La saison des mariages, partie I

La plupart des mariages se déroulant de juin à septembre, la réalisation du costume du marié occupe l’hiver. C’est certes moins de temps que l’année prise par les jeunes femmes pour leurs robes, mais ces six mois sont bien nécessaires, la décision étant parfois longue à prendre. Je vais vous relater quelques cas, qui je l’espère vous aideront.

La majorité des jeunes mariés ne savent pas ce qu’ils veulent, c’est le point clef. Seulement, certains ont quelques idées plus abouties. Ensuite, il est possible de classer ces messieurs en trois types : 1- la catégorie avec des idées qui ne changeront pas ; 2- la catégorie au goût incertain que je finis par orienter sur un choix plus classique ; 3- la catégorie au goût classique (dont le mariage est souvent religieux avant d’être civil, sans que cette règle soit absolue (pour l’ordre et le sens) ) avec qui la discussion est rapide et un grand plaisir.

La catégorie 1 est rapide à évacuer. Par exemple un jeune homme est récemment venu me voir avec une idée : un costume brillant à boutonnières violettes ! Si si, je vous jure (bien que Marie-Thérèse le sache : il ne faut point jurer, merci Chatiliez). Au bout d’une heure et demie de conversation infructueuse, je lui ai dit de trouver un autre tailleur !

La catégorie 2 est plus intéressante. La présentation du projet par le client est quelque fois un long moment de solitude pour le tailleur, des paroles comme ‘costard’, ‘pas blanc mais ivoire comme la robe de ma fiancée’, ‘lavallière avec col cassé’, ‘pas un bleu du travail, mais pas un bleu électrique non plus’ pouvant être prononcées. Et je vous en épargne… Mais au milieu de tout cela, je décerne toujours quelques points positifs sur lesquels bâtir un costume plus classique, d’un goût plus sûr et intemporel. Car comme je le répète à jeunes gens :  si vous ne divorcez pas avant, vous garderez votre photo de mariage  pour des dizaines d’années. Alors attention, restez simple et de bon goût. Ne faîtes pas une tenue que vous trouveriez ridicule passé 40 ans ! Si vous n’avez jamais porté la lavallière, ne pensez pas être chic avec le jour J. Et si en plus vous ne portez jamais de costume, cela suffit déjà pour une première !

Cette semaine, étudions un cas, les semaines prochaines nous en verrons d’autres.

Premier cas, le costume bleu.

Ce projet n’est jamais évident, car après l’annonce de cette idée pourtant si limpide, une annonce est faite : il faut que le costume puisse être réutilisé au travail, mais que cela ne soit pas un bleu de travail, pas un bleu de costard quoi ! Je rigole toujours et montre alors des bleus spéciaux, qui évidemment effraient. Il n’y a pas trois bleu : ceux du travail, ceux du mariage et les importables (bleu Klein ou ultra-violet) ; il n’y en a que deux : les deux premiers étant les mêmes. Ce préambule évacué, nous retombons sur un bleu marine ou un bleu pétrole (à porter exclusivement avec souliers noirs, même si cela ennuie parfois les jeunes mariés, que je m’empresse de recadrer : c’est votre mariage, souliers noirs, sans discussion).

La question est souvent de savoir si le costume est deux ou trois pièces. Et s’il est trois pièces, dans quelle couleur et matière réaliser le gilet ? Le gilet doit-il être ton sur ton ou d’une autre couleur ? Ce n’est jamais une réponse facile. Si la cravate est bleue, il faudra faire attention à l’accord des trois bleu. Si la cravate est bleu d’un même ton que le costume, le gilet est alors facile à dépareiller. Si la cravate est d’une couleur autre, comme fushia, le gilet doit-il être fushia (mais forcément pas tout à fait le même), ou d’un autre bleu, couleur complémentaire de la cravate et du costume ? Le choix est hasardeux. Il y a bien le gilet blanc cassé, qui sur un costume marine foncé est très formel, mais rares sont les jeunes gens à se laisser tenter.

La matière du gilet dépareillé peut être sélectionnée dans la même liasse de tissus (par exemple un bleu air force associé à un bleu marine classique), ou dans une liasse différente (par exemple un lin bleuté associé à un bleu marine classique).

Voici deux exemples illustrés. D’une part le costume trois pièces dépareillé, et d’autre part le costume trois pièces uni. A vous de choisir.

ILLUS40Bonne semaine, Julien Scavini

37 Réponses to “La saison des mariages, partie I”

  1. isa Says:

    J’ai bien ri…des boutonnières violettes!!!

  2. loic Says:

    Oui, costume brillant à boutonnière violette…
    Je trouve les deux dessins très beau, mais je trouve le trois pièces uni peut-être plus business alors qu’avec le gilet dépareillé bleu ciel fait plus costume de mariage d’été. Enfin c’est personnel, mais si j’avais à choisir ce serait le dépareillé.

  3. byseverine Says:

    mais comment le marié peut demander à être assorti à la robe de sa future femme vu qu’il n’est pas censé la voir (la dite robe) avant le jour J les traditions se perdent moi je dis restons dans le classique bleu ou gris pour un costume et chemise blanche la seule petite fantaisie restant le gilet et la cravate et souliers noirs évidemment!!!

  4. Benoit Says:

    Moi, j’adore le trois pièces uni <3 , intemporel… la classe

  5. Pierre Says:

    Le mariage civil est TOUJOURS avant le religieux… Un prêtre qui outrepasserait cette règle risque jusqu’à six mois de prison ! – Et la loi devrait punir de la même manière toute personne se rendant à son mariage en costume brillant à boutonnière violette !

    • Julien Scavini Says:

      Ah c’est vrai ? Pourtant l’inverse se produit de temps à autres d’après ce que l’on me rapporte.

  6. patrick Says:

    Cher Julien, vous n’avez pas un métier facile. Merci pour ce billet plein d’humour ! Certains choisissent-ils une jaquette ?

    • Julien Scavini Says:

      Une fois pour le moment ! Mais la jaquette se loue plus facilement, car ce n’est vraiment pas un vêtement de tous les jours.

  7. gabrieldecalomnie Says:

    Bonjour, merci pour cette petite tranche de vie d’atelier ! A la décharge des amateurs de costumes brillants et boutons violets, les salons de mariage et autre boutiques spécialisées en prêt-à-porter de cérémonie nuisent beaucoup à l’éducation vestimentaire. Avez vous prévu de parler jacquette dans la partie 2 ? Bonne journée.

  8. gabrieldecalomnie Says:

    pardon pour la coquille dans "jaquette" ! :)

  9. Ben Says:

    Je me retrouve dans ces anecdotes, mais du coté "client" et j’espère faire partie de cette 3e catégorie. Mais je n’ai pas demandé de costume brillant donc ça me rassure :)
    J’ai hâte de voir le résultat de mon 3 pièces "bleu" !

  10. Marc Says:

    Loïc, l’impression "business" vient peut-être aussi de la cravate, bien moins festive que le nœud papillon je trouve.

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’un dépareillé en été est du plus bel effet, mais il ne se reporte pas aisément par la suite…

    Quid du gilet croisé (avec ou sans revers)?

  11. RoSaCe Says:

    Que ne vous ai-je connu à l’époque ou je me suis marié! Pour ma part, ce fut une jaquette et un pantalon gris à rayure de location, et un gilet croisé fait par un artisan mauricien avec un mélange laine cachemire (mariage d’hiver) acheté au marché Saint Pierre. Le tout avec un noeud papillon (hérésie volontaire, c’était le thème du mariage). Rendu moyennement satisfaisant, le gilet baillait pas mal, ce qui ne nous a heureusement pas empêché de passer une bonne soirée

  12. NicK Says:

    Pfff. C’est simple…
    Gauche : business.
    droite : mariage.

    J’adore le gilet à droite. Est-ce cela un bleu air force ? :D

  13. ivan Says:

    Belle lecture :)

  14. Le Chiffre Says:

    Franchement, rien ne vaut la jaquette, ou du moins le stroller…
    A moment exceptionnel, tenue exceptionnelle.
    L’idéal serait de pouvoir passer un smoking pour le soir, mais bon c’est assez utopique…

    • Christophe Says:

      Pourquoi serait-ce utopique ?
      C’est personnellement ce que j’ai fait. J’avais un costume bleu et des chaussures noires pour la cérémonie et l’apéritif qui eurent lieu dans l’après-midi ; puis je me suis éclipsé rapidement pour enfiler mon smoking et passer à table, en début de soirée.

      Et c’était très agréable de porter des vêtements "frais" après l’événement des consentements ! :)

    • wouarnud Says:

      Franchement, non, chers commentateurs. Je suis surpris que notre note ait laisse passer ça :-) Le smoking (sur ce blog on dit DJ ou black tie je crois) est bien pour l’opéra (a la rigueur), pour les diners prives, et pour jouer James Bond au casino. Never pour un mariage. Mettez un white tie si vous voulez vraiment être au diapason.

      • franck Says:

        il me semble bien que le prince William ait revêtu un smoking avec nœud papillon noir pour la partie soirée de son mariage ainsi que son père.
        les éléments mâles des Windsor ne sont ils par pourtant considérés par beaucoup d’élégants anglophiles comme des modèles absolus?

      • hugupic Says:

        Je dois malheureusement réagir pour signaler la disparition du smoking.
        En effet il n’est plus porté, ni à l’opéra (sauf pour les premières et encore), ni au casino et ce fait de plus en plus rare lors des dîners privés, on ne le voit plus que sur les tapis rouges où il est torturé dans des variantes troublantes, colorées ou associé à un revers cranté (notch lapel).
        Je demande donc une minute de silence en faveur du smoking et peut-être un hommage lors des soirées de mariages.

  15. IrohG Says:

    TL;DR : Décontractons-nous un peu et ne tombons pas dans le classisme.
    —————

    J’ai dû relire plusieurs fois "c’est votre mariage, souliers noirs, sans discussion" pour comprendre. Quand je lis "c’est votre mariage", je comprends "c’est VOTRE mariage" — i.e. "vous faites évidemment ce que vous voulez, mais je vous conseille des souliers noirs". Alors que notre hôte écrivait "c’est votre MARIAGE" — i.e. "en tenue réglementaire, et que ça saute, vous me ferez quatre jours".

    J’aime profondément mes costumes Henry Poole et je ne suis pas le dernier à changer de ville pour voir des tissus dans lesquels me faire faire des chemises qui s’y accordent. Mais je fais ça parce que ça m’amuse, pas parce que j’y suis obligé pour me conformer à mon environnement — d’ailleurs si c’était le cas, je devrais porter des costumes unis, à revers bien plus étroits que ce que j’aime, avec des chemises blanches et des cravates sans motifs. Ça aurait l’air d’une caricature de costume dessinée par un enfant de cinq ans. Mais je m’égare.

    J’ai un peu peur qu’à force de rappeler des règles (de coupe, d’accords, etc.), il n’y ait une tendance dans notre milieu à finir par croire que ces règles sont des prescriptions ou de slois, alors que ce ne seront jamais que des guides et des aides pour se repérer. J’en tiens pour preuve que les deux catégories de gens qui les violent sont soit "la catégorie de mauvais goût", comme dit notre hôte, soit la catégorie des sartorialistes particulièrement sûrs d’eux-mêmes, qui transcendent les règles en les brisant comme souvent les bons artistes.

    J’ai arrêté de lire "Le Chouan des Villes" parce qu’il passe moins de temps à dire "regardez, ceci est beau" que "regardez, tout le reste est moche". Si je consacre du temps (et un peu d’argent) à m’habiller, c’est pour mon amusement et mon épanouissement personnels ; et si deux choses m’en cassent le plaisir, c’est bien qu’on me mette constamment le nez dans des trucs que je ne veux pas particulièrement regarder, ou qu’on insinue que je ne fais ce que je fais que parce que j’y suis obligé — ce n’est pas le cas, je peux toujours sortir avec mes chaussures de randonnée et mon pantalon cargo. James Darwen est une bonne lecture parce qu’il mêle les conseils avec l’humour — avec l’HUMOUR, pas avec l’amertume, la morgue et le prescriptivisme. Rappel : la société anglaise que décrit Darwen est une oligarchie stratifiée dont les excentricités charmantes sont des marqueurs de classes et des symptômes de gros problèmes sociaux. Et ne me lancez pas sur les Chouans, ça me donne envie de relire Hugo.

    L’antidote à l’effet cumulativement pernicieux du rappel de règles, c’est de remettre ces règles dans un contexte plus vaste. La "catégorie de mauvais goût qui ne changera pas", elle veut simplement quelque chose que notre hôte n’aime pas et ne veut pas faire, et c’est leur droit absolu à tous les deux de se quitter bons amis, dans le respect de leurs choix respectifs — l’un de raffiner des vêtements dans le cadre de conventions classiques héritées des années 30 et 50, et l’autre de s’habiller en dehors de ces conventions. Parce qu’ils le font tous pour leur plaisir et épanouissement personnels.

    En ce qui me concerne, j’aime m’habiller (costume croisé Henry Poole, chemise à rayures, cravate à motifs cachemir et cover coat) pour sortir avec mes amis — un dandy, une gothique, une cyberpunk et le dernier qui porte des pantalons cargo et des chaussure à orteils séparés ; nous allors très bien ensemble. La joie ne vient pas de l’espoir d’humilier les ploucs ou de se démarquer du prolétariat, mais d’avoir mes amis. C’est LEUR mariage.

  16. hugupic Says:

    Je suis particulièrement troublé par le fait que tout le monde semble vouloir réutiliser son costume de mariage, aucune mariée n’envisagerai de réutiliser sa robe, alors pourquoi les hommes ne s’orientent-ils pas vers des jaquettes, c’est sensiblement plus marquant, c’est un Mariage tout de même. Les traditions se perdent, c’est malheureux.

    • D de R Says:

      Bien d’accord avec vous!

    • IrohG Says:

      Je connais des femmes qui réutilisent leurs robes de mariées, raccourcies, comme robes de cocktail. Ca marche très bien.

      Traditions? They are rum, sodomy and the lash.

      • hugupic Says:

        Oui, mais elle reste une minorité, contrairement au hommes, et elle retravaille la robe, elle ne l’utilise pas tel quel.

        Rum is delicious, i haven’t tried sodomy neither the lash so i can’t tell but it is still in use and a lot of people like it. ;-) So traditions seems great.

        En réalité il faut choisir ses traditions, et si la marine s’est séparée des précédentes elle continue de faire les cérémonies (tel que le mariage) en uniforme, avec sabre et tir d’artillerie, donc certaines traditions gardent de l’importance.

        Je dis que pas que l’on devrais forcer les gens a choisir des jaquettes, mais que cela devrait être la première proposition qu’on leur fait, enfin c’est un avis personnel, et lors de mon hypothétique futur mariage je compte être habillé très classiquement, j’envisage même le haut de forme.

        Désolé pour le pavé j’avais envie d’écrire.

  17. IrohG Says:

    @hugupic:
    – Marine: Euh… tu es sûr pour les coups de canon ? Le sabre et les gants blancs se portent lors de toutes les cérémonies un peu pompeuses ; rien d’étonnant à ce qu’on le sorte à son mariage s’il faut le traîner aux prises d’arme ou pour se présenter à ses supérieurs quand on prend son poste.
    – Jaquette: le haut-de-forme ne fait pas partie de la tenue ? Ça devrait être automatique, non ?

    Si tu veux mon avis, laisse tomber la jaquette et claque une redingote. L’utilisation est exactement la même, et je trouve la coupe bien plus flatteuse et moins datée.

    • hugupic Says:

      J’avouerais que les coups de canon n’ont lieu que dans certains pays. Et les gants, oui mais justement si on les porte à chaque événement c’est dû à la tradition, ce qui rend chaque cérémonie si impressionnante, si marquante, si esthétique, c’est les buts recherchés du mariage aussi, donc autant reproduire les moyens et maintenir la tradition.

      Effectivement le haut de forme fait partie de la Jaquette en tant qu’Habit, mais ça reste une pièce visuellement marquante.

      Quant à la redingote c’est beaucoup moins flatteur à mon goût, enfin ça reste mon opinion.

      On dispose de si peu d’occasion de s’habiller en grande pompe autant en profiter, ça fera toujours une photo à montrer aux enfants et aux petits-enfants.

  18. hugupic Says:

    Effectivement c’est à l’honneur de chacun de faire cet effort d’élégance, quitte a devoir se changer et enfiler une dinner jacket (ou un smoking) pour la réception du soir comme vous le suggériez au-dessus :

    "L’idéal serait de pouvoir passer un smoking pour le soir, mais bon c’est assez utopique…" ; ce n’est point utopique.

    Ou comme le suggère @wouarnud: "Mettez un white tie si vous voulez vraiment être au diapason." ; le white tie est une alternative complètement envisageable, mais cela risque de jurer fortement avec l’ensemble des invités malheureusement.

    Non seulement cela améliore l’esthétique du mariage en général et des photographies, mais vous accompagnez la mariée dans son effort d’apparence, vous soutenez une tradition et vous montrez a vos invités du respect.

    Et pourquoi les femmes serait-elle les seules à avoir l’occasion de briller lors du mariage.

    Le mouvement pour la jaquette aux mariages :-).

    • RoSaCe Says:

      Hello,
      je rebondis sur ce dernier commentaire. Si je suis tout à fait d’accord avec l’idée qu’il faille faire un effort lors d’un mariage, qu’une tenue soignée est un signe de respect pour ceux que l’on reçoit, et pour l’événement du jour, je tiens tout de même à faire un petit rappel: l’objectif des tenues white et black tie, n’est pas de briller, bien au contraire! on se part de noir pour mieux faire ressortir et mettre en valeur les toilettes de nos femmes!! C’est l’essence même des tenues du soir!
      La jaquette, elle, en tant que tenue du matin, laisse plus de place à la fantaisie (chemise, gilet, cravates, etc)
      Donc en résumé, s’il faut s’entendre, jaquette la journée et white tie le soir, ce que font finalement les militaires, qui portent la tenue tdf beige la journée et le spencer avec NP blanc le soir.

      • hugupic Says:

        Effectivement, je suis d’accord le terme briller peut sembler exagéré, lors de ces événements nous nous devons de ne jamais faire de l’ombre à nos compagnes colorées, je prône justement l’utilisation de couleur très peu vives (beige, gris, blanc cassé, noir).

        Maintenant cela ne doit pas empêcher de se démarquer de nos collègues masculins au point que si l’on choisit délibérément d’ignorer les femmes alors votre tenue se doit d’être remarquable.

        Le marié ne doit par contre céder en majesté qu’à la mariée, à mon avis. (Et l’égalité des sexes hein ;-) ).

        Les militaires le font effectivement très bien, bien que je ne connaisse pas les noms de leur tenus elle me semble tout de foi moins agréable que dans le civil que ce soit pour le confort ou pour l’œil. Mais ils savent maîtriser les traditions ça c’est sûr.

      • IrohG Says:

        @RoSaCe: Le noeud papillon n’est pas noir avec le spencer ?
        @Hugupic: un uniforme n’est pas plus inconfortable qu’autre chose. Après on peut porter le modèle par défaut, ou se faire faire un uniforme chez un tailleur. Après, l’apparence, c’est affaire de goût — je pense que les uniformes français s’accomoderaient bien d’un petit rafraîchissement, mais c’est personnel.

      • hugupic Says:

        Je ne savais pas que l’on pouvait se faire faire un modèle chez un tailleur, à vrai dire mon jugement, sur les uniformes, est biaisé, en ce moment je vis principalement en Suisse et on croise régulièrement des jeunes faisant leur service dans un uniforme en grosse laine, pas à leur taille donc ce n’est clairement pas esthétique et ça ne semble pas confortable.

        Je ne sais si les uniformes français aurait besoin d’un rafraîchissement, mais les suisses définitivement.

      • Le Chiffre Says:

        Le spencer n’est-il pas l’équivalent pour les militaires du smoking pour les civils ?
        Ou me trompé-je ?

    • Le Chiffre Says:

      @ hugupic :

      Je m’explique.
      J’ai dit utopique pour deux raisons.

      La première est tout simplement pécuniaire. Se faire faire deux tenues différentes pour son mariage (bon je pars du principe qu’elles sont sur mesure) n’est pas donné à tout le monde. Et même une seule tenue d’ailleurs. Et le fait de ne pouvoir que rarement les réutiliser, dans le cas d’une jaquette/stroller et d’un smoking, excepté pour d’autres mariages donc, ne fait qu’en rajouter.
      Après tout, c’est un investissement.

      La deuxième est une question vis-à-vis des invités (bien sûr, là aussi, cela dépend des invités, mais bon rares seront les mariages où 100% des hommes seront simplement (c’est pourtant le minimum je trouve…) en costume et cravate -même en costume seulement, j’en ai peur ! mais bon je suis peut-être trop pessimiste, je l’espère !).
      Il s’agit donc de faire preuve de tact et savoir à la fois se faire plaisir et penser aux invités. Ainsi je trouverais le décalage grotesque si le marié est en jaquette avec tous les accessoires traditionnels et si les invités sont, eux, « seulement » en costume ou blazer. L’invité comme le marié se sentirait peu à l’aise, je trouve. Aucun invité ne doit être mieux habillé que le marié, mais si le marié est en jaquette, haut de forme et gants alors que la moitié des invités n’ont pas de cravate… ça fait un peu désordre. Les invités se sentiront exclus, le marié trouvera lui que ses invités n’ont vraiment pas fait d’effort et le prendra mal. Bref, ambiance.

      Si, en plus, le marié met un smoking (j’exclus l’habit, les mariages en habit se faisaient souvent au début du XXe siècle, et le matin, même si c’est une tenue du soir, mais aujourd’hui c’est réservé à quelques monarchies et autres) , je trouve plus belle une salle de danse où toutes les femmes sont en robe du soir et les messieurs en smoking, plutôt qu’un seul couple, mais bon c’est personnel.

      Conclusion : invitons seulement nos vrais ami(e)s à notre mariage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 447 autres abonnés

%d bloggers like this: