Le col en velours

L’hiver semble s’installer plus vite qu’on ne l’aurait souhaité. Hélas. La saison du manteau est déjà lancée à la boutique. Il faut dire que plus le temps passe, plus les clients pensent à passer commander tôt. Compte tenu des délais, un manteau décidé en décembre ne sert pas à grand chose hélas.

Lors de la commande, il est souvent question du col, en velours ou pas? Je dois dire avoir été pendant très longtemps étranger à ce goût que je ne connaissais pas. Mais je constate qu’il est assez commun et que beaucoup de messieurs me posent la question, même si a priori, ce n’est pas leur goût spontané. Un marqueur de l’anglicisme des français en matière vestimentaire? L’idée est assez ancrée : un beau manteau aurait un col de velours. Vrai ou faux?

ILLUS140

Le mythe dit que les aristocrates anglais ont inventé cet usage stylistique comme une marque de souvenir envers les nobles français étêtés à la révolution. Je pense qu’il n’en est rien l’histoire l’atteste. Sauf qu’elle ne donne pas de raison. A mon avis, c’est tout simplement pour une raison pratique que cette mode est apparue. Les manteaux lorsqu’ils sont beaucoup portés ont tendance à s’élimer au bord du col. La raison principale est le frottement contre l’écharpe qui crée une abrasion. Les millions de petits mouvements du cou au cours d’une vie de manteau érodent le bord du col. Comment remplacer celui-ci? Soit le tissu n’existe plus, soit le nouveau tissu n’est pas de la même teinte. En posant une pièce de velours, on résout cette question. Un peu comme une coudière maquille un trou dans une manche. Le velours peut se remplacer souvent pour toujours garder au manteau une allure impeccable. Ça c’est aristocratique!

Dès lors le truc du tailleur devient une mode, plus ou moins marquée suivant les époques. Alors peut-on faire un manteau avec un col en velours dès le départ? Je dirais que oui, car c’est très élégant et raffiné. Le velours, dense et profond apporte une touche de dignité à un manteau, une marque statutaire intéressante.

J’aurais tendance à penser qu’il n’est pas nécessairement lié à une attitude décontractée ou formelle. Sur un manteau anthracite ou marine, poser un velours noir ou bleu nuit ne rend pas le manteau plus sport. Bien au contraire. Et à l’inverse, poser un velours marron sur un cover-coat olive ne le rend pas plus habillé. C’est donc un signe presque égale de mon point de vue.  Quant à l’idée de poser un velours d’une autre couleur que la dominante générale, je préfère laisser cela aux stylistes, je trouve que c’est un truc bien gratuit et excessif. La sobriété est la mère de l’élégance.

Bonne semaine, Julien Scavini

L’envie et le besoin

Pour la plupart des hommes, s’habiller est un besoin. Aussi se couvrent-ils simplement, sans recherche particulière et sans envie particulière. Souvent d’ailleurs, les achats sont fait par madame et l’homme se laisse faire. Il serait d’ailleurs possible de se vêtir exclusivement chez Mistigriff et dans d’autres solderies sans difficulté aucune. Il y a tout ce qu’il faut.

Par contre, les amateurs de beaux-vêtements le savent très bien, au delà du besoin, il y a l’impérieuse nécessité de bien s’habiller. Et par là même, cela forge des besoins d’un ordre nouveau, guidés par l’élégance. Le vêtement devient une envie.

L’envie peut être de plusieurs ordres. Envie de posséder une pièce en particulier pour le week-end ou pour un gala, c’est le besoin du moment. Encore plus loin, envie de posséder une pièce pour sa simple beauté, il n’y a plus de besoin. Seule l’envie gratuite reste.

La difficulté survient lorsque le portefeuille n’aide pas. Il faut se restreindre. Tâche difficile. Il y a les besoins primaires mâtinés quand même d’une envie (avoir un nouveau costume bleu, pourquoi pas prince de galles discret) et les envies (avoir un costume très élégant avec gilet croisé difficile à mettre tous les jours). Ce n’est pas simple. Les clients me demandent souvent comment je fais avec tout ces tissus sous les yeux… Je réponds que je suis très relativiste dans la vie et que celle-ci est longue. Oui c’est beau, et alors… Tous les tissus sont beaux d’une certaine manière. Et puis j’ai le temps.

Seulement, il faut du détachement. Certaines de mes connaissances ‘sartoriales’ n’ont aucune réserve et sont parfois à la limite de la névrose concernant le vêtement. Ce n’est jamais assez, jamais assez bien, il faut toujours un nouveau costume, une nouvelle veste, une nouvelle paire de bottines…

ILLUS139

Ce dont j’ai envie et ce dont j’ai besoin. Pourquoi une telle dissociation? Pourquoi ne pas rapprocher les deux et les fusionner? Cela s’appellerait-il vivre raisonnablement?

Toute la difficulté réside dans la fusion des deux concepts. Il faut arriver à aimer le besoin. Contre mauvaise fortune, bon cœur dit l’adage. Certains y arrivent, d’autres pas. Appliquée à tous les aspects de la vie, cette pratique pourrait peut-être contraindre au misérabilisme ceci dit. Ce n’est donc pas une tâche facile. Il faut  définir des priorités et des aspects plus soumis à l’envie que d’autres. Je reste convaincu qu’un besoin bien intellectualisé peut devenir une envie.

Pour ma part j’essaye au maximum d’apprécier mes costumes simples qui répondent à ces besoins simples. Évidemment, je pourrais en avoir cent, tous plus extravagants. Mais les apprécierais-je vraiment? Une fois par an, je réalise quelque chose de plus osé, un costume en seersucker ou une flanelle rayée. Point trop n’en faut. Car pour conserver le goût des belles choses, celles-ci doivent rester rare. A trop fréquenter le beau, on se lasse ou on veut mieux. Mais là, il faut les moyens!

 

Belle semaine, Julien Scavini

 

L’Ampleur

Depuis quelques temps trotte dans ma tête que le goût pour les vêtements amples pourrait bien revenir. Et que le costume un peu plus large va réintégrer le devant de la scène. Déjà depuis trois-quatre ans, les stylistes des grandes maisons proposent des vêtements plus volumineux, pantalons à pinces d’un côté, manteau « loose » de l’autre. Si l’expression visuelle de ces modèles est critiquable, le terrain se prépare. Même si pour l’instant, ce goût ne transparait qu’assez peu dans la rue.

Des amis qui travaillent dans le textile, de retour du Japon où ils ont passé trois semaines cet été m’ont d’ailleurs rapporté avoir été surpris par ce qu’ils appellent « le style mou », caractérisé par une belle ampleur tombante des épaules et des pantalons droits. Que ce soit en costume ou en plus « casual ». Un signe de plus peut-être.

Pour ma part, j’ai commandé l’hiver dernier une veste en tweed avec une taille de plus par rapport à l’habitude. Un 50 au lieu d’un 48. Si au début j’étais interrogatif, notamment sur le ressenti face au miroir, force est de constater que visuellement la différence n’est pas flagrante. Mais par contre niveau confort c’est bien mieux. Les esprits chagrins me répondront que j’ai grossi. Que nenni, mes costumes actuels et passés en 48 me vont toujours parfaitement.

C’est bien le drame de l’art tailleur. Il n’existe pas de règle concernant le volume et l’aisance. Ce qui est vrai à une époque ne l’est plus après. Les effets de mode régulent la coupe tailleur, comme le reste. Ainsi, les plus grands tailleurs des années 20 faisaient de l’étriqué. D’autres dans les années 30 ont fait du volume. Dans les années 50, la norme était aux épaules gigantesques. Les années 60 ont réduit les proportions mais les années 80 ont de nouveau forcé le trait. Et ainsi de suite. Un costume Cifonelli coupé en 2017 n’a certainement que peu de rapport avec un autre coupé en 1980. Mais aucun des deux n’est faux.

ILLUS138

Je m’amuse toujours des pseudo blogs qui vantent les mérites de telles coupes ajustées et les ravages de l’ampleur par ailleurs. Ces mêmes personnes qui dans dix ans expliqueront le contraire. Les encolures de veste qui n’encadrent pas bien le col de chemise sont souvent pointées comme un défaut. Alors que c’était une qualité dans les années 80. Un beau costume Cerruti de l’époque baille. Le canon était ainsi.

Ces mêmes bonimenteurs qui expliquent que telles mensurations ou tel gabarit ne sera pas bien habillé avec une veste ample expliqueront le contraire le moment venu. Car simplement le paradigme aura changé. C’est celui qui portera encore le costume étriqué qui passera pour ringard. C’est assez cocasse.

Il n’existe pas de règle pour considérer qu’une veste ou un pantalon a une ampleur juste. L’histoire de la mode masculine et de la coupe tailleur nous le montre. Un livre de coupe de 1950 et un exemplaire de 2015 n’ont tout simplement pas la même vision du vêtement. C’est assez difficile à conceptualiser j’en conviens.

Les meilleurs arguments sont pour moi les photos d’époques. Prenons l’exemple de ces clichés des années 80 et 90. Certes les photos ont vieilli. Le style a vieilli. Mais comment oserait-on dire que ces photos sont ringardes? Le style est très honnête. Pierce Brosnan porte un superbe croisé plongeant. Dustin Hoffman, Matthew Broderick et Sean Connery ont la classe sur la couverture de Family Business. Bernard Tapis osait autant en affaire qu’en vestimentaire. Et que dire de Mickael Douglas dans Wall Street. Observez le col de sa veste qui décolle ou son pantalon généreux.

Cet été lors de mes petites vacances en Angleterre où j’ai eu le plaisir de visiter les plus beaux châteaux possibles (Blenheim, Chatsworth, Howard Castle), j’ai pris plaisir à regarder le soir à la télévision les rediffusions de l’excellente série Frasier. Et de me souvenir que le petit frère de Frasier parle assez souvent de son tailleur ou de ses mocassins à glands, spécialement réalisés par un petit bottier d’Italie. Un signe de goût, pour une époque que l’on regarde avec méprise de nos jours. Pourtant, quel style, quel panache. Revers larges, cravates audacieuses. Et quel confort. J’en rêve. Mais pour l’instant le goût n’est pas prêt à grossir… Attendons encore un peu.

Les années 80 et 90 sont souvent regardées avec mépris. Pourtant, l’élégance était entière. Les usages étaient respectées. Les proportions étaient certes généreuses, mais pas ridicules. Ce qui a été ridicule, c’est la reprise par les maisons bas de gamme de l’ampleur tailleur. Les mauvais faiseurs en ont rajouté, en rendant extravagantes et décadentes les coupes.

Enfin qu’on se comprenne bien. Je ne suis pas en train de dire que la tendance actuelle est moche. Non, elle est une tendance. Je m’habille près du corps car c’est ainsi. J’aime cela en ce moment tout en ayant conscience que c’est une passade de l’histoire de la mode. Pas un absolu. Est-ce un relativisme? Non, c’est un essai d’objectivité !

Bonne semaine et belle reprise ! Julien Scavini

(Un grand merci à Archie Ruston pour le temps passé à chercher les photos des années 80)

La chemise dans ou hors du pantalon ?

Un lecteur m’a écrit récemment pour me poser cette question. Intéressante. Car je dois également reconnaitre me poser cette question existentielle : dois je mettre la chemise dans ou hors du pantalon ?

Car il me semble maintenant, la réponse n’est pas si évidente que cela.

De prime abord, les gentlemen portent plutôt leur chemise à l’intérieur d’un pantalon, parfaitement et dignement ceinturé. C’est une manière chic de voir les choses.

Pour ma part lorsque je fais ainsi, j’ai toujours l’impression d’être engoncé. Et à chaque fois que je me relève, il faut remettre la chemise en place. Au final, je ne me sens pas plus à l’aise que ça dans une telle tenue. Il y a des messieurs qui arrivent à faire cela très bien. Leurs chemises apparaissent perpétuellement repassées, ils ont l’air d’un sou neuf et je les envie. Leur physique souvent svelte leur permet un tomber parfait de la tenue, ils ont toujours l’air chic. J’admire cette capacité à rester digne.

De mon côté, lorsque la tenue commence ainsi, j’ai rapidement l’impression d’être souillon, les vêtements sont froissés et je ressemble à rien de chic.  Est-ce à dire que je gigote plus?

Du coup, j’ai été très attentif aux jeunes gens de mon âge dans la rue aux États-Unis lors de mon dernier voyage. A l’université de Virginie, c’était le dernier jour avant les vacances et tout le monde était décontracté. Lunettes de soleil, bermudas et chemises Ralph Lauren en pagaille. Et bien tout le monde avait la chemise en dehors du pantalon ou du short. Je suis assez intéressé par cette capacité à avoir la tenue ad hoc à tout moment. Le blazer et la cravate sont une institution aux États-Unis, bien plus qu’ici, mais lorsqu’il faut être ‘off’, ils savent tout aussi bien s’y prendre.

Il semble que cette pratique de la chemise hors du pantalon chez les jeunes soit assez répandue outre atlantique. Où il est aussi notable que la chemise se porte toujours par dessus un mince t-shirt blanc. J’ai déjà écrit à ce sujet ici.

Dès lors, la chemise devient un vêtement de dessus, une sorte de veste nouvelle génération.

ILLUS137

Souvent je me prends à rêver du futur de la garde robe, en me disant bien que la veste telle qu’on la connait vit une époque charnière. Inventée dès le début du XXème siècle, elle était considérée comme vulgaire et très utilitaire au début (en comparaison des habits longs, jaquettes et fracs). Puis elle est devenue dans les années 30 la tenue de référence, pour apparaitre à l’orée du XXIème siècle comme l’attribut d’une seule classe sociale élevée ou … des mariés. Et dans l’histoire du vêtement, on le sait, lorsque un habit devient référent pour les mariages, c’est l’antichambre de la fin. Enfin, je rigole, je ne pense pas que la veste disparaisse si vite. Quoique…

Tout de même, j’ai trouvé cette manière de mettre une chemise pas trop boutonnée par dessus un t-shirt (qui lui est utilitaire, il prend la transpiration et se lave à 60°c ou plus) intrigante. C’était exactement la même chose au XIXème siècle, la chemise était le sous-vêtement lavable que l’on cachait par un gilet très couvrant. La chemise portée ainsi apparait comme le vêtement décoratif de dessus, d’apparat et camoufle l’utilitaire, le petit maillot de corps.

Et du coup, je me suis mis à faire la même chose.

Il serait possible d’objecter que c’est une mode du chiffonné. Car il est évident que tout cela manque de tenue. Certes, mais l’époque aime le froissé et le pas net. La netteté tailleur des années 50 et la belle laine qui drape a laissée la place à des matières naturellement froissables et froissées (coton, nylon etc.) et des coupes plus lâches (le jean, le blouson).

Mais enfin, je ne tranche pas la question de savoir si la chemise se porte dedans ou dehors. Chaque homme trouvera suivant son âge et son physique la formule idoine. Je pense qu’il est plus intéressant d’être rigoureux sur le port du costume, de la cravate et des accords de couleurs que sur le vestiaire décontractée. Tant que vous n’optez pas pour les chaussettes blanches + claquettes Adidas, tout va bien !

Là dessus, je vous souhaite un été reposant et ensoleillé, nous nous retrouvons en septembre !

Bel été, Julien Scavini

Les poches d’une veste ont elles un sens?

Un veste est faite pour couvrir, c’est sa première raison d’être. Ensuite, sa forme et sa manière de couvrir le corps, en bref son allure sont le résultat d’un goût qui évolue suivant les modes. Elle donne une ligne à l’homme. Enfin, celle-ci par dessus ces deux points – utilitarisme primaire et esthétique – se veut aussi pratique : la veste est le sac à main de l’homme. Pour se faire, l’histoire a sédimenté un certain nombre de poches sur sa surface. Des poches extérieures et des poches intérieures.

Il existe deux types de poches extérieures : poitrine et côté.

A l’extérieur, sur la poitrine gauche au niveau d’une ligne horizontale passant sous l’aisselle est placée la poche de poitrine. Cette poche de poitrine est souvent réalisée sous la forme d’un rectangle de tissu qui camoufle un trou vers l’intérieur de la veste et le sac de poche. Ce rectangle est toujours disposé légèrement en biais. La poche monte. Ne me demandez pas pourquoi, c’est ainsi. Mieux, le côté gauche de ce rectangle est aussi un peu oblique, pour donner une ligne et un peu d’entrain à cette poche. Quand aux italiens, ils arrondissent un peu le rectangle, pour prouver qu’ils savent faire. C’est une esthétique gratuite.

Ce rectangle fait classiquement 2,5cm de haut pour 9 à 11cm de large. La hauteur est très importante. Les fines poches poitrines des costumes slim signent une esthétique du minable que je ne goûte guère. Parfois, cette poche poitrine peut aussi être plaquée. C’est idéal pour une veste décontractée. Mais les pochettes ont tendance à faire gonfler cette poche plaquée, aussi je le recommande moyennement.

ILLUS136-1

Toujours à l’extérieur mais en bas se situent les poches de côté. Pour pouvoir rentrer la main à l’intérieur de la veste et donc du sac de poche, il faut faire un trou. Ce trou est ‘maquillé’, cousu grâce à deux passepoils qui sont deux fines bandes de tissus. Ces passepoils sont obligatoires pour faire une poche.

Les vestes très habillées comme les smokings ont deux poches passepoilées simples, sans rabat. Une de chaque côté.

ILLUS136-2

Les autres vestes ont normalement des rabats de poches qui sont disposés entre les passepoils. Le passepoil du bas se retrouve donc caché sous le rabat. Le rabat est très ancien. Déjà les habits d’ancien régime avaient des rabats. J’imagine qu’il sert à protéger de la pluie et de la poussière l’intérieur du sac de poche. En tout cas, il est obligatoire de mon avis sur une veste classique.

Parfois, sur le côté droit, au dessus de la poche est rajoutée une autre petite poche avec un rabat : la poche ticket. Ce petit contenant a été créé par les tailleurs anglais au début du siècle pour loger les petits tickets de train, plutôt que de les mettre dans la bande de son chapeau comme cela se faisait. La poche ticket était positionnée plutôt sur les vestes décontractées, les beaux costumes de ville n’étant pas fait pour prendre le train. La poche ticket serait donc plutôt synonyme d’un costume relâché..

ILLUS136-3

Les poches côtés (toujours passepoilées avec un rabat) peuvent aussi être disposées en biais. Avec ou sans poche ticket. Ces poches furent positionnées en biais dès les années 20 pour rendre les vestes plus belles lors de la pratique du cheval. Dans les années 60, les tailleurs anglais les ont adopté sur les costumes de ville et de nos jours, ce détail signe l’élégance anglaise, de Paul Smith à Hackett.

ILLUS136-4

Si les poches ne sont pas passepoilées, alors elles sont plaquées. C’est à dire qu’au lieu de faire un trou dans la face de la veste pour y passer la main, le sac de poche est directement cousu sur l’extérieur. La poche plaquée est plutôt indiquée pour les vestes décontractées. Elle n’est pas indiquée pour un costume plus habillé.

ILLUS136-5

Comment peut-on hiérarchiser ces poches ?

Le plus classique est une poche poitrine normale et deux poches simples passepoilées à rabats. Si vous retirez les rabats, la veste apparait immédiatement comme plus formelle.

Si vous ajoutez une poche ticket, la veste (et le costume) sera un peu moins habillé.

Si vous placez les poches en biais (avec ou sans poche ticket), la veste (et donc le costume) sera encore un peu moins habillé.

Si vous optez pour des poches plaquées (en bas seulement ou en bas + à la poitrine), votre veste sera plutôt une veste seule, pas un costume et décontractée.

Mais bon, une fois que ce classement hiérarchique est connu, il est possible de le battre en brèche. Attention toutefois, on casse les codes uniquement lorsqu’on les connait.

Ainsi, il est possible de dire que de nos jours, ce classement est quelque peu caduc.

Difficile en effet de reconnaitre à une veste avec une poche ticket un statut inférieur. Que veut dire en effet ‘un costume habillé’ de nos jours? Tous les costumes sont plus habillés qu’un polo ou un survêtement.

Ainsi, si vous ajoutez une poche ticket, la veste (et le costume) sera très élégant, d’une élégance qui se remarque et fait ‘tailleur’. Pour ma part, tous mes costumes ont une poche ticket où je loge mon petit trousseau de clefs.

Aussi, si vous placez les poches en biais (avec ou sans poche ticket), la veste (et donc le costume), il sera juste possible de dire que le costume fait ‘british’. Il ne sera pas moins habillé que le même costume avec des poches horizontales.

Enfin, si vous optez pour des poches plaquées, le costume sera très ‘italien’, sans pour autant être plouc. C’est juste un peu osé de placer de telles poches sur un costume. Mais il faut bien s’amuser un peu n’est-il pas ? Enfin toutefois attention, une poche plaquée à soufflet est quand même très sport et ferait déguisé sur un costume. Il y a des limites…

Bonne semaine, Julien Scavini

La veste dépareillée grise

Pour beaucoup de jeunes, il semble important et nécessaire d’avoir dans la penderie une veste grise, à porter seule. Ce modèle plutôt clair est même devenu une icône basique de la mode masculine, sans que de prime abord, j’en comprenne bien l’intérêt. Car pour ma part, la veste bleue semble plus importante. Et pour le coup, j’appelle une veste bleue un blazer. Si le tissu est autre que bleu, j’appelle la veste une ‘veste sport’. C’est assez simple comme règle.

Acheter une veste grise seule m’apparait donc comme incongru. De part la couleur qui renvoie plutôt à la palette des coloris urbains, j’ai du mal à appeler un tel modèle ‘veste sport’. Et ce n’est pas un blazer non plus. Je rajouterais même que lorsque je vois quelqu’un porter une veste grise, j’ai tendance à penser que c’est un costume dont le pantalon est fichu. La veste finie ainsi sa vie comme une ‘blazer’…

J’aborde donc le sujet de manière un peu obtus. Car je crois beaucoup aux usages classiques, le bleu et le gris pour les costumes, les couleurs de la forêt pour les ‘vestes sport’ et dans l’entre deux, une catégorie simple, le blazer marine, qui peut être en flanelle l’hiver et en laine froide l’été, à porter avec une palette de pantalons, gris, beige ou blanc. C’est bête et méchant, mais l’application de cet axiome rend la garde robe lisible et harmonieuse.

ILLUS135-2

En me documentant sur google images, il ressort que la veste gris clair est souvent portée en association du chino bleu marine. Serait-ce la raison d’existence d’une telle veste? Car c’est un fait, avec un chino marine (une variante que j’affectionne beaucoup), la veste est compliquée à trouver. Elle ne peut-être d’un bleu approchant, sinon l’effet faux costume est affreux. J’opte plutôt pour des pulls colorés ou une fameuse veste rouge en hiver. Un beau tweed brun peut-être superbe aussi. Et un natté un peu bleu ciel l’été.

La veste grise avec un pantalon marine permet donc de casser l’effet faux costume. Par là même, la tenue propose les mêmes couleurs que l’attelage classique blazer marine / pantalon gris, mais à l’envers. Pourquoi alors être si troublé? Car je ne trouve pas l’accord très élégant. Je n’y vois pas d’harmonie ni la preuve d’une recherche formelle fine.

Le jean, qui est plutôt de couleur bleu, poserait-il comme le chino un problème d’accord qui rend la veste grise utile et efficace avec? Les marques jeunes ont tendance à penser cela, veste grise sur jean indigo. Évidement, si les stylites ne travaillent qu’avec du gris et du bleu, il faut bien trouver les accords, qui tournent un peu en rond. Ceci dit, les hommes préfèrent ces deux couleurs…

ILLUS135-3

Quand je pense veste grise, je pense immédiatement à une palette de couleur monochrome. Avec le gris, j’associe d’autres gris et du noir. Cela me semble plus urbain, plus harmonieux. Plus formel aussi. Une tenue ainsi composée ne serait pas loin de ce que portait Fred Astaire. Avec des vestes grises, il est vrai à petits motifs pieds de poule ou gun tweed, un pantalon foncé est intéressant. J’aime alors beaucoup l’accord général, très chic et finalement assez classique, des illustrations Apparel Arts montrant d’ailleurs de telles mises.

J’ai aussi récemment fait l’acquisition d’une veste réalisée dans un lin gris clair tirant légèrement sur le bleu. A cheval sur les deux couleurs, la veste estivale fait un bon contraste avec un pantalon bleu un peu air force (mais pas marine). Il y a donc une sorte de camaïeu de gris bleu qui n’est pas inesthétique je le reconnais.

Mais comment me convaincre que la veste grise peut-être un bon basique? Une ou deux images google présentent des tenues associant chino marine, veste grise et souliers + ceinture marron. Avec une cravate club en flanelle gris et bleu, l’harmonie générale, très italienne, exprime un goût certain qui ne me déplait pas. Mais l’effort doit être important. Dès lors, il est possible de dire que la veste grise ne doit pas être utilisée comme un uniforme tarte à la crème. Sa relative fadeur doit obliger à plus de recherche. Paradoxalement donc, il faut faire plus d’effort pour rendre belle la tenue.

Ce n’est donc pas à un non définitif que j’arrive ; plutôt à un pourquoi pas, mais! Si l’envie de porter uniquement des bas foncés marine (chino ou denim) est forte, il faut bien porter une veste, et autant qu’elle ne soit pas bleue.

ILLUS135-1

Certains associent même le chino sable avec un veste grise. Beige plus gris, dans un esprit Loro Piana, c’est élégant. Mais il s’agit de cachemire et de beaux draps. Or un chino beige Uniqlo avec une veste grise Zara, c’est pas terrible. Je suis désolé de penser que l’accord est à côté. Par contre, avec un chino blanc et une chemise bleu ciel, accord monochrome, la tenue peut-aussi être très belle sous un soleil éclatant.

Finalement, j’étais assez peu convaincu avant d’aborder le sujet. Le simple fait d’y avoir réfléchi quelques instants et d’avoir dessiné ces trois tenues m’encourage à envisager l’idée qu’une veste seule peut être grise. Je suis encore dubitatif, mais je me convainc moi-même !

Bonne semaine, Julien Scavini

Costume, une affaire d’État

Dans un gazouillis du 14 mai 2017, Laurence Haïm porte parole du parti politique En Marche ! déclarait : le Président sera habillé d’un costume de chez Jonas & Cie, magasin situé rue d’Aboukir à Paris.Le coût d’un costume est d’environ 450 euros.

J’avais découvert l’enseigne dans un article de Paris Match l’été d’avant lors de mes vacances. J’avais appris que la maison, tenue de père en fils, habillait tous les hommes politiques et de nombreux journalistes. Jean-Pierre Elkabbach aurait été à l’origine de ces nombreux ralliements. Sur le moment et même encore maintenant, je n’en ai rien pensé. Ce sont des confrères et grand bien leur fasse me suis-je dit. Cette clientèle pour l’avoir approcher parfois n’est pas évidente. Il faut à la fois aller vite et ne pas être cher. Deux points qui me passent royalement au dessus. Prendre le temps est un luxe. C’est même le luxe suprême. La patience s’apprend chez le tailleur !

J’ai été plus curieux d’apprendre que des usines situées en Italie pouvaient sortir des costumes à ce prix là. Je me suis depuis renseigné auprès des agents que nous avons en commun…

J’ai été encore plus intéressé par le concept maison de ‘demi-mesure’ qui consiste en fait à retoucher du prêt-à-porter. Pardon. Mais la demi mesure consiste à couper un costume exclusivement pour un client, un dans un tissu sélectionné avec des options variables (poches, revers, doublures). Retoucher un costume de prêt-à-porter s’appelle retoucher un costume de prêt-à-porter, point. Mais enfin qu’importe.

Question tarif, je comprends aisément le positionnement tarifaire et je pense que le produit est honnête dans cette gamme de prix, surtout si les retouches sont comprises. Beaucoup de marques bien plus connues vendent bien plus chers un produit similaire. Mais elles ont des locaux prestigieux à payer. La rue d’Aboukir n’est pas ce que l’on peut appeler un lieu prestigieux.

Les hommes aiment ces lieux. Plus j’avance dans mes réflexions de boutiquier et plus je me dis que les parisiens aiment ça. Au fond, une belle boutique bien située fait peur. Alors qu’un lieu cradingue plein de fils à l’allure de recoin réservé aux ‘connaisseurs’ plait beaucoup plus. Il suffit pour s’en convaincre d’aller faire un costume chez Gambler. La file d’attente est sur le trottoir mais la boutique ne désemplit jamais.

Mais revenons à Emmanuel Macron. Je trouve qu’il lui manque une demi-taille pour vraiment bien porter le costume. Actuellement, j’ai l’impression qu’il porte le même modèle depuis sa prépa, mais qu’il a pris un peu depuis. L’allure est un peu garçonnet, un peu étriqué, cela se sent au col de la veste qui décroche. La cravate trop slim, comme les rabats des poches et les manches de la veste trop serrées pour des poignets mousquetaires. Mais au fond, rien d’extravagant. Je n’ai donc rien à lui reprocher ni à son fournisseur. Il changera certainement de crèmerie et son allure dans cinq ans ne sera pas la même. Parions la dessus. Le cuisiner de l’Élysée travaille bien.

Si je ne suis pas outré qu’il fasse de la pub à Jonas (et aux chemises Figaret aussi), je suis en revanche peiné qu’il évoque le prix publiquement comme un argument.

Car ce faisant, il indique à une très large partie de la population quel est le prix d’un costume. Ses habits deviennent en quelque sorte un étalon auquel se mesurer. Un costume à 450 euros est donc une référence. D’une certaine, manière, c’est graver dans le marbre la « normalité » voulue par M. Hollande qui avait quand même le bon goût dans les derniers temps de se fournir chez Brioni…

ILLUS134

Dire qu’un costume doit coûter 450 euros, c’est dire qu’une voiture doit coûter 9 000 euros d’une certaine manière. Pourtant, je n’ai pas vu notre nouveau PR descendre les champs Élysées en Dacia. Une Dacia a quatre routes, dont deux qui tournent dans les coins avants, a la climatisation et permet d’aller de Paris à Biarritz sans aucun problème.

C’est surtout nier une simple et honteuse réalité. Un costume est un outil de travail. A ce titre il doit être confortable. Le PR doit passer quoi ? 14 heures par jour dans le même vêtement. Dès lors, cet objet ne devrait-il pas être très affuté ? Au fond, l’armée pourrait se contenter de petits Cessna plutôt que de Rafale ? La Présidence, c’est de la représentation. Sinon, il pourrait travailler en t-shirt.

 

Un bon costume s’oublie.

Un bon costume est souvent fabriqué à la main et est le résultat d’un savoir faire extrêmement pointu, qu’il est honteux de dévaloriser de la sorte.

Un bon costume est un passeport pour le rêve devisait Yves Saint Laurent. Rockfeller disait aussi qu’avec ses derniers dollars, il s’achèterait un bon costume car il redeviendrait milliardaire avec.

C’est se moquer de personne que de dire qu’un costume de prix est plus confortable. Qu’un costume entoilé est aérien et qu’on ne le sent pas. Mais je ne suis pas sûr que le fournisseur actuel du PR soit même au courant qu’un costume peut être fabriqué autrement que par thermocollage… Comment Madame Macron qui achète les costumes pourrait-elle aussi le savoir? C’est le drame lorsque les dames achètent pour leurs maris, ce n’est pas elles qui portent. Évidement, si Emmanuel Macron arbore un costume Cifonelli ou Berluti, ce serait trop. Il y a un juste milieu.

Je me suis interrogé sur le sujet longuement, en me questionnant sur la meilleure façon d’habiller un tel personnage public. J’avais bien été obligé au début du quinquennat Hollande, même si les interrogations étaient heureusement restées lettre morte.

Le costume du PR doit être robuste. Car les poches sont certainement mises à rude épreuve, autant que les pantalons qui doivent endurer de nombreux déplacements. Le tissu doit être assez épais pour ne pas froisser. Je me souviens des pantalons du précédent locataire de l’Élysée qui étaient affreusement froissés à l’entrejambe.

Un peu d’épaisseur donne aussi un meilleur tombé. Et cela change tout. Mon œil de professionnel le reconnait de loin et je pense que les gens peuvent aussi le sentir, lorsqu’une matière plombe bien. Jonas doit utiliser des laines ‘Perrenial’ de Vitale Barberis, soit des super 110 en 260grs. J’en porte tous les jours aussi. Ce n’est pas suffisant pour un tel grade. Il faut du meilleur. Pas plus luxueux non. Plus étoffé.

Enfin et surtout, les lignes ne doivent pas être aussi ridiculement chiches qu’actuellement. Il faut un peu d’aisance, une manche plus large pour bouger les bras, des épaules plus généreuses pour ne pas que la tête apparaisse trop grosse, une taille moins pincée. En bref, sans faire un costume large, il faut que le PR adopte une coupe plus intemporelle, jusqu’au dessin du revers, pas trop haut.

Son costume doit être au dessus de la mêlée. Personne n’interrogera ce point s’il reste discret. Et c’est le but des bons faiseurs que de proposer des modèles classiques !

Pour répondre à Mme Haïm, il est idiot d’utiliser un tel argument. C’est misérabiliste. Car un costume n’est pas qu’utilitaire. Il est aussi et doit être synonyme de plaisir. Et lorsqu’on se juge au centre des choses, dans une attitude raisonnable et raisonnée, il est impératif de se poser plus de questions. Tout le monde peut comprendre qu’un costume est un protocole social, surtout à ce niveau. Mais seul le PR peut comprendre qu’un costume est aussi un confort de vie !