Archives de la catégorie ‘Chroniques’

Le premier rendez-vous chez le tailleur

13 janvier 2014

Dans les mails professionnels que je reçois, beaucoup de jeunes me questionnent sur la procédure à suivre pour venir chez le tailleur. La réponse que je leur donne vaut pour une visite dans mon atelier mais aussi très certainement pour mes confrères.

Habituellement, si vous souhaitez faire un costume ou n’importe qu’elle autre pièce sur-mesure, il faut compter trois rendez-vous. Le premier est consacré à la discussion autour de projet : pour quel moment de la journée, pour l’hiver ou pour l’été, habillé ou décontracté etc. Ces propos liminaires permettent de cerner l’idée et d’aider aussi le client à se faire lui-même une idée plus précise de ce qu’il veut. Différents tissus sont proposés, différentes liasses posées devant lui au fur et à mesure. Faire un premier tri d’une dizaine de coupons est habituel.

Dans un second temps de ce premier rendez-vous, les tissus sont éliminés pour n’en garder que deux ou trois… Là est le plus difficile : choisir. Les liasses sont plutôt petites et il existe toujours une difficulté à prévoir le résultat, sauf pour le tailleur qui saura et vous guidera. Une chose est sûre, tous les tissus sont beaux ! Si vous cherchez une étoffe grise pour un costume de ville, il n’y aura pas d’erreur. Par contre si avec le même projet, vous vous arrêtez sur des princes de galles très voyants ou des rayures bariolées, le tailleur devra vous ré-aiguiller, ou seulement souligner ce fait.

Une fois le choix du tissu et du style (forme des poches, du revers ect.) effectué, la prise de mesure commence. D’abord sur la chemise à même le corps (poitrine, taille, bassin), puis un veston fini vous est passé ; c’est devenu assez commun, y compris en Grande Mesure chez Camps De Luca. Ce veston, au delà des simples mesures, permettra d’apprécier l’attitude du client (épaules hautes ou basses, omoplates saillantes, différence entre gauche et droite etc.). En demi-mesure, exigez un essayage sur veston fini. Car sans cela, la veste pourrait arriver avec des défauts non retouchables. Cela vous donne un bon aperçu du résultat final aussi.

A ce sujet, apportez toujours un de vos pantalons ou de vestons préférés. Même si la pièce a des défauts (que vous évoquerez et que le tailleur verra), cela permettra au professionnel de se faire une idée plus précise de la façon dont vous portez les choses et dont vous aimez les porter. Nous sommes à une époque charnière où jeunes et moins jeunes portent vestes et pantalons de manière radicalement différentes, et où certains jeunes veulent l’aisance des anciens quand des seniors veulent passer pour des jeunes… Le tailleur y perd son latin. Donc voir et apprécier les dimensions (notamment les longueurs de veste) est utile. Bien sûr il est toujours possible de se fier à l’œil du tailleur, mais il ne faudra pas râler si la veste est considérée comme trop longue… ou trop courte. Rassurez-vous, cela se joue à un ou deux centimètres.

En trois temps donc, le premier rendez-vous se déroule. Quelques semaines après, l’essayage a lieu. Celui-ci permet d’apprécier le résultat final, et de procéder à divers ajustements : cintrage, longueurs manches ou pantalon, aisance bassin etc. En Grande-Mesure, ce premier essayage est réalisé sur une veste à l’état primitif. Plusieurs semaines après, un essayage plus complet est réalisé.

ILLUS34

Enfin, dernière entrevue, la livraison. A ce moment là, le costume ou la veste est complètement terminé et une nouvelle pièce, neuve et encore un peu raide prend place dans votre penderie. Il faudra quelques ports pour apprécier complètement le tombé. Un petit temps est nécessaire pour la mise en place des épaulettes sur vous ou pour que la ceinture du pantalon se détende un peu.

Dernier conseil dont il faut avoir conscience : la première pièce réalisée chez un tailleur (que ce soit en demi-mesure ou en Grande-Mesure) n’est jamais à 100% parfaite. Du point de vue technique, quelques imperfections subsisteront tout naturellement, qui seront corrigées lors de prochaines commandes (léger aplomb des manches ou du dos par exemple). Du point de vue du client, certains détails auront échappés également (hauteur des poches ou dimension du revers par exemple). C’est inhérent à toute collaboration : le tailleur a son idée, le client aussi et ces idées ne s’expriment pas à 100% des deux côtés. Les personnes doivent apprendre à se connaître et à s’apprécier – et donc contourner – les défauts de caractères de chacun. Ainsi on bâtit une relation de confiance à long terme. Ce qu’un simple vendeur n’apporte évidemment pas.

Enfin, dernier petit conseil aux plus jeunes : lors de ‘votre première fois’, ne gâchez pas l’expérience en allant dans un supermarché de la mesure comme Gambler. Certes le produit y est bon, mais le service que diable ! Car un bon service et un moment agréable, c’est au moins aussi important que le produit ; tout du moins, cela laisse plus de satisfaction sur le long terme…

Bonne année ! & le look de l’année !

6 janvier 2014

Chers lecteurs et amis, permettez moi de vous présenter mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui débute !

Je vous souhaite santé, bonheur et prospérité, dans un ordre que je laisse à votre appréciation.

Voici pour bien débuter l’année un ‘petit’ travail que j’ai mené à bien durant les vacances. Dessin que l’on pourrait intituler ‘Hamptons chics‘.

voeux 2014

http://stiffcollar.files.wordpress.com/2009/12/separateur-texte.gif?w=153&h=12&h=12

Le Look de l’Année !

Durant mes vacances de fin d’année, je me suis promené dans les rues de Bayonne et de Cherbourg. La flânerie étant souvent la mère de l’observation, je me suis amusé à regarder les provinciaux – dont je suis à l’origine et peut-être toujours. Si je ne commenterais pas les messieurs  – tant il n’y a rien à commenter – je m’attarderais volontiers sur le look des adolescents, aussi à la ‘page’ à Paris qu’en régions. Un petit tour chez les fournisseurs attitrés, par exemple H&M, Célio, Kaporal, etc. m’a permis de cerner mieux le ‘style’ type du moment.

Les éléments récurrents sont simples :

  1. un cardigan ou pull (sur un t-shirt, voire deux)
  2. un chino beige ou camarel
  3. des baskets type Converse mais montantes, en cuir ou veaux-velours ces temps-ci, cela doit être considéré comme plus chic

Finalement, cela m’a beaucoup amusé… Diable, tout cela est d’un grand classicisme ! Surtout à voir les rééditions de sweater col-châle aux motifs Fair-Island qui emplissent nombre d’échoppes low-cost.

look de l'année

Alors vous me direz bien, oui mais pourquoi ici, sur Stiff Collar ? Parcequ’il n’est jamais complètement idiot de rester éveillé face aux nouvelles modes. Premièrement on pourrait y trouver de l’intérêt – sait-on jamais – et secondo, quand les jeunes s’habillent dans les coloris des vieux, les vieux passent pour des jeunes ! Et ça, c’est amusant ;) Enfin ce serait presque amusant si les coupes n’étaient pas complètement avachies ou trop courtes.

Bonne semaine et bonne année, Julien Scavini

Joyeuses fêtes de fin d’année

23 décembre 2013

Chers amis et lecteurs,

je manque un peu de temps en cette fin d’année pour entretenir le blog. Aussi, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, en famille ou avec des amis. Le Père Noël lui, se repose un peu avant sa traditionnelle tournée…

pere noel

Joyeux Noël et à l’année prochaine !

Julien Scavini

La photo de l’année

18 décembre 2013

J’ai déniché hier soir la photo de l’année ! J’étais chez un ami qui travaille dans le luxe et en partant, il me donne le catalogue Hermès Automne-Hiver 2013 pour occuper mon trajet de métro. J’ai donc feuilleté ce joli magazine et suis tombé sur l’image au détour d’un article sur le plaid Avalon. Il s’agit des chardons que l’on utilise pour faire feutrer – peigner – la surface de la laine, en particulier du cachemire. Cette mise en place de chardons naturels dans un cadre est effectuée chez Johnston of Elgins, vieille vieille maison écossaise qui réalise certains des plus beaux cachemires du monde, dont certains exclusifs pour Hermès. Ces chardons proviennent d’Espagne et le cachemire de Mongolie. Cette technique ancestrale n’est plus beaucoup utilisée de nos jours. Les chardons naturels ont été remplacés depuis longtemps par des modèles métalliques. Dans mes liasses de tissus, seuls mes cachemires Doeskin Blazers de Holland & Sherry sont peignés de la sorte…

chardons Hermes Johnston of Elgin

Pressing à Paris

29 novembre 2013

Suite de l’article du début de semaine pour évoquer l’entretien de vos pièces. Globalement, il faut retenir une chose : évitez autant que possible de mettre les belles pièces trop souvent au pressing. En principe, vos vestes devraient y aller à peine une fois par an, et les pantalons peut-être tous les deux mois. C’est-à-dire, si vous portez votre costume 1 fois par semaine, emportez le pantalon au bout de 8 ports et la veste au bout de 52 ports. Si vous avez deux pantalons, cela allonge encore plus le délais. Bref, voici donc quelques adresses :

PARFAIT ÉLÈVE DE POUYANNE, 57 boulevard Haussmann, 75008 Paris. Une référence.

PRESSING KENNEDY, 94 Rue Raynouard, 75116 Paris. Pressing écolo (qui n’utilise pas de perchloroéthylène).

ALBATROS, 92 Rue de Grenelle, 75007 Paris.

PRESSING SEQUOIA, 13 Rue Dupont des Loges, 75007 Paris. Travail réalisé sur place. Ecolo en plus.

PRESSING MAUBOURG, 48 Boulevard de La Tour Maubourg, 75007 Paris. Travail réalisé sur place, c’est celui que j’utilise pour mes clients.

N’hésitez pas à m’en proposer d’autres dont vous trouvez le service impeccable, je les ajouterai ici.

Julien Scavini

Retouches à Paris

27 novembre 2013

Messieurs,

vous m’écrivez souvent pour demander si je connais un bon retoucheur sur Paris. J’ai trois adresses, les voici :

ASPEN RETOUCHES : 8, rue Jean de La Fontaine, 75016 PARIS. Un ancien des grands ateliers, un maître pour les retouches les plus compliquées.

AKBAR CREATIONS : 22, rue Jules César, 75012 PARIS. Mon propre retoucheur, un travail délicat pour les cintrages notamment.

FK RETOUCHES : 14, boulevard Saint Martin, 75010 PARIS. Un grosse société de retouche spécialisée pour les grands magasins. Service efficace.

J’espère qu’avec cela, vous trouverez comment rendre merveilleuses vos vieilles fripes ;). Par contre, ne vous attendez pas à des prix minuscules. La retouche est un travail long, délicat et fastidieux. Ne négociez pas, sauf si vous avez 3 ou 4 pièces ! Un cintrage, cela coûte entre 25 et 45€, rétrécir la largeur d’un bas de pantalon dans les 25€, un démontage de manche pour retirer de la carrure devant dans 150€, idem pour le changement d’une doublure.

Bonne journée, Julien SCAVINI

Exceptionnel ! Vente de souliers d’occasion (MàJ)

1 octobre 2013

Chers lecteurs, bonjour.

Un de mes clients souhaitant se départir d’une partie de sa collection de souliers, il m’a proposé de l’exposer dans la boutique. Je vous propose les photos des modèles. Du très beau. Deux jeunes clients doivent également m’apporter prochainement – avec la même optique – une paire de Weston et un autre de Corthay. Les prix sont alléchants pour de telles pièces (200 à 500 sauf une Dimitri Gomez GM à 900), elles sont en bon état, souvent avec patin et toujours avec embauchoir. Venez les voir !

Derby bi-matière, Ralph Lauren par Edward Green, 10, 300€ :

IMGP0011

Richelieu Crockett & Jones par Dimitri Gomez, sans pointure, 500€ :

IMGP0017

Derby Aubercy, 8 1/2 E, 500€ :

IMGP0019

Richelieu Hartwood par Stephanobi, 9 1/2, 200€ :

IMGP0026

Richelieu Aubercy, 9E, 500€ :

IMGP0029

Derby Crockett & Jones par Dimitri Gomez, sans pointure, 900€ :

IMGP0034

Arca, de Corthay, 10, 500€ :

IMGP0036

Il y a également une autre paire de richelieu Aubercy, 500€ :

IMGP0081

Derby Weston, 8C, 300€ :

IMGP0051

Mocassin Berluti, 9, 400€ :

IMGP0055

A très vite. Julien Scavini

Le langage des fleurs

16 septembre 2013

Un client me demandait récemment, dans un esprit ancien régime ou pré-moderne, s’il serait possible de mélanger une veste noire avec un pantalon chamois ou crème et d’autres vêtements aux teintes plus campagnes. Les illustrations ci-dessous, prises dans Des Modes et Des Hommes, illustrent cette idée. Comme vous le savez, je suis toujours très intéressé par ces questions de l’alliance de l’héritage et de l’innovation. Quelques instants de réflexions nous furent nécessaire pour arriver à la conclusion que cela n’allait pas tellement de soit. Ce n’est pas tellement le noir, car comme évoqué la semaine dernière, il peut y en avoir de beaux. Mais plutôt pour le mélange curieux de noir et de marron (et de ses dérivés).

DESMODESDESHOMMES

Le début du siècle précédent a consacré certains usages, par exemple que la ville est plutôt le domaine du noir, du gris et du bleu et que la campagne s’accommode mieux du marron, du vert et du rouille. Une dialectique simple et inspirée : la ville, c’est le béton et le bitume, la campagne, la boue et les feuilles.

Pour autant, cette dissociation doit-elle encore avoir cours de nos jours ? C’est l’éternel question, le débat sans fin chez les élégants. Ceci dit, à voir les vitrines de The Kooples ou De Fursac, il semblerait que la question – au moins pour la masse – soit tranchée : noir en ville. Et justement, les élégants dans tout cela. Visiblement, l’heure est à l’hybridation. Les Italiens ont posé le sujet sur la table, avec des réponses assez magistrales. Le Français n’est pas loin derrière. Les mocassins patinés de marron de Berluti en sont presque un indice évident. Je me souviens également d’un édito du catalogue Arnys qui traitait du même sujet.

Du coup, notre conversation en revenait au point de départ, et pourquoi pas mélanger du marron et du noir…

A.01 Layout _ Layout

Le fil de la discussion mêlé au catalogue Arnys ouvert sur la table de l’atelier me fit émettre une hypothèse. Si l’on admet que les couleurs de la nature peuvent s’allier au noir, reste à savoir lesquelles. Fushia par exemple ? noir semble plus logique. Orangé éteint ? marron peut-être ? Disons qu’il y aurait d’un côté les couleurs fortes, voyantes, pétantes et de l’autre celles éteintes, poudrées, vieillies.

En discutant, nous avons donc émis ce presque postulat : les couleurs fortes irait avec le noir, les couleurs faibles, avec le marron. Et encore plus précisément, les couleurs des fleurs s’associeraient avec le noir (ou gris) et celles des arbres (feuilles ou tronc) avec le marron. Ainsi, cela crée une règle simple. Si ce pull est d’une couleur très vive, carmin, aussi irait-il mieux avec un pantalon sombre, pour trancher, question de contraste, alors que le même pull, légèrement rouille assombri, irait mieux avec une moleskine marron, question de tonalité.

Évidemment, cette règle n’en est pas une et ne représente pas une absolue vérité, on pourrait argumenter l’exact inverse. Mais cela crée une base amusante : fleur ou arbre ? Vigueur de l’instantané, du passager ou douceur du permanent ? Ou comment Extraire l’éternel du passager. A méditer.

A.01 Layout _ Layout

Bonne semaine, Julien Scavini

Le dessinateur Delius

21 août 2013

Cela fait quelques temps que je connais son travail, pour autant je n’avais jamais pensé à vous le présenter : Delius, dessinateur ligne clair de grand talent, qui en plus aime l’architecture années 30 :

Jacqueline Delubac et Marcel L’Herbier Villa Cavrois 1939. Dessin original au trait.

 

Admirez sur son blog son travail,

et sur cet autre blog, découvrez son parcours !

Bonnes vacances !

15 juillet 2013

Les chaleurs rendant le travail plus lent et plus compliqué, et ayant encore pas mal de livraisons à assurer d’ici le début août, Stiff Collar prend aujourd’hui quelques congés mérités ! Cela me permettra aussi de mener à bien des travaux dans mon échoppe. Je vous souhaite donc un très bel été, studieux ou reposant suivant votre programme. Vers le 15 août, je publierais peut-être quelques figurines, comme je le faisais auparavant. D’ici là, profitez bien de l’été ;)

cyrille

A tous, et très amicalement, bel été !

JULIEN SCAVINI


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 352 followers