depuis 1960 à peu près, le monde textile à vu l’apparition de ces super-créateurs que sont les stylistes. Ce nouveau métier a pu voir le jour grâce à la mécanisation des moyens de productions en prêt-à-porté, développés à l’origine par l’américain Brooks Brothers pour satisfaire, évidemment, un marché en pleine croissance et surtout en pleine démocratisation.

Mes ainés ont donc assisté complaisamment à la perte de métiers ouvriers spécialisés remplacés par les stylistes. Mais évidemment, l’indice de développement des pays s’exprime au travers de la mise en avant de métiers à plus fort rendements, ceux de la créations, de la communications, bref de l’intelligence.

Mise en scène Ralph Lauren

Les tailleurs se sont fait damé le pion par les grands groupes, dont nous pouvons saluer la création, surtout lorsqu’ils sont français, je veux penser à Breuer par exemple, ou à Façonnable qui a su se hisser aux plus hauts. Ces grands groupes maîtrisent un extraordinaire système technico-industriel, pouvant gérer de A à Z la chaine de confection, de la création à la vente, domaine qui peut-être génère le plus de revenu. Les stylistes ont le beau-rôle, je les envie d’un sens: combien de temps s’écoule-t-il entre le dessin et la création du vêtement, du prototype? Je fais pas parti de ces personnes qui voient une régression de l’intelligence dans la perte des métiers anciens, fussent-ils d’arts. Car la maîtrise technique qui s’est forgée, grâce à l’ingénierie au fil des ans, est fascinante. Avez-vous vu la machine à boutonnières sur la vidéo que j’avais présenté ici? N’est-ce pas incroyable! Pour autant, prendre le temps de broder une boutonnière à la main est un vrai plaisir! Ne soyons pas nostalgiques.

Pour autant, il est triste de voir les tailleurs déserter le terrain de la communication et même de la création. Certes, l’élégance nécessite discrétion et dignité, au service d’un art du temps et de la patience. Lorsque Ralph Lauren communique allègrement sur un imaginaire perdu, magnifiquement mis en scène, tout de même, nous ne voyons pas Camps de Lucca faire mine de nouveauté. Les tailleurs alors se confinent à une niches, peu évidente, car nécessitant de maitriser toute la chaine, de la coupe à la confection. Et je suis triste de constater que des tailleurs que je côtoie quotidiennement ne cherche pas à s’interroger sur leur coupe, qui finit par dater. Je vois des cols dont les anglaises sont trop basses (à la manière des années 80) ou des coupes sans lignes… Cela ne fait pas plaisir à voir. Encore plus lorsque nous constatons que ces vénérables artisans ne s’intéressent nullement à ce qu’ils voient dans la rue, sur les affiches…

Mise en scène Cifonelli 1

Sur les blogs et sites biens informés, nous nous évertuons à prétendre que l’homme: c’est l’invariant, l’immuable. C’est à la fois vrai, à la fois faux… Et les tailleurs, suivant leur génération, sont ancrés dans des modes passées. Ceci dit, Thierry Le Luron portait en 1980 des costumes qui n’auraient pas à pâlir devant des plus belles coupes actuelles.

Nous disons également assez souvent que le tailleur n’est pas styliste et qu’il n’a pas à décider à la place de son client, qu’il est son fidèle exécutant. Cela supose de connaitre, pour le client, des visuels actuels et de les imposer, ce qui n’est pas une tâche facile (mais peut-être plus facile que de donner du goût à son tailleur… pour certains). Pour autant, il existe deux exemples qui font mentir se prétexte sur la place parisienne: Djay et Cifonelli. Si le premier peut être taxé de beau parleur et de mauvais coupeur (ça dépend des goûts), il n’en demeure pas moins reconnu, parceque précisément, il a communiqué. Idem pour Cifonelli dont le récent coup d’éclat restera marquant de l’année 2009, avec la présentation de ces vestes ‘sport’ qui lui ont permis de renouveler une clientelle vieillissante. Que ce soit dans Monsieur ou sur Parisian Gentleman, nombreux sont les commentateurs avisés qui ont trouvé un intérêt dans ces modèles (même si l’on peut soulever que les modèles les plus réussis (Cortina et Travel) sont outrageusement copiés chez Arnys, mais passons). Et je salue cette démarche qui relance l’attention portée au bel ouvrage, celui qui est durable et dont l’esthétique correspond à l’époque, sans être trop ‘mode’. Bravo donc à cette maison pour ce rigoureux travail, bien médiatisé et qui fait découvrir un métier fossilisé que beaucoup n’imaginaient plus exister.

Mise en scène Cifonelli 2

Si les tailleurs pouvaient ouvrir les yeux sur le style, et les stylistes sur un art dont ils ignorent tout (ce qui est en l’occurrence un naufrage de l’intelligence où fond et forme sont séparés), ce serait un pas immense, car aucune création, aucune innovation ne peut naître sans débats, sans échanges, sans compréhension.

Du côté du board: le stroller

11 janvier 2010

S’il est une tenue aussi formelle qu’inusitée, c’est bien du stroller qu’il s’agit. Ce complément du smoking se porte le jour uniquement, et se distingue ardemment du complet de ville. Totalement tombé en disgrâce, cet ensemble n’en demeure pas moins intéressant, complétant  admirablement le vestiaire de gentlemen, pour toutes les occasions où vous souhaiterez remiser votre costume, pour un vernissage ou même le mariage d’un ami.

Il se constitue d’un veston droit à un bouton (certaines fois deux ou trois) sombre voire noir, d’un gilet, droit ou plutôt croisé en gris clair (ou coordonné sur le veston), et surtout d’un pantalon à rayures, du même type que celui que l’on porte avec la jaquette. Il partage d’ailleurs ces codes avec le morning coat, à la différence que l’habit à basques longues est remplacé par une veste courte.

Ce vêtement a eu une histoire courte, notamment chez nos amis grands bretons où il est appelé Black Lounge, ne trompant pas sur sa couleur. Les américains qui le nomment stroller ont véritablement fait perdurer son usage, comme les japonnais pour qui le director’s suit représente l’élégance suprême des membres de conseils d’administration. Quant à nos amis germaniques, l’ancien chancellier Gustav Stresemann a donné son nom à cette version plus pratique du morning coat.

L’association du veston droit avec le pantalon formel à rayures constitue le stroller. Son usage diurne comme tenue semi-formelle a pris le pas de nos jours sur son ancien usage par les majordomes et autres employés de direction. Interressant pour changer du costume, n’est-il pas?

Début à Venise…

6 janvier 2010

La reprise, quelle période difficile finalement, après tant d’agapes et voilà en plus que les soldes commencent, de quoi déborder tout bon gentleman! L’article de ce soir me permet de revenir sur le billet du Chouan consacré au blazer, notamment au modèle croisé 6×8, celui la même que portait le prince Charles.

Cela m’a rappelé le costume que portait le jeune et beau Tadzio dans Mort à Venise, cet incroyable film, autant que bizarre, de Visconti adapté du roman éponyme de Thomas Mann. L’action se déroule à la belle époque, en 1911, et illustre les affres sentimentaux du compositeur Gustav von Aschenbach vis à vis d’un jeune aristocrate polonais, en villégiature au Grand Hôtel des Bains de Venise. Au cours des promenades dans la cité des doges, le charmant Tadzio arbore un de ces croisés, très montant, d’une rigidité presque militaire, mais très bien mis en valeur par une coupe irréprochable (cintrage modérée, cran aigu folded up) et des accessoires à la hauteur du personnage: grand ruban papillon et mouchoir de pochette incroyablement positionné!

Gustav von Aschenbach a pour sa part une garde robe d’été (ça nous réchauffe en cette saison) irréprochable, composée de quelques complets, qu’il combine admirablement, inversant d’un jour à l’autre la veste sur le pantalon/gilet. Finalement, encore une preuve de l’intêret des trois pièces: avec deux  et combinés, vous pouvez vous vêtir quatre jour de suite différemment. Rajoutez un blazer, et la semaine est assurée! Peu de quantité, grande qualité!

Bonne Année 2010

1 janvier 2010

Je souhaite que cette nouvelle année soit fructueuse pour tous, qu’elle vous apporte bonheur personnel et réussite professionnelle, et qu’elle vous prémunisse de la fameuse grippe, entre autres…

Pour ce qui est du blog, je tâcherai de maintenir comme dirait la reine, en prenant également un rythme d’un article par semaine… Je manque d’inspiration sinon ^^

Bonne journée!


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 352 followers