Choisir une ou deux fentes dos ?

Lorsque j’ai commencé à réaliser des costumes, j’ai fait un choix, celui de proposer exclusivement deux fentes dans le dos des vestes. Une de chaque côté. Cette allure du dos des vestes, je l’avais acquise en fréquentant la maison Hackett, où les costumes coupés à l’anglaise, présentaient cette double fente. Je n’aimais pas du tout le genre une fente milieu dos, à la mode à l’époque et encore chez Dior par exemple ou d’autres maisons de tradition française.

Non, j’aimais cette double fente, permettant au fessier d’avoir de la place, et permettant aussi à la veste d’avoir de la mobilité autour du bassin. Cette double découpe dans les pans de la veste permet à celle-ci d’être très libre, plus libre. Moins empesée.

Et j’aimais cette tendance de la veste à double fente à créer comme un panneau en bas du dos, se décollant du fessier, et projetant ses coins aiguisés un peu loin du bassin. Une sorte d’allure racée, une forme d’allant en fait.

C’est un bon argument celui là d’ailleurs. Ce panneau rectangulaire se décollant en bas du dos donne du dynamisme, oui, à une veste. Nonobstant les récriminations, de la gent féminine en particulier, sur cet effet, examiné comme un défaut de couture. Parfois, on me demande si je ne mets pas des poids dans les coins. Je sais que cela se fait. J’ai tendance à penser que jamais le tissu n’aura la force de rester en suspension ainsi, et qu’avec le temps et l’usage, ce panneau sera moins strict et tendu, et qu’il s’avachira un peu. Et que donc les plombs dans les coins, c’est un peu du chiqué commercial.

Je continue de prôner la double fente. Je pense qu’elle est la plus à même de gérer les fessiers. Car avec une fente, il n’y a pas le droit à l’erreur. Une simple question de mathématique :

  • si le bassin manque de 3cm par exemple, la fente unique ouvrira de… 3cm. Autant dire qu’elle ouvrira complètement et de manière disgracieuse,
  • avec une double fente, si le bassin manque toujours de 3cm, cela fait 1,5cm par fente, ce qui est invisible,
  • étant entendu que la valeur de recouvrement d’une fente est de 4cm.

Il y a donc, c’est impossible de prétendre le contraire, une tendance de la double fente à plus pardonner le corps et à être plus généreuse pour les fessiers.

Si je reste convaincu de la double fente, il m’a bien fallu de temps à autre accepter d’en réaliser une seule. Je ne suis pas là pour contrecarrer (tous) les plans des visiteurs de l’atelier. Et j’ai pris grand plaisir à réaliser la fente milieu dos. En pensant bien à « donner » du bassin, c’est-à-dire à le faire généreux de dimensions. Pour que jamais la fente ouvre. Cela demande une certaine réflexion sur les valeurs de mesure.

Et j’étais convaincu du résultat. Car la fente unique porte en elle une esthétique des années 1920 que j’approuve. La fente unique, en donnant du bassin, donne de la hanche. Elle crée une silhouette particulière de dos, et même partiellement de face. La veste parait plus ronde, moins angulaire. Elle suit les courbes du corps et dessine des hanches presque féminines, un esprit recherché vers 1920. Chez les tailleurs, on dit que la veste « emboite » le corps. Mais il ne faut pas être chiche et donner du bassin, être généreux sur les cotes des flancs. Voilà deux bons exemples des années 1920 :

D’ailleurs, une fente et sans fente partagent les mêmes caractéristiques de mesures et d’esthétique. Il ne faut pas être chiche et en retour la veste dessine comme une silhouette de sablier, comme le montre la photo ci-dessus, même si, je le reconnais c’est le dos d’une veste de femme. Mais l’idée est bonne.

Vous l’aurez compris, faire une fente ou deux fentes pour un tailleur ne présente pas tellement de difficulté. Seulement, ne faire que l’une des deux options permet de s’appuyer sur la force de l’habitude. Moins il y a de réflexion, moins il y a de risque d’erreur. Plus l’on multiplie les paramètres, plus il faut creuser chaque sujet, avec un risque à la clef. Quoiqu’il en soit, du strict point de vue du sur-mesure, les deux options sont très valables. Et esthétiquement différentes.

En revanche, le prêt-à-porter qui doit par essence s’adapter au plus de monde, ne peut faire dans la finesse et le cas par cas. Le risque de ne faire qu’une fente en prêt-à-porter est principalement de très mal habiller l’homme qui a des grosses fesses. La fente va ouvrir en bas du dos. Désastreux pour la ligne générale. Cela fait comme une veste chiche et mal coupée. Pourtant, bien des marques qui ont pignon sur rue continuent de vanter cette ligne.

Pourquoi ? Car dans leur esprit, la fente milieu dos fait plus habillée, plus raffinée, plus digne. Là où la double fente fait plus décontractée. C’est précisément pourquoi les anglais l’ont inventé cette double fente, pour faire moins guinder. Pour donner de la fluidité à la veste et renouveler en souplesse le bon vieux costume de Savile Row. Un costume taillée à la serpette, habillement entre conservatisme, longueur de temps et spontanéité moderne. Là où la simple fente rend le bas de veste plus rigide et moins mobile. Plus précieuse ? C’est donc surtout une vision qui se joue sur cette question de fente. Intéressant n’est-il pas ?

Bonne semaine, Julien Scavini

Soufflet dans le dos

Les soufflets dans le dos des vestes sont assez mythiques. Ils sont rêvés pour l’esprit chasse, safari, ou old-school qu’ils apportent. Et puis, plus prosaïquement, ils intéressent pour le supplément d’âme qu’ils donnent à un dos de veste, ou de manteau. Car il faut bien l’avouer, le dos des vêtements, c’est un peu comme le dos des meubles. Simple et sans fioriture. Pas un grand sujet d’intérêt. Il existe la martingale, cousue ou suspendue à boutons pour donner déjà un peu de plaisir. Mais le soufflet, c’est encore mieux, plus prestigieux.

Il existe deux types de soufflets pour vestes. Le soufflet milieu dos, souvent fini avec des mouches triangulaires. Et les soufflets côtés, formant des arcs sur le flanc des omoplates.

Simon Crompton avec un manteau à soufflet milieu dos.

J’ai testé les deux dans mon exercice professionnel. Et je suis arrivé à la conclusion que dans les deux cas, les soufflets ne servent à rien et n’apportent que des problèmes. Tout simplement, car une fois le grand mouvement réalisé, le ou les soufflet(s) reste(nt) généralement ouvert(s). Eventré(s) même je dirais. Et c’est très laid. D’autant plus dans les tissus contemporains qui sont fins. Un des nœuds est là. J’avais vu il y a longtemps sur internet une illustration d’un tailleur anglais réalisant un laçage élastique (faisant des X comme sur un corset) dans la doublure pour permettre au dos de se rétracter… quel montage baroque… !

Parka en coton lourd. Notez en plus du soufflet côté la présence d’un gousset sous l’aisselle à l’articulation de la manche. Double effet.

Je pourrais émettre deux conditions à la réalisation de plis.

D’abord il faut impérativement un tissu lourd, dense et structuré pour tenir les soufflets convenablement. De ce fait, deux types de vêtements remplissent parfaitement cette condition, avec deux formes de soufflets différents. 1-Les manteaux longs de forme tailleur, réalisés en tissus épais tolèrent bien le soufflet milieu dos. 2-Les parkas courtes en coton épais genre Marlboro Classics tolèrent bien les soufflets côtés. (Ou blouson en cuir de motard).

Seconde condition, que le vêtement soit impérativement généreux dans ses dimensions. Et c’est précisément le cas des deux vêtements cités. Ils sont faits pour être généreux, permettant vestes ou gros pull-overs dessous. Il faut du volume pour permettre aux soufflets de ne pas être mis beaucoup en jeu. Tout est là. Le ou les soufflets doivent servir en dernier recours, pour les gestes de vraiment grande ampleur. Dans le cadre d’un vêtement ajusté parfaitement, le soufflet se met immédiatement en jeu, et alors, il va rester ouvert tout le temps. Disgracieux.

Je ne cite donc pas de veste. Car oui, la veste étant un vêtement ajustée, le soufflet crée des problèmes. Il ouvre et après, reste ouvert et c’est moche. Ou alors, il faudrait faire une veste vraiment très large pour être sûr que ça marche. D’ailleurs, je constate que les clients qui m’apportent des modèles ne se rendent généralement pas compte à quel point la veste modèle est large. Et que c’est un désir vain de reproduire trop de largeur.

Il faudrait sinon… de la grande mesure. Quelque chose de fait main, avec essayages multiples et moult précautions. On trouve de très belles photos sur StyleForum de vestes avec des soufflets. Ce sont des pièces de collection à chaque fois !

Si l’on veut vraiment une veste permettant de tirer au fusil ou de faire des grands et généreux mouvements, inutile de faire des soufflets. Il suffit juste de faire une veste trop large, point. Et même mieux pour les chasseurs, une manche à gousset sous l’aisselle, permettant un total mouvement. Je ne sais absolument pas la patronner toutefois.

Dessous de manche à soufflet

Après, pour la veste, il existe la solution des années 1920/1930 consistant à couper un dos extrêmement généreux, qu’une martingale plaquée ramène à de plus justes proportions à la taille. Cela donne un effet blousant, une troisième forme de soufflets. Les plis divers partant des omoplates sont fixés par la martingale. Et l’aisance dans le haut du dos et formidable. Une manière détournée de créer de l’aisance, une forme de soufflet.

Dos avec volume façon 1920.

Bonne réflexion. Et bonne semaine. Julien Scavini

Relever le col d’une veste ou d’un manteau

Le revers d’une veste, ou d’un manteau, présente toujours à l’endroit de son raccord avec le col, une découpe particulière. S’il n’y a aucune démarcation, il s’agit du col châle, qui fusionne revers et col dans un seul et même mouvement continu. Mais ce revers est bien rare. Non, dans une majorité de cas, c’est une encoche en forme de coin ouvert qui délimite revers et col.

Ce revers, à la fin du XIXème siècle, on ne savait pas vraiment comment l’appeler. Il prenait le nom alors de « bavaroise ». On disait, une veste avec des bavaroises. Soit une veste avec deux retombées de tissus sur les poitrines. Ces deux bavaroises (une de chaque côté) avaient la possibilité de se boutonner sur le côté opposé. Pour en fait enfermer bien au chaud le porteur, au ras du cou.

Certaines vestes autrichiennes présentent encore ces bavaroises un peu généreuses, qui souvent sont boutonnés rabattues sur l’épaule par un bouton de corne de cerf. Sur la photo bien médiocre que j’ai trouvé ci-dessous (une veste de femme avec boutons en métal), ces revers un peu curieux sont bien présents.

J’ai déjà par le passé vu des photos du début du siècle avec de telles vestes. Je me souviens en particulier d’un modèle très similaire sur un homme, au Pays-Basque avant la première guerre mondiale (vu au Musée Basque de Bayonne.) Ce qui me laisse à penser que peut-être, cette forme de veste n’est pas exclusivement autrichienne. Mais peut-être une forme ancestrale de veste ordinaire pan-européenne, par opposition aux fracs et autres redingotes plus élégantes. Il y aurait une étude à faire.

Mais revenons à cette veste ci-dessus et ses bavaroises. On sent bien, et très logiquement, que si l’on cherche à déboutonner le bouton du haut, et que l’on cherche un peu à dégager le cou qui est très protégé là, on va repousser du tissu. Ces bavaroises vont donc s’élargir un peu et le pied de col (dit officier maintenant) va suivre le mouvement et s’épancher un peu. Dès lors que se passe-t-il ?

Le col officier se retourne sur lui-même et s’aligne sur la cassure de la bavaroise, pardon, du revers. Et alors cette sorte d’encoche qui forme le revers maintenant apparait (flèche rouge). Il est très probable que le revers à encoche que nous connaissons bien maintenant soit une forme esthétisée et travaillée de ce qui était à l’origine le bord du pied de col. J’ai essayé un petit croquis, sans triche de dessin aucune. La brisure du revers (le repli) est l’axe de symétrie par lequel les traits du dessin de gauche sont basculés pour devenir revers.

Ainsi donc, notre cran de revers actuel correspond plus ou moins à l’emplacement de la pomme d’adam. La veste arrive en ras de cou, et le col (dit officier) ménage un petit espace.

Ca c’est pour l’origine historique. Alors logiquement, l’hiver lorsque l’on a froid, il serait fort possible de basculer ses revers de vestes pour se protéger du froid. On pourrait même idéalement boutonner le revers gauche sur le pan droit pour vraiment avoir chaud et re-former le col ancien (dit officier).

Sauf qu’avec le temps, nos crans de revers se sont dissociés de cet usage, et même sont remontés encore, dans une vie esthétique autonome. Le cran de revers est aujourd’hui sur la clavicule. Il est trop haut. Si le revers gauche est rabattu à droite, le cran de revers tombe dans le menton. C’est plutôt inconfortable à moins qu’il fasse moins vingt degrés. Et le dessin du cran de revers s’est fait au long d’une ligne droite. Sur cet autre petit croquis, je confronte un revers actuel, et sa version à droite plus ancienne, courbée comme l’encolure :

Certaines maisons de prêt-à-porter pour retrouver un peu cet usage ont eu l’idée d’une patte sous le col comme Hackett, ou d’un col avec patte prolongée à gauche. Mais là encore, c’est plus de l’esthétique que du très pratique !

Il y a l’option sinon de baisser le cran de revers, pour obtenir quelque chose de moins moderne, mais ayant la possibilité de se boutonner. C’est rare. Sur une veste, peu utile d’ailleurs peut-être. Sur un manteau, c’est intéressant. C’est par exemple le cas de mon atelier en Italie, Sartena, qui depuis toujours réalise son manteau droit avec un col plutôt bas. Permettant absolument un boutonnage opposé par temps froid.

En revanche, inutile d’essayer de rabattre un revers en pointe. Les pointes tombent sur le menton voir devant la bouche. Les pointes sont purement de l’esthétique. Rien de fonctionnel. Il ne faut pas chercher à rendre chaleureux un manteau à col pointe. Sa stricte utilité est d’être d’une opulence ostentatoire. Pas pratique !

Bonne semaine, Julien Scavini

La position des boutons sur le devant d’une veste

Un admirable client me reprochait hier matin de ne jamais avoir parlé sur Stiff Collar de la position des boutons devant une veste. Que voilà une faille, même si comme le montre cet article j’avais bavardé sur cela quand même. Intéressons nous prioritairement à la veste deux boutons (voire un), qui pose plus de questionnement que la veste à trois boutons.

J’avais écrit ici et dans Monsieur il y a une dizaine d’année, au sortir de l’école des tailleurs, que la position du bouton principal (que l’on appellera bouton actif par opposition au bouton du bas non actif) était 2cm au dessus du nombril. Avec l’expérience, je dirais que cette valeur est déraisonnablement trop petite.

Le bouton actif sur une veste est probablement plutôt 4 à 6cm au dessus du nombril, et c’est plutôt le bouton du bas qui est 2 à 3cm sous le nombril. Cela est pour poser le débat. Une sorte de 2 tiers / 1 tiers.

Mais il y a deux variables évidentes. D’abord, le nombril n’est pas toujours au même endroit. Et ensuite, la mode fait jouer ce dimensionnement. De deux manières. Il y a la hauteur des boutons. Et il y a l’écartement entre les boutons. Deux notions qui varient avec les modes.

De nos jours, admettons que l’écartement entre les deux boutons est de 10cm pour une taille 48/50 et que pour quelqu’un de grand, en taille 58, cet écart sera de 12cm. 13 peut-être. 9cm pour les petites tailles. C’est un fait.

Cela étant posé, il y a une deux autres variables qui entrent en jeu. La longueur de la veste, évidement, et la hauteur des poches côtés par rapport au bas de la veste.

Je dirais que de nos jours, une veste en taille 48 de 74cm de long est classique. Et que la norme est plutôt à une veste moderne de taille 48 mesurant 71cm de long dans le dos. Plus courte. De ce fait, les boutons devant, s’ils respectent 10cm d’écartement, ne peuvent pas être à la même hauteur. Sur la veste courte, les boutons seront plus hauts.

Sur cette même veste, en 48 classique, la poche sera à 25cm du bas de la veste. En 48 moderne, la poche sera à 23cm. Et généralement, là est un point crucial de l’exposé, le bouton du bas est aligné sur les passepoils de la poche, autrement dit, le haut du rabat de poche.

Généralement aussi, une veste un peu courte est mariée avec un pantalon un peu taille haute. Dès lors, la ceinture du pantalon et le bouton actif sont plutôt écarté. Il est alors inévitable de voir un triangle de chemise entre cette ceinture de pantalon et le bouton. Je dirais même plus que ce triangle de chemise visible est devenu l’emblème du costume de ce début de siècle. Si vous voulez au cinéma ou dans une série faire comprendre que le costume est actuel, il faut montrer ce triangle de tissu. Comme l’illustre ce schéma :

A l’inverse, avec une veste longue, généralement le pantalon monte un peu. Dès lors, l’écart se resserre et la ceinture du pantalon s’approche du bouton inactif, voir du nombril…

Ainsi nait un théorème d’élégance : un pantalon taille naturelle, arrivant au nombril ou juste en dessus, permet à la ceinture d’être pile poil entre les deux boutons de la veste, disons au tiers bas.

J’aimerais maintenant faire une petite digression. On place le bouton bas du devant au niveau des passepoils de la veste. Et on calcule donc 10cm environ plus haut pour caler le bouton actif. Mais il est tout à fait possible de descendre un peu ce bouton bas, en donc le bouton du haut par la même occasion. J’ai tendance à considérer qu’un bouton placé au milieu du rabat, donc en gros 2,5cm plus bas est tout à fait acceptable. Et cela, je considère que c’est de la finesse. On peut positionner le bouton en haut du rabat ou au milieu suivant le client, suivant l’œil en fait. Et pourquoi pas en bas du rabat ? Cela se peut totalement oui. Voir ce schéma donc :

Sur cette photo de deux célèbres américains, on peut se rendre compte que subtilement, les boutons sont alignés sur les passepoils, mais que dans le cadre du costume marron, l’espacement est plus petit, alors que sur le costume gris rayé, l’espacement est bien plus contemporain :

16 juillet 1981 – Official portrait of President Reagan and Vice President Bush

En particulier pour le croisé. Je pense qu’un beau croisé, le carré s’aligne sur le bas du rabat de poche, ou 5cm en dessous des passepoils dans le cas d’une poche sans rabat. C’est ainsi que le croisé est le plus beau. Un carré de bouton aligné très bas permet de garder un V un peu correct et permet à ce carré d’avoir justement une belle ampleur, de n’être pas tout minuscule. D’avoir 11 à 12cm de côté en fait. Cela encore demande un peu de finesse. Si l’on fait confiance aux industriels du costume, leurs règles trop rigides donnent toujours le même résultat, sans relief. Voir le schéma ci-dessous & la photo du Prince Charles.

Sur le croisé, j’ai même tendance à penser que les poches doivent être un peu plus bas, sans en faire religion.

Cela dit, si sur un croisé le positionnement bas est idéal, sur une veste droite, le résultat peut être curieux, car le bouton du bas se retrouve fort dans la courbure de la basque.

The Prince of Wales, Charles, meeting the Vice President, Shri Mohd. Hamid Ansari, in New Delhi on November 08, 2013.

Mais revenons à l’étude initiale d’une veste deux boutons. J’ai donc dit qu’actuellement, on aligne le bouton bas sur les passepoils, et que l’on rajoute 10 à 12 au dessus pour le bouton actif.

Si l’on allonge la veste façon année 80, les boutons vont logiquement descendre, un peu. Mais à l’époque, les boutons étaient bien plus bas. Pour deux raisons. D’abord les poches étaient placées un peu plus basses. Descendant encore la ligne visuelle. Et surtout, l’écart entre les boutons était fortement réduit. Sur les vestes de François Mitterrand, on peut découvrir que 7cm environ séparent les boutons. Un extrême rapprochement qui choque l’œil actuel mais caractérise le style de cette époque, comme le triangle de chemise d’aujourd’hui. Pour autant, sur la veste de François Mitterrand, les poches ne sont pas si basses.

19 octobre 1981 – President Reagan & president Francois Mitterrand at the Battle of Yorktown Bicentennial celebration in Virginia

Pour avoir déjà mis la main sur quelques vestes typiques de l’époque, dont une formidable Lanvin de 1991, le bouton principal tombait pile… sur ma ceinture de pantalon, soit un peu en dessous du nombril. Un V superbe se dégageait. Le corolaire est une veste bien longue, mais aussi ample de partout, sans que cette ampleur soit de trop. C’est tout un équilibre savant. Ce schéma reprend cette idée de boutonnage surbaissé et rapproché.

Donc concrètement, avec votre tailleur, vous pouvez jouer sur la hauteur du pantalon, et sur la hauteur des boutons devant. Ainsi que sur l’écartement. En revanche, il est en général difficile de modifier la hauteur de la poche en demi-mesure. Mais pas impossible. Essayer de faire descendre la ligne de boutonnage doit aussi être en rapport avec une longueur de veste suffisante. Inutile de chercher à boutonner bas sur une veste de longueur moderne.

De nos jours, les vestes étant un peu courte, par effet de style, les boutons se trouvent assez haut généralement. Parfois même, les vestes sont si courtes, que le bouton actif se trouve peu ou prou à la hauteur du premier bouton d’une veste trois boutons… Je vois parfois sur des clients des vestes que je qualifie de « chinoise » vue la qualité médiocre de fabrication. Très courtes avec des tout petits revers. Le boutonnage est si haut qu’il m’évoque alors le boutonnage « paddock » des années 30 et 60 (voir photo ci-dessous). Or, on aurait pu penser qu’un styliste un peu avisé aurait rapproché les boutons et descendu ceux-ci pour donner à la veste courte et moderne un V un peu plus avenant. Ce n’est pas le cas.

Une fois cet exposé très complexe mis par écrit, je vois poindre la question ultime : mais qu’est-ce qui est le plus avantageux ? Le plus joli ? Je ne saurais vraiment pas le dire, tout est une question de mode et d’époque. D’habitude de l’œil. C’est tout le relativisme de la couture. Ce qui se fait aujourd’hui pourra être jugé comme démodé plus tard. Il est certain que les deux boutons doivent encadrer un peu le nombril. Actuellement, cet écart est d’un tiers sous le nombril et deux tiers au dessus. Il peut être de moitié moitié. Et dans les années 80, il tendait à l’inverse. Les deux sont élégants.

Le nombril correspond plus ou moins à la partie la plus cintrée du buste. Lorsque l’on est mince. En revanche, en prenant un peu de poids, cette ligne de cintrage remonte un peu, et le cintrage peut s’appliquer plus fortement sur le côté des côtes. Est-ce à dire qu’il faut monter le boutonnage ? Pas sûr. Il n’y a pas un rapport forcément évident entre position du bouton et place du cintrage peut-être.

Questionnons le 1 bouton aussi. Généralement, je considère pour ma part qu’il est au même niveau que le bouton actif. Et que simplement, c’est l’absence de bouton du bas qui crée la forme  1 bouton. Mais je ne suis pas prophète en ce domaine, et beaucoup estiment bon de descendre ce bouton actif de quelques centimètres. Doit-il alors se placer sur le nombril ? Je dirais que c’est un peu bas pour ma part, mais c’est faisable.

Enfin, le 3 boutons. L’écart n’est plus de 10cm, mais plutôt de 9cm je dirais pour une taille 48. Cela dit, j’ai déjà fait pour un client très grand 13cm d’écart. Tout est une question de proportion. .

J’espère que vous m’avez suivi !

Belle et bonne semaine, Julien Scavini

Remonter son bénard

Les messieurs qui ont un petit rond de ventre sont souvent très interrogatifs envers le tailleur. Va-t-il les sauver ? Que peut faire le tailleur pour aider ? Deux solutions existent. La première consiste à faire descendre le pantalon sous l’estomac, donc à s’approcher d’un taille basse. Le mot est presque grossier et n’a pas souvent un bon écho.

A l’inverse, la solution est de ne rien faire du tout, de tailler le pantalon à la hauteur normale. Sur le ventre. Ah oui, mais alors, le pantalon tombe et surtout il a une cuisse large. Le pantalon est taillé comme un entonnoir, mais il est difficile de faire autrement à vrai dire et d’être très généreux au ventre et aux fessiers puis très mince à la cuisse.

Si l’homme accepte parfois cette cuisse généreuse, ce n’est pas toujours le cas de madame qui aimerait un peu de modernité. Ou de jeunesse. Reste la question de cette hauteur. Le pantalon, « il tombe tout le temps » j’entends dire. Alors il y a les bretelles, mais là aussi, rares sont les aficionados.

Et bien alors, il faut remettre le bénard en place ! Vulgairement. C’est-à-dire, sans cesse le remonter. Cela devient d’ailleurs avec le temps une sorte de réflexe conditionné, et presque une attitude en fait. En se relevant d’un fauteuil, remonter le pantalon. Après quelques pas, remonter le pantalon. Bref, faire en sorte que le pantalon retrouve sa position optimum et qu’il ait l’air beau. Presque une habitude de vieux lascars pour reprendre cet argot de titi parisien.

Je suis un grand fan de la série les « Soprano » et je prête beaucoup d’attention à Tony Soprano, en photo ci-dessus, un homme plutôt corpulent. Il porte probablement des coupes italiennes, genre Cerruti ou Armani des années 90. Des coupes généreuses, à trois pinces d’ailleurs là. Et cela m’a amusé de constater, qu’en permanence, il passe ses pouces sous la ceinture pour remettre le pantalon en place. Comme un réflexe conditionné, pour avoir l’air propre sur lui et un pantalon digne de ce nom.

Et de fait, la ligne est impeccable. Sans bretelles. Le pantalon il tombe bien, ceci probablement grâce à une coupe très étudiée appelée « big & tall » aux USA. Ça c’est du falzar de compétition pourrait-on rajouter.

Évidemment, la facilité habituelle, c’est de placer le pantalon en haut des hanches, un peu taille basse comme on l’a dit, mais cela fait ressortir le ventre encore plus. Avec un pantalon qui enveloppe bien comme ici, il faut faire un effort, celui de remonter la ceinture.

Cela dit quoi tout simplement ? Que l’élégance est un travail de chaque instant et qu’elle n’est pas une facilité. Le corps oblige.

Belle et bonne semaine, Julien Scavini

Au dos d’un pantalon, petites découpes spécifiques

Petit sujet ce soir pour répondre à la demande d’un lecteur concernant les petites découpes présentes au dos d’un pantalon. Les avez-vous déjà remarqués? Juste au dessus de la poche arrière, il y a une petite découpe qui remonte vers la ceinture. Il s’agit d’une pince réalisée dans le tissu :

Elle permet de diminuer le volume du pantalon, qui est obligatoirement plus large au bassin qu’à la taille. Normalement, la plupart des pantalons disposent d’une petite pince au dessus de chaque poche. Elles aident à gérer le volume du fessier et à faire en sorte que le pantalon « emboite » le porteur, comme on dit. Sur ce vieux patronage, remarquez l’encoche profonde en haut du panneau du dos, en forme de coin, dont la « soudure » permet de serrer la taille :

Il existe quelques coupes qui présentent deux pinces sur chaque dos. Soit quatre pour un pantalon. Ce faisant, le volume au fessier est plus important et le modèle plus confortable. Les modélistes se méfient toutefois généralement de donner trop de bassin. Ces petites pinces, lorsque doublées, donnent beaucoup de volume ce qui peut aussi nuire à l’allure générale. C’est un choix.

Généralement ces petites pinces finissent précisément dans les passepoils de la poche comme on peut le voir sur les photos précédentes. La pointe est prise dans la couture de cette poche. C’est fait exprès. Car la tête de la pince, cousue à la machine, peut avoir le défaut de se défaire avec le temps, et la pince se délite. Au moins, lorsque la poche tombe pile à cet endroit, la pince ne se défera pas.

Et encore. Il m’est arrivé de voir des pantalons portés si serrés que même ces petites pinces avaient éclatées.

Au devant en revanche, jamais de petites pinces cousues ainsi. Jamais. Des plis pincés, qui se développent et apportent de l’aisance et du style oui. Mais pas de petites pinces cousues, sauf sur quelques modèles féminins par choix du styliste.

Le jean lui a opté pour une coupe radicalement différente. Le jean est un vêtement robuste, de travail, qui ne peut se permettre de tels raffinements. Comme je l’ai dit, ces petites pinces peuvent se défaire. De surcroit, à la fabrication, elles prennent un peu de temps pour être bien cousues. Pour le jean donc, les tailleurs de l’époque ont décidé de supprimer ces petites découpes et de mettre à la place un gros panneau, coupé en forme, c’est à dire galbant le vêtement lorsque cousu. La couture n’est pas une petite encoche verticale en forme de coin, mais une grande balafre horizontale, comme ci-dessous :

Voilà donc pour ce petit sujet. Belle et bonne semaine, Julien Scavini

Le pantalon grande-mesure, un poème

Depuis quelques années que je collabore avec un tailleur pour la réalisation de costumes en grande mesure, je me félicite de constater le plaisir qu’ont les clients lors de l’essayage, en particulier, du pantalon. Le pantalon en grande-mesure, un plaisir à nul autre pareil.

Certes la veste est une œuvre d’art complexe qui demande beaucoup de travail et d’ajustements. Mais le pantalon, cette pièce si souvent vue comme inférieure, ne démérite pas. La veste, comme pièce de résistance est la plupart du temps attendue au tournant. Les clients attendent de voir l’épaule, le volume de la manche, la longueur du corps, la largeur du revers, le bon positionnement du bouton. Autant de détails qui ont été pensé et dont l’assemblage global donne le ton, l’esthétique et le plaisir du costume terminé.

Le pantalon lui, il est essayé en premier, comme ça, presque comme une formalité. Et une impatience apparait, alors que les ajustements sont faits ça et là pour caler la culotte, le rond de hanche ou la longueur.

Et puis, l’humeur se détend et le pantalon est observé. Le temps passe et le pantalon devient, en amont de l’essayage de la veste, un objet à regarder. Il devient un sujet. Le client s’assoit, teste son confort.

Souvent, pour ne pas dire invariablement, une sorte d’aise apparait, un sourire. Finalement ce pantalon qui n’était pas un gros sujet d’attente devient… une surprise. Celle d’une coupe élégante et précise, qui en même temps donne un grand confort.

Je ne compte plus les clients qui en fait, m’ont félicité (même si je n’y suis pour rien ne réalisant pas les grandes-mesures moi-même) pour le pantalon. Parfois certains recommandent quelques autres modèles, en coton ou en flanelle.

A quoi est-ce dû ? Il y a la coupe pour une part, je ne puis le nier. La coupe d’un pantalon se joue presque entièrement sur deux coutures, celle de l’intérieur de la cuisse se poursuivant depuis la fourche vers le milieu dos. De la conjonction de ces deux lignes nait le pantalon, un « siège » où résident le confort et le séant de Monsieur. Et ces deux lignes ne sont pas facile à caler, j’en sais quelque chose en petite-mesure. On fait « au mieux ». Mais en grande mesure, l’ajustement est évidemment plus simple, plus efficace, plus direct.

Je ne peux nier donc une part de la coupe. Mais ce n’est qu’une part je pense. Et pas tout à fait majoritaire. Car pour moi, tout le secret d’un bon pantalon en grande-mesure est dans le montage des intérieurs, les hausses et sacs de poches, en percaline (un coton fin) la plupart du temps. Et dans l’entoilage de la ceinture, à la toile de lin, à la fois souple et rigide. « All natural ».

Tout cela est monté à la main. Une spécificité de la grande-mesure parisienne ou italienne, où tout est fait main. Peu ou pas de machine à coudre. Mais des doublures appliquées à la main, où l’on voit l’enchainement des petits points de rabattement. Ces intérieurs si particuliers sont tels que le commun des mortels le trouve passable, mal exécuté voire grossier. C’est si différent des intérieurs normalisés et cousus machine que l’on connait. Lorsque j’ai donné des cours de couture (enregistrés par Artesane), j’ai vu l’étonnement de couturiers(ères), dont l’apothéose logique était de réaliser les intérieurs les plus impeccables possibles, orthogonaux et parfaitement bien cousus à la machine. D’une netteté d’usine. A l’inverse de la couture main qui fait irrégulier, curieux et ancien.

Mais tout est là. Et pourtant, tout est là ! Tout en souplesse. Un poème d’harmonie et de douceur contre le corps. Il vaut l’avoir essayé pour le croire. De cette pure simplicité de rabattements curieux et ancestraux, presque de rustines et de patch parfois, nait un confort inénarrable. Hélas, tout le monde ne peut l’essayer vu le coût. (Sauf à trouver quelques modèles en seconde main.) Il faut alors me croire, sur parole !

Bonne semaine, Julien Scavini

Ventrales ou classiques ?

Au cours de la conversation visant à définir les contours d’un manteau sur-mesure, ou même dans la réflexion d’un styliste concevant du prêt-à-porter, la question des poches vient forcément. Un manteau classique de ville, un pardessus, qu’il soit droit ou croisé, présente généralement une poche de poitrine et deux poches un peu plus bas, au dessus des hanches, à l’instar de n’importe quelle veste.

Traditionnellement, ces poches présentent des rabats, insérés entre des paires de passepoils. C’est ainsi que le manteau se conçoit dans son absolu classicisme. Un rabat de chaque côté. Parfois une poche ticket pour faire plus anglais. Souvent ces rabats sont disposés horizontalement, parfois un peu en biais, là encore pour faire plus anglais. Pour donner un côté un peu plus sport au manteau, il est aussi possible de disposer le rabat par-dessus une poche plaquée, dans une configuration souvent appelée « boite-à-lettre », typique du polo-coat par exemple.

Traditionnellement aussi, l’imper de forme plus trapézoïdale, que l’on appelle aussi un « mac », avec son col « chevalière » entourant le cou et ses manches parfois raglan, présente lui aucune poche en poitrine, jamais, et des poches pour les mains disposées de biais, facilement accessibles. Ces poches, on les appelle poches ventrales ou poches costales, c’est selon. Elles sont idéales pour accueillir les mains au chaud.

Normalement, un manteau de ville présente des poches à rabat, qui ne sont pas faites pour mettre les mains dedans, ou alors avec l’allure décontracté du prince Charles ci-dessous qui sait que les (bons) vêtements sont faits pour être usés. Et normalement aussi, l’imper (autrement appelé gabardine, balmacaan, mac, mackintosh, raglan, etc), développe son élégance en ayant recours lui à de belles et accueillantes poches.

D’un côté donc une allure travaillée non pour l’immédiat confort mais une certaine allure, statutaire, & de l’autre une allure plus souple qui découle d’une recherche de confort immédiat. Vous me suivez ?

Seulement, depuis de nombreuses années, les manteaux de ville aussi sont passés à la poche ventrale, qui est même possible en mesure. Ce qui donne alors le choix au client. Et aux stylistes. De fait, on a vu déferlé des manteaux de ville, en laine épaisse, avec des poches ventrales. L’inverse n’étant pas vrai. L’allure d’un manteau classique et de ville, la décontraction de l’imper. Et un grand plaisir pour les mains comme le montre le Prince Philip un peu plus haut.

Et une défaite pour les gants. Car le manteau de ville avec ses poches à rabats ne permettant pas aux mains de trouver un refuge chaleureux le long des côtes, doit s’adjoindre les services de gants. Qui se font rares aux mains des hommes. Aux célébrations glaciales du 11 novembre en 2018, les chefs d’Etats sous l’Arc-de-Triomphe se les gelaient littéralement. Je me souviens que seul le Président Américain avait des gants. Le gant a perdu la bataille. Les poches ventrales ont gagné.

Mais est-ce élégant ? On me pose souvent la question au moment de choisir ce détail de style sur un pardessus classique. Moi je préfère un manteau de ville avec des poches à rabats. C’est plus comme ça que je l’aime. Mais je reconnais volontiers que pouvoir disposer ses mains dans des poches costales est très agréable. Je laisse le choix et ne tranche pas. Ce qui met alors les clients dans de beaux draps. Que choisir ?

L’élégance classique et racée des poches à rabats ? Ou celle plus instinctivement agréable des poches ventrales ? Telle est la question. Avez-vous une réponse ?

Belle semaine, Julien Scavini

La capuche est-elle élégante ?

La grande majorité des doudounes et autres parkas vendues dans le commerce possèdent une capuche. Regardez dans la rue, autour de vous, combien d’épaules ensevelies ou de têtes recouvertes ? Même d’ailleurs des manteaux un peu classiques l’intègrent, avec plus ou moins de bonheur suivant les stylistes. Elle est partout !

Ce petit accessoire vestimentaire revient de loin. C’est peut-être l’un des plus vieux qu’il soit possible de trouver du reste, en particulier sous nos cieux européens souvent capricieux. Le capuchon – c’est ainsi qu’il serait plus élégant de la nommer – protège du froid et couvre de la pluie. Relié au vêtement, on n’est sûr de pas l’oublier et de le perdre. Le capuchon est là, qu’on ait besoin de lui ou pas. Même amovible, en réalité, il reste bien souvent attaché. Praticité ultime que le capuchon.

L’élégance au XXème siècle n’était pas particulièrement encline toutefois à mettre en avant la capuche. Difficile de trouver celle-ci sur des dessins de Lawrence Fellows. Elle ne colle pas bien avec le répertoire tailleur. La capuche n’est pas considérée du tout, c’est un fait. Et d’ailleurs, à bien y regarder, elle n’est pas mieux considérée aux siècles précédents, y compris avant la Révolution. La capuche sous l’Ancien Régime est réservée aux vêtements religieux, et à quelques vêtements de petite extraction, du répertoire paysan. Certes, la cape à pèlerine et capuche avait quelques faveurs chez les dames de la haute société, façon retour de la bergerie. Une image un peu à la Watteau. Mais pour l’essentiel, la capuche déclasse plutôt.

Les gens riches eux, se couvrent la tête d’un chapeau. Toque ou chapeau de fourrure et bérets divers à la Renaissance, tricorne et bicorne plus tard, puis chapeau haut-de-forme, melon, Feroda, Trilby et que sais-je encore au XXème siècle. Au chapeau, il faut penser ! A la capuche, on oublie.

En un mot comme en cent, finalement, la capuche est l’inverse d’un luxe. Et depuis longtemps. Avoir de l’argent, c’est recourir à un objet spécifique pour se couvrir la tête. Un couvre-chef. C’est pourquoi aucun tailleur n’eut l’idée de rapporter cet accessoire au XIXème puis XXème siècle. Les beaux pardessus ne se soucient guère de ce lambeau de tissu pendouillant dans le dos.

Jusqu’au dufflecoat peut-être… Vêtement rustique (on y revient ! ) des marins de la Manche, il trouva pendant la seconde guerre mondiale quelques militaires valeureux pour l’adopter. Un manteau à capuche intégrée. Quelle trouvaille unique et rare. Plus besoin de casque, de calot ou de chapeau. S’il pleut, on rabat le tissu sur la tête. Il mit un peu de temps à trouver son chemin vers la penderie masculine dans les années 50. Mais une fois implantée, il ne cessa pas, jusqu’à nos jours, de séduire, génération après génération, avec un charme toujours renouvelé.

Et puis les k-ways, doudounes, parkas et autres nouvelles formes, souvent synthétiques, arrivèrent fin 70. Dans les années 80, la capuche était revenue. Fermement. Décennies qui ont vu l’extinction définitive du chapeau. Symétrie notable.

De nos jours, même les parkas de belles marques, comme Loro Piana, Corneliani et autres, intègrent des capuches. Avec un petit alibi, celui d’être amovibles. Même parfois des formes de manteaux classiques, ou de vestes légères, font la part belle aux capuches.

Est-ce à dire que nous avons régressé culturellement ? Que ce retour de praticité exacerbée signe une esthétique moyenâgeuse ? Que la capuche, c’est le mal, un symbole du malin à l’œuvre ? Je vais un peu loin dans l’analyse, avec amusement, rassurez-vous.

J’ai bien conscience que pour les défenseurs d’une esthétique tailleur, pour les gardiens de l’orthodoxie de Savile Row, qui sont ici chez eux d’ailleurs, la capuche n’est pas bien considérée. Elle ne fait pas partie du paysage pour deux sous. Elle n’est rien. Qui imagine un polo-coat, un ulster ou un balmacaan avec une capuche ?

A titre personnel, mon cœur balance. C’est un débat profond, et donc totalement inutile qui se joue au fond de moi sur le sujet. Je dois confesser posséder bien sûr une doudoune et une parka, car je suis à scooter. Et oui elles ont une capuche. Et oui, dès qu’il pleut, je ne peux m’empêcher de la rabattre pour me couvrir. Toutefois, je préfère le parapluie, n’aimant pas du tout être enfermé sous du tissu. J’analyse cette peur de l’enfermement comme une peur du danger. Avec une capuche, on entend moins les sons, on ne voit pas sur les côtés. N’étant plus toujours rassuré sur les trottoirs de Paris, je préfère garder la nuque libre et en mouvement. Et puis les capuches que j’ai ne sont, il me semble, pas bien patronnées, pas assez amples.

Je reconnais donc la supériorité d’un bon parapluie. A défaut de porter le chapeau. Mais j’aime bien cette capuche, elle m’amuse par son histoire, son authenticité et sa simplicité d’être. Fait-elle enfantin comme le disait Le Chouan Des Villes ? Peut-être. De toute façon, débat ou pas, le fait est qu’elle est là. Et pour un moment. De votre côté, qu’en pensez-vous ?

Belle et bonne semaine. A bientôt. Julien Scavini

L’entoilage des manteaux

Comme le faisait remarquer un lecteur récemment, est-ce que les manteaux sont entoilés ? Et si oui, pourquoi ? Car au fond, il se porte sur une veste qui, d’une certaine manière, réagit un peu comme l’entoilage du dit manteau. Autant de question pertinente auxquelles je vais essayer de répondre.

Tout d’abord, oui, il est aussi logique d’entoiler une veste qu’un manteau. Les deux sont construits de la même manière, avec les mêmes découpes, les mêmes morceaux de tissu. Il faut donner du corps à ces pièces en les soutenant, en les structurant. C’est à cela que sert l’entoilage. Pour éviter que le tissu ne drape et se balade. Historiquement donc, on entoile les manteaux de la même manière que les vestes. Un manteau des années 1950, large et opulent, ne pouvait pas se passer de renfort interne. Son épaule en dépendait !

Corollaire direct, lorsque le thermocollage s’est développé dans les années 1960, et à sa suite son dérivé direct et plus raffiné appelé semi-entoilage (ou semi-traditionnel), les fabricants y ont recouru. Pour la même raison que la fabrication d’une veste : rapidité, gain de temps et de main d’œuvre, donc coût abaissé. Idéal d’autant que les lainages à manteaux valent un certain prix, et qu’il en faut un bon métrage, mais que pour autant il est difficile de proposer un prix de vente trop élevé pour une pièce d’usage moins fréquent.

Et puis l’enjeu est, il faut bien l’avouer, moins grave. Autant une veste entoilée intégralement est plus agréable à porter au quotidien (rappelons pour sa souplesse, son naturel et sa respirabilité), autant un manteau l’impose moins. Pour trois raisons : 1- le tissu d’un manteau est lourd et se tient bien de lui-même. Et si le thermocollant se décolle un peu, cela ne se verra absolument pas. 2- on ne le met que quelques minutes par jour, rarement quelques heures. Il n’y a pas donc une franche mise en tension des structures internes. 3- on ne le porte que de manière très saisonnière. Autant de raison qui peuvent éventuellement inciter à jeter l’éponge du traditionalisme sur ce point.

Toutefois, il convient bien de préciser qu’un manteau entoilé est plus souple et plus confortable. Et plus raffiné. Et que bien évidemment, le meilleur est toujours préférable au moins bon ! De plus, peut-être que la couche de laine constituant l’entoilage intégral apporte un peu de chaleur en plus. C’est de la laine après tout !

J’ai plaisir à fabriquer des manteaux raglan avec mon atelier italien. Et dans cet atelier très artisanal, même le manteau raglan est entoilé intégralement. A l’ancienne. Là où 99.9% des raglans du commerce ont reçu un thermocollage voir rien du tout.

C’est vrai que c’est un peu baroque de se dire qu’un manteau est entoilé, et que la veste aussi. Mais c’est comme ça. L’entoilage, c’est la structure même du vêtement, indépendamment de l’autre vêtement. En revanche, il est vrai que les épaulettes du manteau (le fameux padding) sont très minces. C’est l’épaulette de la veste qui prime.

Corollaire immédiat : le manteau étant dépourvu de fortes épaulettes, lorsqu’on le porte sans veste, ses épaules ont l’air de s’effondrer. C’est tout à fait logique.

C’est pourquoi maintenant, beaucoup de manteaux sont conçus pour être portés très près du corps, à même un pull. Pour ne pas avoir l’air affaissés sans veste. Désagrément incontournable : un tel manteau est très serré avec une veste en dessous.

Plus le temps passe, plus les stylistes, modélistes et industriels ont tendance à épurer le manteau et à lui retirer l’entoilage (qu’il soit traditionnel ou semi-traditionnel). D’autant plus si le tissu est une de ces nouveautés techniques comme le « storm-system » de Loro Piana, une belle étoffe à membrane polyuréthane, coupe vente et imperméable, tout en étant respirante. Puisque le tissu est déjà lui-même enduit (d’une sorte de renfort), quel besoin d’en rajouter encore.

Enfin, les progrès très important fait par le modélisme (= l’art du patronage) notamment italien, permettent maintenant d’aboutir à des coupes qui se tiennent très bien sans entoilage. Avec un bon maintien de l’épaule et un aplomb du vêtement heureux. Maintenant, on y arrive beaucoup, d’autant plus que les modèles sont non doublés parfois, et ne permettent pas de camoufler de l’entoilage. Tout alors, repose sur l’art et la précision de la coupe. Et d’ailleurs, la plupart du temps, ce n’est pas la veste qui est prise en compte pour donner du maintien au manteau, c’est le corps lui-même, tout simplement. La veste étant en voie de disparition à l’échelle globale, elle n’est pas prise en compte comme jalon essentiel du travail de développement !

Belle et bonne semaine, sortez couvert, il fait bien moche ! Julien Scavini