Archive for the ‘Pièces de dessus’ Category

Pantalons d’aujourd’hui, mode d’hier

18 janvier 2016

J’aime bien les batailles d’anciens et de modernes. Car quand on s’intéresse à l’histoire, on ne cesse d’être amusé des trouvailles des jeunes et des railleries des vieux.

Par exemple, lorsque un sénior s’offusque de l’inconsistance des vestes italiennes aux épaules déstructurées, un amateur de vêtements anciens ne peut s’empêcher de penser aux montages d’avant 1914 voire de bien avant sous l’ancien régime, qui précisément étaient très emboitées sur l’épaule et souvent plissées ou froncées. Et il est tout aussi amusant à l’inverse de voir les jeunes tomber en pâmoison devant cette invention de la ‘modernité’.

Au sujet de la veste, on peut s’amuser aussi des jeunes qui adorent les vestes courtes et des anciens qui les aiment longues comme des peignoirs. Aux alentours de 1910, le veston court qui était assez jeune à l’époque se taillait assez raz-de pet! Et très renflé sur les hanches. C’est dans les années 30 qu’il s’allongea et devint plus droit sur les hanches, en contrepartie d’un cintrage plus appuyé.

Le pantalon traverse quant à lui une époque charnière. Et son histoire est courte. Car si des versions très anciennes sont attestées dès le moyen-âge (surtout chez les paysans) et que les sans-culotte de la Révolution le propulsèrent sur le devant de la scène, il faut vraiment reconnaitre que le pantalon moderne pour tous est né au XIXème siècle, à l’époque pré-Victorienne (1800/1830 environ, règne de Guillaume IV).

C’est que le choix du pantalon pour couvrir la jambe n’a jamais été évident et dès le départ il posa des problèmes insolubles de coupe. Au début, c’était tout de même un affreux tuyaux très étriqué. Car ce qui allait de soi, c’était d’exprimer le galbe de la jambe : le beau mollet et la cuisse altière… La culotte que l’on portait sous l’ancien régime voir jusqu’à Napoléon III en France se finissait au genoux, et c’était un délicat bas de soie que couvrait la partie inférieure.

Le pantalon ajusté a posé les problèmes suivants :

1- à la différence du bas de soie qui est un petit jersey extensible, le pantalon est fait de tissu, très peu extensible. Dès lors, envelopper le mollet, dont le volume varie du simple au double suivant que l’on est assis ou debout pose question.

2- la jambe possède en son centre une articulation cruciale, le genoux, dont les mouvements ne sauraient être limités. Ce qui change considérablement la longueur du pantalon, que l’on soit assis ou debout. Pour remédier à ce problème, les premiers pantalons avaient un ruban qui passaient sous le soulier, pour les maintenir droit. Mais si vous avez déjà essayé cela, c’est très bizarre à l’usage. Par ailleurs, si le pantalon est très étroit et le tissu très raide, il peut couper la circulation derrière le genoux et faire une génuflexion pour ramasser un bidule à terre est impossible (véridique, j’ai essayé).

Les pantalons des sans culottes n’avaient pas ces problèmes, ils étaient larges et souvent très courts, car élimés.

Pendant la première guerre mondiale, nombre d’armées ne s’y sont pas trompées et plutôt que de donner des pantalons sans aisance et pas pratique, elles distribuaient des culottes avec bandes molletières. Pourtant, dès 1860, les pantalons de ville étaient un peu amples déjà.

D’un point de vue technique, la culotte et bande molletière (ou un bas) représentent la solution la plus logique, la question de l’articulation étant réglée. Mais il faut faire tenir les deux ensembles. Par ailleurs, ce n’est plus une esthétique à la mode…

Ceci étant dit, pourquoi la querelle des anciens et des modernes m’amuse dans ce cas présent. Car les messieurs d’un certain âge qui ne jurent que par les pantalons à pince et les bas larges croient que ce fut toujours ainsi. Et bien non, cette mode et ces techniques datent précisément des années 10/20/30 et des expérimentations des tailleurs. Cette mode s’est très rapidement diffusée. Vous pensez, quelle aisance !

Mais elle est passée. De nos jours, les pantalons redeviennent près de la jambe, voire même très près de la jambe pour les jeunes qui portent des jeans ‘skinny’. Si je trouve ça parfois aventureux, je n’ai plus un œil hostile à ce sujet. Car au fond, c’est une tendance de l’homme européen depuis des siècles. Une belle jambe se montre ! C’est un fait historique. Regardez un portait de François Ier ou de Vercingétorix (avec ici une pincette sur la véracité historique).

ILLUS91

Pourquoi j’écris cet article? Car je suis allé récemment chez Carhartt et Uniqlo pour me trouver quelques modèles de vacances et que j’ai été amusé par deux faits modernes mais à l’écho ancien :

1- les pantalons sont proposés à la vente pliés par les côtés. Ils sont à plat et pliés sur la fourche. Ce faisant, cela marque les plis sur les côtés, au même endroit que les coutures. Les plus amateurs d’ouvrages de références et de Stiff Collar savent qu’au tout début des pantalons, quand Edouard VI n’était que le Prince de Galles (époque 1860-1900), les plis étaient aussi marqués sur le côté! Un retour en arrière, par rapport à ce pli très structurant (et valable uniquement si la coupe est large) apparue après 1900 pour ne pas dire véritablement dans les années 30.

De nos jours, même sur les pantalons de laine des costumes, les plis sont souvent estompés. D’une part car les matières fines ne les supportent plus longtemps, et d’autre part, car les clients ne s’en préoccupent plus. Certains portent même le pantalon de costume de manière molle, un peu comme un jogging. De toute manière, s’il est coupé à 18cm en bas et que la cuisse est fine, aucun pli ne restera.

2- les pantalons sont coupés étroits comme aux premiers temps (pas forcément tous en coupe slim mais quand même) et ce faisant, ils marquent tous les dessous de genoux. Ils froissent et pochent à l’horizontale là où le mouvement est continu. Regardez une gravure de Beau Brummell, vous les verrez bien ces pliures sous le genoux, puisque la jambe est étroite.

Si en tant que tailleur je cherche à faire des pantalons très droits et stricts, donc un peu large, les clients dans leur grande majorité ne cesse de faire réduire bas, genoux et cuisse. Le résultat est le même qu’en 1830, des pliures et cassures sous le genoux, plus ou moins accentuées se forment. Et cela sans qu’aucun reproche ne m’en soit fait, ce doit être un effet plaisant. J’espère mon illustration à ce propos très parlante !

Comme vous le voyez, ces petits points d’histoire sont passionnants et très éclairants. La mise en perspective permet d’expliquer le présent et parfois de deviner le ou les futurs. Cela permet aussi de relativiser les errements des plus avant-gardistes…

Bonne semaine, Julien Scavini

Le costume marron

14 décembre 2015

Au début du blog, un costume marron était pour moi en tweed, uni ou petit motif genre chevrons. Car costume marron signifiait costume de campagne, trois pièces qui plus est. Avec le temps, je deviens moins ayatollah et pour avoir réalisé bien souvent des costumes de ville marron, je suis amené à réviser mon jugement.

Si l’on est tout à fait anglais dans son amour des beaux vêtements, il apparait comme totalement incongru de porter du marron en ville. Mais, tout évolue et le port de souliers en cuir marron s’est depuis longtemps répandu, même parmi les plus anglophiles. Il est vrai qu’un beau costume de flanelle gris s’accommode délicieusement de chaussures en veau-velours.

Un costume de laine légère et lisse, type super 110 s’accorde dans mon esprit beaucoup moins de souliers marron, mais c’est pourtant un usage maintenant très répandu. Il suffit de regarder dans le métro, le nombre de messieurs portant des souliers marron avec un costume marine ou gris est aussi important que ceux portants des souliers noirs. Il est pourtant plus difficile de garder des souliers marron en bon état. Passons.

Pour ma part, je suis plus amateur d’une unité de couleur dans la tenue. C’est pourquoi au fil des mois, je me suis dit que quitte à porter des souliers marrons avec un costume, un modèle également marron apparaissait comme pas idiot. (Même je ne me vois pas franchir le pas).  Je préfère clairement l’unité de couleur costume et souliers marron plutôt que costume gris moyen et souliers marron.

Ce sentiment s’est renforcé car j’ai tous les jours des exemples sous les yeux : mes clients. Et certains m’ont commandé des costumes en laine fine marron. Il y a les marron fils à fils mêlés de noir, très élégant et sobre, ainsi que des teintes plus claires, comme le marron feuille de tabac, toujours superbe. Vous voyez ci-dessus une palette de différents marrons avec quelques carreaux (mais pas de rayures!), glanés ici et là dans mes liasses de tissus.

A4 Portrait _ Master Layout

Le fait est que ce n’est pas incongru. C’est même joli et je pense assez versatile. Car ce costume peut très facilement être dépareillé. Une veste marron est très sport et un pantalon marron va avec tout le week end, vert, rouille ou bleu marine en haut.

Stiff Collar est assez arque-boutés sur les principes, un peu edwardien en sommes, à la différence des commentateurs stylistiques des années 20. Durant les années folles, il y avait une bien plus grande liberté quant aux couleurs. La série Boardwalk Empire nous montre cela de manière édifiante. Le marron était alors plus volontiers porté. Et le marron de ville pouvait avoir des rayures. Ce qui vous l’avouerez est un mélange tout à fait curieux. Curieux, car rayure = ville et carreau = campagne. Comme le marron = campagne, marron ≠ rayure. Et pourtant ils le faisaient. Certes pas toutes les classes de la population, mais c’était possible.

De nos jours, ces tissus marron un peu typés ne sont pas légions. Seul Vitale Barberis avec ses draps ‘vintage suiting’ (présentés il y a quelques temps par Parisian Gentleman) propose une telle offre. J’ai fait quelques scans de la liasse que j’ai. Vous avouerez qu’il y a des choses ravissantes non?

Je vous souhaite une belle semaine, Julien Scavini.

 

Les smokings

7 décembre 2015

Revenons au smoking cette semaine, autrement appelé en anglais ‘dinner jacket’ et en américain ‘tuxedo’. J’ai titré cet article Les smokings au pluriel tant les possibles sont nombreux sur cette pièce a priori restrictive en terme d’inventivité.

Pour faire suite à la semaine dernière, rappelons que le vêtement est plus récent que la queue de pie. Il fut inventé vers 1880, par Henry Poole, le tailleur du prince de Galles de l’époque, le futur Edouard VII. Il permettait de remplacer efficacement la queue de pie lors des dîners du soir plus décontractés. Cette nouveauté de mode correspond du reste à l’engouement pour les vestons courts, qui à la même époque connaissent un véritable essor, poussé par la pratique des activités en plein air.

Ceci dit, ce premier et royal ensemble du soir moins formel que la queue de pie était une veste de soie bleu, assez proche d’une veste de fumoir en velours, avec le pantalon correspondant (ci dessous en bleu). D’une certaine manière cet attelage apparait assez osé, même aujourd’hui.

ILLUS90-1

Il convient ici de bien comprendre la nuance anglaise entre dinner jacket et smoking jacket. Le premier, noir ou marine et très codifié est traduit en France par le mot ‘smoking’. Et la smoking jacket est traduit ‘veste de fumoir’ (ci dessus en fushia). Ce sont deux choses différentes. L’un est une tenue de haut en bas, y compris chemise et chaussures, alors que l’autre est une juste une veste que l’on enfile après avoir retiré sa veste (de smoking ou de queue de pie) pour aller au fumoir. Les odeurs ne restent pas imprégnées dans le tissus de la veste d’apparat. Toujours est-il qu’à l’origine, la frontière entre le smoking et la veste de fumoir est floue.

Le moniteur de la mode de 1890 rapporte ce glissement sémantique : emprunté à l’anglais smoking, substif verbal de to smoke « fumer », utilisé pour smoking-jacket « veste pour fumer » désignant une veste d’intérieur, attesté dans des textes français (chez Bourget, 1888, ou Hervieu,  1890) et pris au sens de l’anglais dinner-jacket. On peut déduire que l’adoption du smoking fut très rapide : création en 1880 sur la base des vestes de fumoir existant depuis 1850. Entre 1880 et 1890, le smoking traverse la manche et le nom évolue déjà.

Le smoking s’est à la suite du Prince de Galles codifié plus finement pour aboutir au début du XXème siècle à la version que l’on connait : ensemble veste et pantalon (+ gilet le cas échéant) noirs. Les effets de style sont les mêmes que sur la queue de pie : galon le long du pantalon et revers de veste en soie, faille ou gros grain.

ILLUS90-3

Dans les années 10 et 20, la liaison avec la queue de pie était plus directe, gilets et papillons pouvant être ceux de la queue de pie, soit en coton marcella blanc (ci dessus à gauche). Après ils passent du blanc au noir vers les années 30 pour mieux faire la distinction de tenue. On sait par exemple que sur les cartons d’invitations, on écrivait ‘cravate blanche’ pour que les messieurs viennent en queue de pie. Imaginez le bazar si cette expression pouvait laisser planer le doute. Le smoking prit peu à peu le nom codifié de ‘cravate noire’, soit ‘black tie’ en anglais. Plus simple.

C’est dans les années 30 que le smoking actuel prit vraiment son allure actuelle et que la queue de pie commença sa longue agonie, voir mon article ici. Les trois formes classiques se figèrent à cette époque : veste droite à col pointe, droite à col châle et croisée. Le tissu était et reste le grain de poudre, autrement appelé ‘barathea’. C’est une serge complexe. Ce tissu peut être 100% laine ou un mélange de laine et mohair moins froissable dans les poids légers. Ceci dit, 400grs pour un smoking est bien, cela donne un tomber exceptionnel.

C’est un autre Prince de Galles, cette fois-ci le futur roi Edouard VIII (qui a abdiqué et fut appelé Duc de Windsor), qui a développé dans les années 30 un goût pour le drap bleu nuit. Il trouvait que la teinte sous lumière électrique était plus noire. Il est vrai que la laine grain de poudre du smoking apparait toujours comme un peu verdâtre. Cet effet de style en bleu fut apprécié aux USA et même des queues de pie furent coupées dans ce coloris. Je trouve cela difficile, car il faut trouver la bonne soie pour le revers (qui ne reste pas noir) et pour le papillon et la ceinture. Se pose aussi la question des souliers. Bref, c’est pas le plus simple, mais cela peut être très élégant.

ILLUS90-4

Depuis, une quantité de formes et de styles se sont succédé, les années 50 puis 60 apportant chacune son lot de curiosité et de tentatives.

Reste que le ‘foreign office‘ dans un livret à destination des diplômâtes anglais référence le smoking croisé comme le plus formel. Mais il y a quantité de vestes croisées de smoking : 2×1 bas ou 2×1 haut, 4×1, 6×1 ou 6×2 voire croisé châle, vous avez l’embarras du choix suivant votre goût!

ILLUS90-2.jpg

Le smoking droit est peut-être plus apprécié en France, comme aux USA. Les aficionados d’un style très sharp préfèrent le col pointe mais pas mal de messieurs apprécient le col châle pour son côté passe partout. C’est une pure question de goût, je ne vois pas de rapport entre la hauteur ou la largeur du bonhomme et la forme du revers. Certains apprécient aussi le col large et d’autres le col étroit. C’est selon !

Classiquement, la veste n’a pas de fente. Ceci dit, ce vêtement est né pour être simple et coller au mieux au goût du moment. Il ne me semble donc pas incongru d’y faire deux fentes. Dans les années 10, on y faisait bien une fente!

Le gilet ne se porte plus guère et est remplacé par la ceinture plissée, le cummerbund, nom de provenance indienne. Le plis servent à disposer des contremarques de théâtre ou de vestiaire par exemple. Si vous optez pour un gilet, celui-ci sera plutôt évasé avec 3 petits boutons en bas, comme sur le gilet de frac. Le gilet peut avoir des revers ou non.

Le nœud papillon est enfin noir. Sans dérogation possible, c’est une cause d’excommunication sans droit de faire appel ! Pour le soulier, vous pouvez soit recourir à une paire de richelieus vernis ou simplement utiliser vos richelieus de la ville, bien cirés. Les puristes à l’ancienne aimeront le mocassin d’opéra, verni avec son nœud dessus. Enfin les accessoires métalliques comme les boutons de manchette ou les goujons de chemise sont dorés avec le smoking.

Concernant la chemise, il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un plastron empesé, ni même d’avoir des boutons cachés. Si l’on veut que le smoking continue longtemps d’être porté, il faut aussi savoir le moderniser un peu dans des limites raisonnables. Je redis que le smoking est né pour être pratique. James Bond avec Sean Connery porte des boutons visibles et un col ‘italien’ et les illustrations d’Apparel Arts confirment cette tendance dès les années 30. Mon avis est donc que le col doit être moderne, c’est à dire retombant. Le col cassé est très élégant, oui ! Mais seulement s’il est dur et détachable. Les cols cassés mous et cousus à la chemise sont d’un goût très curieux. Après chacun balaye devant sa porte!

ILLUS90-5

Pour les plus aventureux, on peut enfin envisager d’autres versions de smoking. Si vous chinez une veste seule et qu’il est difficile de trouver le bon pantalon, vous pouvez opter pour le pantalon de tartan, une solution très en vogue ces temps-ci. Le smoking lui même peut être en flanelle noire pour jouer sur la matière. Ou la veste seule peut être en velours noire. Bref, il existe une multitude de solution.

A vous de jouer maintenant, faites vos jeux !

Belle semaine, Julien Scavini.

La queue de pie, passé et présent

30 novembre 2015

Avec les fêtes qui approchent, je voulais vous parler du smoking. Mais pour faire ça bien, j’ai décidé d’évoquer d’abord la queue de pie, son ancêtre. Ce faisant, j’ai tellement écrit que l’article est devenu autonome. Découvrons là ce jour avant de voir les différentes formes de smoking dans un prochain article.

Le forme de la queue de pie est un lien direct avec les vêtements de l’ancien régime, longs eux aussi. Les habits de dessus dès Louis XIV ont adopté une coupe évasée sur le devant et fuyante sur l’arrière pour une question de commodité à cheval. Dès cette époque, le triptyque justaucorps long, gilet moyen et culotte s’est mis en place. Le justaucorps a lui même évolué doucement. D’abord très évasé et ample, il devient sous Louis XVI plus fin, plus léger, presque ressemblant à une jaquette (en rouge dessous). Ce vêtement long et dégagé devant va continuer d’évoluer, notamment en Angleterre où la forme croisée va apparaitre, notamment avec le fameux Beau Brummell (en vert dessous). L’empire français reviendra sur la forme Louis XVI mais pas seulement.

ILLUS89-4

Pour suivre admirablement le cheminement cet habit long, il est intéressant de regarder tous les présidents américains depuis les origines (1789). Car d’un héritage franco-anglais très aristocratique, il va être le reflet, 4 ans par 4 ans de l’évolution stylistique. Il est d’autant plus représentatif que : 1- le rythme des successions ne fut pas troublé, que 2- ce sont des civils qui sont représentés, et non des militaires ou des princes en habits aristocratiques. Captivante épopée. Je ferai ce relevé un petit peu après Noël, cela s’annonce passionnant !

Enfin bref, revenons à la queue de pie. Celle-ci est reconnaissable à sa coupe en deux temps : corsage ajusté et basques décalées sur le côté et fuyantes. Cette coupe fut utilisée pour les vêtements de jour comme du soir de 1790 à 1850 environ, et souvent fermée devant voire croisée (comme dans le dessin vert). Passé 1850, la forme va se refermer pour le jour et donner 1- la redingote et 2- la jaquette, voir dessins ci-dessous. Les anglais appellent la redingote frock coat, à ne pas confondre avec le frac, qui en français désigne la queue de pie !

ILLUS89-5

Pour le soir et à partir de 1850 donc, la queue de pie va acquérir ses lettres de noblesse. Puisqu’elle devient exclusive du soir, elle devient noire. Sans exception. Certes dans les années 50 fut elle réalisée en bleu nuit, mais je trouve cela maladroit. Encore pour le smoking, cette fantaisie passe, autant pour une queue de pie, elle est incongrue.

Mais non contente d’être noire et unie, la queue de pie hérite de la fantaisie du XIXème siècle qui consistait à mettre des textures plus brillantes sur les revers. Ainsi une soie de revers fut plaquée, d’abord sous la forme de trottoir (voir dessin de la redingote) puis recouvrant le revers entier. Cette soie était tissée en faille (similaire à du satin mais un ton moins brillant) ou en gros grain (présentant des cotes en relief horizontales). Les boutons étaient le plus souvent brodés.

La queue de pie est appelée par les services protocolaires ‘cravate blanche’ ou ‘habit’. Les anglais disent ‘tail coat’, ‘white tie’ ou ‘full formal’. Le terme lui même est une ellipse de langage, car la queue de pie désigne la panoplie entière : la veste longue, le gilet très court et le pantalon. Détaillons les :

ILLUS89-1

La queue de pie en elle même est une veste qui ne se ferme pas. Exactement sur le même schéma que les justaucorps ancien régime. Ainsi, il n’y a pas de bouton pour la fermer. Les six boutons présents sur le devant sont décoratifs. Plus ils sont disposés en V, plus la queue de pie paraitra allurée.

Les revers sont en pointe, toujours, et recouverts de soie. Pour la mienne, ne trouvant pas de gros grain de soie, je me suis rebattu sur un gros grain de tapissier, 100% coton. L’effet est le même !

Il n’y a qu’une seule poche, celle de poitrine pour mettre un mouchoir blanc par exemple.

Les basques doivent arriver juste derrière le genoux. La queue de pie peut être un petit peu plus courte que la jaquette, car elle est fait pour s’assoir et danser et se doit d’être assez légère. Le dos de la basque présente deux plis, un vestige des habits Louis XVI et Louis XV très repliés au dos. La doublure dos en bas dissimule le long de la fente une ou deux poches. Les chefs d’orchestres y dissimulent le baguette !

Le corsage, c’est à dire le haut de la jaquette s’arrête très tôt, environ au nombril. Donc le pantalon doit monter jusque là. Le gilet ne doit sous aucun prétexte dépasser ! C’est un crime punissable ! Donc de nouveau, le pantalon doit monter très haut ! Les bretelles sont impératives. Hélas, ce n’est pas un vêtement pour les gros. Certes sous la IIIème république, les tailleurs étaient capables de prouesses ; c’est plus difficile de nos jours. Regardez d’ailleurs comment certains académiciens portent leur habit…

Le pantalon n’a pas de particularité. Il peut avoir des pinces comme en 1930 ou aucunes comme en 1910. Il est par contre assez étroit en bas. Sur le côté, il doit y avoir un galon assez large (d’origine militaire) ou deux galons de smoking parallèles avec un espace entre.

Le gilet est dont très courts. Quand j’ai coupé le mien, cela m’a même choqué. Quelque chose comme 45cm de haut. C’est plus joli ainsi. Classiquement le gilet est droit, avec trois petits boutons de nacre. Il peut aussi être croisé. Il peut se finir horizontalement, ou avoir des pointes, ou avoir des pointes rondes. Le gilet a toujours des revers, d’une forme caractéristique et il peut être dépourvu de dos pour avoir moins chaud (il ressemble alors à une paire de bretelles avec des pans devant).

ILLUS89-6

Le gilet est par ailleurs toujours en tissu nid d’abeille blanc ou blanc cassé, appelé coton Marcella. Cette matière est utilisée pour le nœud papillon aussi. Gros point d’intérêt ici, l’habit du soir ne se porte avec rien d’autre qu’un nœud papillon blanc. La chemise aussi est blanche, mais lisse. Cela contraste. Ce papillon blanc, illustre descendant des lavallières blanches en dentelle donne par ellipse là encore le nom officiel : ‘cravate blanche’. Par opposition à la ‘cravate noire’ qui désigne le smoking.

Les souliers peuvent être des richelieus vernis ou des opéra pump, plus formels et plus old school aussi.

Les studs, appelés en français goujons et qui servent à fermer la chemise à la place des boutons sont en argent et nacre. L’argent est le métal qui correspond à la queue de pie alors que l’or est le métal du smoking !

Alors c’est bien joli me direz-vous, mais qui utilise encore la queue de pie. C’est vrai. Il existe toutefois deux déclinaisons de l’habit : le spencer et la veste de kilt. Ces deux vestons sont plutôt issus du domaine militaire ou guerrier, comme l’atteste les boutons en métal ou les épaulettes.

Le spencer était très en vogue dans les années 30. Il était assez mal vu chez les civils. Les élégants le trouvaient grotesque. Par contre les militaires le consacrèrent comme le vêtement d’apparat des officiers. C’est encore le cas, surtout au Royaume Uni. Les serveurs et groom des grands hôtels ont très vite utilisé ce vêtement pratique car court. Tellement court d’ailleurs qu’il rend son usage contemporain curieux, notre œil n’étant plus habitué aux pantalons très hauts.

Le spencer peut se fermer devant avec une chainette. Il existe aussi en blanc pour l’été. C’est un vêtement amusant.

ILLUS89-2

Enfin, les écossais qui ont en commun avec les anglais un honorable formalisme ont adopté une coupe revue de la queue de pie pour l’associer au kilt. Si le haut est strictement identique, la basque au dos est très courte, comme une queue de castor. Deux poches en forme de couronne y sont disposées, à la manière des poches carniers sur les vestes de chasse. Les boutons sont carrés.

ILLUS89-3

Il est amusant de constater comment ces vêtements ont évolué. Quel filiation depuis les débuts avant la révolution ! Et encore, ce n’est pas fini. La semaine prochaine, nous verrons comment le smoking est né. Quelle aventure !

La canadienne

19 octobre 2015

Le froid est revenu et depuis que j’ai un scooter, chose véritablement libératrice lorsque l’on vit à Paris, j’ai froid ! Ce nouveau mode de vie m’a poussé subitement à abandonner le manteau, pourtant si agréable et élégant. Fini le drap de laine et cachemire, les cols en velours et la longueur généreuse, car assis, cela ne fonctionne pas ! Mince alors. Je n’y croyais pas beaucoup du reste, mais force est de constater que dès 30km/h, il gèle!!!

Je me suis donc intéressé au vestiaire ‘sport’ ou ‘militaire’ moderne et ancien. Bien évidemment, il est toujours possible de prendre une doudoune rembourrée de plume, LE vêtement du moment (on s’excuse (et on s’alarme) auprès des oies, parfois plumées vivantes en Chine). Canada Goose, Schott NYC et Pyrenex apparaissent comme les faiseurs historiques de ce vêtement dont les premiers exemplaires remontent aux années 40. A l’époque on l’appelait plutôt parka bien que le matelassage caractéristique soit arrivé plus tard. Les prémices de ce vêtements se trouvent dans les vêtements ‘bibendum’ des pilotes civils et militaires des années 20 et 30, qui portaient des manteaux tout en mouton retourné (poil laineux vers l’intérieur et capuche en fourrure). L’excellent livre Vintage Menswear de Sims, Luckett & Gunn aux éditions Laurence King montre de nombreuses pièces de la sorte.

Récemment, je lisais un article sur Alain Juppé qui racontait son mode de vie et ses rites bordelais. Au détour d’une phrase était citée sa fameuse canadienne verte, un peu défraichie, qui ne le quitte pas. Je me suis alors demandé ce qu’était une canadienne. Pour moi, le mot sonnait très années 90. Quand j’étais petit, il allait de paire avec la cagoule et autres errements vestimentaires. La canadienne… voici bien un vêtement vintage.

Au cours de ma petite recherche, j’ai découvert que ce vêtement est arrivé en France durant les années 30. Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo dans Un Singe en Hiver réalisé par Henri Verneuil en 1962 portent une canadienne. Le vêtement est caractérisé par sa longueur à peine trois quart, ses poches ventrales, son boutonnage croisé et son col châle très enveloppant réalisé en feutre de laine dense, quand le corps est plus souvent en gabardine imperméable de coton ou de laine. Le col recouvert de laine de mouton est venu plus tard.

ILLUS86En France, nous l’appelons canadienne car c’est certainement de là-bas que les premiers modèles furent importés. Le vêtement puise en effet son origine autour des grands lacs Michigan et Huron. Plus précisément, ce manteau court fût développé et commandé vers 1811 pour vêtir les militaires d’un camp anglais, le Fort Saint Joseph. Il fut réalisé par des amérindiens qui lui donnèrent le nom de mackinac ou mackinaw d’après l’appellation du passage reliant les lacs Michigan et Huron, le détroit de Mackinac. Par la suite, les trappeurs et marchands rendirent populaires le modèle, chaud et utilitaire. Dans les années 20, il était très populaire, en particulier après des bûcherons et autres travailleurs en extérieur. L’armée américaine utilisa le modèle dès la première guerre mondiale et en 1938, le vêtement devint officiellement un uniforme, teinté en vert olive. La mackinaw pris le nom de Jeep coat.

Au début du siècle, les canadiennes étaient réalisées en cuir de cheval, car c’était le cuir le plus résistant qui soit. Les chevaux étaient abondants, car ils servaient à la ferme et en ville pour tracter les véhicules. Avec leur disparition progressive, le cuir devint plus cher et il fut abandonné. Cela en faisait le vêtement par excellence des travailleurs des pays froids. La goodyear Rubber Company fabriquait des exemplaires non croisés en cuir de cheval.

De nos jours, ce vêtement est un peu tombé en désuétude, même si quelques maisons en éditent de temps à autre, comme Gap. Son aspect un peu militaire, dû en partie à la couleur olive, rend la canadienne populaire auprès des jeunes. Pour autant, il n’est pas le vêtement le plus élégant qui soit. La pièce est charmante ceci dit, surtout lorsque l’on voit son patronage, ci dessous. Ma quête continue donc !

Pour les amateurs donc, le tracé par LadevèzeDarroux 1966 :

canadienne patronnageBelle semaine, Julien Scavini

PETITES CONSIDERATIONS SUR LA COUPE DU PANTALON

14 septembre 2015

Les plus attentifs d’entre vous, les plus âgés aussi ont peut-être remarqué qu’aujourd’hui, on ne coupe plus les pantalons comme avant. Le tomber est différent. Je vais essayer d’expliquer ce qu’il s’est passé en 30 ans à ce sujet, car cela me questionnait aussi. Je suis arrivé à mes conclusions après plusieurs mois de recherches, qui m’ont amené à interroger des vieux tailleurs et des modélistes et techniciens d’industrie. Les réponses furent incroyables parfois !

L’article suivant est assez suggestif, je m’en excuse, un chat est un chat, surtout qu’il s’agit d’évoquer des points techniques.

Tout commence par une interrogation à propos du port à droite ou à gauche du sexe dans le pantalon. Les plus âgés de mes clients formulent souvent cette demande, car montant le pantalon assez haut, un excès de tissu se forme du côté opposé le long de la braguette. Ce pli de tissu est assez ardu à faire partir sur un pantalon terminé, mais pas impossible, c’est une retouche que je fais assez souvent. Dans un pantalon à plis, qui possède plus d’aisance, à cause du pli justement, ce bourrelet de trop est plus visible encore (le plus souvent à droite, car 80% des hommes portent à gauche. D’ailleurs la vieille blague tailleur consiste à dire que quand on porte à gauche on vote à droite et inversement. Les tailleurs sont plutôt à droite par ailleurs…)

Pour comprendre cette altération droite et gauche mal gérée industriellement, je me suis mis à coudre des toiles. Je me suis alors servi de livres de coupe. Et entre une coupe tailleur des années 60 et une coupe actuelle, c’est le jour et la nuit. Quelles différences, pour quelles implications ?

La coupe la plus ancienne propose de couper la ligne milieu devant le long d’une verticale. La braguette est dite droit-fil. A peine donne-t-on un peu de fruit (de pente) d’un côté pour gérer droite et gauche. Vous découvrez sur les deux illustrations ci-dessous le plan de coupe. C’est assez difficile à comprendre, tant le pantalon est en volume.

A4 Portrait _ Master LayoutA4 Portrait _ Master LayoutLa coupe moderne donne en revanche de la pente à la ligne milieu devant. La braguette se retrouve en biais. Ce constant est corroboré par un bermuda de surf que j’avais démonté il y a quelques temps pour en tirer un patronage. La ligne devant est oblique. Cela donne du volume, alors même que (-hypothèse-) on en a pas besoin à cet endroit, plutôt vertical.

 A4 Portrait _ Master Layout

Diantre, quelle différence donc  et pourquoi ?

J’ai testé la vieille coupe. Elle m’a donné un pantalon très ample, une ligne à la Gabin. Parfaite mais immense. J’ai alors commencé à réduire sa cuisse et donc sa pointe comme on dit en tailleur. Mais très vite, la position sur les hanches est devenue inconfortable et je me suis senti serré, sans pour autant avoir une cuisse bien fine. Cette coupe ne permettait pas de faire la coupe ajustée moderne.

Avec la coupe moderne, le pantalon était prêt de la jambe, idéal, avec un peu de volume devant, que l’on appelle moustache dans l’industrie.

Par ailleurs, le pantalon ancien avait une façon d’emboiter le côté (le rond de hanche) très curieuse. On avait l’impression que l’on allait pas pouvoir entrer dans le pantalon, il paraissait étroit à la ceinture, alors que pas du tout en réalité. Il emboitait bien et montait haut. La coupe moderne elle ne m’a pas questionnée plus que ça.

Voici des considérations et ressentis très techniques allez-vous me dire. Je vais aller au but maintenant.

J’ai donc appelé des spécialistes pour corroborer mes hypothèses, car j’en avais déjà. Deux points sont captivants et renvoient à une certaine vision du monde : la sexualité et le commerce.

  • la braguette a été coupée en biais car on a fait descendre la hauteur des pantalons. On les a fait plus taille basse. Un peu ou beaucoup. Un premier problème s’est posé :  avec une taille plus basse, la ceinture étant anatomiquement bloquée par l’os de la hanche (le pantalon ne pas pas descendre plus bas), cela attire le fond de pantalon vers le haut, réduisant l’espace de l’entrejambe. Dans le même temps, on a voulu affiner la cuisse pour faire plaisir aux messieurs. Pour régler ces deux problèmes conjugués et pour équilibrer la coupe, on a transferrer de la pointe arrière vers l’avant.En même temps que l’on a baissé la taille, l’homme s’est mis à porter slip et boxer, pour un port au ‘centre’. Donc inutile de porter le pantalon à gauche et à droite. En revanche, avec un montant bas, il se posait un problème de place pour le pubis comme je l’ai dit. L’agrandissement de la pointe avant sert cette problématique. J’espère que vous suivez, c’est très technique.C’est l’industrie du jean qui a été précurseur. C’est elle aussi qui mène la danse. Certaines marques comme Diesel l’ont bien compris, le jean doit mettre ‘le paquet’ en avant (la photo dont le dessin ci-dessous est issue ne ment pas !). C’est de l’hypersexualisation. La toile de denim est très rigide, vous le savez. Et bien en réduisant la hauteur de port et en coupant en biais la braguette, on donne l’impression de volume. C’est très baroque finalement. Nous revenons à la Renaissance où les braguettes étaient rembourrées. Une braguette de jean est en plus faite de plusieurs couches et de beaucoup d’épaisseur. Cela donne même assis un volume, une protubérance recherchée par les modélistes pour l’œil des clients. Vous avouerez quand même, c’est cocasse et amusant ! Ce phénomène se renforce aussi grâce au travail des fabricants de sous-vêtements boxer, qui cherchent à soutenir voire à projeter l’entrejambe en avant, plutôt qu’en dessous, comme Aussiebum par exemple. N’en déplaise à Eric Zemmour, il est amusant de constater que l’homme occidental se sexualise. C’est vous l’avouerez une conclusion drôle à ma recherche. Une pure question d’orgueil masculin.

A4 Portrait _ Master Layout

  • le second point de détail m’est apparu au sujet du rond de hanche beaucoup plus exacerbé sur la vieille coupe (comparez les plans en haut). En effet, la braguette étant verticale, la force de pince (c’est à dire la valeur de tissu que l’on retire pour arriver à la ceinture, plus petite que le bassin) est passée sur le côté. La poche se retrouve dans une couture très ronde sur la coupe ancienne. Ce n’est pas le cas dans la coupe moderne, où la valeur de pince est un peu passée sur le devant (on profite de la pente de braguette). Mais, un pantalon dans la vieille coupe ne se pose pas forcément bien à plat, car il a du volume sur le côté, il est rond. Intolérable dans le prêt à porter où les pantalons doivent être plan pour figurer bien en évidence sur des tables. C’est ainsi que l’on a aplani le rond de hanche (et répercuté la valeur de pince sur la braguette en la penchant), pour mieux vendre le pantalon présenté plié, c’est ce qu’on appelle dans l’industrie de ‘fold appeal’ . Un truc commercial a donc présidé à l’évolution de la coupe. C’est aussi vrai pour la veste, dont les manches sont montées très en avant (ce qui crée des plis derrière la manche lorsqu’on la porte) pour satisfaire le ‘hanger appeal’, c’est à dire la beauté sur cintre, qui vous fait acheter.

 A votre échelle, vous pouvez voir comment votre pantalon est coupé (il y a de forte chance pour qu’il le soit de manière moderne), il suffit de regarder comment tombent les rayures à la braguette. Si elles sont verticales, la coupe est ancienne. Si au contraire les raies arrivent penchées, il s’agit de la coupe modernisée. Elle donne un confort supplémentaire assis avec des sous-vêtements modernes (son corollaire étant un petit manque de netteté, les fameuses moustaches). Donc par exemple, un caleçon avec un pantalon moderne n’est pas logique.

 A4 Portrait _ Master LayoutVous le voyez donc, à partir d’un tout petit questionnement, on arrive à des conclusions très amusantes. Il y aurait un thèse à faire sur ce sujet tant il est vaste. C’est surtout le questionnement sur la place de l’entrejambe dans le pantalon qui aura le plus attiré mon attention, car il renvoie à des considérations historiques passionnantes et à une expressivité corporelle dont on parle peu. Et oui, un jean de nos jours, c’est fait pour mettre le sexe en valeur ! Quelle conclusion !

Bonne semaine, Julien Scavini

Le revers ‘faux trois boutons’

22 juin 2015

Le Pitti Uomo qui se déroule en ce moment est l’occasion de se pencher sur un petit détail particulier et si cher aux italiens, la veste ‘faux trois boutons’ ! Car derrière ce petit détail se cache en réalité tout un art ! Et une multitude de problématiques pour le tailleur et son client. Je constate en effet souvent que ces derniers hésitent sur le vocabulaire à utiliser pour demander ce détail. L’hésitation révèle aussi une certaine méconnaisse de ce qu’est une vraie ‘faux trois boutons’.

Revenons aux origines. Depuis quelques décennies il existe deux grandes catégories de vestes : deux et trois boutons. C’est simple :

ILLUS83La position du bouton est fixée par le point d’entrainement du revers. Ce point est situé en France chez les tailleurs classiques 2 cm au dessus du bouton principal ou du troisième bouton. On met 2 cm (entre A et B2 sur le dessin 1) pour donner au revers du ‘gonflant’, du ‘roulant’. Car si le bouton est au pied du revers, le revers va tendre.

Le long de cette ligne qui part au col, la toile tailleur à l’intérieur est bordée par un ruban droit fil qui permet de bien tenir la cassure (dessin 2) et de toujours la retrouver, même sans repère. Voyez cette photo. C’est à cause de ce ruban que l’on ne peut pas modifier une veste trois boutons en deux boutons. Car ce ruban bloque.

Cette ligne en biais définit donc le bord du revers. Ensuite pour maintenir ce dernier en place, on réalise le col avec un angle définie ( ° sur le dessin 3). Le col tire le revers, le force à rouler (différence en A’ et A »). C’est encore pour cela que l’on ne peut pas vraiment repasser une veste 3 boutons pour en faire une 2 ou l’inverse.

ILLUS83-3Voilà pour la théorie. Revenons au style. Durant la seconde guerre mondiale et même un peu avant, de grands acteurs d’Holywood, du cinéma en noir et blanc ont pris pour habitude de ne pas fermer le troisième et dernier bouton de leur veston. Au fil du temps et vous pouvez en faire vous même l’expérience, le point d’entrainement évoqué plus haut va avoir tendance à descendre un peu. L’effet trois boutons va s’amoindrir, car le col qui tend la ligne fait ouvrir un peu la poitrine (veste en tweed brun). Il en résulte un état un peu intermédiaire où la veste parait se fermer uniquement sur deux boutons, la troisième et dernière boutonnière était factice. Cet effet de style fut appelé ‘revers américain’.

Les italiens ont récupéré l’idée en réalisant, sur une veste vraie deux boutons, une troisième boutonnière, prise dans le revers. Cette boutonnière n’est pas réalisée sur l’endroit de la veste mais sur l’envers du revers, soit l’endroit si vous suivez. Alors, la boutonnière est ‘fausse’ et uniquement décorative (veste en tweed à carreaux). Elle ne sert qu’à donner une impression de trois boutons. Mais il est impossible de boutonner celle-ci, car cela va faire vriller le col. C’est dû à l’angle du revers.

ILLUS83-2La confusion vient de là. Voici toutes les variantes :

– veste deux boutons

– veste trois boutons, qu’il est possible de fermer jusqu’en haut ou au choix seulement sur le bouton du milieu. Auquel cas, la veste finira pour doucement s’ouvrir au niveau du troisième bouton. C’est la version que je vends le plus. Mais il s’agit vraiment d’une veste trois boutons, construite comme telle. Il suffit juste de laisser faire le temps. L’ouvrant est intermédiaire et en deux temps : un peu ouvert depuis le bouton central puis très ouvert vers le col.

– veste deux boutons avec une fausse boutonnière dans le revers. C’est la version italienne et un peu artificielle de l’effet. La plupart des clients qui me parlent de cette version pense en fait à celle du dessus. Les rares fois où je l’ai réalisé, ceux-ci ont été étonné du résultat. Et pour cause, l’ouvrant est deux boutons, donc assez échancré.

Si vous forcez une veste deux boutons en trois boutons, par repassage, le col va tirer, il manque un petit peu de tissu à l’angle °° sur le dessin 4. L’inverse est aussi vrai, si vous cherchez à ouvrir plus une veste trois boutons, le revers va pousser le col, celui-ci va décoller, il y a un excès de tissu.

ILLUS83-4

La nuance en grande mesure entre une veste trois boutons italienne et une française vient de la position du troisième bouton en haut. En France, les tailleurs placent le point d’entrainement du revers 2cm au dessus du dernier bouton (B »). Le revers et le col vont se placer ainsi en position trois boutons quasiment toujours sans beaucoup s’évaser avec le temps. M. Guilson pour ne pas le nommer tracerait ainsi car c’est ainsi, point ! Les italiens sont plus décontractés sur ce point. Ils n’hésitent pas à placer le point d’entrainement sur le bouton (B’), voire même un peu avant. L’effet est immédiat, le revers roule sur le bouton. S’il n’est pas boutonné, hop l’effet évasé apparait. Magique !

ILLUS83-5

Le bermuda

8 juin 2015

Il fait chaud, il fait chaud. Ce dimanche après midi pour me reposer et voir un peu de verdure, je suis allé me promener autour du Grand Canal à Versailles. Ce fut l’occasion d’y constater la tenue officielle en vigueur les jours de chaleurs : chaussure bateau, bermuda, ceinture et polo (le plus souvent rentré dans le short). Les tons sont classiques, marine et blanc ou col colorés (vert, rose). J’ai vu aussi quelques plus lointains visiteurs en pantacourt… Ouhla, je ne préfère même pas commenter. Quelques scouts portaient également le bermuda, assez court sur la cuisse. J’ai également croisé des messieurs qui faisaient de la course à pied, en mini mini short. Je me suis alors questionné sur la longueur du bermuda et son histoire. Quelle est la norme de longueur de cette pièce. Aux genoux? Au dessous? Très au dessus? Étudions cela quelques instants.

L’histoire de cette pièce aérée est difficile à tracer. Le short sur les courts de tennis serait apparu durant les années 30. Plus précisément, l’auteur Josh Sims rapporte que ce serait le champion Bunny Austin qui aurait le premier coupé son pantalon lors des championnats américains de 1932. Est-ce vrai? Il est certain que les sportifs aux quatre coins du monde ont du y penser, très tôt je pense.

Les anglais ont une autre histoire et estiment avoir inventé la pièce. Ce serait les militaires en poste au Bermudes (alors siège de la Royal Navy pour l’Atlantique Nord) qui auraient demandé à raccourcir leurs pantalons jugés trop chauds pour les tropiques. L’Amiral Mason Berridge aurait accepté qu’une telle chose fut faite. Pour son propre agrément aussi. Mais en contrepartie du raccourcissement du pantalon en short dit ‘bermuda’, le port de chaussettes très hautes devint obligatoire. Cela rappelait un peu l’élégance en culotte à l’ancienne et bas de soie. Le bermuda ainsi créé doit avoir des pinces et pouvait être porté aussi bien le soir qu’en journée, chose très étonnante. La mode fut si populaire que les habitants des Bermudes firent du bermuda un élément du costume national et les policiers étaient ainsi vêtus.

ILLUS82

Dans le détail, je n’arrive pas à savoir la longueur exacte de ce bermuda militaire. Josh Sims rapporte qu’il doit être coupé à 7,5cm au dessus du genou (peut-être le milieu). A l’inverse, wikipédia anglais dit 1 inch au dessus, soit 2,5cm au dessus (peut-être à partir du haut du genou). Du coup cela reviendrait un peu au même. Dans la marine nationale française, le bermuda se porte très court, je pense 10 à 15cm au dessus du genou. Il faut avoir de belles cuisses bronzées pour ça !

Une chose est sûre, plus il est long, plus il doit être large. Car s’il est étroit, en position assise, le genou sera bloqué. Cela explique que les bermudas de surf, très long et en dessous du genou, sont aussi très larges. A l’inverse, plus vous montez le long de la cuisse, plus le diamètre peut-être étroit. Il peut par ailleurs être terminé avec un ourlet simple ou alors avec un revers.

Enfin dernière chose, pour les anglais et les américains, il est tout à fait admis – sous des latitudes chaudes – de porter le bermuda dans des occasions formelles. Il doit alors être complété d’un blazer et d’une cravate. C’est amusant !

La couleur des pantalons et des souliers

2 mars 2015

Commencer à assembler une garde-robe raisonnée demande un peu de réflexion, sur ses propres usages en particulier. Être majoritairement au travail en costume ou au contraire en décontracté change la donne. Si vous n’avez pas besoin du costume pour tous les jours, acheter quelques bons pantalons est important. Mais par quoi commencer?

Du point de vue anglais, le pantalon dépareillé est par essence gris. Le pantalon gris est le complément indispensable des vestes en tweed et des pullovers. C’est la tenue idoine pour toutes les occasions informelles. Le pantalon gris peut aussi faire moins british s’il est associé avec un pull anthracite ou noir et des souliers noirs. Il devient alors plus urbain, bon chic bon genre. Avoir plusieurs tonalités de gris est envisageable et souhaitable, anthracite, gris moyen, gris clair. Avec, aucune erreur, vous serez toujours le ton.

Si vous allez un peu au delà de ce raisonnement sur la couleur, vous pouvez aussi imaginer des pantalons gris dans des matières plus saisonnières. Par exemple un pantalon gris moyen en flanelle pour l’hiver et un autre gris clair dans une laine froide très légère. Non pas que le clair soit réservé à l’été et le foncé à l’hiver d’ailleurs, une flanelle presque blanche peut créer des accords merveilleux avec le tweed durant la saison froide.

Au delà du gris, vous pouvez acheter un pantalon bleu marine. Comme je l’avais dit il y a quelques temps dans un article consacré au sujet, il remplace merveilleusement tous les chinos marine. Et en laine, le tombé est bien meilleur. Avec un pantalon marine, vous tenez la pièce passe-partout, à additionner d’un pull aubergine ou gris clair, d’un pull zippé marron etc…

Je recommande aussi la possession d’un pantalon de laine marron, qui est un essentiel simple de la garde-robe aussi. Le marron n’est pas une couleur facile et ne va pas forcément à toutes les peaux. Mais le pantalon est loin des yeux et du visage, la mine apparaitra moins terreuse qu’avec une veste marron par exemple, qui n’est pas facile à manier. Le pantalon marron va très bien avec un pull marine ou une belle veste de tweed, unie ou à carreaux. Réalisé dans un drap de super 120’s, il sera doux et remplacera avantageusement le modèle en tweed qui gratte.

Enfin, le pantalon chino réalisé en toile beige de coton est l’essentiel de presque toute garde-robe. Attention toutefois à choisir un coton avec de la tenue et un modèle avec surtout pas trop d’aisance. Car un chino beige mal ajusté peut vite faire sac à patates. Les pinces sont à utiliser avec précautions à ce sujet.

Une fois ce tour d’horizon effectué, quelle couleur de souliers mettre. Voilà une question passionnante aussi et qui mérite réflexion. A priori, toujours dans une optique classique, le soulier noir ne va qu’avec le costume et n’est pas adapté à une tenue dépareillée. Seulement si vous ne portez jamais le costume et que vous souhaitez tout de même porter des modèles noirs, vous pouvez. Le tout est de faire cela avec chic et allure.

Ainsi, j’ai tenté des associations à ce sujet. J’ai dessiné un pantalon et je propose les couleurs de cuirs qui iraient avec. Cette proposition vaut pour un pantalon seul et pour un costume aussi. Dans un premier temps, avec un pantalon anthracite, le soulier noir va bien. Je ne l’ai pas dessiné mais un soulier en veau-velours foncé est aussi idéal. Avec un pantalon marine, le noir va (si vous portez le costume) et le marron va (si vous portez le costume ou le pantalon seul). L’accord de marine et de marron est difficile aux yeux des anglais. L’accord de marine avec du noir est difficile aux yeux de nombre de mes clients mais pas des anglais. Choisissez votre camp !

ILLUS76aAvec des pantalons gris moyen et gris clair, la chaussure noire continue d’aller, en particulier si vous portez le costume. Si le pantalon est seul avec des souliers noirs, il vaudra mieux jouer une carte plus urbaine en complétant en haut avec de l’anthracite ou du violet par exemple, une couleur sombre. Le marron foncé type bergeronnette est toujours bien vu et le marron clair presque mordoré apparait. Ces souliers très clairs sont maintenant très à la mode. Autant en parler. Ils correspondent au goût actuel pour le mélange très ‘Brunello Cuccinelli’ de gris très clair et de couleur camel. Un engouement italien pour les nuances claires.

ILLUS76b

Enfin, avec les pantalons marron et beige, c’est évident, il faut accorder les cuirs dans les mêmes tons. Et je ne parle même pas des souliers burgundy et autres fantaisies patinées.

ILLUS76c

Je vous souhaite une excellente semaine, Julien Scavini.

Le pantalon à carreaux

9 février 2015

Il y a quelques années au début du blog, je me souviens m’être intérrogé sur l’usage d’un pantalon à motif, comme le carreau, porté seul, sans la veste. Je trouvais l’idée saugrenue, autant que celle d’un pantalon uni bleu marine. Les années ont passé et mon goût très britannique et très figé dans un carcan de code 1950 a lui aussi évolué. L’âge, mon développement professionnel et la confrontation aux multiples idées soumises par mes clients expliquent peut-être cela.

Quoiqu’il en soit, j’ai pris l’habitude le samedi, le jour du commerce et aussi le jour où je suis le plus en effervescence de m’habiller décontracté. C’est à dire que je ne mets pas de veste. Car lorsqu’il faut se baisser de manière intempestive pour mettre un ourlet en place, ou examiner la longueur d’une manche, la veste n’est pas pratique. Certes, le gilet a été inventé pour cela, mais je n’en ai pas encore assez.

Depuis un certain moment alors, j’ai pris l’habitude de porter un chino bleu marine, une couleur que j’aime, surtout en association avec du marron et du marron veau-velours. Tenue que j’ai renforcée par l’adjonction de paires de bucks blanc et crème que j’ai acheté il y a quelque temps. Car qui dit tenue décontractée ne veut pas dire tenue négligée. J’essaye de cette manière de trouver un style un peu américain 40’s. Seulement voilà, le coton c’est moche. Un pantalon de coton se froisse très vite et fait débraillé. En bleu marine, c’est pire, la couleur fait délavé. Y compris d’ailleurs avec les plus beaux cotons.

A4 Portrait _ Master Layout

En souvenir d’un monsieur très élégant, mais très simple aperçu dans le métro il y a quelques mois, je me suis alors confectionné un beau pantalon bleu marine lumineux, en laine simple super 120’s. Et dès lors ma tenue du samedi était toute trouvée. Chemise à rayures bengal ou carreaux fins, pantalon de laine bien coupé, richelieu ou mocassin en veau-velours, avec quand il fait froid, un peau pull violet, marron ou beige. Un ensemble un peu italien, j’en conviens.

Et puis, un client est venu me voir un peu avant Noël pour réaliser un pantalon de tartan, type golf, pour mettre le week end. L’idée m’est apparue fabuleuse. En regardant des dessins d’Apparel Arts, toujours disponibles ici, je me suis aperçu que la chose pouvait avoir de l’intérêt.

Le pantalon à motif, prioritairement le carreau, le prince de galles ou le tartan, a de l’intérêt car il est la pièce principale d’une tenue. Car lorsque l’on ne porte pas de veste, il est possible d’être vite fade. Or, le pantalon ainsi réalisé apporte immédiatement un plus. En haut, la chemise peut être unie ou arborer de fins carreaux. Le pull-over est le plus souvent uni. Il n’apporte rien mais peut tempérer le carreau.

Aussi, je trouve que le pantalon à carreaux est le parfait lien vers des souliers de qualité. Il les mets bien en valeur dans mon esprit. La tenue peut être dans l’ensemble à la fois sobre et contrastée.

Car le pantalon à carreaux permet de jouer avec une ou deux couleurs. Il peut être gris avec un prince de galles fenêtré violet, il peut être en prince de galles beige, il peut être en tartan de bleu et de marron, il peut être vert à discrets carreaux rouille, etc etc etc. Vous pouvez ainsi broder autour de ces couleurs, pour faire des rappels sur la chemise, d’autres sur le pull ou le cardigan, d’autres sur le soulier. La variété est importante.

A4 Portrait _ Master Layout

Enfin, le choix est moins risqué. Car lorsque l’on parle de veste sport, la réalisation sur-mesure est plus complexe que pour une veste unie. Que choisir ? Quel tweed ? Comment se rendre compte de l’effet final ? Le motif n’est-il pas trop fort ? La couleur pas trop criarde? Que de questions que seuls les plus téméraires osent affronter. Alors qu’un pantalon, entre 300 et 400€, représente un risque moindre et une fantaisie calculée.

Bref, j’ai comme vous le voyez sur ce sujet, abandonné mes grands principes anglais. Car au fond, la plus grande élégance de nos jours est une élégance de la situation. Il ne sert à rien d’être endimanché pour être endimanché. Il convient plutôt de faire l’effort maximum suivant son rythme de vie et le milieu dans lequel on évolue. Être un plouc friqué et décontracté en doudoune Moncler est à la portée de beaucoup. Réfléchir à l’accord de son pantalon de tartan avec son chandail William Lockie et ses brogues est autre chose et le résultat sera toujours plus plaisant aux yeux des amateurs, y compris aux plus britanniques !

Bonne semaine, Julien Scavini


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 713 autres abonnés