Faut-il aller au pressing ?

C’est une question que l’on me pose très très régulièrement à propos des costumes, qu’ils viennent de chez moi ou d’ailleurs. De manière générale, il me semble que les hommes mettent trop souvent au pressing les leurs. Je ne parle même pas des quelques rares qui se sentent obligés de l’y amener à chaque fois qu’il est porté. Là, c’est vraiment l’extrême. Plus courant toutefois que l’on pourrait le croire. L’hygiénisme mène à toutes les folies ! A l’inverse, d’autres visiblement n’ont pas l’idée de l’y apporter et ne se sentent pas gênés de porter un chiffon.

La première réponse que je donne est d’y aller assez peu. Pour la bonne et simple raison, chacun aura pu le constater, que les pressings ont tendance à abimer les costumes. Et pour me l’être fait expliquer par un excellent teinturier maintenant retraité, ce n’est pas les solvants utilisés dans les sortes de grosses machines à laver (perchloroéthylène notamment) qui abiment. Mais plutôt l’étape du repassage qui suit, souvent trop rapidement effectuée, avec des fers trop chauds. Qui alors lustrent la laine. Celle-ci se met alors à briller légèrement. Si le nettoyage en tambour n’est pas très onéreux pour le teinturier, la main d’œuvre au repassage l’est. C’est pourquoi cette étape est plus rapidement exécutée.

Première chose à savoir, un costume n’a pas besoin d’aller beaucoup au pressing. Je dirais une à deux fois l’an. Et les manteaux en sortie d’hiver. Précisons.

La veste

La veste en particulier est un vêtement de dessus, qui ne prend pas ou peu la transpiration et les salissures diverses. La chemise est bien plus exposée. Il faut veiller à prendre soin de sa veste. La poser correctement sur un dossier de chaise ou une patère. Et surtout le soir, vider les poches, disposer les rabats des poches convenablement, et remettre la veste sur un cintre épais, qui forme bien les épaules. La veste ainsi disposée, va naturellement se défroisser et s’aérer. Sans poids dans ses poches, elle ne va pas se déformer. L’entoilé intégral est supérieur au semi-entoilé à ce niveau, avec un gonflant plus évident et naturel de la structure interne qui supporte mieux ce cycle actif / repos. Le stockage est très important !

Si la veste a pris des odeurs lors d’une soirée avec des fumeurs par exemple, il faut placer le cintre et la veste à l’extérieur. A l’abri, l’air frais de la nuit fera disparaitre les relents désagréables. Et au petit matin, elle sera parfaite. Il est possible de lui faire prendre un bain de vapeur dans la salle-de-bain, à côté de vous prenant une douche bien chaude. La vapeur va aider la laine à défroisser et aux fibres à se détendre pour permettre aux odeurs de partir.

Il est enfin rare de faire des tâches sur la veste. Là en effet, le pressing sera très utile.

Pour ne pas avoir l’air d’en vouloir au pressing, il faut aussi reconnaitre qu’une veste qui a été nettoyée retrouve un éclat et une vigueur heureuse. La laine retrouve une certaine lueur. Je suis content quant je récupère une veste, je vois que cela lui a fait du bien. Les revers bien lisses, les épaules nettes. Le pressing aide un vêtement a retrouver une jeunesse. Point trop n’en faut.

Le pantalon

Intéressons-nous plus au cas du pantalon. Lui n’est pas un vêtement de dessus. Il se salit plus vite. Nous nous asseyons dessus, et pas toujours sur des surfaces propres. De plus, notre auguste séant y trouve place. Il est donc un peu plus sujet aux tâches et aux odeurs. Si je disais ce que des clients osent me rapporter pour retouche… Un vrai sujet pour un Instagram. Maintenant, j’exige que le pantalon sorte du pressing. Lorsque j’étais plus jeune on me la faisait plus souvent à l’envers. Bref.

Si la veste voit une à deux fois l’an un pressing, le pantalon lui peut y aller plus souvent. Nulle peur d’une décoloration. C’est la lune qui décolore. Pas le repassage. Si vous avez cinq costumes, cela signifie que vous mettez le pantalon une fois par semaine. Si vous amenez le pantalon au pressing tous les deux mois, cela fait huit à neuf ports. Je pense que l’on peut monter à un trimestre entre chaque pressage. Toutefois, l’hygiène ne se discute pas. C’est donc à convenance.

Il est aussi possible de ne demander qu’un repassage et non un nettoyage complet du pantalon. Mais au fond, comme ce n’est pas le nettoyage qui abime mais le repassage, le gain n’est pas énorme, autant faire nettoyer.

Et avant ?

Comment faisait-on au début du siècle me demande-t-on souvent? Et bien, justement tout le bric-à-brac de machines et de produits n’existait pas. Les teinturiers se servaient de patte-mouille (linge blanc humectée) et d’un fer. L’eau contenue dans la patte-mouille se vaporisant au contact du fer, elle entraine la saleté sur le linge blanc. Le vêtement en dessous se nettoie tout seul. Mais c’est très long. Quelques poudres pouvaient être utilisées aussi ai-je lu. En complément, une bonne brosse à poils semi-durs permet de lisser et décrasser le drap du costume.

Attention, si vous le faîtes vous-même, attendez entre chaque mouvement de la veste ou du pantalon qu’elle ou il refroidisse. Il ne faut pas bouger le vêtement chaud, car alors vous allez ruiner votre repassage. La laine chaude gonfle et votre vêtement va perdre toute son allure. Le repassage à la patte-mouille et long. Entre chaque pressage et avant de bouger le vêtement, il faut qu’il refroidisse. C’est pourquoi les tables à repasser des pressings aspirent l’air à travers le tapis, pour créer une dépression qui refroidit le vêtement rapidement.

Cela se pratique-t-il encore ?

Les grands-tailleurs peuvent probablement se charger de ce travail de repassage / nettoyage haut-de-gamme. Mais leur atelier n’est pas non plus fait pour cela. Probablement donne-t-il le costume à un pressing de qualité. Il en existe quelques uns à Paris qui réalisent ce nettoyage à l’ancienne, sans machine. J’en connais trois à Paris :

  • Teinturerie Germaine Lesèche Paris 8
  • Meilleur élève de Pouyanne près du Printemps-Haussmann Paris 8
  • Delaporte Paris 7 qui est le teinturier de Dior Haute-Couture

Il en existe probablement d’autres. Je ne les connais pas tous. Sachez que le nettoyage là d’un costume vous coutera plus de 70€. C’est normal vu le travail. Les boutons sont souvent recousus comme les doublures pour ce prix. C’est du petit entretien et un service.

Et sinon, pour moins cher?

En dehors de ces grands noms, il existe une infinité de pressings, qui cachent souvent un travail industriel. Difficile à juger. Parfois, le fait de délocaliser sur un gros site le nettoyage peut être garant d’une certaine qualité, avec un contrôle qualité renforcé. Il serait idéal de fuir les grosses chaines, et encore donc. L’avantage de ne donner à nettoyer que le pantalon est de réduire le risque d’abimer. Disons que 30 à 35€ me parait honnête pour avoir un bon travail sur un costume. 12€ une veste comme j’ai pu voir est très discutable. Il ne faut pas trop radiner. Testez. Mais si vous amenez vos pantalons quatre par quatre occasionnellement et que vous payez 10/12€ par pièce, si vous vous y retrouvez, je ne pourrais pas y trouver à redire. Rien de vaut des pantalons bien pressés.

Bonne semaine, Julien Scavini

12 réflexions sur “Faut-il aller au pressing ?

  1. Francoise W. 27 avril 2021 / 06:44

    J’ai lu sur quelques blogs que certains pratiquaient le lavage des vestes et pantalons à l’eau froide sans détergent et en étaient très satisfaits, le tissu est préservé et le repassage ne leur posant pas de problème. Personnellement je ne m’y risquerai pas, mais avez vous des retours à ce sujet ?

    • Julien Scavini 28 avril 2021 / 20:09

      Ca je ne suis pas du tout d’accord.
      La veste et l’eau… les doublures peuvent faire des auréoles. Et dans le cadre d’un entoilage intégral, allez savoir comment vont réagir les crins et autres toiles de lins à l’intérieur… Quant au repassage d’un pantalon, il est plus qu’ardu. Soyons sérieux, on ne peut pas faire cela avec un beau vêtement. Je sais en revanche qu’une veste Zara peut passer en machine.

  2. Guillaume 27 avril 2021 / 06:46

    Merci pour cet article.
    Je suis toujours un peu inquiet à l’idée d’apporter mes vestes au pressing, les 2 dernières sont revenues avec un pli tout le long du revers sans respecter le « roulé » de celui-ci.
    Est-ce de la négligence ou l’impossibilité de faire autrement ?

    • Julien Scavini 28 avril 2021 / 20:09

      Tout simplement qu’il ne savent même pas !

  3. Nicolas Duclos 27 avril 2021 / 08:36

    Bonjour Julien,
    Vous lire est un plaisir autant qu’une mine de renseignements. Merci!

    J’ai lu quelque part qu’il fallait envoyer au pressing pantalon et veste (voire gilet) ensemble. Qu’en pensez-vous ?

    • Julien Scavini 28 avril 2021 / 20:09

      Absolument pas. On peut dépareiller. Pas obligé de tout envoyer ensemble.

  4. Vincent 27 avril 2021 / 18:51

    Bonjour et merci pour ce nouvel article encore une fois très intéressant.

    Que pensez-vous d’un petit coup de centrale vapeur tous les 3-4 ports sur la veste et le pantalon, à 15-20cm? Y-a-t-il un risque de lustrage ou de dégât sur l’entoilage?

    Merci d’avance.

    • Julien Scavini 28 avril 2021 / 20:10

      Le risque principal est de faire gonfler la laine. Certes on va la défroisser. Mais dans le même temps rendre les lignes moins nettes.

  5. letribulateur 28 avril 2021 / 19:41

    Comme la veste est moins portée, et les pantalons plus soumis à rude épreuve et nettoyés plus souvent, les derniers costumes que je me suis fait faire (il y a 7 ans tout de même) ont été faits avec une veste et deux pantalons chacun. Ça n’a pas bougé et la mise est toujours nickel! 🙂

    • Julien Scavini 28 avril 2021 / 20:10

      C’est l’idéal, vous avez raison.

  6. Pierre 29 avril 2021 / 15:54

    Merci pour cet article très instructif. Une question liée à ce sujet : j’ai déposé dernièrement deux vestes dans la boutique d’une célèbre enseigne de nettoyage à sec. Je ne sais pas comment elles ont été nettoyées mais les deux on rétréci ! Savez-vous s’il y a un moyen de récupérer les quelques cm qui me font cruellement défaut aux manches ? (Sachant qu’elles sont déjà allongées au maximum, j’ai des grands bras !)

    • Julien Scavini 1 mai 2021 / 12:19

      Bonjour,

      voici qui est très curieux. Avec les nettoyages aux solvants, il n’y a pas de problèmes. Mais je sais que les nouveaux pressings « écologiques » utilisent de l’eau… Le nettoyage à l’eau… C’est bien sur le principe. Mais les matières ne réagissent pas souvent très bien à l’eau…

      Hélas je n’ai aucune solution à vous proposer.

      JS

Répondre à letribulateur Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s