Rayures et carreaux

La semaine dernière, un lecteur me posait la question de savoir si une chemise à rayure pouvait aller avec une veste à carreaux. Avant de donner la réponse, si réponse il y a, je vais rappeler quelques principes.

Premièrement, le motif rayé sur des vêtements renvoie plutôt à l’urbain et au formel. Les costumes de banquier – et leurs chemises – ainsi que les pantalons de jaquette sont rayés. Par ailleurs, le carreau renvoie de son côté plutôt au loisir et à la détente, pour ne pas dire au campagnard.

Ainsi, il ressort de manière simple que la rayure est plus opportune en ville et que le carreau va bien le week-end. Le premier motif fait habillé quand le second fait décontracté. Prenez deux chemises, une rayée et une à carreaux, pour les amateurs de classicisme anglais un peu rigide, la première sera idéale sous un complet pour le travail et la seconde sous un pull pour se détendre. C’est ainsi.

ILLUS157 1

Découle de ces principes un fait logique : l’un et l’autre n’ont pas à se mélanger. La règle est simple à suivre.

 

N’a de conviction que celui qui n’a rien approfondi a dit Cioran. A partir de là, essayons de nuancer la règle.

 

Le week-end je suis parfois amené à porter des chemises rayées, par envie tout simplement. Mais je ne mets pas de veste à carreaux avec. En revanche un pull peut aller. Du moment que les motifs ne se percutent pas.

De même en semaine, j’ai quelque chemises avec des carreaux qui peuvent aller sous un complet. Là encore, tant que le costume n’est pas rayé…

ILLUS157 2

Car, si j’accepte que la première règle (rayure = urbanité et carreaux = campagne) puisse être nuancée de manière contemporaine, je trouve curieux de vouloir aller plus loin. Si le costume est rayé, une chemise unie ou rayée sera idéale. Si la veste est à carreaux, une chemise unie ou à carreaux sera parfaite. Et le choix est assez vaste pour ne pas se sentir limité!

Bien sûr, ceux qui voudraient aller plus loin et mélanger les motifs entre eux n’iront pas brûler dans les flammes de l’enfer. Il y a bien d’autres errements que le grand manitou traitera en temps et en heure. Le conflit des motifs n’en fait sans doute pas partie.

Mais cette volonté est alors un fait de style et de mode et non une application classique du vestiaire masculin. Quand le Duc de Windsor ou Otto Preminger mélangeaient costumes à carreaux et chemises à fortes rayures, c’était avec le dessein d’étonner et de passer pour décadent.

Si vous voulez mettre une chemise rayée sous une veste à carreaux, il faut le faire avec panache. Pas avec parcimonie, sinon, c’est juste insignifiant. Combien de fois ai-je vu dans la rue des vestes de tweed vert ou brun carroyées portées avec des chemises bengal bleu ciel? C’est juste ringard et moche. Il n’y a ni accord de couleur ni de motif. Si à la limite, la chemise était coupée dans une large rayure vert sapin, je comprendrais aisément l’idée. Il faut revendiquer le choix quand on sort des clous.

ILLUS157 3

Un tissu en particulier toutefois me fait douter : le prince de galles. Tissu à carreaux idéal pour réaliser des complets de ville, je le marie classiquement avec une chemise unie ou à carreaux. Mais Alan Flusser suivi par Adriano Dirnelli ont démontré avec brio qu’un prince de galles discret et urbain se mariait bien avec une chemise à rayure bengal discrète. L’effet optique est légèrement irisant, et pas du tout choquant – quelque chose dans le vestiaire classique peut-il l’être? Donc, en l’espèce, je donne ma langue au chat et vous laisse seul juge!

Pour le reste, je m’en tiens à ma bonne vieille règle : avec un complet de ville rayé, je mets de la rayure et de l’uni, avec une veste à carreaux, je mets du carreaux ou de l’uni. C’est simple et ça suffit. Tout le reste n’est que jeu personnel.

Belle semaine, Julien Scavini

 

Élégance et discrétion

Beaucoup de jeunes gens doivent se poser la question : être élégant, est-ce se faire remarquer? A priori, la mythologie de l’élégance veut que précisément, la plus grande des élégances soit de ne pas se faire remarquer. Brummell dit-on l’aurait dit, repris par d’autres…

Seulement, la confrontation à la réalité oblige à reconnaitre qu’être élégant – dans ce monde assez moyen – oblige nécessairement à se faire remarquer.  Mettez un jean moyen, une paire de basket moyenne, un caban moyen sur une chemise moyenne et vous serez… dans la moyenne, bingo. Au travail, mettez un costume passable et personne ne vous dira rien ; mettez une pochette sur le costume passable et certains vous traiteront de dandy ; mettez un gilet et tout le monde vous demandera si vous allez à un mariage…

La conclusion est donc assez rapide à trouver : oui, bien s’habiller, c’est se faire remarquer. Quand j’étais jeune, j’aurais dit « se taper l’affiche ». Toutefois, il est possible de distinguer deux niveaux d’élégance en costume.

Première strate. Le costume est bien coupé, dans une étoffe de qualité. Rien d’extravagant, juste de la qualité. La chemise est sobre et la cravate aussi. Finalement, pour le commun des mortels, peu de différence par rapport à une tenue passable. Mais pour vous, l’alliance de raffinement et de discrétion est idéale. C’est ainsi que je m’habille moi-même tous les jours. Costume marine, chemise rayée, cravate classique, une tenue digne et simple. Je suis ravi sans faire d’excès et sans me torturer mentalement pour savoir ce que je vais mettre avec quoi. Pourrait-on dire que cette approche mesurée est proche de la définition du gentleman?…

Seconde strate. Là, il y a une volonté d’en faire plus, de ne plus se contenter de la sobriété mais de sortir le grand jeu. Le costume est peut-être toujours sobre, mais le gilet est croisé, les revers immenses et la cravate très inspirée. En bref, une tenue qui pourrait faire la couverture de The Rake. Un pas vers le dandysme?…

ILLUS156

Le premier niveau d’élégance discrète sera peut-être remarqué ça et là, mais rien de très impressionnant. Au second niveau, vous susciterez chez les gens que vous croiserez des commentaires divers. J’imagine aisément qu’Hugo Jacomet ou Alexander Kraft ne doivent pas passer inaperçus dans les cercles qu’ils fréquentent.

Si la première strate est à la portée de tout le monde – il suffit pour cela de lire les us et coutumes du vestiaire masculin sur Stiff Collar ou Parisian Gentleman – la seconde nécessite d’être sûr de soi. Il faut oser s’habiller avec panache!

A priori…

Car cette dernière phrase que j’ai longtemps posé comme axiome n’est en fait qu’une hypothèse assez gratuite. Je l’ai constaté bien souvent avec mes propres clients et amis.

Il n’est pas nécessaire d’être rempli d’assurance et d’être « un gagnant thatchérien » pour s’habiller avec une grande élégance !

Curieusement non. J’ai une bonne petite dizaine de connaissances qui font mentir cette idée. Certains d’entre eux sont si timides que je prends des pincettes pour converser avec eux. J’ai eu le plaisir d’avoir un stagiaire, qui se reconnaitra, qui osait à peine parler aux clients. Pourtant, les vestes napolitaines étaient sa grande passion et la sprezzatura italienne un travail de tous les jours. L’allure démonstrative ne leur fait pas peur du tout.

Ces connaissances, malgré une grande timidité et un sens aigu de la réserve, osent. Qu’importe que les regards se tournent vers eux, ils arrivent à être à la fois très élégants visuellement et très discrets par leur façon d’être. Deux expressions opposée pour une même forme. Réussir à s’habiller ostensiblement comme un milord et en même temps être extrêmement doux et retenu. C’est possible. Assez rare, mais possible. Comme quoi, la nature humaine arrive à allier les antonymes.

Le tailleur voit défiler beaucoup de messieurs et peut ainsi découvrir que contre tout attente, son client si réservé et qui osait à peine pousser la porte de l’atelier se révèle d’une extrême élégance. Qui l’eût cru.

Belle semaine, Julien Scavini

La poche cavalier

Sur un pantalon se trouvent un certain nombre de poches : les poches côtés, les poches dos, parfois une poche gousset réalisée à la lisière de la ceinture pour placer un peu de monnaie ou une montre et parfois aussi des poches cargo, à soufflets, sur le côté de la cuisse. Si toutes ces poches présentent une ou deux variantes, la poche côté elle peut prendre jusqu’à quatre configurations.

Classiquement, les poches côtés sont réalisées dans un biais léger, qui permet plus facilement de faire entrer les mains. L’ouverture peut également être pratiquée dans la couture. La poche s’ouvre alors à la verticale, ce qui est très discret. Une option que j’ai choisi pour ma ligne de pantalon. Les tailleurs autrefois affectionnaient la poche côté passepoilée. Plus technique à réaliser et plus fragile, elle se situe plus en avant sur le flanc de la cuisse et nécessite un pantalon ample pour rester élégante. Si le pantalon serre, les passepoils s’ouvrent. Il faut vraiment que les tailleurs compliquent tout, juste pour montrer que c’est possible!

ILLUS155-1a.jpg

Enfin, les poches côtés peuvent être disposées de manière cavalière. Assis sur le dos d’un cheval – d’où le nom – il est plus aisé de mettre la main dans la poche par le haut. Une poche n’ouvrant que par le haut garde aussi mieux les petites choses que l’on y place, monnaie, clefs ou contremarques diverses.

Ainsi, la poche cavalière présente une ouverture largement horizontale et peu importante sur le côté. Chez les tailleurs, la poche cavalier est réalisée par une succession d’angles droits et biseautés, comme sur le dessin.

Les jeans utilisent la même poche, à la différence qu’elle est découpée en arrondie. Une forme très élégante me semble-t-il.

ILLUS155-1b

Pendant longtemps j’ai été très circonspect sur l’usage de cette poche. Il est vrai que la disposition ‘par le haut’ rend l’accès à la poche mal aisé. Mais a priori, on ne met pas ses mains dans les poches, donc ce n’est pas un problème.

En revanche, cette disposition a deux aspects positifs très importants : elle permet à ceux qui mettent des choses dans les poches – ce qui n’est pas mon cas, c’est très disgracieux de mettre des choses dans le pantalon, ça alourdit tout – de les garder sans risque de perte. Je pense que le jean, vêtement de travail, a été développé suivant ce principe.

Surtout, la poche cavalier règle le problème de la poche qui fait des oreilles, qui s’épanche en s’affaissant. C’est le mal des pantalons contemporains, coupés ajustés. Si le fessier est à peine fort ou si – surtout – le bas ventre appuie à peine sur la ceinture, les poches côtés verticales s’ouvrent de manière disgracieuse.

ILLUS155-2.jpg

La poche cavalier, en étant coupée horizontalement améliore grandement ce point et permet au bassin d’apparaitre étroit, au plus près de la cuisse. L’allure est au plus près. Dans les années 60 et 70, les pantalons très moulants ont popularisé ce modèle, y compris chez les grands tailleurs. La réponse technique est la bonne lorsque le ventre est un peu fort et fait bailler les poches classiques. Pour ma part je n’ai pas ce problème, mais je l’applique aussi souvent que possible lorsque l’on me commande un pantalon ajusté et que je m’aperçois que sur le modèle classique les poches verticales baillent. Ainsi, le problème est réglé et le client découvre un pantalon de costume aussi ajusté qu’un jean. Les tailleurs s’adaptent à la demande.

Notons enfin que la poche côté en biais ou dans la couture, a l’avantage de faire office de soufflet, lorsque l’on s’assoie. La poche baille ce qui donne de l’aisance. Avec la poche cavalier, ce soufflet n’existe pas. Le tissu doit être un peu souple pour encaisser l’agrandissement du volume du bassin assis.

Belle semaine, Julien Scavini

Le recueil de Massimiliano Mocchia di Coggiola

Mon ami Massimiliano Mocchia di Coggiola, artistes aux talents multiples (peinture, mise en scène, écriture) a publié en fin d’année un recueil de ses chroniques publiées dans le magazine DANDY, chez le même éditeur que mon petit livret de dessin, Alterpublishing. Le livre compile donc des articles divers, qui ensemble forment une étude de ce qu’est un dandy. Une très agréable lecture pour les élégants !

Le livre s’achète exclusivement chez Amazon, grâce au système d’impression à la demande, qui ne coûte rien à l’auteur et lui rapporte bien plus qu’en édition classique (environ 30% au lieu des 3% habituels…)

Bonne soirée. Julien Scavini