Se faire confectionner une veste sport

Quand vient l’idée de se faire confectionner une veste sport, plusieurs questions doivent se poser. Car à la différence d’un costume, assez normé et plutôt lié à l’uni et au gris et bleu, le veston dépareillé pose beaucoup de questions. Le répertoire des tissus est extrêmement varié, la palette de couleurs très imposante et les motifs nombreux.

Il faut d’abord se demander si la veste sera destinée à l’hiver, à l’été, ou à la demi-saison. Si les laines à costumes classiques sont appelées quatre saisons pour leurs capacités à être mises toute l’année, les draps pour vestes sont disponibles dans différents poids, du tweed de 500grs aux mélanges aérés d’été en 240grs. Il faut donc bien s’interroger sur la saisonnalité et envisager tout de suite l’idée que la veste ne sera pas utilisée du 1er janvier au 31 décembre.

De là découlent trois vestes types : les vestes d’hiver bien lourdes, les vestes d’entre deux, assez nombreuses et enfin les vestes d’été, finalement assez rares et peu utiles tant les températures poussent à rester en chemise.

illus125

Ensuite viennent les motifs. Les tissus de costumes là encore sont relativement simples, principalement unis ou à micro motifs discrets, chevrons et caviars. Les rayures et carreaux sont possibles, mais dans les faits assez rares. Alors que les draps pour faire des vestes sports sont très variés et rarement unis. Les carreaux se payent la part du lion, du plus discret au plus bariolé. Il convient de se poser la question de la praticité à ce niveau.

Une veste sport facile à mettre – en particulier si c’est votre première – sera plutôt unie. Elle ira ainsi avec tout et en toute circonstance. Bien sûr, si vous souhaitez vous amuser un peu, un carreau discret égayera bien votre tenue, mais il faudra choisir une chemise en conséquence, notamment en évitant les rayures.

Du côté des vestes unies pour l’hiver et la mi-saison, des petits tweeds unis ou à petits motifs comme les chevrons seront parfaits. Polyvalents en même temps que discrets, c’est un choix raisonnable. Les tweeds donegal, avec leurs imperfections colorées sont parfaits. Les drapiers italiens ont aussi trouvé le truc en proposant des draps laineux, proches des flanelles.

D’ailleurs, à ce sujet, il est possible d’avoir recours à des tissus de ville pour se faire confectionner une veste dépareillée. Un beau prince de galles ou une flanelle unie peuvent être bien vus. Mais trop simple aussi?

Les carreaux font la force des tissus de loisirs. Ils sont petits, grands, estompés, marqués, de couleurs discrètes ou de tons vifs, ils sont à manier avec précaution et doivent être choisis avec tact. Et il faut se laisser convaincre. Tous les tissus sont beaux et rares sont les erreurs. Un carreau liant bleu et marron est facile quand même. Et une veste ainsi faite égaillera toujours vos sorties.

Le printemps approchant, il faut se poser la question de la saison plus chaude. Et là les réponses sont moins aisées. Bien sûr le tweed est merveilleux et très agréable. Mais enfin, dès qu’il fait 25°c, il n’est pas évident à porter.

Les nattés permettent de réaliser de beaux vestons, efficaces en mi-saison comme en pleine chaleur. Ceci dit, l’effet est plus uni et on perd l’aspect ‘tweedy’ si cher aux messieurs. Comme j’avais pu l’écrire précédemment, quelques mélanges de laine et soie répondent à cette idée.

 

L’été aussi les carreaux sont de sortie. Dans des tons plus ou moins bariolés d’ailleurs. Les mêmes problématiques se posent. Il faut penser à la panoplie idéale, en pensant à deux ou trois pantalons complémentaires. Bien sûr un pantalon blanc va toujours et avec tout, mais c’est très habillé. A moins d’essayer un chino blanc? Le chino beige lui doit être considéré en priorité. Et je pense aussi qu’un pantalon de laine bleu moyen à clair fait beaucoup d’effet l’été en association avec beaucoup de vestons.

 

Comme vous le constatez, les tissus sont nombreux, les coloris et motifs variés. Cela fait beaucoup à penser. Et je ne parle même pas des formes de la veste, avec ou sans poches plaquées, deux ou trois boutons, épaule napolitaine, etc, etc, etc… Mais au fond, n’est-ce pas une chance et un plaisir? A l’heure de l’uniformité, choisir un drap sport est un plaisir et signe de différenciation.

Bonne semaine, Julien Scavini

Les détails colorés

Depuis très longtemps, les logos brodés et autres petits insignes ornent les vêtements sports, comme le polo et parfois les chemises, Ralph Lauren en étant l’exemple le plus parfait. Depuis une décennie, je vois aussi pulluler d’autres détails colorés apposés sur les vêtements classiques. Ainsi, la veste a été assaillie d’effets de style. Il y a eu les boutonnières colorées. Une au revers ou une en bas de manche, voire toutes. Puis il y a eu les boutons colorés, tous ou juste un en bas de manche. Trouvailles de stylistes en manque d’inspiration?

Quoiqu’il en soit, j’ai toujours été navré de ces bidules. Ça n’a aucun intérêt il me semble, à part attirer l’attention sur des costumes qui de toute évidence sont médiocres. Car il faut bien se l’avouer, à part Célio et consort, peu de maisons de qualité ont osé ça! Ces trucs en trop sont presque un panneau porté sur la personne, les signes extérieurs visibles d’un goût du too much mal placé. Il y a bien d’autres moyens de faire remarquer son goût. Prenez le mouchoir de pochette par exemple. Ou la fleur à la boutonnière. Ou une paire de chaussettes colorées. Voilà des vrais signes d’élégance.

Surtout, ces détails vieillissent affreusement vite. Remarquez déjà comme ils ont disparus des rayons. Certains stylistes ont quand même dû se rendre compte de la niaiserie intellectuelle de l’affaire. D’autant plus que les clients se lassent de tels effets. Un costume aux boutonnières bleus prend très vite un coup de vieux passé une ou deux saisons…

Ce qui dénote une belle veste, c’est un beau tissu. Un tissu précieux par son tissage et sa matière ; un tissu riche par sa lumière et ses effets. Un beau tweed se suffit à lui même. Une belle flanelle se suffit à elle même !

illus124

Par contre, au rayon chemise, je suis plus disposé à faire des concessions.

Je note tout de même la tentative des boutons colorés… Là encore, je passe. Je note aussi l’idée de disposer des boutons sur le côté des cols. Je passe encore plus. Je note enfin les cols à étages multiples et colorés. Je me bouche carrément le nez.

Ceci dit, des maisons comme Paul & Shark, Hilfiger, La Martina et d’autres, ont tenté les détails colorés. Notamment en essayant d’enluminer la garde des boutons. Vous savez, le bord de la chemise devant où sont cousus les boutons. Chemise fermée, on ne voit presque rien. Col ouvert, la bande colorée, parfois rayée sous la forme d’un gros grain comme les chapeaux, apparait. Parfois pour scander les couleurs de la marque. Pourquoi pas. Sans cravate, elle donne une note de gaieté bienvenue.

Les intérieurs de pieds de cols et les intérieurs de poignets peuvent aussi être réalisés dans un tissu contrastant. C’est un détail léger qui là aussi n’apparait que col ouvert. Je dois dire l’avoir tenté quelques fois pour des amis qui me demandent des chemises de week-end. Si les tissus sont choisis en camaïeu de bon goût, c’est à dire dans des teintes légères et harmonieuses, c’est pas mal du tout.

Mais là encore, rien ne remplace un beau tissu et de beaux boutons en nacre. La digne élégance ne se remarque pas au premier coup d’œil, elle se hume.

Sur les chaussures, c’est pareil. Inutile de vouloir acheter une paire avec plein de couleur et des détails voyants. Au contraire, un très beau modèle bien ciré attirera plus le regard des passionnés qui verront en vous un connaisseur. Les chaussures simples et classiques peuvent par ailleurs s’émanciper un peu avec des crèmes colorées qui donnent des nuances différentes. Pour les mariages, je souffle toujours à mes clients que des lacets peuvent se changer pour le jour J. Des lacets bleus sur un soulier noir ne sont pas déshonorant s’ils rappellent la tonalité générale.

En bref, comme vous le voyez, je navigue à vue parmi l’ensemble des propositions contemporaines, souvent trop voyantes et extravagantes. Je ne suis pas contre mais j’avance avec précaution.

Car au fond, je suis un grand admirateur des vêtements militaires d’ancien régime. Avec leurs écussons, leurs broderies, leurs boutons armoriées, leurs ganses et leurs sous-tâches, ils sont un festival de couleurs et de beautés. Il n’est donc pas interdit, dans un monde moins figé où le costume perd du terrain, de s’interroger sur de nouveaux codes et artifices pour embellir les vêtements. Le nombre d’habits est plus restreint aujourd’hui. La veste cède du terrain et les chemises deviennent incontournables. Pourquoi ne pas rechercher des moyens d’apporter de nouveaux ornements ? Le tout est de le faire avec goût… Et tous les goûts sont dans la nature. En attendant la juste réponse. Existe-t-elle ?

Bonne semaine, Julien Scavini.

La Panthère Rose

Ce week-end, en cherchant quelque chose à regarder sur Netflix, vaste bibliothèque filmique où l’on ne sait plus quoi visionner, je me suis laissé tenter par La Panthère Rose, avec Peter Sellers et David Niven. Cette comédie de Blake Edwards, sortie en 1963 m’a grandement séduit. Non pour l’humour qui a un peu vieilli malgré de très bons moments, mais pour les décors et les costumes. Et David Niven. Bien sûr.

panthere-rose-js

Le film regorge de belles tenues. Les dames ont été habillées par Yves Saint Laurent (Capucine et Claudia Cardinale qui joue une princesse indienne) et les messieurs ne sont pas en reste. Quelques captures d’écrans pour en témoigner. Il y a d’abord l’inspecteur Clouseau, qui pour une raison que j’ignore est Français. Comment pourrait-il en être autrement? C’est un peu le shadock de la police. Il pompe, il pompe, mais n’arrive à rien. Une spécialité de pays 🙂 Quoiqu’il en soit, il a un très beau trench coat !

 

Une grande partie de l’action se passe à la montage, en Italie, à Cortina d’Ampezo. A l’époque pour skier, les élégants ne revêtaient pas une combinaison étanche bariolée et un casque de moto comme aujourd’hui. On skiait en gentleman. En col roulé et pull col V. Toute une mode ! Remarquez aussi l’étroitesse des pantalons (en laine strech), une coupe unique !

 

Ce beau monde voyage beaucoup, mais ne voyage pas léger. David Niven (sir Charles Lytton dans le film) aime la variété pour la nuit. A noter le pyjama de soie écrue sous la robe de chambre verte.

 

J’ai noté deux tenues intéressantes : d’abord une curieuse petite veste verte. J’ai cru à une veste autrichienne. Moi qui n’aime pas ça, je demandais à voir sur David Niven. Finalement, il s’agit d’une veste type autrichienne, mais en tricot. Regardez la ganse. Il me semble qu’elle fait partie du vêtement. Elle n’est pas rapportée je dirais. Seul un tricotage peut produire cela. Intéressant vêtement que l’on ne voit plus guère. David Niven porte aussi la cape à merveille. Une trouvaille !

 

Son neveu dans le film ne manque pas de chic non plus. Ci-dessus avec un col-roulé rouge, une veste grise et un pantalon anthracite (c’est très élégant!) et ci-dessous en costume gris et chemise ivoire! Je n’avais jamais eu l’occasion de voir le résultat d’une chemise ivoire portée. Pas mal. Pas mal… Au tout début du film, David Niven porte aussi un col roulé noir avec un blazer droit, un pantalon gris et des souliers noirs. La pochette donne la dernière touche de dignité qu’il faut !

 

Et surtout, la scène d’anthologie sartoriale : le smoking à veste de velours rouge ! Diantre. Le modèle sera en exposition dans ma boutique bientôt !!! Sublime. Il arrive avec une sorte de polo-coat noir doublé de rouge. Il porte des mocassins en velours brodés. Et les manches de la veste ont des revers. Je tombe en pâmoison.

 

Enfin, je ne pouvais résister à capturer une des scènes les plus drôles du film, lorsque deux cambrioleurs, déguisés à l’identique, cambriolent en même temps le même coffre à double fond et se découvrent l’un l’autre à chaque extrémité du coffre… J’en rigole encore !

lpr29

lpr30

 

Belle et amusante semaine, Julien Scavini

Par quoi commencez vous?

Telle est la bonne question du jour, par quoi commencer vous pour composer votre tenue quotidienne?

Pour ma part, je porte presque exclusivement le costume lorsque je travaille et quelques fois, j’ose le dépareillé. Dépareillé que j’aime finalement moins, car il demande plus de réflexion. Les vestes sports, si j’en possède de très belles en tweed, ne me convainquent toujours qu’à moitié. Le blazer marine fait partie de mes facilités, comme l’uni de manière générale.

Je fais partie de ces jeunes qui ne repassent pas leurs chemises à la sortie de la machine. Je me contente de les faire sécher sur cintres, puis je les range suspendues dans le placard. Donc, chaque jour, il convient d’en sortir une nouvelle puis de la repasser. C’est un rythme que je préfère. Je ne sais pas trouver trente minutes pour tout repasser d’un coup.

Bref, pendant longtemps, chaque matin, je choisissais le costume puis trouvais la chemise correspondante.

illus123

Mais depuis quelques temps, j’ai pris une autre habitude. Je sélectionne une chemise, presque au pif, que j’ai envie de porter. Le volume des chemises est chez moi bien plus important que celui des costumes. A priori, cela devrait être ainsi chez tout le monde? Disons, trois fois plus de chemises que de costumes.

Il y a donc une grande variété de chemises. Des unies, des rayées, des bleues, des rouges, des grises, des violettes etc… Quand le costume est choisi en premier, il me semble que j’ai toujours une tendance à associer la même chemise.

Du coup, j’ai changé. Je prends une chemise que j’ai envie de porter et je la repasse. Ensuite je sélectionne le costume en rapport. Il me semble que je fais ainsi plus de recherche, plus de nouveaux assemblages.

Cela change-t-il beaucoup de choses? Peut-être que d’autres pensent aux souliers? Les chaussures marron orientent plus la tenue, c’est certain. D’autres également pensent-ils à la cravate en premier? C’est aussi possible à mon avis. Bref, et vous?

Belle semaine, Julien Scavini

Lancement d’Ardillon !

Chers amis, je continue mon développement au travers d’une nouvelle aventure textile que je vous relate ce soir.

Je suis ravi après quelques années d’activité de mon commerce de demi-mesure installé à Paris. Il s’est légitimement posé la question à un moment donné du développement de cette activité. Plusieurs options se présentaient à moi, dont celle d’ouvrir d’autres boutiques. Ceci m’aurait obligé à trouver de nouveaux vendeurs, amenant à une expérience client différente, avec le risque de faire moins bien.

Je préfère ainsi décliner mon savoir-faire sur internet. Nouvel eldorado, certainement pas. Mais manière plus sûre pour apporter des produits de qualité à un plus grand nombre de clients hors de Paris. J’ai noté durant mes recherches que le continent européen était très en retard par rapport aux USA ou au Royaume-Uni où une part presque majoritaire du commerce de biens se fait en ligne. Autant prendre des marques le plus tôt possible.

Le premier volet de cette aventure au bout de la souris fut le lancement en novembre dernier d’une collection de pantalons classiques à prix attractifs. Le succès se confirmant jours après jours, j’envisage maintenant de ré-assortir les modèles épuisés et de proposer plus de grandes tailles. Il fallait bien commencer. De nouveau coloris arriveront pour l’été, de même que des bermudas un peu typés ‘Pitti Uomo’.

ardillons-logo

Ce soir, j’aimerais vous présenter le deuxième volet : la marque ARDILLON. Cette petite-soeur propose en prêt-à-porter des vestes et costumes de qualité (toujours) à prix attractifs (j’essaye!) Au début, j’ai pensé cela comme un divertissement et puis peu à peu j’ai pris goût à développer les modèles.

A ce jour, Ardillon propose 6 costumes différents et 3 vestes. Les tailles (ajustées) vont du 44 au 52. J’ai toujours noté dans mes recherches que l’écrasante majorité des acheteurs en ligne est jeune. Passé un certain âge, l’idée d’acheter à distance fait peur. Ceci dit, si le succès est au rendez-vous, les modèles seront là encore déclinés en plus de tailles.

Ardillon, c’est une seule coupe ajustée et une foule de détails dans l’air du temps :

  • épaule napolitaine sans padding
  • boutonnière milanaise à la main
  • poche poitrine ‘barchetta’
  • revers un peu généreux
  • coupe ajustée mais veste pas trop courte !
  • vestes toujours non doublées, toujours très légères !

Les pantalons des costumes suivent les modèles déjà connus sur le site Les Pantalons (coupe S1) :

  • pantalons à la taille naturelle
  • pantalons avec des ajusteurs latéraux

La sélection des tissus pour commencer est raisonnable : des laines de chez Vitale Barberis Canonico et Dugdale Bros, des doublures la plupart du temps en cupro (haut de gamme de la viscose) et de beaux boutons façon corne. Le choix est classique : trois bleus, un beau gris, une rayure en flanelle, natté moelleux etc… Au fur et à mesure, des tissus seront rajoutés, certainement avec plus de fantaisie. Et pourquoi pas un gilet croisé un jour…

Au final, les marges sont toutes petites pour des prix tout doux :
399€ le costume et 349€ la veste.

Les patronages ont fait l’objet de nombreux ajustements pour que les modèles tombent très bien et surtout que les tailles soient très vraies ! Un 48 ici est un vrai 48, pas de triche pour vous faire paraitre plus mince. Nous expédions avec Chronopost, en 72h environ et le retour est toujours possible !

Bonne découverte du site ! Les volumes sont faibles, attention, ne tardez pas 😉

Je souhaite que cela vous plaise et vous donne envie d’être … élégant !

Bonne semaine, Julien Scavini

[Le Chouan d.v.] Regards sur les primaires

ob_1b21a4_chouan

Oyez oyez amis lecteurs, pour une publication inédite et exclusive

du Chouan Des Villes !

J’ai écouté (un peu) et regardé (beaucoup) les débats des primaires de la droite et de la gauche. La disparité hommes-femmes crevait les yeux et démentait de façon cocasse les beaux principes d’égalité revendiqués par la plupart des postulants. Que mesdames Kosciusko-Morizet et Pinel m’excusent : ce n’est pas par sexisme qu’elles seront ici ignorées mais parce qu’elles n’entrent évidemment pas dans le cadre de mon propos. Les tenues des uns – à droite – et des autres – à gauche – ont été l’objet de mon attention. S’il fallait désigner les gagnants, je dirais que les uns l’ont emporté sur les autres mais que leur victoire n’eut rien de flamboyant. Les costumes mal coupés d’Alain Juppé réduisirent à néant tous ses efforts pour conserver, en dépit de son âge, une silhouette athlétique. Les costumes de Jean-Frédéric Poisson avaient l’air aussi fatigué que lui et ceux de Jean-François Copé rappelaient – c’est dire – ceux d’Alain Juppé. A des degrés divers et pour des raisons différentes, François Fillon, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire surent tirer leur épingle du jeu. A gauche, le sur-mesure n’est pas de mise. Je sauve Arnaud Montebourg qui ne manquait pas de prestance et d’allure.

Ces quelques bons points et mauvais points rapidement distribués, ce qui m’a d’abord frappé, c’est l’uniformité des choix. On n’attend certes pas de prétendants à la magistrature suprême qui débattent devant nous de leurs programmes respectifs qu’ils fassent preuve d’une originalité vestimentaire débridée. L’exercice est formel et la tenue doit l’être aussi. On peut néanmoins s’étonner que les chemises des uns et des autres aient toujours été blanches et toujours dénuées de motifs. De même, aucune cravate à motifs – aucune – et, très majoritairement, des cravates bleues ou rouges. Seules notes de très relative originalité, la cravate gris clair de Montebourg et celle, violette, de Fillon. Le formalisme de l’exercice n’interdisait tout de même pas quelques touches de fantaisie : costumes à fines rayures, cravates club ou à pois, chemises de couleur et/ou à petits carreaux… Frappant, encore, le décalage entre tous ces candidats imberbes et la multitude barbue qui a envahi nos rues.

primaire-dr-2

primaire ga.jpg

Quelque chose m’échappe : ces gens se présentent à nos suffrages dans l’espoir que nous les distinguions. Pourquoi, dès lors, se copient-ils les uns les autres ? Le vêtement n’est certes pas le seul moyen de faire valoir sa singularité : il y a le physique, le verbe, la culture, les idées… On aurait tort toutefois de minimiser son rôle, surtout quand on prétend à une fonction dont la dimension de représentation est essentielle. Si François Hollande avait accepté de s’habiller en président, n’aurait-il pas habité plus facilement la fonction ? Qui sait s’habiller montre qui il est. La neutralité vestimentaire de nos candidats les rendait physiquement transparents et interchangeables. Les conseillers en image ont sans doute une responsabilité dans ce phénomène, qui, selon des principes de télégénie réels ou supposés, disent à leurs clients comment ils doivent s’habiller alors qu’ils devraient leur faire aimer le vêtement (s’ils le peuvent) et leur en transmettre le langage (s’ils le savent). S’intéresser aux vêtements est, dit-on, un signe de superficialité. Ne pas s’y intéresser ou laisser à d’autres le soin de s’occuper de son image ne trahirait-il pas un manque de personnalité ?

Nos candidats semblent ignorer la fonction symbolique du vêtement. Si symbole il y eut, il fut grossier et éculé : je pense à la cravate absente du cou de Bruno Le Maire lors du premier débat. La naïveté du message (« Je n’ai pas de cravate parce que je suis jeune et moderne ») fit à juste titre sourire. Le sourire se transforma en rire chez ceux qui se souvenaient que ce même candidat avait confié peu avant que, dans cette compétition, son « intelligence serait un handicap ». Il arrive que la dimension symbolique d’une tenue échappe à son porteur même : la cohérence est totale entre le programme conservateur et libéral de François Fillon et sa tenue classique et luxueuse. L’effet en fut d’autant plus fort qu’il n’était le fruit d’aucun calcul, d’aucune tactique marketing… Durant cette campagne, François Fillon est simplement resté fidèle à son style et à ses fournisseurs. Cette cohérence a réjoui un certain électorat traditionnel et aisé. Mais limité. Gageons qu’elle n’échappera pas à ses futurs adversaires qui se plairont à claironner qu’entre sa montre et son costume, le candidat des riches porte une vingtaine de SMICS sur lui !

Il en est un à qui la dimension symbolique du vêtement est familière, c’est Jean-Luc Mélenchon. Sa singularité, ce candidat à la présidentielle l’a souvent revendiquée, ne serait-ce que par son refus de participer à la primaire de son camp. Sa singularité passe aussi par sa mise. Jean-Luc Mélenchon pense ses tenues ; il cherche à ce qu’elles fassent sens. Ainsi orne-t-il sa boutonnière d’un petit triangle rouge pour rappeler que ce signe servait aux nazis à marquer, dans les camps, les déportés politiques. Sa cravate, de même couleur, est son drapeau, celui des prolétaires et des vrais socialistes. Et voici que depuis quelque temps, il arbore très souvent un type de veste dont mon hôte d’un jour a bien dit (« La vraie élégance ne se remarque pas ? ») qu’elle « le faisait passer pour un petit père des peuples » !

François Fillon est souvent loué pour son élégance. Pour ma part, j’ai des réserves, que ses prestations vestimentaires aux différents débats n’ont pas contribué à lever. François Fillon est bien mis, c’est indéniable, mais où est le goût personnel ? la note d’originalité ? l’audace contrôlée ? Il porte des choses chères, mais le fait-il avec la négligence qui convient ? Sa retenue, son éternel quant-à-soi, sa raideur même sont d’insurmontables obstacles à l’expression de l’élégance. D’aucuns disent qu’en politique François Fillon a l’étoffe d’« un second » et non d’un chef ; question vêtement, c’est un suiveur, pas un pionnier. A gauche, l’homme politique le plus intéressant n’a pas participé à la primaire. Il s’agit de Bernard Cazeneuve. Ses moyens physiques sont limités, mais il ose ! Et il se trompe rarement. Autant la lecture symbolique du costume de Jean-Luc Mélenchon est aisée, autant le décryptage de la garde-robe de Bernard Cazeneuve relève de l’impossible. Pensez donc : cet homme de gauche s’habille comme n’osent plus s’habiller les hommes de droite ! Il est allé jusqu’à s’approprier le loden que, même à droite, on a des scrupules à sortir du placard. Encore un peu, et il empruntera sa veste autrichienne à Jean Raspail ! Ses feutres bruns, son cover-coat et ses pochettes m’enchantent, mais s’il advenait qu’il brigue un jour nos suffrages, ses jolis atours ne suffiraient quand même pas – par Saint Salomon Leclercq – pour que je vote pour lui !

Le Chouan Des Villes

Pourquoi les revers ‘cassent’

La comparaison des vestes d’aujourd’hui avec celles des années 90 est criante : les revers étaient plus réguliers ! Quand je dis ‘réguliers’, je fais référence à la ligne des revers, au bord de la poitrine. De nos jours, cette ligne a toujours une tendance à être tendue, légèrement arrondie. Parfois même, et c’est une question récurrente de mes clients, les revers ouvrent un peu, voire cassent dans les cas les plus forts. Comment expliquer cela?

L’introduction de mon propos vous donne une part de la réponse : lorsque le vêtement est plus ample, il place mieux. Mais encore.

Depuis quelques années, les designers, suivis des clients, suivis des usines apprécient les vestons au plus près du corps. Si à une époque, confort égalait allure, de nos jours, l’allure (très) près du corps s’oppose un peu au confort et surtout au tombé parfait et régulier.

Les industriels ont modifié les bases et même plus important, la façon de tracer * les patrons, pour obtenir des modèles équilibrés plus près du buste. Plus on se rapproche, plus des plis apparaissent, des complications naissent.

Le veston se patronne à partir de morceaux de tissus sans reliefs et dans des matières peu élastiques (à la différence des pulls par exemple). Dès lors que l’on s’approche trop du corps, les lignes se brisent, le tombé n’est plus naturel et souple. Le tombé est heurté.

Que l’on vende de la demi-mesure ou du prêt à porter, le problème est le même, les modèles d’aujourd’hui sont étudiés serrés. Donc des problèmes naissent. Il faut alors sur le fil du rasoir équilibrer les forces en présence : désir du client, regard du client sur lui-même, idée que le client se fait du regard des autres et enfin confort. Il faut être fin et pointilliste. Je fais au mieux mais c’est une gageure.

Ces revers qui ouvrent, voire cassent, sont le résultat de trois éléments principaux : le volume poitrine, le volume manche, la largeur d’épaule.

1- si le volume poitrine est trop petit, il manque du tissu sur le flanc de la poitrine. Ce tissu manquant sous l’aisselle fait apparaitre au bord de la veste une déformation, le revers s’ouvre un peu.

2- si la manche est étroite, le biceps a tendance à être serré. Votre bras occupant la manche et ayant tendance à la gonfler comme une ballon, cette manche tire le flanc de la veste, qui à son tour tire sur le revers. C’est particulièrement visible chez les hommes qui font de la musculation. (Les petites flèches rouges dans le dessin)

3- si l’épaule est étroite, ce qui plait beaucoup ces temps-ci, le manche a du mal à ‘s’ouvrir’, c’est à dire à être assez béante pour recevoir la largeur du bras. Le résultat est que la manche est trop près du bras. La manche moule trop le bras. Et l’effet est égal au précédent, les revers de la veste ouvrent, voire cassent. Et d’ailleurs, un bras à l’étroit dans une épaule a tendance à faire bailler le col, faisant un ‘collar gab’…

Ces trois points peuvent être rencontrés indépendamment les uns des autres mais sont souvent conjugués !  Ils sont tous un peu responsables. La mode est aux modèles étroits. Les patronniers créent donc des vestes avec des épaules étroites et surtout des manches fines. Le ‘trop’ de tissu n’est pas aimé. C’est un fait. Aux tailleurs de s’adapter. La vie des tailleurs était plus simple avant. Un veston un peu ample et épaulé tombe presque à coup sûr bien. Un veste plus aiguisée va être dur à régler.

Pour corriger ce problème, il faut traiter les trois points. Il est bon d’augmenter le volume du buste, d’abord en augmentant le volume poitrine puis en augmentant la largeur d’épaule. Ainsi, on libère l’épaule. Dans les cas importants, un élargissement de la manche de la veste permet de donner plus de place au bras. La manche se place mieux et n’entraine plus le revers. C’est donc en jouant un peu sur tous les points à la fois que le problème du revers se règle.

illus121

Le dessin ci-dessus reprend les idées. A gauche, une veste très classique. Au milieu, une veste à peine ‘tenue’ aux épaules et aux pectoraux. La veste ouvre à peine. Style très contemporain avec un torse qui est plus visible. A droite, une veste visiblement trop petite. Les flèches rouges montrent le bras qui tire la manche, qui tire la poitrine, qui tire le revers. Les flèches vertes sont associées : le bras tire l’épaule étroite qui tire le col et le fait bailler.

Pour les hommes très forts, le problème est plus particulier. Il ne s’agit plus de corriger ces aisances, ou même de faire des retouches quasiment impossibles, il faut changer le modèle et adopter une veste spécifiquement conçue pour la forte poitrine.

*  La méthode de patronage (générale) permet d’obtenir un patron pour chaque taille de veste ou chaque client en mesure (le particulier). Or, ce passage du général au particulier se fait suivant des règles de géométrie. Si vous changez les règles de géométrie (cela s’appelle la mode), vous changez l’obtention d’un patron. Ainsi, si vous utilisez un livre de patronage de 1930 et un livre de patronage de 2000, vous n’obtiendrez pas, malgré des mesures identiques, le même patron. Le patron que vous obtiendrez aura été influencé par la géométrie invisible (presque magique) du patron, liée à la mode.

Le problème principal de la correction du revers qui ouvre, c’est le client. Car il est toujours possible pour un tailleur d’augmenter à la commande le volume poitrine, épaule et manche. Seulement, la proportion de client qui se plaindront de ce trop plein d’aisance est écrasante. Ainsi, le tailleur a plutôt tendance à viser juste (avec toute la difficulté que cela représente) qu’à viser ample… Certaines chaines de demi-mesure, elles, visent toujours trop petit car leur ‘cible’ clientèle veut ça. D’autres tailleurs plus old-school visent ample, leurs clients aimant cela. Logique.

Voici donc des problèmes difficiles à gérer. Pour autant, le problème ne se signale à moi que très rarement. Quelques clients demandent pourquoi le revers ouvre un peu. Je leur réponds avec autant d’honnêteté que possible : c’est ainsi que les vestes sont conçues de nos jours. Et malgré la meilleure volonté, toutes les altérations possibles et la meilleure approche de l’équation ‘allure/confort’, rien n’est parfait en ce bas monde !

Bonne semaine, Julien Scavini