Lectures pour Noël

Chers ami(e)s, vous ne savez peut-être pas tous, mais j’ai le plaisir, en plus du blog, d’écrire et d’illustrer chaque semaine La Chronique Du Tailleur Scavini, dans Le Figaro Magazine. C’est un gros travail que de trouver pour Stiff Collar et le magazine, deux sujets d’articles par semaine. Quoiqu’il en soit, je suis heureux de vous présenter la compilation des 100 premières chroniques (j’écris depuis 2014) parues dans Le Figaro Magazine. Cet ouvrage de petites dimensions sera en vente dans tous les kiosques de France dès le 1er Décembre au prix de 9,90€ et à partir du 1er Janvier 2017, les librairies pourront le vendre, pour respecter la chronologie des médias.

Voici donc 100 POUR CENT CHIC, LE GUIDE DE L’ELEGANCE AU MASCULIN. Les 100 chroniques illustrées décrivent et expliquent de nombreux éléments de la garde robe masculine, chaussettes, pulls, pantalons, couleurs, matières etc…

 

Par ailleurs, pour les plus polyglottes d’entre vous, mon premier livre MODEMEN est sorti en Chine, aux éditions Shangaï Joint Publishing. Je ne sais rien du prix ni du réseau de distribution. Mais c’est très amusant à feuilleter !

 

Je prépare par ailleurs un autre livre, DU FIL AU CRAYON, à compte d’auteur, qui reprendra les meilleurs dessins de Stiff Collar. Il devrait être disponible courant Décembre, je vous tiendrai au courant.

Et en ce qui concerne le livre MODEMEN en Français cette fois-ci, sachez qu’il est épuisé et que Marabout ne l’imprimera pas de nouveau. Les exemplaires vendus vont donc voir leur cote monter, ce qui est déjà le cas sur Amazon ou Fnac Market Place.

Bonne lecture. Julien Scavini

La Maison Scavini lance son premier e-commerce dédié aux pantalons !

pubs

Il y a un peu plus d’un an, à l’issue d’une longue et complexe réflexion sur mon développement, j’ai décidé de me jeter dans la bataille du e-commerce. Il m’est apparu plus intéressant de venir chatouiller le prêt-à-porter plutôt que d’ouvrir d’autres boutiques de mesure, avec des vendeurs qui ne feraient pas ce que j’aime.

Je me suis donc penché sur les divers produits à vendre. Cravates? Pulls? Chaussettes? D’autres l’ont déjà fait, et parfois très bien en plus. Par contre, personne ne s’est vraiment frotté aux pantalons. Et pourtant, que j’aime cette pièce. Il me semble que l’on en a jamais assez. D’autant plus que si l’on peut beaucoup varier le haut en terme de forme (veste ou pull-over) ou même se passer de haut et rester en bras de chemise, on est bien toujours obligé de porter un pantalon.

Et puis le jean, franchement, assez. Et alors quel plaisir de pouvoir chaque matin, suivant sa tenue, choisir le bon pantalon. Soit un modèle discret et urbain, laine s110 ou flanelle, soit un modèle plus décontracté, velours ou moleskine.

Quel plaisir aussi de pouvoir créer des tenues à partir de belles couleurs chatoyantes : prune, cerise, vert mousse, crème ou encore grège. Que de styles à explorer.

C’est ainsi que j’ai décidé d’investir dans un site de vente en ligne dédié aux pantalons. Un site immédiatement massif, avec une offre et un choix important, pour que chacun y trouve son plaisir ! J’ai l’honneur de vous présenter le dernier né de mon aventure entrepreneuriale :

http://pantalons-scavini.fr/

Le site est organisé ainsi : d’abord vous devez choisir une coupe. De cette coupe dépend des détails et options fixés, car il s’agit bien d’un prêt-à-porter, pas d’un système à la mesure. Ensuite, différentes matières vous sont proposées, lainages divers ou cotons. Il y a en a pour tous les goûts et tous les usages. Puis vous pourrez découvrir les couleurs qui vont bien!

J’ai réfléchi de long mois aux coupes idéales, car faire du prêt-à-porter impose de choisir. Choisir la coupe, donc choisir le client cible. J’ai dessiné trois coupes exclusives, dérivées de mon expérience de tailleur.

D’abord, ces trois coupes sont à ‘taille naturelle’, c’est à dire aux hanches. C’est tellement plus confortable !

Les coupes sont appelées S1, S2 et S3 :

  • La coupe S1 est assez proche de la jambe. Ce n’est pas une slim-fit pour autant. Une coupe ajustée, heureux mix entre un pantalon classique et le goût contemporain des jeunes qui aiment les jambes affinées.
  • La coupe S2 est dérivée de la S1 et s’adresse aux hommes qui comme moi, sont toujours entre deux tailles. Si vous êtes bien dans les pantalons en taille 42 mais que la ceinture est trop ample et qu’il vous faut un taille 40, alors le S2 en taille 41 sera idéal!
  • La coupe S3 est une coupe à pinces avec une fermeture déportée, comme les pantalons d’Ambrosi. Un détail très italien unique ne prêt-à-porter !

Les coupes S1 et S2 ont des passants de ceinture, une formule plus universelle. Ceux qui regrettent les ajusteurs seront heureux d’en trouver sur la coupe S3. Suivant les retours, nous seront amenés à faire évoluer certains choix stylistiques au fil des collections.

Les matières ne sont pas les mêmes suivant les coupes. A l’exception des laines s110 qui sont invariantes. Nous avons choisi les matières en rapport avec la coupe. Ainsi en coupe S1, flanelles et moleskines sont plutôt fines car le pantalon est près de la jambe. En S2, les flanelles et moleskine sont plus lourdes et le cavalry twill apparait. Quant à la coupe S3, elle fait la part belle aux matières de poids.

Toutes les étoffes proviennent de mes fournisseurs habituels. Ce sont des tissus chers rarement vus en prêt-à-porter. Je me suis fournis chez Vitale Barbeis Canonico, chez Gorina et chez le meilleur cotonnier anglais. Et tous les intérieurs sont réalisés en tissus de chemises. C’est bien plus joli ainsi. Mais quel travail pour trouver toutes ces matières. Plus d’un an qu’on y est.

Question prix, j’ai serré les budgets pour penser à tout le monde. A partir de 110 euros, ce qui je l’espère vous permettra étoffer votre garde-robe. Pour commencer, nous ne pouvons prendre en charge les retours gratuits pour ne pas pénaliser le prix. Il aurait été possible d’augmenter le prix pour tout le monde, mais je ne le voulais pas.

En contre-partie, nous réalisons gratuitement l’ourlet ou le revers à votre mesure grâce à un outil développé spécifiquement par notre prestataire internet. Attention toutefois, soyez sûr de vous.

Et enfin, nous envoyons en Chronopost ou en RelaisColis suivant vos disponibilités.

Il ne vous reste plus qu’à faire marcher votre souris. Le stock partira vite !

PS : pour ceux qui veulent essayer avant d’acheter, nous allons organiser une après midi de découverte un samedi de décembre. Restez à l’écoute !

A bientôt et bonne semaine. Julien Scavini

L’esprit de la rentrée

Les premiers articles de Stiff Collar furent rédigés en septembre 2009. C’est dire si l’activité ici est ancienne sur l’échelle de l’histoire du net. En 7 ans, le marché des vêtements pour homme s’est renforcé et en même temps diversifié. Parisian Gentleman s’est souvent fait l’écho de cette marche en avant heureuse.

En 7 ans, il me semble aussi que le goût sartorial que nous partageons ici et là sur internet a aussi évolué. Cet été fut l’occasion pour moi de relire de nombreux articles et d’y penser. De manière rétrospective, je dirais qu’à l’époque le sentiment commun était plus orienté sur l’histoire et que l’ancien servait plus de modèle. Il y avait une sorte de conservatisme esthétique. Hackett en est le parfait exemple. Voici une maison qui à partir des années 2000 s’est efforcé de proposer ‘l’essential british kit‘. (Pour aujourd’hui beaucoup hybrider son discours). Le vêtement ne fut pas le seul à pencher vers ce retour d’un certain classicisme. L’automobile aussi a eu son lot de regards dans le rétroviseur, comme le montrent les très dignes lignes de la Rover 75 ou de la Jaguar S-type dessinées à l’orée du millenium pour faire ‘british’.

On dit souvent qu’un mouvement esthétique s’oppose à un autre ou est une réaction à. Ce goût classique était une contre-culture. L’appropriation de la dignité du lord par le nouvel argent? Et le fait est que ma propre conception du beau vêtement lorsque j’étais étudiant il y a dix ans environ était très edwardienne. Je l’ai d’ailleurs écrit ici assez souvent. Il y a des règles qui sont comme ci, il y a des règles comme ça.

Pas à un seul instant je n’aurais l’idée de remettre en cause cette conception. Mais pour autant, il me semble que ce fut une étape dans l’appropriation d’internet et de ce formidable espace de discussion collectif. Sur les blogs et les forums, ce fut une première étape dans l’approche du beau. Le site The Sartorialist est tout à fait notable de cela. Combien de beaux messieurs bien habillés il y a 7 ans, combien aujourd’hui? Le contraste est frappant.

En même temps que j’écrivais des lignes sur le rigorisme vestimentaire (au fil de nombreux articles sur la garde robe idéale par exemple), celui-ci glissait doucement. Mais vers quoi me direz-vous?

Et bien pas du tout comme on pourrait le croire (et se désespérer) vers un ‘je-m’en-foutisme‘ de retour, mais vers une lecture plus apaisée de l’ancien. Hey, l’ancien c’est cool, utilisons-le. Ce faisant, les années post-crise ne sont pas du tout un abandon de la qualité et du goût, elles ne sont pas non plus du tout une fuite en avant moderniste, loin de là. Ce qui est plus étonnant peut-être. Non, notre époque est celle du ‘faisons du neuf avec du vieux’. Avec respect. C’est le mot le plus important. C’est le hipster qui va chez le barbier et qui en même temps restaure des motos anciennes. Pas trop moderne, pas trop ancien. In-between.

 ILLUS106

Et ce mouvement est multiple. D’un côté vous trouvez des jeunes ultra-connectés qui portent des casquettes de tweed et font les puces et de l’autre vous avez les Chap, gentlemen utopistes aux idées diverses. Les Chap par exemple peuvent être loufoques ou très rigoristes. Et le beau vêtement n’est même plus forcément un marqueur social.

De ce fait, je renouvelle une conclusion qui est devenu le fil de la pensée de Stiff Collar : plus que jamais : le classicisme n’est pas un carcan, c’est un ensemble de principes qui visent deux choses : le pratique en même temps que le beau.

Mais au delà, je n’aurais plus comme en septembre 2009 l’idée de m’habiller toujours en costume ou même de toujours porter une veste dans un coloris adapté à la situation. Quelle gageure.

A la place, j’intègre au discours la flexibilité et la polyvalence. Ce que je sous-entend par là est qu’il faut s’habiller suivant les circonstances (pour être pratique) en faisant attention au beau, mais sans être limité par une garde robe trop ancienne.

C’est là que les classiques doivent savoir répondre à ceux qui les traitent de vieux. Le chic, c’est savoir s’adapter en restant digne. Si l’on visite des villages anciens avec des rues pavées, c’est savoir porter une paire de chaussures de marche de chez Columbia. Si l’on est dans une pays chaud, c’est rester digne avec une élégante paire de sandales et un chapeau de paille. Si l’on prend l’avion, c’est aller vite au détecteur de métal en portant une paire de mocassins mous qui ne bipent pas et un pantalon de coton plus confortable assis. Par contre, c’est aussi savoir porter un très beau costume bien coupé quand il le faut et un manteau digne pour aller à l’opéra, pas un Barbour.

Tiens, d’ailleurs voilà une marque qui a compris exactement ce repositionnement stratégique. D’une image archi classique, Barbour a su comprendre cette variété de profils traditionnels ou néo-traditionnels pour proposer une gamme énorme de produits pour tous. Elle n’a pas renié son histoire en passant au tout nylon. Elle n’est pas morte non plus dans ses murs. In-between.

Ce in-between se retrouve aussi dans cette mode et ce goût pour la belle fripe, mélangées à ces pièces contemporaines.

En bref, le maitre mot qu’il me faut apporter est ‘diversité’. Le secret d’un classicisme de bon ton et apaisé, c’est une garde robe variée, où le moderne côtoie le bien ancien. Qu’en pensez-vous? Cela doit être fait avec intelligence par contre. Il ne s’agit pas de mélanger de manière ridicule les vêtements et les styles entre eux. Sauf si l’on sait faire et que l’on se juge soit même comme une icône du style.

En terme de style, rares sont les élégants qui s’habillent dans Un style ou dans Une époque. Ils sont rares à oser le tout tailleur ou le tout moderne. Non, les personnages les plus marquants de notre sphère internet mélangent et hybrident doucement, tels les Lino Ieluzzi. Les nombreux Tumblr et Instragram au goût sartorial qui pullulent partout en sont l’exemple marquant. Souvent classiques et proches des tailleurs à la main, ils proposent tous une réinvention normée et raisonnable. Des mélanges de registres, de couleurs et de matières qui font sens et portent un discours qui va vers l’avant, où les cardigans prennent une place supérieures, où les écharpes à motifs cachemires côtoient les doudounes matelassées, etc…

Finalement je peux répondre amicalement à Hugo Jacomet et à son célèbre adage ‘first learn the rules, then break them’. Non! Il n’est pour moi jamais question de les briser, ni même de les réinventer (quelle folie), et pas même forcément de les réinterpréter. Certes, j’apprécie l’idée d’être comme le chef d’orchestre qui réinterprète une partition : la musique est la même (la règle classique), mais l’esprit est plus moderne ou plus dynamique. Rien ne change mais tout change.

Non, je dirais surtout que les règles méritent d’être enrichies et complétées. Que les situations changent, les gens aussi et que le vêtement s’adapte. Un mouvement qu’il est plus heureux d’accompagner que de rejeter !

 

Belle rentrée. Julien Scavini

 

 

Les souliers en cuir, métaphore automobile

Petit article humoristique ce soir, en forme d’interrogation.

De nos jours, les produits sont des consommables. Mais au delà d’être consommables et jetables, ils sont aussi – et heureusement – plus confortables. C’est le bénéfice du progrès.

Prenons une paire de souliers classiques en cuir. C’est un objet magnifique et c’est un objet fabriqué avec une grande technicité. Un soulier en cuir dure des années, pourvus qu’on l’entretienne bien : changement de talons et de patins réguliers, alternance régulière des modèles, pose de fers etc…

Pour autant, nombreux sont les messieurs qui se plaignent d’avoir mal au pieds. Moi le premier. Les américains ont compris ça depuis longtemps, regardez les avec leur baskets. Les italiens ont encore mieux compris ça, admirons les avec leurs souliers classiques à semelles de gomme.

Il est possible de ne pas avoir mal au pied dans une chaussure classique si on y met le prix. Le jour où j’ai acheté mes premières Alden (dans la bonne pointure), j’ai découvert le grand confort. Pied bien tenu, voûte plantaire soutenue, semelle moelleuse.

Pour autant, est-ce que c’est la chaussure que je prends pour partir en voyage et pour arpenter les rues des sites touristiques où je me rends? Eh bien non. Pour plusieurs raisons:

– c’est un soulier lourd dans la valise

– je ne suis pas tout à fait sûr du confort pendant une journée entière de marche

– je ne voudrais en aucun cas abîmer le soulier ou rayer la surface du cuir (très important !)

– une paire de baskets légère genre Le Coq Sportif est bien plus confortable

– ça fait bip bip au passage de la sécurité à l’aéroport (soit à cause des œillets, soit à cause de je me demande bien quoi)

Car admettons le, une paire de petites baskets est bien plus agréable. Un ami est récemment venu me voir à la boutique pour une commande. Il a travaillé chez Corthay et dans de nombreuses maisons de cuir et est toujours habillé d’élégants pantalons de laine ou de coton que je lui fais, taille haute. ll avait aux pieds une paire de New Balance. Quel amusement : « eh bien j’en ai marre d’avoir mal au pied » m’a-t-il répondu. Et le fait est. Je conseille à ceux qui n’ont pas essayé : associer la basket (molle et confortable) au pantalon de laine légère (mou et confortable), c’est le pied. Bon d’accord ce n’est pas très présentable. Mais mais mais, c’est rudement agréable.

Je vous rassure, je ne travaille pas encore comme ça, on est pas chez Cucinelli ici !

 ILLUS101

Et cette réflexion m’en a inspiré une autre, que je vous laisse méditer. Je suis assez amateur de voitures de collection, le genre grosses berlines anglaises. Comme notre ami Chato Lufsen qui lance actuellement son affaire de cravates et de boutons de manchettes.

Les voitures d’aujourd’hui sont confortables. En plus, elles se pilotent un peu toute seule grâce au régulateur de vitesse, à l’aide au stationnement et à la boite automatique. Elles sont formidables et la sellerie très agréable. En plus elles consomment peu et sont d’un entretien très raisonnable. Et on les garde au final assez peu, une génération faisant passer la précédente pour ringarde tous les cinq ans. C’est ainsi.

D’un autre côté, les vieilles voitures sont belles. Magnifiques même. De vraies sculptures avec leurs chromes, leurs pneus à flancs blancs et leurs poupes plongeantes. Une Rolls Silver Dawn ou une Bentley S2, mais quelles beautés frissonnantes!

Pourtant, elles consomment 20L au cent pour certaines, elles sont capricieuses, dures à conduire et à freiner et leur entretien est incessant. Il faut changer l’huile, graisser les bielles, surveiller les raccords, entretenir les cuirs (ça me rappelle quelque chose), etc… En plus, l’intérieur est même pas plus confortable que ça et les ceintures de sécurité absentes.

A l’issu de ce match, le gentleman raisonnable ne sait comment choisir. Entre l’ultime et difficile beauté ou entre le confort et la relative praticité.

Autant de parallèles qui m’ont amusés.  Les propriétaires telles mécaniques sont rares et forment une élite automobile. Les propriétaires de souliers bien entretenus avec passion sont aussi rares. Nous sommes des amateurs éclairés ! On sait comment les entretenir et comment oublier le mal de pied. Nous avons un savoir-faire et en connaissons les avantages et les limites. Et comme sur les belles mécaniques anciennes, on sait qu’un beau cou de polish (pardon de cirage) rend l’objet sculptural !

Reste à dire, que le gentleman raisonnable utilise les deux (enfin s’il en a les moyens, pour ma part pas encore). La grande Jaguar le week-end (en fait, des Edward Green en semaine) et une petite Peugeot en semaine (en fait, des Adidas le week-end)! Ouf.

Et comme les grandes anciennes, les souliers existent parfois bicolore 😉

Bonne semaine, Julien Scavini

La règle, l’usage et la convenance

En ce moment, Citroën diffuse une publicité télévisée pour un de ses petits modèles, avec comme égérie la fameuse et pétillante américaine Iris Apfel. Dans cette publicité, Mme Apfel tient ce discours :

 » Je n’ai aucune règle. Elles ne sont qu’une perte de temps. Je ne suis jamais les tendances. Pas de tendances, pas de règles. Un jour quelqu’un m’a dit : tu n’es pas belle et tu ne le seras jamais. Mais ce n’est pas grave, tu as quelques chose de bien mieux, tu as du style ! « 

Je dois dire que lorsque j’ai entendu cette tirade, je suis resté arrêté ! Cet écho à la pensée unique m’a profondément agacé. (En revanche, je ricane au double sens de cette tirade qui ferait dire que cette bagnole est moche mais que le style la sauve.)

Pourquoi je n’aime pas ce discours? Car cette idéologie de la personnification et du génie individuel est tout simplement conne! Cette pub est une pure posture!

Revenons d’abord à la voiture. Est-elle conçue sans règle? Règle de style d’abord, règle de sécurité ensuite? Je ne le crois pas. Un designer automobile travaille-t-il plus vite avec une feuille blanche et une liberté absolue? Ou avec le style maison, son histoire et ses règles? Je ne crois pas que les règles aient été une perte de temps pour dessiner ce nouveau modèle.

Cette voiture ne suivrait-elle par ailleurs pas les tendances? Vraiment? Si elle ne suivait pas la tendance, elle ferait 5m de long et aurait un moteur 8 cylindres de 6L. Elle ne serait pas écologique et la pub serait montée d’une manière qui déplaise aux femmes.

Cette déconstruction du discours s’applique à tout la causerie ambiante et plus que jamais à notre univers, celui du beau vêtement. Faire croire à des novices qu’il n’existe aucune règle est d’une imbécilité rare. D’ailleurs, cette dame très connue qui vit certainement au milieu de la jet-set sans-frontière, entre les bahamas, Portofino et son duplex à New York doit avec une vie remplie de règles et de convenances. Regardez Anna Wintour, dont la vie est réglée comme du papier à musique. Je doute qu’on puisse lui envoyer un mail comme ça ou l’approcher n’importe comment. (Et lui raconter des blagues Des Grosses Têtes).

Je ne comprends pas que l’on puisse faire croire cela à une armée de gogos prêts à gober !

ILLUS96

Au contraire, les règles, c’est du savoir-vivre. Les règles sont l’huile sur les rouages de la vie en société. Et les convenances ne sont pas une perte de temps. Au contraire. Faire croire que le style personnel est tout, est une contre vérité et une idée égalitariste idiote. L’académisme et les usages permettent à chacun de donner le meilleur. A l’inverse, l’individualisme qui pousse seul avec ses propres inspirations et talents ne donne que des génies ponctuels. Et même si c’est heureux, cela ne fait pas une société. Car nous ne possédons pas tous un don ou une capacité à devenir une icône. Heureusement d’ailleurs. Il faut savoir être dans le juste mélange des deux.

Regardez le Pitti Uomo, ce défilé de personnalités. Aucun homme qui y va n’est complètement libre. Ils sont tous habillés classiquement. La vraie liberté serait d’y aller habillé en Décathlon. Au contraire, cette convention – le mot est important – est l’occasion dans un même carcan de règles de montrer des individualités. Avec amusement, intéressement et écœurement parfois. Il serait en tout cas faux de croire qu’aucune règle n’existe.

La règle est faite pour simplifier la vie. Suivre une convention pour s’habiller – suivant son milieu, suivant ses moyens – est le préalable à l’expression de son égo : le style. Celui-ci ne vient pas seul, en particulier dans le vêtement. Car ce morceau de tissu coupé puis cousu suit des règles, ancestrales ; comme le patronage par exemple. Quoi de plus primitif que cette règle? Ne pas avoir de règle, ce serait s’habiller d’un sac poubelle. On verra peut-être cela sur les podiums prochainement…

Un peu de règle est obligatoire. Après, suivre un peu ou pas les tendances, exprimer un peu ou pas son goût personnel, tout est affaire de mesure et de personnalité ! Je pense en tout cas plus logique de dire qu’il existe des règles, oui, et qu’elles sont pour une grande majorité très simples et de bon sens.

Bref, là dessus, je vous souhaite une élégante semaine !

Julien Scavini

Petites pensées de rentrée

L’été est passé et son mois de vacances aussi. Il est temps de redémarrer pour une nouvelle année à peine entrecoupée par la pause de Noël. En général, chez le tailleur, les mois en -bre sont chargés. C’est en effet la période où les hommes font faire massivement les costumes de travail, plus qu’à d’autres moments. A l’inverse, avril, mai et juin voient les jeunes hommes venir pour réaliser des costumes de mariage. C’est un thème que j’apprécie et dont j’ai souvent parlé sur Stiff Collar.

Le blog a commencé en septembre 2009, au moment même où je suis entré à l’école des tailleurs, AFT, où j’ai passé une délicieuse année à apprendre comment on fait une veste de A à Z. L’idée de Stiff Collar était au début de servir de journal de bord de cet apprentissage, pour donner envie à d’autres de suivre le chemin et aux passionnés de mieux comprendre la construction d’un vêtement de qualité. Peu à peu, j’ai étoffé le blog d’article sur les maisons de prêt à porter et surtout sur les différents usages attachés à la penderie masculine classique.

A l’époque, il existait un blog connu : Faubourg Saint Honoré (FSH) qui m’a beaucoup appris sur le sujet, de même que les forums De Pied en Cap et En Grande Pompe. J’ai ainsi compulsé les informations que je trouvais éparses sur internet sous forme d’articles synthétiques. Parisian Gentleman est né à peu près à ce moment là, de même que Le Chouan des Villes qui a hélas arrêté son activité avant de trouver un nouveau souffle sous une nouvelle forme (au mieux espérons le).

L’arrivée de Stiff Collar dans le paysage des blogs consacrés à la garde robe masculine tombe à un moment clef où les hommes ont eu envie de s’habiller de nouveau. Curieuse phase qui arrive on ne sait comment, d’un coup les hommes veulent ré-apprendre, se sentir guider. Cet engouement suit une sinusoïde. La fin des années 80 et début des années 90 furent également un moment où les hommes faisaient attention. De nombreux traités et guides sortirent et une myriade de marques émergèrent, Ralph Lauren en tête. Le look de l’agent de change de Wall Street était adoré, avec ses mocassin Gucci, ses bretelles colorées, ses lunettes rondes en métal doré et ses grands costumes croisés Valentino. C’est à ce moment que les stylistes et certains tailleurs s’attaquèrent au costume et à sa veste. De la coupe classique et sans erreur, ils tirèrent des figures de styles outrés, cran super bas, épaules trop larges, encolures larges et pantalons à triples pinces en élastiss.

ILLUS84S’ensuivit une curieuse phase de vache maigre, comment l’expliquer? Il faut déjà se demander si l’inesthétisme qui a suivi était partagé par toutes les couches de la population. Je n’en suis pas sûr. Ainsi, une certaine élite a toujours eu l’habitude d’aller chez le tailleur. Or, cet artisan est un homme sage, rarement enclin à suivre les effets de mode. On le lui reproche parfois. Oui le tailleur est triste et buté sur ces principes. Mais ce faisant, un homme élégant le reste. L’homme classique a traversé les années 2000 sans prendre une ride. D’ailleurs ses photos ne sont pas datées. Car celles de l’homme en doudoune mauve ou en blazer rouge pétard le sont. Mais ces mêmes là trouvaient l’élégant classique ringard. Et pourtant, ce sont ces autres là qui l’étaient. Amusant 🙂 Ils suivaient la mode, cette étonnante chose qui née dans le bruit, vie dans la rapidité et meurt dans l’indifférence. Ce que le podium et le styliste décide se répand dans la population par l’intermédiaire de toute une chaine complexe de valeurs. Ce qui est beau et génial finit vendu par une foule de boutique plus ou moins bonnes. Ce qui parait génial en haut devient laid en bas. Le client final fait un acte d’achat instantané. Au final, ce processus rapide se retourne contre lui-même. D’une frénésie d’achat bien conseillée et souvent aidée par madame, il reste un costume défraichi dont personne ne veut. Songez à tous ces costumes aux crans très bas et aux épaules trop larges qui emplissent les bacs des fripiers.

Un jeune styliste a récemment répliqué à un vieil article sur les tailleurs vs les stylistes. Ces propos étaient intéressants. Mais je répondrais simplement que l’art tailleur répond à un art du canon, un académisme en somme, qui a pour but de fixer un certains nombre de règles (applicables à son art : la façon et applicables à son mode : ses clients). Ce corpus idéologique vise au meilleur tout en en englobant le plus de monde. Un mauvais tailleur ou un très bon tailleur peuvent tous les deux réussir un costume très classique et très ‘mettable’. Un client simple ou un grand dandy peuvent tous les deux réussir une mise correcte voire élégante. C’est tout à fait différent des stylistes, car leur formation confine au génie. Le but n’est pas de créer des règles pratiques pour rendre le monde beau, le but est d’abolir les règles pour forcer l’individu à penser. Certes, mais la pensée n’est ni universelle ni égalitaire. Si bien que d’un a priori d’idéal on crée une folie du sur-homme superstar que les autres doivent admirer et copier. Je ne suis pas sûr d’aimer cela. Au contraire, je préfère m’amuser dans mon univers restreint quitte à en chatouiller les limites, mais cela se fait une génération, voire deux. Il faut du temps ; il faut lisser la courbe. L’élégance en toute chose, c’est le temps du goût et le goût du temps.

Il faut donc se méfier de cette fameuse sinusoïde. A l’envie succède le dégoût. C’est ainsi que l’on fabrique des cycles économiques dans la mode. J’entendais récemment un journaliste me dire que le goût classique pour homme, tel qu’on en parle ici et ailleurs est en queue de comète. C’est une question que je me pose souvent. Cela fait plusieurs années que j’en parle, avec d’autres. Trop de conseil peut-il tuer l’envie? C’est un écueil auquel il faut faire attention, c’est très vrai. C’est pourquoi jamais je ne me suis montré trop prescriptif. Ce qui me fut reproché gentiment à propos de mon livre ModeMen, très généraliste. La bonne intelligence est de piquer ce que l’on a envie là où il faut, tout comme on ne s’habille pas dans une seule maison, pour ne pas avoir le goût de son habilleur. Je tâcherai donc pour une année encore de donner à voir et à goûter, sans jamais ni assommer ni obliger.

Je compilerai donc mes idées et connaissances avec modération, un lundi sur deux peut-être. Cela me laisse ainsi le temps de réfléchir à ma colonne dans Le Figaro Magazine, pour lequel je dois trouver des sujets également.

Je vous souhaite une belle rentrée.

Bonne semaine, Julien Scavini