Boutiques fouillis !

13 octobre 2014

Comme ancien architecte, j’aime bien réfléchir moi même à l’aménagement et à la décoration de ma boutique. Choix des coloris, harmonie de la charte graphique, sacs, housses ; de la couleur des plinthes à la couleur des murs, des rangements etc. C’est un travail de longue haleine, qui se couple aussi avec l’apprentissage du goût en matière de décoration intérieure et de style : style résolument moderne, Art Déco ou Régence ; plutôt style anglais ou style français (car oui en décoration cela existe à la différence du vêtement homme).

Ces questionnements sont doublés par le placement commercial de mon activité. Où dois je me situer? Haut de gamme ou moyenne gamme, humble artisan ou belle maison, échoppe moderne ou d’un goût plus désuet? Car l’esthétique d’un commerce révèle tout de celui-ci. Un art du stéréotype en somme. On n’entre pas chez Ralph Lauren comme l’on entre chez Melinda Gloss.

Même si je mène un questionnement de la cible comme on dit dans les milieux intéressés, je ne suis pas pour autant marketeur et n’ai pas fait de hautes études commerciales. Alors je tâtonne, de manière empirique. Le chic me guidant, comme seul maître mot.

Toutefois, au fil de mes recherches, je note une chose, le goût de l’authentique. Depuis peu, pour faire face au succès grandissant, je suis obligé d’utiliser occasionnellement l’atelier comme lieu pour les essayages ou les commandes, pour garder un caractère intime à l’acte tailleur, pendant que visiteurs ou curieux attendent dans la première pièce. J’ai noté un certain plaisir des clients à venir à l’atelier, là où les chutes de tissus trainent par terre, où la table de coupe est recouverte de gros ciseaux et où les vestes sont parfois éventrées, en attente de retouches.

Je me souviens avoir visité il y a fort longtemps un autre tailleur, Markal je crois, qui recevait au premier étage d’un immeuble haussmannien dans un désordre indescriptible. Une chatte n’y aurait pas retrouvé ses petits. Et pourtant le bougre a la plus belle clientèle de tout Paris, une foule de DG et autres notables de la politique et des arts.

ILLUS59

A l’instar de cet honorable tailleur, je connais un petit pressing, qui ne paie pas de mine et propose de la demi-mesure de qualité moyenne. Je sais qu’il fonctionne très bien. Nombre de messieurs en apportant chemises et caleçons le samedi matin s’y font prendre les mesures. J’imagine que cette ambiance ouvrieuse, chargée de vapeur et de perchlorétylène les inspire.

j’ai souvent noté cette curieuse envie de certains hommes pour le très basique, voir le bazar. Regardez chez Mettez, vénérable institution parisienne. Impossible de circuler, le stock est immense et je peine à croire qu’ils soient même capable d’en faire l’inventaire. Et pourtant, les messieurs adorent.

J’explique cela de trois manières. Une première catégorie d’homme n’aime pas le vêtement, par inintérêt. Une seconde n’aime pas le chic, par dégoût ou par peur (peur de ne pas se sentir à la hauteur socialement par exemple). C’est sûr qu’il fallait une petite dose de courage pour rentrer chez Arnys et oser regarder les vêtements, encore plus pour s’asseoir dans une de leur bergère. Ce luxe de service, qui se ressent dans le prix, peut effrayer.

Je décrierais également une autre catégorie d’hommes que je pense être toujours des enfants au fond d’eux. Ainsi, s’ils ne vont plus acheter des jouets pour eux même – bien que l’envie d’un train électrique les mette en joie – le vêtement est l’objet d’un achat de plaisir. Ainsi, au lieu de baver devant la devanture du marchand de jouet, ils bavent devant la devanture d’une boutique de vêtements et accessoires, tout en fouillis. Il y a là un petit côté malle au trésor. On ne sait tout à fait si l’on y trouvera son plaisir, mais par plaisir, on va aller y fouiller.

C’est d’ailleurs tout le charme des boutiques anglaises, qui sont sombres, avec des murs recouverts d’acajou foncé, du tartan au sol, des fauteuils clubs affaissés et de marchandises qui jaillissent de partout. Rien que par cette description, je pense que vous serez plusieurs à éprouver le même plaisir que celui qui consiste à tremper son doigts dans un pot de pâte chocolat-noisette. Les américains ont un mot pour décrire cette atmosphère : haberdashery qui signifierait Mercerie.

Certains clients aiment le chic, l’ordonné et le luxueux. Ils aiment s’asseoir dans un fauteuil Louis XVI et apprécient qu’on leur serve un thé. Si le vendeur est légèrement obséquieux, c’est encore mieux. Question de rang. Il y a d’autres messieurs, qui au contraire aimeront tutoyer le vendeur, se sentir comme chez eux, au milieu d’un désordre indescriptible. Ils aimeront relativiser le moment, ne pas en faire toute une histoire. Bref, deux parcours différents.

Une chose est sûre, les hommes sont plus difficiles à convaincre quand il s’agit de vêtement. Les mettre à l’aise est la première qualité d’un bon vendeur, et d’une bonne boutique !

Des pièces millésimées dans vos vestiaires

5 octobre 2014

Cette semaine, je donne la parole à mon ami, Jean-Baptiste R., qui a eu la bonne idée de me soumettre ce papier très intéressant !

Ces derniers temps, l’actualité ne cesse de relayer les nombreux changements qui se produisent au sein du secteur du luxe et de l’artisanat. Rachats spectaculaires (à l’instar de la fameuse Savile Row tombée dans l’escarcelle d’un fond d’investissement norvégien), volatilité des directions artistiques, naissance et renaissance de « maisons » en tout genre… Tous ces éléments nous rappellent que ces entreprises mènent une existence propre, avec des conséquences importantes sur les produits qu’elles fabriquent.

On oublie trop souvent que les articles proposés illustrent à merveille l’état d’esprit d’une maison à un moment donné. Dans ce secteur où le facteur humain est prédominant, chaque incident peut avoir une influence considérable sur le rendu final du modèle.

Chaque pièce a sa propre histoire. L’ambiance régnant dans l’atelier, la présence ou non de tel artisan, la qualité de tel arrivage de matière première, lors du passage de votre commande peut avoir un impact important sur le résultat final. N’oublions pas les périodes d’apogées, de déclin voire de rachat. Avez-vous acquis votre Forestière chez Arnys ou chez Berluti ? Vos costumes de chez Kilgour datent-ils de votre grand-père ou de 2013, date du rachat du tailleur par le fond Fung Capital ?

ILLUS58

Poussons la logique jusqu’au bout : le comportement du client influence également sa commande. Incitera-t-il par sa gentillesse, sa personnalité, sa confiance ou sa fidélité l’artisan ou le vendeur à se surpasser ?

Dès lors, avant de pousser la porte d’une boutique il convient de garder à l’esprit ces réflexions suivantes : dans quelle situation se trouve l’entreprise actuellement (indépendante ou non, en situation d’émergence, d’apogée ou de déclin…), qui est votre interlocuteur (fondateur, salarié ou stagiaire ?), la production est-elle stable (changement de sous-traitant, délocalisation, changement de personnel…) , quid du timing de votre commande (fermeture annuelle de l’atelier, manufacture débordée par les commandes…), etc.

Il n’y a pas de règle établie pour une commande exceptionnelle. Néanmoins il s’agit toujours d’une aventure humaine qui dépend en partie de la chance et de votre engagement personnel. Ce raisonnement est également valable pour les achats d’occasion.

Et vous, possédez-vous quelques pièces millésimées dans votre garde-robe ?

Bonne semaine, JS.

 

Classe américaine

29 septembre 2014

Je discutais récemment avec une journaliste qui m’interrogeait sur la cravate et son usage, qui lui semblait à juste titre tendre à disparaitre de nos jours. Par différent biais, nous arrivâmes à discuter des cravates des hommes politiques, français notamment, qui semble affectionner les modèles ton sur ton du costume.

Je repensais ainsi à M. Sarkosy qui aime les cravates en grenadine. La grenadine pour ceux qui l’ignorent est une fine maille de soie, tissée et non tricotée. Elle a une tenue assez raide du fait de son épaisseur et est assez mat du fait de ton tissage qui absorbe la lumière.

De manière générale, les gouvernants français aiment le sobre, le sans relief, le sans goût pourrait-on dire. Le gouvernement (presque) actuel est très représentatif de cela. Des cravates sombres, avec parfois un bleu plus roi, comme pour notre président. Amusant du reste un tel choix de coloris.

A mon humble niveau de commerçant, je constate aussi que le bleu marine, plutôt sombre a le vent en poupe. Etant attaché à ma trésorerie que je ne saurais laisser en souffrance trop longtemps, j’ai la lâcheté de produire des cravates bleus en quasi majorité. Toutefois, je n’en ai jamais vendu d’unie. Elles sont toujours texturées, soit imprimées ou brodées d’un petit motif, peut-être ton sur ton, mais jamais unies. Je m’adapte à ma clientèle. Deux cravates bleu ciel que j’ai fabriqué cherchent désespèrent preneurs !

ILLUS57

Pourquoi un tel goût en France? Toujours ce plaisir d’être soit disant en retrait par rapport à l’élégance de la gent féminine ? Ou un goût à l’italienne ?

Mes petites recherches sur le sujet m’ont amené à regarder les autres pays. Le Royaume (encore) Uni a à sa tête un gouvernement assez fade aussi. Les cravates n’y sont pas que bleu ou marine ou océan, mais parfois violette ou jaune. Seulement, ces couleurs sont plutôt criardes, en tout cas rarement de bon goût.

Enfin, la journaliste et moi avons évoqué les séries politiques que j’affectionne, House Of Cards ou The West Wing. Une remarque m’est alors apparue. Eux, les américains, portent du bleu ciel. Il portent aussi du rouge à l’envie. Et diantre, ils osent encore la rayure club ! Ce conformisme social faisait d’ailleurs l’objet d’une blague dans le film The Social Network, relatant la création de Facebook quand les deux frères je ne sais plus comment se présentaient à je sais plus qui, leur répondant : hey vous voulez quoi, me faire ouvrir une franchise Brooks Brothers? Les deux portraits de sénateurs ci-dessus sont extraits du trombinoscope du Sénat. Ce sont les plus sobres et les plus représentatifs. La chemise blanche est aussi le complément quasi essentiel ! Les chemises à rayures bengal sont rares aussi, sauf pour les plus anciens représentants. Les rares en chemises bleues doivent être des biknit comme dirait Coluche ! Barack Obama ne dénote pas dans le tableau.

Par contre, un point qui mettra tout le monde au même niveau, les parlementaires des deux côtés de l’atlantique sont aussi mal fagotés !

Soirée Stiff Collar

26 septembre 2014

Messieurs et mesdames,

comme évoqué récemment, j’ai l’honneur de vous inviter le Mercredi 15 Octobre,

entre 18h30 et 21h30,

à la boutique, Scavini, 50 bd. de La Tour-Maubourg, Paris 7ème,

Métro 8 LA TOUR-MAUBOURG.

A4 Portrait _ Master Layout

J’ai un gros stock du livre ModeMen et le signerai volontiers !

N’hésitez pas à répondre en commentaire si vous venez !

Emboitement et emmanchure

21 septembre 2014

Confectionner une veste pour un client exige beaucoup de travail et des mesures précises. Cela demande aussi de comprendre ce dernier, et encore plus, d’arriver à le faire parler sur ses goûts, ses envies et son ressenti, peut-être le point le plus important.

Les longueurs sont un point crucial, longueur du corps d’abord, longueurs  des manches ensuite. Mais ce sont des points stylistiques. Il y a ensuite le niveau de cintrage, un point stylistique qui mêle aussi le confort. Car il faut pouvoir respirer dans une veste, il faut aussi pouvoir la fermer. ll faut aussi prévoir les éléments que le client va mettre dans les poches intérieures. Qui plus est, les vestes entoilées supportent moins bien les cintrages forts que les veste collées. Le tissu n’étant pas rigidifié (par le thermocollant) mais seulement accompagné (par la toile), la nuance est importante, il a tendance à se comporter naturellement. Aussi, le fameux X décrit dans la documentation spécialisée se produit plus rapidement avec une veste entoilée, parfois même pour un simple cintrage. C’est plus souple ! Sauf à utiliser une flanelle de 400gr, mais ce n’est pas forcément l’envie commune. Et puis le corps gonfle dans la journée…

Attention aussi à votre physique. Si vous avez les épaules larges et hautes, ou la tête assez forte, une veste trop cintrée pourrait vous donner l’air d’un bilboquet !

Un peu plus haut que le cintrage, il y a la poitrine et le raccord des manches. Ici, l’étude doit être approfondie et le tailleur ne trouvera pas forcément le ton juste dès la première veste. Car devant, le long de l’emmanchure, au dessus du poitrail, le niveau de drapé du tissu peut-être modulé, c’est ce qu’on appelle l’emboitement ! La veste peut ainsi plus ou moins serrer le flanc pour tourner et passer sous la manche. Laisser un peu trop de tissu aura tendance a visuellement gonfler la poitrine. En retirer juste un peu trop pourra faire ouvrir le revers. Et ce point se commande difficilement, passant de trop à trop peu assez rapidement.

ILLUS56

Les tailleurs s’écharperont tous sur le sujet. Certains aimeront laisser un peu de gras, d’autres préféreront tendre la ligne pour emboiter le flanc. Un travail spécifique de la toile et de la courbe d’emmanchure sera alors réalisé. La toile pourrait être par exemple piquée en même temps que la manche dans sa partie basse et courbée, et être bâti souplement dans sa partie haute avec l’épaulette. D’où une certaine rigidité au galbe mais une épaule qui avance souplement.

Se sentir tenu au bord du flan et sous la manche peut être ressenti comme un avantage (pour une majorité de clients actuels) ou une gêne (principalement pour les clients au delà de 50ans ou ceux n’ayant pas l’habitude).

Ce point de précision est complété par l’emmanchure haute. Plus elle est haute, plus le confort dans les mouvements est intense. Mais cela peut être ressenti comme une véritable gêne. Je ne joue pas trop avec ce point, préférant une version entre deux. Car l’emmanchure haute demande une réelle habitude. Elle se sent et peut faire transpirer plus. De là découle une usure rapide des doublures sous l’effet de l’humidité acide.

Les messieurs d’un certain âge préfèrent quant à eux une emmanchure profonde et un emboitement au large, pour ne pas sentir la veste. Ils y trouvent une plus grande liberté de mouvement, le tout soutenu par une épaulette cantilever. Tout l’inverse de l’affection italienne pour l’emmanchure haute et l’emboitement serré. Mais au fond, chacun ses goûts !

Bonne semaine, Julien Scavini

Signature ?

18 septembre 2014

Mes chers amis,

peut-être ne le savez vous pas, mais je ne suis pas très bon gestionnaire de mes Relations Publiques (même si je peux donner le sentiment inverse). J’aime bien le calme de ma boutique ou de ma chambre, devant mon écran à vous écrire. Seulement, nombreux sont les lecteurs qui me poussent à organiser une petite soirée dédicace…

Alors soit, je pensais un des premiers mercredi soir du mois d’octobre ? le 15 ? Qu’en pensez vous ? Je suis à l’écoute :) Ma boutique n’est pas bien grande, mais si le temps le permet, le trottoir est très large !

JS

Une veste en Grande Mesure – 2

14 septembre 2014

Après avoir découpé, marqué, puis surfilé certaines pièces, on coud! Première étape, le milieu dos (une facilité déconcertante) et les pinces devant, plus ardues. Ces pinces se trouvent au milieu du buste et commencent juste sous la poitrine. Elles sont une invention plutôt récente, disons de l’après guerre pour faire simple. C’est la première étape du cintrage.

Cette pince a un sommet, où elle meurt, et une fin où elle ne meurt pas, c’est à dire où sa valeur de retrait est conservée. Les moins couturiers auront du mal à comprendre, les plus expérimentés me suivent. Donc cette pince, qui débute à 0 d’un côté retire progressivement 2m. Comment résorber ces 2cm? Et bien voilà la grande invention des tailleurs : le mariage, saignée horizontale qui décale le panneau haut du devant par rapport au panneau bas, et que l’on masque… par la poche passepoilée. Vous comprendrez mieux en image, que voici.

Bref, une fois la pince réalisée (il existe plusieurs méthodes et toutes cherchent à compenser le haut de la pince, là où elle meure, pour éviter la petite bulle dans le tissu), on l’ouvre au fer. En tailleur, le repassage des coutures se fait en deux temps : on ouvre à la pointe du fer sec, puis on écrase, sans pattemouille mais avec de l’eau si l’on est sur l’envers. On laisse le fer pour ‘cuire’ la laine, cette dernière est revêche !

Après la pince, le petit-côté se raccorde au bord du devant, simple opération malgré une couture en contre-courbe. On clôt aussi le mariage, que l’on a contrôlé auparavant (pour ne pas avoir d’espace entre les deux lèvres).

Le devant est terminé. Vous pouvez aussi voir à quoi servent les crochets tailleurs (les fameux points de marques symétriques). Ils servent à voir le dessin final malgré les marges de couture généreuses et utiles aux essayages !

 Ce devant, pour être rigidifié doit être soutenu. Il doit y avoir une structure interne. La technique moderne consiste à thermocoller le devant et ceci directement à la coupe. Pour ma part, j’utilise seulement le thermocollant dans les rabats de poche, sous le mariage à l’emplacement futur des passepoils et aussi des boutonnières main, ainsi que ça et là, pour x ou y raison.

Pour ma part, je travaille à l’ancienne, j’entoile! Ah l’entoilage, quel poème. Ce dernier permet 1- de rigidifier le devant 2- de supporter le poids des choses que l’on met dans les poches. C’est en effet la toile qui récupère le poids, car les fonds de poches y sont cousus. Et le fait que la toile soit en laine et simplement posée sur le tissu et non collée garde toute la souplesse au tissu. Le tissu respire, le bonhomme aussi, la veste vieillit mieux, le bonhomme aussi !

Cette toile est constituée d’un grand pan de toile proprement dite, la plupart du temps 100% laine. Cette toile en droit-fil va de haut en bas et reprend grossièrement la forme du devant (en étant un peu moins large). Au niveau de la poitrine jusqu’à l’épaule, cette toile est renforcée par une ou plusieurs couches, les plastrons, la plupart du temps, un mélange de laine et de crin de cheval ou de crin de chèvre, pour le côté ressort. Ce point est particulièrement important pour garder à vie un joli bombé sur la poitrine. Enfin, une couche de ouate recouvre les plastrons, qui sont capables de piquer à travers la doublure.

Pour lier les couches, il est possible de faire une multitude de points de chevrons, chose que j’ai expliqué il y a bien longtemps. Pour ma part, j’aime acheter des toiles préfabriquées, à la bonne taille. Les matières sont tout de même nobles et cela me fait gagner du temps. Elles sont à la fois fines et rigides, j’aime ça.

L’entoilage est une étape délicate que je ne saurais expliquer en détail. Il faut placer le tissu du devant sur la toile, en s’assurant que le tissu de la veste est bien tendu. Il faut nettoyer comme on dit en tailleur, c’est à dire tendre sur le bombé du torse. En revanche, à d’autres endroits, il faut mettre plus de tissu que de toile, pour créer des embus. La mise sur toile se doit d’être impeccable ! La taille doit être bloquée, tout comme une ligne verticale passant près de la pince. D’un tailleur à l’autre, les mises sur toile varient, mais ces deux lignes de bâtis restent. On repasse.

Je contrôle la mise sur toile le lendemain, après repos et sur le mannequin, pour vérifier le droit-fil et l’aspect général qui est très important. Il faut que ce soit beau ! Et aussi joli que les industriels, sinon à quoi bon le faire à la main si c’est pour avoir quelque chose de moche !

Il n’y a plus qu’à assembler les deux devants avec le dos. Ces étapes de bâtissage sont importantes. Il faut coudre de manière temporaire aussi bien que de manière définitive. Car à l’essayage, il faudra de la précision pour voir les défauts. Donc, on bâti finement, proprement, en respectant bien les valeurs de couture et les relarges s’il y en a. Il faut mettre en place la toile parfaitement à l’épaule, puis une petite épaule qui sera là à la fin. Oui la pente d’épaule dépend de l’épaulette, il ne faut pas l’oublier. Celle-ci est en ouate et fait 1cm d’épaisseur.

Une veste avec épaulette même fine est toujours préférable à rien du tout. Le tombé est meilleur, la clavicule se place mieux. C’est aussi plus simple pour le tailleur qui sinon s’arrachera les cheveux !

Voici le corps. Je vais maintenant fabriquer les manches. C’est assez simple. Il faut commencer par coudre la couture avant de la manche, appelée composé de saignée. Un peu technique, mais les techniciens comprendront : la manche est courbe. Mais la couture n’est pas sur cette courbe, elle est 2cm derrière. Dès lors, pour éviter que la manche tire ou vrille, il faut étirer, détendre le tissu du composé de saignée au fer. Le repassage de cette couture se fait toujours sur le même schéma, dessus de manche plissé trois fois pour la courbe. Je monte vite fait le bas de manche après.

Le dessous de col est réalisé avec un sandwich de feutre de laine et de toile de lin très rigide. Le patron papier ébauche une forme très généreuse. Le sandwich est lié par des points de chevrons, toujours les mêmes, qui traversent à peine pour ne pas être vus. Une fois cette tâche ingrate terminée, on détend le tout au fer (la toile de lin est en biais, le feutre n’a pas de sens !) D’abord on casse le col contre son pied de col, puis on détend la courbe pour l’allonger.

Quand les accessoires sont là, petit bâti rapide du sous col en place (il faut y rentrer de l’embu aussi) et raccord aux futurs revers, et mise en place des manches avec une cigarette pour apprécier le volume de tête de manche.

Le veston est prêt pour le premier essayage ! En tailleur, jamais de toile, direct dans le tissu. Les hommes ne varient pas beaucoup dans leurs mesures, aussi le patron tombe juste. Si toutefois le tailleur pensait son client plus mince qu’il ne l’est, il agrandit avec les relarges judicieuses. Et il faut aussi noter que la toile de coton est une cochonnerie qui ne partage aucune qualité avec la laine. Raide, elle se travaille mal et ne permet pas vraiment de mettre des embus.

Voici l’essayage, je ne suis pas tombé trop loin de l’arbre ! Il faut dire que mon honorable client expérimente ma petite mesure italienne depuis 3 ans ! Je contrôle le cintrage, l’horizontalité de la veste, sa symétrie droite et gauche et le cas échéant son asymétrie si le client est bancal, l’aisance générale, le placement des épaules, l’aisance de la manche et l’aplomb de la manche !

Ensuite, je démonte ces dernières ainsi que le col, je remets à plat l’ouvrage pour faire les corrections et les noter également sur le patron, pour les fois prochaines.

J’emballe tout pour expédier à mon ouvrier, avec une fiche détaillée et des morceaux du patron de base. Celui-ci va réaliser les poches, les revers, mettre en place la garniture ainsi que les doublures. Bref, tout le travail du corps, c’est le travail de l’apiéceur ou du façonnier. La veste me revient, nous sommes à un stade plus avancé ! Il me faut maintenant songer à la suite, rebâtir les manches avant de terminer.

La suite du roman sera donc pour plus tard, quand le client aura essayé cela… :)

Une veste en Grande Mesure – 1

7 septembre 2014

Les semaines à venir, je vais vous présenter un travail de grande mesure que j’ai mené au mois de Juin, et qui continue encore, au rythme des essayages du client.

Pour ce dernier, presque un ami, j’ai accepté après moult discussions de passer à l’étape supérieure, la grande mesure ! Cela signifie que j’allais réaliser dans mon atelier (avec des aides) un vêtement cousu main, de A à Z. Un travail de longue haleine et surtout périlleux. Car si la réussite donnera au client entière satisfaction, ainsi qu’à moi-même, l’échec sur un travail aussi minutieux peut être rageant, au mieux décourageant.

Bref, pour cette première veste sport après de lointains essais (ICI), mon estimable client a arrêté son choix sur un natté Vitale Barberis Canonico. 280grs, donc un tissu pas trop léger. C’est mieux pour un premier essai main. Les tissus plus légers, comme 230grs ne me donnent aucune satisfaction, même quand façonnés par les plus grandes manufactures de costumes.

La première étape consiste à collecter les éléments de la veste :

  1. le tissu
  2. la doublure, en l’occurrence une veloutine changeante de chez Lafayette Saltiel
  3. la doublure de manche (mignonette)
  4. fil de couture et cordonnet pour boutonnière, fil de bâti (coton blanc)
  5. boutons de corne
  6. percaline (coton pour fonds de poches) et bougran (coton renfort divers)
  7. un peu de thermocollant pour des endroits précis, à minima.
  8. les toiles tailleurs (toile, plastron, crin, ouate etc…)
  9. épaulette ouate
  10. feutre de col et toile de lin pour col

Je ne crois pas avoir oublié quelque chose dans cette liste. Ensuite, il faut dresser un patron. Pour ce faire, j’utilise encore mon logiciel d’architecture pour tracer. Je peux ainsi, à loisir, modifier mes tracer et les regarder, les observer pour sentir telle ou telle courbe, tel ou tel détail. Ce patron, je le fais tirer sur un A0, une grande feuille. C’est très précis ainsi. Je découpe les pièces :

  • A- Devant (comprenant une pince, une courbe en bas, un revers avec emplacement de col en haut)
  • B- Petit-côté (qui se raccorde au devant et se voit greffer la poche côtée)
  • C- Demi dos (qui comme le petit côté se voit adjoindre les fentes)
  • D- Dessus et dessous de manche.
  • + des petits patrons pour les rabats de poche par exemple.

La première étape consiste à préparer le tissu. Celui-ci arrive du stock mal plié. Ainsi, il convient de le remettre en place, endroit contre endroit, lisière contre lisière. La lisière est le bord du tissu avec des écritures. Les tissus font en général 140cm de large. Ce repli en deux vous donne un tissu ‘dossé’ de 70cm de large. Ce tissu a besoin d’être décati. En effet, durant le tissage, les tissus sont tendus et enduits d’apprêts. Et sous l’action future de la chaleur et de l’eau, le tissu pourrait rétrécir. Pour se prémunir contre ce risque, il convient de décatir le tissu, c’est à dire le passer avant coupage à la vapeur. Un bon coup de vapeur suffit. Les tissus d’aujourd’hui bougent certainement beaucoup moins qu’avant!

Une fois ce travail effectué, on place les patrons. Comme je n’ai qu’une veste et beaucoup beaucoup de tissu (on sait jamais!), je prends mes aises. Un tailleur plus expérimenté saura mieux rentabiliser son achat. Les patrons doivent être placés dans le droit fil. Le tissu a un sens (l’horizontale et la verticale) qui dépend des fils qui le composent. Le sens vertical est appelé droit fil. Les patrons sont tracés en prenant en compte l’aplomb naturel du tissu. Donc, le droit fil du patron doit toujours être parallèle aux fils verticaux du tissu. Ce placement est essentiel, comme la mise en place du tissu dossé, pour couper d’un coup droite et gauche en symétrie.

Après un placement correct, il faut tracer à la craie. D’abord détourer les patrons. Ensuite marquer les crans de montage pour la suite. Puis retirer les patrons et tracer les éléments cachés, poches, pinces. Enfin, il faut ajouter des relarges, c’est à dire des valeurs de couture en plus, pour par exemple modifier le cintrage ou augmenter la largeur d’épaule. 2cm en plus, à certains endroits est classique.

Après avoir tracé, on coupe ! Avec un ciseau de coupe, c’est à dire un grand ciseau, c’est plus facile et en faisant de grandes saignées avec les lames, pas de hachage ! La lame fine est vers le bas, la plus haute vers le haut. La pointe de la lame fine reste sur la table. On ne bouge pas trop le tissu en coupant sous peine de déplacer les couches, que l’on aura tout de même épinglées.

Ce travail chez les tailleurs est réalisé par le détacheur. Ce dernier détache les pièces du vêtements et les empile pour l’ouvrier suivant. Les pièces une fois découpées sont marquées (Notam, il est aussi possible de marquer avant la coupe comme je l’ai fait). Le marquage consiste à réaliser avec le fil de bâti des ‘crochets’, plus simplement, des bouclettes. Vous passez un fil vers l’avant, en laissant du mou à chaque point. Ainsi, après découpe, en écartant les deux couches, vous obtenez un devant droit et un devant gauche, marqué au même moment. Ces marques resteront par la suite, car vous coupez les bouclettes entre les deux couches.

Lorsque toutes les pièces ont été découpées, marquées puis séparées, il faut surfiler les valeurs de coutures les plus fines, celles où l’on a pas ajouté de relarges, car exemple les coutures petit-côté et devant, la pince, les emmanchures etc. Ce surfil rapide se fait à la main, c’est plus simple, plus fin, et plus propre. Les points ne sont pas trop petits !

Il faut ensuite penser au montage, nous le verrons la semaine prochaine !

Bonne semaine, Julien Scavini

ModeMen, le livre de Stiff Collar !!

4 septembre 2014

Cher(e)s ami(e)s, enfin ! Après deux ans à écrire et à dessiner, mon pavé est enfin sorti ! Il s’intitule ModeMen, aux éditions Marabou.

Je suis très heureux du résultat. Légèrement inspiré des ouvrages de Bernhard Roetzel, j’ai reconditionné des articles publiés ici, mais largement revus et corrigés ainsi que des nouveaux. Ils sont organisés par chapitre : la chemise, les pulls, les vestes, les accessoires etc.

Le fil conducteur du livre est Antoine, jeune homme fraichement diplômé qui débarque en entreprise, et se rend vite compte que le jean basket, ça le fait pas !

MODEMEN

Évidemment, le propos est entièrement illustré ! Pas de photos, seulement des dessins.

Je vous laisse le découvrir, sur Amazon ou La Fnac, au prix de 16€90. J’en aurais aussi des exemplaires en vente à la boutique, que je pourrais évidemment signer !

Inspiration et éducation

1 septembre 2014

L’une des principales difficultés lorsque l’on se rend chez le tailleur, en particulier la première fois, et d’appréhender le choix du tissu. Et oui, choisir le tissu de son costume sur un petit coupon de quelques centimètres n’est pas simple. Le choix se révèle un peu plus facile lorsque des costumes d’autres clients sont là, à côtés en train d’attendre leurs livraisons.

Le choix peut s’avérer aussi très difficile pour les novices en ce qui concerne par exemple la forme et la position des poches. Tous les détails représentent alors une difficulté.

L’inspiration ! Être inspiré ! La question du désir se cache dessous. De l’envie. Comment faire naître cette envie ? Par la connaissance. Le savoir permet de palier aux difficultés des premières commandes. Des blogs comme Parisian Gentleman, Milanese Selection, ou le mien aident. Les magazines le peuvent aussi, The Rake, GQ ou Monsieur. Surtout les publicités d’ailleurs. Je propose également aux novices peu sûr d’eux d’aller taper des mots clefs dans Google Image. Le défilement des propositions permet de se faire une idée plus précise.

Seulement, il faut prendre une décision. Une décision financière d’abord, qui à cause du coût peut parfois rebuter. Une décision de style ensuite. Et c’est peut-être là qu’est la plus grande difficulté. Car pour beaucoup, jeunes et moins jeunes, il est aisé que le choix vienne d’ailleurs. Je prends l’exemple des poches à rabat par exemple. Plusieurs fois, des clients n’en ont pas voulu, sous le même prétexte énoncé par l’un d’eux en particulier : « je ne suis pas sûr de les assumer ».

Je me suis longuement interrogé sur cette formule tranchante. Elle m’a laissé pantois mais n’a cessé de me travailler. Assumer ! A – ssu – mer ! Pourquoi ? Ces rabats ne sont pourtant que l’entrée d’un temple du classicisme. Tout l’inverse d’une invention délirante ! Est-ce l’expression d’une frilosité ?

ILLUS55

Et puis je me suis dit, mais non. Ce n’est pas la faute du client qui n’arrive pas à choisir. C’est la mienne. Faute de n’être qu’un tailleur. C’est à dire un professionnel qui écoute et non dicte. Qui laisse le choix ! Erreur de ma part. Choix et libre pensée sont-ils tout à fait de ce monde ? Ou le monde est-il celui du préconçu voire du tout cuit, un monde vestimentaire où c’est le styliste- star fait l’œuvre.

Quand Paul Smith ou Agnes B inventent des dispositifs, des coutures spéciales, des formes bizarres, le questionnement change. Car s’ils le font, c’est bien. Mais attention ! La fantaisie se doit de rester discrète !

La boutonnière de revers colorée (voire deux boutonnières) sur une veste noire fade plutôt qu’une veste pimpante en tweed à carreaux colorés ?

Alors certes, chaque client n’est pas un styliste-star en herbe. Chaque client n’est pas obligé de se sentir créateur pour se faire confectionner une veste. Alors comment faire ? Précisément en revenant aux classiques, en les apprenant puis en les ré-interprétants. Bref, en s’éduquant.

S’éduquer à un sujet, c’est s’éloigner des stéréotypes, des poncifs, de la platitude, bref du vulgus, au sens latin : s’éloigner de l’Ordinaire. L’ordinaire, tout le contraire d’une visite au tailleur !

Bonne rentrée. Julien Scavini.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 515 autres abonnés