Zéro, une ou deux fentes dos? Partie 2

La semaine dernière, nous sommes donc arrivés aux années 90 / 2000. Les couturiers italiens, Armani, Cerutti et d’autres, mettaient en avant de belles vestes, un peu larges et généreuses aux épaules, et en même temps très prises au bassin, glorifiant d’une certaine manière l’homme taillé en V. Ce bassin étroit reposait sur une absence de fente. Et comme je l’ai dit, les belles vestes se caractérisaient ainsi. En opposition aux maisons anglaises proposant deux profondes fentes. Ci-dessous, un costume Armani de 1990 :

Qu’en est-il aujourd’hui ?

D’abord, l’absence de fente a totalement disparu, ou presque, de la circulation. Toutes les vestes sont revenues sur ce paradigme d’un instant. Les marques italiennes ont massivement reproposé la double fente, dans une sorte de consensus, à vrai dire, assez international.

A l’inverse, la fente simple milieu dos reste la préférence des marques dîtes « couture » ou qui se croient ainsi. Pourquoi, je ne l’explique pas particulièrement. C’est un fait.

La double fente

Celles-ci permettent de mieux gérer d’une certaine manière le cintrage de la taille. Dans le cadre d’un fessier un peu rebondi, le manque de bassin de la veste ( comprenez le diamètre de la veste au niveau des fesses ) est réparti sur les deux fentes. Si le bassin du client est de 106cm et que le bassin de la veste est conçu pour 102cm, les 4cm manquant sont répartis, 2cm à chaque fente. Cela permet à celles-ci de s’ouvrir peu, de moins s’évaser. C’est donc une simplicité de conception, et une souplesse de vente. Les doubles fentes pardonnent.

Dans le cadre d’un fessier plat par ailleurs, les doubles fentes tombent en plaquant le tissu contre le bassin, et alors, R.A.S. comme on dit chez les espions. Que le bassin soit plat, normal, ou rebondi, les doubles fentes s’adaptent. C’est ce que l’on cherche en prêt-à-porter.

La simple fente

Celle-ci impose en revanche au porteur, d’avoir le bassin idéalement proportionné, donc, d’être à l’instar d’une gravure de mode, dans le « canon ». Revenons à l’exemple, si le client a 106cm de bassin, et que la veste est conçue avec 102cm de bassin, les 4cm manquant se retrouvent sur la fente, qui ouvre inéluctablement. 4cm, c’est en effet la valeur moyenne de chevauchement des pans.

Donc, dans le cadre d’une simple fente, avec un fessier fort, il y a fort à parier que la fente ouvre… car les hommes ont souvent un peu de fesse.Vous me direz alors, mais pourquoi les bureaux de style créent-ils des bassins étroits ? Ils n’ont qu’à dessiner des bassins un peu larges.

La première réponse est : excellente idée. Car un bassin large donnera toujours l’impression d’une veste bien cintrée. C’est le paradigme des années 1920, avec des vestes très dodues de l’arrière train.
La deuxième réponse va nuancer ce propos. Car les hommes actuellement, sauf une rare majorité, n’aiment pas que la veste paraisse grosse au fessier. Ils veulent que le pantalon, pour une majorité moule le fessier, mais pas la veste.
Enfin, troisième réponse : une veste qui aurait un bassin large adapté aux forts popotins n’irait pas à une autre portion d’hommes avec un bassin plat. Pourquoi ? Car la veste alors fera des vagues comme une jupe autour des hanches.

La simple fente est plus spécifique du sur-mesure, où un calcul très fin du tour de bassin peut être effectué. La simple fente oblige à un moulage plus précis du corps. Là où les doubles fentes sont plus imprécises. Chose particulièrement curieuse, dans les derniers James Bond, Daniel Craig ci-dessous a été habillé de vestes à une seule fente. Cette forme emboitantante n’est pas la plus adaptée pour avoir de l’ampleur dans les mouvements. Et d’ailleurs en position statique, elle ouvre un peu. Je le pardonne au tailleur !

Le sans fente

Quant aux vestes tonneaux, totalement serrées au bassin et ne présentant aucune fente, il semble bien, même pour les smokings, qu’elles aient disparues. Pour ma part, deux de mes vestes sports, de week-end, des modèles simples et sans fioritures, ne présentent aucune fente. Pourquoi ?

Car d’abord, sans fente, une veste est plus solide, plus endurante. Surtout que l’une est non doublée. Cela évite plein de petits points délicats en haut des fentes. Ensuite, j’exprime par cette allure l’envie de rapprocher un peu la veste du blouson. Ou de ces formes modernes de work-jacket qui n’ont pas de fente. Il y a une sorte de simplicité charmante dans ce style.

Évidemment, le patronage ne fut pas si simple, pour donner suffisamment de hanche à mon bassin. Mon idée était aussi de se rapprocher de ces images très élégantes des années 1920, avec des vestes bien pincées mais très « hanchées », rondes, à la manière du Prince de Galles de l’époque, ci-dessous. J’ai disposé une martingale sur le dos de l’une des deux. Cela renforce ce petit esprit années 20.

Quid des manteaux

Les manteaux, par leur longueur, ont toujours eu besoin d’une fente, pour donner de l’aisance. La fente milieu dos permet aux pans de trouver une certaine souplesse et latitude pour s’écarter au contact des jambes qui bougent, du corps qui avance. Cette fente est normalement plutôt haute et longue, c’est plus élégant. Surtout si le manteau est long.

Quelques rares essais de doubles fentes furent tentés. Évidemment, cela n’a pas de logique, car les pans doivent s’ouvrir et voler bêtement, et ainsi donner froid. L’inverse de ce qui est recherché ! Cette illustration de Laurence Fellows évite sagement cet écueil : les deux fentes sont en fait des replis de tissus, des soufflets. Quelle débauche de matière !

 Bonne semaine, Julien Scavini

Zéro, une ou deux fentes dos? Partie 1

Chaque tailleur ou chaque maison de prêt-à-porter a sa règle d’usage concernant les fentes du dos de la veste. Une fente milieu dos, deux fentes sur les côtés, ou zéro ? Histoire et usage, faisons le point.

Avant que la veste « courte », celle que nous connaissons aujourd’hui, n’arrive sur le devant de la scène stylistique, des « vestes » longues étaient en usage, comme la jaquette ou la queue-de-pie. On ne les appelait pas vestes toutefois, même si c’était les vêtements de dessus, et pas des manteaux.

Frac, redingote, jaquette ou queue-de-pie, les appellations sont variées. Mais une chose est sûre, ces différents habits présentaient tous une fente milieu dos, longue, terminant à la taille, dans la couture horizontale faisant le tour de ces vêtements. Cette fente milieu dos était déjà présente sous l’ancien-régime. Les habits à l’époque de Louis XIV présentaient déjà une fente milieu dos. Cette découpe a une logique certaine : la pratique du cheval. A califourchon sur une selle, les pans s’évasent de chaque côté. Sur cet habit anglais daté de 1770, la fente milieu dos est soulignée par des broderies d’argent :

Sous le premier Empire, les militaires mettent le dolman, très court car s’arrêtant à la taille, sur le devant de la scène. Avec le dolman, qui développe une carrure à la romaine (le goût de l’antique, ou néo-classicisme), les officiers sont plein de sex-appeal. Les culottes ultra-moulantes rajoutent à ce plaisir du corps où l’on voit à peu près tout… Est-ce là un érotisme à l’antique, par ailleurs très peint par Jacques-Louis David ? On peut dire sur ce tableau que Joachim Murat, en dolman vert, savait se mettre en valeur :

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/ba/Murat.jpg

Toujours est-il que ce dolman, super court, ne nécessite pas de fente milieu dos. Vers 1870, anglais, français et prussiens allongent un peu le dolman vers mi-fesses, retour d’une pudeur bien légitime. La nouvelle petite basque présente une fente milieu dos, souvent richement ouvragée. Et parfois, pour donner de la « jupe » en position assis, des soufflets sont aménagés à l’endroit de ce qui deviendra plus tard la double fente. Sur ce dolman rallongé allemand de 1890, la fente est mise en valeur par des brandebourgs :

En passant, dans le nord de l’Europe, quelques armées garderont très longtemps cette allure courte des dolmans Empire, parfois jusque dans les années 50. Comme ici un officier finlandais :

Dans le même temps, la veste est adoptée par les civils sur une coupe nouvelle, très enveloppante, tout en rondeur. Le Prince de Galles d’alors, le fils de la Reine Victoria et futur Edouard VII semble apprécier cette nouvelle veste « courte » pratique et décomplexée. Ces vestes là, n’ont aucune fente, ce sont des tonneaux emboitant les hanches, c’est le terme consacré. Jusqu’à 1914 je dirais, les vestes civiles ne présentent pas de fente dos.

De leur côté, les militaires ont inventé les tuniques, vestes à pans carrés sur le devant, avec multiples poches à soufflets. L’ancêtre des sahariennes. Et ces nouvelles tuniques, ou vestes, sont longues, pour venir épouser les culottes de cheval avec une allure indéniable. Cette longueur à cheval rend nécessaire le retour de la fente milieu dos. Les militaires aux alentours de la première guerre mondiale ont un chic incontestable ! De face, une vareuse d’officier colonial & de dos une vareuse de gendarmerie, vers 1920 :

Après la première guerre mondiale, les civils adoptent une mode des vestes plutôt longues, et des pantalons plutôt courts et étroits. Ces vestes, telles que décrites par la marque Arrow Collars ou Kuppenheimer, présentent souvent une fente, dans les dessins de J.C. Leydendecker. Mais zéro fente reste très répandu toutefois.

Et puis pour la pratique des sports mécaniques (vélo ou moto) ou pour l’aviation, les tailleurs inventent le blouson court, à la taille. Retour en quelque sorte du dolman du Premier Empire. Avec comme sous le Premier Empire des parements au col et à la ceinture en … fourrure. La mode vient et revient sans cesse. Dès lors, la belle veste habillée n’a pas besoin de fente, car un autre vêtement existe.

Pour la pratique du cheval toutefois, la veste à longue fente milieu est appréciée, dans la droite ligne des habits de vénerie.

Et dans tout cela alors, les doubles fentes, quand ont-elles été inventées? Et bien difficile à dire précisément. Je dirais aux alentours de la seconde guerre mondiale. Mais très timidement. Peut-être était-elle déjà là dans les années 30 ? Je suis assez persuadé ce que sont les tailleurs anglais qui ont amené cette souplesse dans la coupe et dans le port.

Une chose est sûre, si dans les années 60, les fentes doubles fentes sont plutôt courtes et parfois même très chiches, les tailleurs des années 70 s’en servent allègrement pour donner une allure ostentatoire et baroque aux vêtements. D’autant plus que les vestes étant longues, ces grandes fentes fuyantes aiguisent la ligne stylistique de l’homme. Ci-dessous deux aperçus du site BondSuits, Sean Connery d’un côté, George Lazenby de l’autre, 1962 contre 1969, les fentes côté s’allongent et le style est moins vague :

Avec les années 80, les tailleurs italiens qui produisent alors les costumes de référence, abandonnent les fentes. Retour d’une silhouette plus emboitée, serrée au bassin et très larges aux épaules. L’inverse de l’esprit années 20 très « hanché ». Cela va ancrer dans l’esprit des gens que les belles vestes n’ont pas de fente. D’ailleurs, le smoking baigne encore dans cet idéal. Un smoking ne devrait pas avoir de fente. Cela se discute, mais c’est un autre sujet.

Les maisons anglaises n’ont pas souvent adopté ce standard zéro fente. D’ailleurs, avec les poches en biais, c’est ce qui les caractérisaient dans les années 90. Il y avait les amateurs de style italien, emboitant au fessier et aux épaules larges, et les amateurs de style anglais, aux doubles fentes généreuses, poches en biais, & doublures flashy.

Les marques françaises, comme Dior ou De Fursac, pour se positionner, adoptèrent la fente milieu dos, comme à mi-chemin des autres. Un esprit qui perdure jusqu’à nos jours…

La suite, la semaine prochaine…

 Bonne semaine, Julien Scavini

La forme de la parementure autour de la poche portefeuille

Si les femmes ont leur sac à main, les hommes ont leur veste. Une véritable besace où ranger, parfois enfouir, tout un bric-à-brac. Téléphone, parfois second téléphone, portefeuille, stylo, peigne, cigare, lunettes, agenda, tout y trouve une place. Les poches extérieures servent un peu. Mais les poches intérieures servent surtout plus. Il existe plusieurs manières de les disposer le long de la parementure. La parementure, c’est ce morceau de tissu qui borde le devant d’une veste, et se retourne pour devenir la face visible du revers.

Le fin du fin chez les tailleurs parisiens consiste à couper cette parementure généreusement, avec un long appendice fuyant vers l’emmanchure. C’est la technique qui consomme le plus de tissu au moment de la coupe, car cette excroissance trouve difficilement sa place au milieu des autres morceaux. Il y a une petite perte de tissu, c’est donc un luxe.

La poche portefeuille est réalisée dans cet appendice. Ce faisant, elle se retrouve fortement en biais et plutôt haut. Surtout si les emmanchures sont hautes, ce qui est à la mode. Le fait de « fuir » en biais vers l’emmanchure est idéal pour terminer cet appendice dans « quelque chose ». Et non dans le panneau de doublure suivant. Voyez ce dessin, présentant la manière classique parisienne de couper la parementure. Et une version édulcorée par la confection, un peu fade je trouve.

Un client l’année dernière m’avait fait refaire l’intérieur d’une grande mesure, car il trouvait la poche initiale trop en biais et surtout trop haut placée. Il est vrai qu’il était habitué au prêt-à-porter italien haut-de-gamme qui n’a jamais proposé ce genre de parementure et positionne les poches portefeuilles plus basses.

Le processus le plus rationnel en confection, et même pour les tailleurs du reste, est de couper une parementure la plus étroite et rectiligne possible. Cette parementure peut-être :

Cas numéro 1, par simplicité, cousue à la doublure tout du long. C’est la méthode du prêt-à-porter pas cher. Mais aussi des tailleurs londoniens qui ne s’embêtent plus guère avec la finesse de l’artisanat. Dans cette méthode, la poche portefeuille est réalisée à cheval sur le tissu et la doublure. Les passepoils de la poche sont pris directement dans la doublure.

Ce cas de figure de montage rend la poche plus fragile. Car la doublure est délicate et supportera peu les poids dans la poche. Pour en avoir discuté avec un tailleur une fois, il m’avait rétorqué que, d’abord la clientèle très haut de gamme a de nombreuses vestes, donc abime peu ses poches, et que surtout, si la poche craquait, c’était le signe indéniable que probablement, la doublure entière est à changer. Pourquoi pas…

Cas numéro 2, la parementure est toujours cousue à la doublure tout du long. Mais dans cette variante érudite, de petits empiècements de tissus sont rapportés pour placer les poches. Cet arrangement s’appelle le « piano facing » en industrie. De plus en plus d’usines l’adoptent car c’est un signe de plus grande qualité par rapport au cas numéro 1. La poche, réalisée dans cet empiècement de tissu, est plus solide et plus durable.
Parfois, les poches basses (anciennement appelée poches cigarette) sont aussi positionnés dans ces empiècements de tissus. C’est plus rare et seulement les bonnes fabriques surtout italiennes proposent cette option qui consomme un peu plus de ressource en couture. Ce sont mes deux dessins :

Si à l’époque de mon entrée à l’École des Tailleurs j’appréciais particulièrement la variante tailleur avec sa signature en biais très caractéristique (et qui me faisait penser à des pièces de peaux animales avec cette géométrie presque organique), je préfère maintenant la simplicité du cas numéro 2, avec ces discrets entourages de tissus autour des passepoils. Je trouve cela plus discret, d’autant plus qu’industriellement, ils sont souvent mieux maîtrisés.

L’empiècement tailleur en biais, est lui en revanche assez souvent mal patronné par les ateliers et alors, il manque d’allure comme je l’ai dessiné en haut à droite. Car pour être chic, il doit – à mon sens – être taillé comme à la serpe, avec netteté et un sens aiguisé de l’oblique. Que la main maîtrise mieux. Mais enfin, tout cela n’est que peu de choses !

Une chose est sûre, si vous soyez des poches portefeuilles sans entourage de tissus, alors fuyez. En cherchant autre chose, Google m’a donné l’image ci-dessous. Et bien franchement, avoir un tel nom pour proposer une finition si bas-de-gamme, c’est se ficher du monde. Ne pas faire l’empiècement, c’est probablement économiser 2 à 3€ à la fabrication… S’ils en sont là ! Il est probable aussi que cette veste n’ait pas de surpiqure au bord. Pour économiser encore quelques sous.

Bonne réflexion sur le sujet. Je repars manger du chocolat ! Julien Scavini

NB : pourquoi la poche à cheval sur la doublure est une fadaise simpliste en grande mesure.

Car normalement, la poche portefeuille s’exécute sur la parementure en amont. Cette poche prend place sur la parementure ou à cheval sur la parementure et une langue de tissu. Puis la parementure est cousue et révèle le bord de la veste. Puis enfin et seulement, la doublure est amenée à la main.

Lorsque la poche est réalisée à cheval sur la doublure, cela veut tout simplement dire que la parementure est préalablement cousue à sa doublure, pour pouvoir y faire la poche. C’est moins fin. Et beaucoup plus rapide. Car lorsque la parementure est cousue et révèle le bord de la veste, alors tout le devant, d’un coup est terminé. Gain de temps évident.

Deux photographies

Et nous voilà encore replongé dans le marasme ! Quel déplaisir. J’ai déjà tant écrit sur l’élégance du confinement : le pyjama, les chapeaux d’intérieur, les robes de chambres ou encore les pantoufles. Difficile de trouver alors d’autres sujets. Le jogging ? Je n’expérimente pas moi-même, difficile d’en parler dès lors. Et puis cette simple première photo me suffit. Ouhla. « Fashion faux-pas« dirait Cristina Cordula ! Je suis tombé par hasard au cours d’une petite recherche sur ce cliché plein d’allure. Ronald Reagan à bord d’Air Force One. J’imagine que la couturière était en train de repasser son pantalon de costume. Franchement, ne passez pas le confinement ainsi !

https://external-preview.redd.it/sL4SdI9Y4JI31RGndIHlQvjFz_IWlhYJyLvrWB7kcB0.jpg?auto=webp&s=def69125cee27a89542f112d20057c4cdf77e986

Mais au cours de la même recherche, je ne sais par quelle association de mots-clefs, je suis arrivé sur cette photographie du duc de Windsor et de Wallis Simpson. J’y ai trouvé tant de charme que je l’ai enregistré. Deux être aux regards vides, presque un tableau de Hopper. Impression renforcée par la simplicité graphique, haut clair et bas foncé, centre orangée des fleurs faisant échos à la cravate.

Lui est amusant. La veste avec son large pied-de-poule – on pourrait dire un pied-de-coq – est ample, presque opulente dans ses proportions. Les épaules sont nettes, les têtes de manches généreuses. La franche opposition du motif est soutenue par le choix d’une ceinture de cuir tressé assez unique qui a quelque chose d’un peu amérindien. La cravate est nouée à l’italienne, petit pan plus long coincé dans la ceinture. La classe dans la décontraction. La chemise n’est pas blanche, à peine beige. Quant au pantalon, il pourrait héberger trois paires de jambes. Apparemment, ce pantalon est dépourvu de « ceinture ». La pince semble passer sous la ceinture de cuir. Et le passant et cousu sur la « jambe » comme les modèles Hollywood d’Edward Sexton.

Ce pantalon de flanelle, il a la même couleur et la même ampleur que celui de Ronald Reagan. Pourtant, la force de ce pli est sa dignité. Il structure la silhouette et donne une ligne. Malgré l’aisance. Le confort est le même dans les deux cas. L’allure elle n’est certainement pas la même en revanche. J’aime ce petit homme que portait l’Histoire sur ses épaules tout en voulant y échapper. Sa souple décontraction vestimentaire est un heureux modèle.

Belle et bonne semaine. Bon courage. Julien Scavini

Recrutement !

Chers amis, chers lecteurs, de temps en temps je vous sonne quand un poste est à pourvoir dans ma boutique.

L’offre concerne ma boutique « mesure ».
Je suis à la recherche d’un vendeur à temps complet. 37h.
Salaire sujet à discussion, sujet ouvert.

Le poste prévoit :
– accueil et gestion des clients
– prises des retouches sur les vêtements arrivés de l’atelier
– suivi des retouches et des livraisons
– suivi de la facturation et tâches administratives diverses
– conseil en style et conseil des clients dans le cadre de commande « mesure ». = Savoir discuter, faire surgir les envies, donner envie. Gestion d’une commande « mesure » sur les questions de style et d’options, sur le choix du tissu en particulier.
– conseil aux mariés

Le poste ne prévoit aucune prise de mesure. Cela repose sur moi, Julien Scavini.

Une expérience de deux ans minimum en prêt-à-porter homme est recherchée. Savoir manier les épingles, savoir conduire les retouches est primordial.
Amabilité, souplesse, générosité et gentillesse sont des qualités demandées. Je ne cherche pas l’éclat, mais à établir une relation de confiance avec mes clients au travers de ce poste!

Recrutement courant novembre pour un début en janvier 2021.

A vos mails = tailleur@scavini.fr

Les poches d’une veste croisée

La veste croisée connait un juste retour en grâce après deux décennies où seuls les ventrus se sentaient, curieusement, autorisés à la porter. Pourtant, une belle veste croisée sur quelqu’un de mince est aussi élégant. Et en fait, le croisé est toujours chic. Il donne une stature, une allure, en un mot de la prestance. Son seul défaut peut-être est de devoir rester boutonné tout au long de la journée, là où une veste droite peut allègrement rester ouverte. Défaut minime toutefois, car une veste croisée portée ouverte peut avoir beaucoup de chic. Un chic décontracté. Le prince Charles porte souvent le croisé ouvert, et il a raison.

Passons en revue les différentes poches dont peuvent être affublées les vestes croisées.

Y’a-t-il un sujet pourriez-vous d’abord demander ? Car au fond, c’est une veste comme une autre, et à ce titre, pourquoi une veste croisée ne pourrait-elle pas avoir strictement les mêmes poches qu’une veste droite ? En fait, elle peut. Mais sur le croisé, les usages sont un peu différents et les poches prennent un relief, je trouve, différent.

Les poches de côté conventionnelles sont généralement horizontales. Il y en a une de chaque côté. Et très classiquement, ces poches sont pourvues d’un rabat. La veste croisée peut de manière simple et habituelle avoir deux poches de côté à rabat. Point. Sans signification particulière. Voyez :

https://cdna.lystit.com/photos/6701-2014/10/21/polo-ralph-lauren-blue-bedford-double-breasted-suit-product-1-24394945-5-766990015-normal.jpeg



Toutefois, il me semble que le plus classique sur un croisé est de ne pas avoir de rabat. Je pense que le croisé est ainsi au meilleur de son allure. L’absence de rabat dénote un vêtement habillé, supérieur aux autres vêtements. C’est pourquoi le smoking n’a pas de rabat aux poches. C’est pourquoi les vestes droites les plus habillées (en velours, ou pour des costumes du soir) n’ont pas de rabat non plus. Sur une veste droite de costume, je trouve toujours ce choix un peu curieux, dommage. Mais sur un croisé, je l’encourage à l’inverse. Encore le prince Charles pour illustrer le propos :

https://media.gq-magazine.co.uk/photos/5dceb3b35ad169000894e2eb/master/w_2123,c_limit/GettyImages-103135420.jpg


Passons à la poche ticket. Plutôt sport et décontracté à l’origine, elle s’est rapidement frayée un chemin vers les costumes de ville. Elle est même devenue la marque des tailleurs anglais, ou de ceux voulant être à l’heure de Savile Row. Le tailleur André Guilson ne connaissait d’ailleurs pas tellement le mot poche ticket, lui l’appelait poche anglaise.
Je viens d’énoncer que le croisé était plutôt habillé. Est-il logique alors d’apporter cette poche ticket ? Sur le papier non. Mais en vrai, c’est pas mal du tout. Et tous ces angles droits font bon ménage avec le bas carré du croisé. Il y a un petit quelque chose de géométrique satisfaisant là dedans.

https://i.pinimg.com/originals/84/fc/83/84fc83a276488ec7434b88fb0acc0a50.png



Passons aux poches en biais. Elles sont aussi plus sport que les poches horizontales, puisqu’elles ont été développées pour les vestes d’équitation, pour avoir bonne allure assis. Les poches en biais donnent un style pleine d’allant. Sur une veste droite, elles appuient même un peu le cintrage du coup.
Mais alors sur une veste croisée, je trouve qu’elles ne vont, mais alors pas du tout. Pour moi, c’est hyper-charly comme dirait le Chic Anglais. C’est atroce et mes yeux saignent quand je vois ça. Pour moi, c’est une invention de l’armée allemande, où comment affubler d’un air de cavalerie des dolmans croisés. Pour moi, le croisé à poches en biais, c’est la ligne d’Hermann Goering. Pour ne pas dire de Goebbels ou d’Hitler. En fait, le croisé à poches en biais était un type de la wehrmacht.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9d/Hermann_Goering.png



Alors toutefois, dans Amicalement Votre, Brett Sinclair porte des vestes croisées à poches en biais. Mais c’est un excentrique au fond, il ne sait pas ce qu’il fait. Le costumier s’est dit que cela ferait plus « english ». Les élégants qui oseraient ça sur un croisé le font à leurs risques et périls !

https://pbs.twimg.com/media/DAg7217XgAARAUm.jpg

Et deux poches en biais sans rabat alors. Qu’en penser ? Je ne veux même pas y penser, c’est hors de mes possibilités mentales ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Les poches appliquées ensuite. Ah là, on sort de la zone de confort de la veste croisée. Apparel Arts dans les années 30 dessine quelques vestes croisées à poches plaquées. Mais j’ai du mal à trouver de belles photos de cela. C’est rare au fond. Jusqu’à récemment encore. Le croisé est plutôt un habit de ville, ou un blazer à la rigueur. Et la poche plaquée est plutôt sport. L’assemblage des deux ne va pas de soit. Ceci-dit, SuitSupply et consort distillant une mode hybridée et un peu tapageuse, la poche plaquée sur un croisé est presque devenue classique. Et très possible.

Deux poches plaquées en bas s’envisage très bien. Simples et efficaces, elles sont de toutes manières très discrètes et n’altèrent en rien à la ligne du croisé. Elles décontractent un peu ce vénérable habit en relativisant son statut. Idéal pour dépoussiérer ce vêtement que seuls les grands pères osaient encore sortir. Et pour des vestes croisées, d’été ou d’hiver, elles apportent un supplément d’intérêt et sont tout à fait à leur place.

https://image.dhgate.com/0x0s/f2-albu-g9-M00-7E-B0-rBVaVV2eozaANOo9AALC6MFwN5g774.jpg/mens-blue-linen-suits-one-piece-jacket-double.jpg



Un hic toutefois apparait lorsque la poche de poitrine est aussi plaquée. Car le bouton décoratif de la poitrine gauche ne trouve plus sa place. Je m’amuse à voir comment les stylistes s’en sortent avec ce sujet qu’ils ne connaissent pas. Certains cousent le bouton sur le poche. Beurk. D’autres décalent les boutons décoratifs vers le revers, pour les coudre au bord de la poche. Encore plus beurk. Non, la bonne réponse est qu’en présence d’une poche plaquée de poitrine, et bien tout simplement, on ne met pas les deux boutons décoratifs. C’est l’usage. Il reste donc un simple carré de bouton.

https://www.paulstuart.com/dw/image/v2/BDLD_PRD/on/demandware.static/-/Sites-paulstuart-master-catalog/default/dwe93c9df1/images/large/86649157-N410-2.jpg?sw=600&sh=873

Voilà de quoi vous permettre de sélectionner en conscience les poches de votre futur costume ou veste croisé ! Bonne réflexion.

Bonne semaine, Julien Scavini

Gatsby Le Magnifique, Part. 3

Si j’ai eu grand plaisir à extraire du film Gatsby cette foule d’image, il en va autrement de mon appréciation du film. Je l’avais vu il y a plusieurs années sans en garder un souvenir impérissable. Ce n’est pas pour moi l’apothéose du cinéma. La faute je pense à une histoire simple et pas évidente à matérialiser à l’écran. A l’écrit, le suspense sur le personnage principal demeure puis l’action se déroule avec un certain rythme. Filmé, tout le mystère s’évapore dans une débauche d’effets visuels.

L’écueil fut le même avec le film de  Baz Luhrmann en 2013. DiCaprio ne suffisait pas à rendre l’histoire palpitante. Malgré une débauche extravagante de moyens techniques. J’ai peu aimé les deux films, d’autant plus qu’au fond l’histoire est sinistre et que les films laissent un goût de cendre dans la bouche. En plus, dans le plus récent opus, si les femmes étaient intéressantes par leurs costumes, pour les hommes, ce fut loin d’être le cas, la faute à une allure chiche que l’on aurait pu croire sponsorisée par Tati. Franchement, DiCaprio, avec ses costumes ivoire et ses souliers en simili fabriqués à Roubaix, manquait tout simplement… de goût. Ce qui n’aidait pas.

Vous me direz alors, pourquoi ces deux gros articles si le film n’en vaut pas la peine ? Eh bien je ne sais pas trop. Ralph Lauren a fait un travail formidable, je le redis. Visuellement, c’est superbe. Cette grande allure distillée à chaque image supporte tout le film, et l’histoire même. Le film vaut le détour pour ça.

Mais en même temps comme dirait le Président, je ne peux m’empêcher de penser à la fausseté des habits. Si l’impression générale est délicieusement surannée, les visuels particuliers n’ont rien de 1925, n’ont rien d’authentique. Tout sent affreusement le kitsch des années 70. On pourrait voir apparaitre Nixon à l’image et une Cadillac Eldorado, que l’on serait à peine choqué. Dès lors je trouve plus de charme à un bon vieux Columbo plutôt qu’à ce Gastby.

Comme je l’avais dit pour Titanic, un costumier n’est pas obligé d’être dans l’époque de manière authentique. Son but est de donner une impression, une couleur visuelle au film. Il ne fait pas un travail d’archéologie. Je le concède mille fois. Mais dans ce Gatsby, il y a peut-être à l’inverse trop de Ralph Lauren. C’est presque une démonstration de style, une démonstration de son savoir et de ses possibles. En cela, Hercules Poirot sous le soleil dont j’ai parlé ici était presque plus authentique. 1970 aussi, mais plus authentique.

Car peut-être, l’esthétique visuelle de Ralph Lauren dans ce Gatsby est trop apprêtée, trop stylisée. Trop cuite et recuite. Il manque un petit côté boiteux, mal fichu, ridicule, pour faire ressortir le beau. Tout est trop sur le même ton. Tout est trop léché. Peut-être au fond, faudrait-il qu’un réalisateur porte un Gatsby à l’écran avec moins de moyen, moins de tapage, pour en faire plus ressortir l’essence, celle d’une société américaine depuis longtemps malade d’elle-même, malade de son ivresse de puissance et de réussite. Malade aussi de sa misère et de la déliquescence de ses mœurs malgré une façade toujours ripolinée. Malade enfin et surtout de son argent facile.

Il y a tout ça dans Gatsby à l’écrit. Pas seulement des fêtes et des vêtements. Ce que les deux films n’arrivent pas à faire ressortir avec force.

Gatsby de 1974 est un bon film. Peut-être un grand film. Un grand classique, en revanche probablement pas. C’est un film d’époque. Qui comme tout les films d’époque s’est fait doubler par un remake. Imagine-t-on un remake à Autant en emporte le vent ? Probablement pas. Et encore moins d’ailleurs depuis sa partielle censure.

Gatsby fut un divertissement fait pour en mettre plein les yeux. Et il a réussi parfaitement.

Bonne semaine, Julien Scavini


PS : Je me suis amusé pour le plaisir à imaginer un autre Gatsby, et un autre Nick Carraway, avec une différence d’age plus marquée. En 1925, les lignes du costumes contemporaines sont là. Les pantalons sont un peu larges et mous, sans pince. Les vestes sont une peu longues et molles aussi. Les plus dandys demandent des épaules très étroites (dites rentrées) à leur tailleur. Les années 30 apporteront définitivement l’idée d’une ligne et d’une allure, qui n’existe pas encore.

Les couleurs sont plus sombres que ce que laisse croire Ralph Lauren. Je me suis inspiré de photos d’époque, plus précisément de Calvin Coolidge, Président des USA de 1923 à 1929, pour dessiner les deux hommes.

Version été. Version hiver. Gatsby porte un faux-col, ce qui me semble plus juste. Nick un col boutonné mou, déjà à la mode aux USA.

Gatsby Le Magnifique, Part. 2

La semaine dernière, j’avais l’occasion de vous faire découvrir une belle et importante volée de photos sur le Gatsby de 1974. Continuons ce soir ce tour d’horizon grand format.
Pour commencer, quelques photos sans vêtement, simplement avec l’humeur du film. Quelques plans telles des peintures. C’est tout le charme de ce film, d’être composé comme une succession de tableaux exquis.

Avant de m’intéresser au personnage presque principal du film, Nick Carraway, faisait un petit détour par le personnel de maison, serviteurs, valets et cuisiniers. Le tenues sont tout à fait charmantes et pleines d’humeur ! Le gilet rayé horizontal jaune et noir, comme Nestor dans Tintin, est toujours et encore là. La queue-de-pie est légèrement incongrue il me semble. D’autant plus que le pantalon apparait gris. Une jaquette sera plus logique, de jour et avec la cravate noire. En même temps pour avoir fouillé un peu le sujet, il semble qu’à Buckingham Palace, la queue-de-pie à boutons dorés soit en usage le jour. Avec un pantalon noir toutefois.

Un petit peu en dessous, admirez le spencer blanc, boutonné d’une chainette argenté. Très élégant, d’autant que le pantalon monte bien haut. Les serveurs au buffet, quant à eux, portent des spencers croisés jamais vu mais tout à fait intéressant !

Passons aux cuisines du bon Gatsby. Dans les années 70, la cuisine française très traditionnelle était l’objet d’un culte immodéré de l’autre côté de l’Atlantique. Alors qu’ici apparaissait la « Nouvelle Cuisine », aux Etats-Unis, la bonne cuisine, la vraie, la franche était incarnée à la télévision par des personnages tels Julia Child ou encore le chef Jacques Pépin. Une cuisine où la crème et l’envie de flamber au cognac est très présente. Un imaginaire à la Escoffier délicieusement transcrit sous l’œil des caméras.

Une petite pensée pour l’élégance des deux orchestres de la fête organisée par Gatsby. Oui, deux orchestres à la même soirée ! Diantre. L’un en smoking bleu, l’autre en queue-de-pie blanche, façon Cab Calloway.

J’ai bien aimé par ailleurs le chauffeur qui apporter un poulet à Nick Carroway. Superbe livrée :

Nick Carroway qui reçoit par ailleurs moult attentions de son prestigieux voisin. Jardinier et fleuristes viennent à son secours. J’aime les tenues des fleuristes, casquette, papillon noir, chemise à poches, ton sur ton du pantalon. Simple et digne. Si chic pourtant.

Pour les lectrices, je mets quand même une femme à l’honneur, la femme de chambre, à l’habit parfait !

Enfin, passons à Nick Carraway. Jeune homme de la petite bourgeoisie, cousin éloigné de l’héroïne féminine du film, il est le spectateur narrateur de l’histoire. Habitant une merveilleusement petite maison de bois au bord de l’eau, il découvre son éminent voisin, Gatsby, et devient le témoin clef de sa vie, du moins de cet instant fugitif et frénétique de sa vie. Nick est un personnage secondaire du film. Pourtant le jeune Sam Waterston, 34 à l’époque, donne au personnage, plutôt insignifiant, une force qui lui fait transpercer l’écran. Caractère candide et suiveur, timide, Nick Carraway suit et subit les évènements. C’est le calme dans cette tempête de quelques jours. Il n’incarne pas les années folles. Il les subit avec calme. Et ses tenues, plus décontractées, plus détachées de la mondanité, le reflète.

Commençons toutefois par ce costume trois pièces blancs, très habillé en apparence. Mais qui pourtant dissimule quelques éléments décontractés, comme les poches plaquées et la martingale dos. Un chic délicieux.

Il porte en quelques autres occasions le costume, brun, beige ou marine. Les cravates à motifs « paisley » sont merveilleuses. Ses cols sont maintenus par une épingle dorée.

Charmant blazer par ailleurs, avec pantalon blanc. Prêt pour prendre la mer !

Trois gros plans ensuite. Au dos du pantalon de Nick, une poche à rabat d’un côté, une poche simple de l’autre. Toujours et encore de belles cravates et une sublime chemise jaune rayée blanc.

Puisqu’on est sur les pantalons, voyez le modèle ci-dessous, à patte prolongée, de la même manière que sur mon modèle S3. Eheh je ne l’ai pas inventé, beaucoup le font. J’avais bien vu dans un vieux film une telle attache. Mais je ne me souviens plus où. Voici une référence efficace. Admirez ce cardigan par ailleurs. Le col est … présent !

Nick Carraway, plus décontracté, met aisément des mailles, encore très vêtement de « pêcheur » à l’époque, Gabrielle Chanel est à peine en train de les prendre pour les femmes et les hommes en 1920, surtout dans la bonne société, n’y font guère appel. Le premier modèle, un pull sans manche flaire bon le cachemire. L’encolure superposante est intéressante ! Le col rond en dessous est très beau dans sa simplicité par ailleurs. Admirez enfin les chaussures bicolores. Quelle beauté !

Notez aussi la robe de chambre en coton, si simple et si fraiche !

Mais hélas, comme souvent les grandes histoires, la fin n’est pas heureuse. C’est le destin qui frappe, souvent sans prévenir. Nick Carraway enfile alors sont élégant costume sombre. C’est là que je me dis, que décidément, les vestes longues, c’est superbe et plein d’allure !

Voilà, c’est terminé pour ce grand tour d’horizon de Gatsby. Enfin, pas tout à fait terminé. La semaine prochaine, on en reparle, et plus généralement des années 70. Je vais tenter une petite mise en perspective du sujet par rapport à aujourd’hui ! Portez-vous, c’est important ces temps-ci.

Bonne semaine, Julien Scavini

Gatsby Le Magnifique, Part. 1

J’ai pris goût à décortiquer scènes après scènes les films élégants, depuis Titanic pendant le confinement. Mais quel travail toutefois ! Avec un client récemment, nous parlions de Gatsby Le Magnifique. Pas le film récent avec Léonardo DiCaprio. Non. Mais celui de 1974, réalisé par Jack Clayton, sur un scénario adapté par Francis Ford Coppola, avec comme acteur principal, Robert Redford. Quel film ! Je l’ai vu il y a longtemps, et j’en avais gardé un souvenir douçâtre. Beau certes, mais triste, mélancolique, en un mot difficile. Certes le roman de F. Scott Fitzgerald narre une fête permanente, la joie des années folles. Mais l’intrigue et le fond de l’histoire sont sombres et amers. Ce n’est pas tellement un film à regarder à la légère, à la différence du dernier opus, bien plus tapageur. Là, nous sommes dans l’introspection, l’exploration des mentalités de la haute société et son désœuvrement. Et dans l’amour surtout. Des uns pour les autres, et … des belles choses ! Une apothéose visuelle. Attention, j’ai pris une centaine de clichés haute définition. Alors attachez vos ceintures. Je vais distiller cet article en deux épisodes.

Évidemment, la question que tout le monde a sur les lèvres d’abord. Et Ralph Lauren ? Oui, oui, Ralph Lauren a bien réalisé les costumes masculins. Il est d’ailleurs dûment crédité au générique, voyez ci-dessous. Il faut mentionner que la costumière « en chef » Theoni V. Aldredge a reçu un Oscar de la meilleure création de costumes. L’intitulé du générique laisse penser que Ralph Lauren a pensé les costumes également, comme le suggère la mention « by » alors que pour les femmes, « wardrobe et hats », il est écrit « executed » laissant penser alors à une simple exécution sur commande.


Rappelons qu’en 1974, Ralph Lauren était tout jeune. J’avais fait sa biographie ici. « 1970 marque le début de la consécration, lorsque le grand magasin Bloomingdale’s propose à Ralph Lauren d’ouvrir son propre corner, une première ! […] En 1971, à l’occasion du lancement d’une collection de chemisiers pour femme est introduit la broderie devenue célèbre, le petit joueur de polo, à l’époque placé sur les poignets. En même temps est ouverte sa première grande boutique en propre, sur Rodéo Drive à Beverly Hills. » Donc presque au moment où doit débuter la pré-production du film. Une aubaine en terme d’image de marque !

Son esthétique colle parfaitement au film, voyez ces initiales blasonnées sur les accessoires du film.

Démarrons, par le générique, qui pose le décor, avec envie. La maison, imitation du Trianon de Versailles, a été construit en 1909 par la famille Oelrich. Elle se situe à Newport, Rhode Island. Plus précisément au 548, avenue Bellevue, Rosecliff.

Passons en revue maintenant les personnes. Commençons par Bruce Dern, jouant Tom Buchanan. Personnage patibulaire. Le diaporama vous permet de faire défiler les photos. D’abord son costume d’apparence gris, dont on découvre qu’il est en pieds-de-poule noir et blanc. La chemise semble rayée de vert. Je regarde avec plaisir son blazer croisé 8×4, très old-school. Son col de chemise arrondi est toujours attaché d’une épingle en or. Dans les dernières scènes, avec le costume gris perle uni, c’est la cravate qui passe en pieds-de-poule. A la toute fin du film, son manteau croisé présente un col de velours. Prêtez attention à sa robe de chambre, sublime avec ses motifs « paisley« .

Passons ensuite à Gatsby, joué par Robert Redford. Personnage énigmatique, il apparait doucement dans le film. J’ai d’abord remarqué le gilet du smoking, réalisé dans une soie jaquard, avec une texture donc. Intéressant.

Passons ensuite à la première scène en costume plus simple. Enfin simple… sublime rayure, cravate aux discrets motifs, pour un ensemble noir et blanc rutilant. Comme l’automobile !

Arrêtons-nous un instant sur l’automobile. Je l’avais dessiné il y a longtemps. Un amateur éclairé de mes clients, et amis, m’avait juré qu’il s’agissait d’une Duesenberg d’Indianapolis. Je pense cela assez logique. Plus américain. Pourtant, dans le film, c’est bien une Rolls-Royce. J’ai perdu un pari sur cette affaire.

Passons ensuite au costume crème. Ralph Lauren semble avoir sélectionné de la flanelle. Ou un mélange lourd avec de la soie. Lin et soie probablement, avec peu de froissage. Le personnage a chaud, le film donne chaud. Son atmosphère déliquescente passe merveilleusement à travers les visages de sueur des acteurs. Quelle grande allure tout de même ! Le gilet croisé est coupé sans « trapèze » des boutons, ceux-ci sont parallèles.

Puis vient le célèbre moment où les sublimes chemises aux tons pastels virevoltent dans les airs. Quel charme. Quelle fantaisie aussi, au fond. Je regrette que les cols, toutefois, soient attachés. L’époque était encore aux cols durs, les « stiff collars ».

Quelques autres scènes nous présentent un Gatsby plus simple. J’aime beaucoup le pantalon de lin blanc rayé marine. Mais la ceinture en cuir blanc me laisse songeur.

Dans une scène, Gatsby semble porter une veste en velours à col châle. Tout simple, sans effet ni tapage.

A la différence de ce costume rose, « quintessential » disent les anglais. Oui, une apothéose. Pas facile à porter toutefois de nos jours. Avec la cravate grise, modératrice, l’écueil de faire trop est évité.

A la fin du film, je note avec envie cette sortie-de-bain, on dit aussi peignoir, gansée d’une tresse bi-colore et aux initiales brodées. Superbement chic !

Arrêtons nous un petit instant sur les queues-de-pie. Les années 20 sont encore assez reculées. La queue-de-pie n’a trouvé sa norme finale, telle que nous la connaissons, que dans les années 30, voire 50 où elle est devenue très normée. Le film devrait donc montrer des queues-de-pie encore un peu 1890, avec des trottoirs, c’est à dire des revers en deux parties, satin + tissu. Les revers pourraient être très ronds sur certaines. Les bas de manche parfois avec un galon horizontal, etc. Pourtant, il n’est est rien. Elles sont, comme dans Titanic, très standardisées. D’ailleurs Gatsby a la même que Nick, pourtant bien moins riche. Les pantalons ne montent pas assez haut, et les gilets sont trop bas. Cela manque de quelque chose. Raph Lauren a du s’en rendre compte et pour donner du relief, il a affublé les personnages de chemises curieuses … avec un plissé, typiquement post seconde-guerre mondiale. Voire années 70. D’ailleurs, les chemises ne semblent pas à col cassé. Tout cela est une touche artificiel.

Le gilet de Gatsby semble en jaquard de soie là encore, un peu façon peau de requin. Amusant. Le personnage de Nick a peut-être l’ensemble le plus classique, chemise à plastron dur et col bien haut, gilet simple.

Pour finir ce soir, quelques vues générales du film. Une splendeur qui fait très vite oublier des minuscules défauts. Qui n’en sont pas d’ailleurs. 1- Amusante veste de régate. 2- Exquis panorama au golf. 3 & 4- l’agent de change avec son « stroller », l’équivalent plus simple de la jaquette, mais à veste rayée (ce sont des américains, ils ne savent pas les pauvres). 5- le bureau de Nick à New-York. 6- Le grand escalier, cette contre-plongée, quel plan ! 7- Petit cours d’escrime ; l’arbitre est d’une grand dignité. 8 & 9 – notre belle petite assemblée aux tons pastels.

Et pour finir, ce plan. Quel plan ! Une vraie publicité. Il en a eu de la chance Ralph Lauren d’être tombé sur un si gros coup de pub !

On se revoit la semaine prochaine, pour continuer l’épluchage de film, et surtout découvrir la sublime garde-robe, la meilleure peut-être, celle de Nick Carraway joué par le talentueux Sam Waterston.

Bonne semaine, Julien Scavini

Le costume en velours côtelé

Il faut toujours rester à l’affut des tendances, et sans cesse continuer à regarder ce qui se fait. Mais pas n’importe où. Vous pensiez que j’allais vous parler de H&M ? Non. Quoiqu’au fond, c’est peut-être l’occasion pour moi là d’aller voir ce qu’ils produisent pour l’homme ? Blague à part, la bonne maison que je suis allé voir est Drake’s. Leur site internet. La présentation de la nouvelle collection, façon photos de studio est très sympa.

Dès la première page, j’ai été arrêté par ces trois personnages, habillés de costumes de velours légèrement (beaucoup ?) oversize. La première idée que j’ai eue, est que cela fait un peu copie des anciennes collections Ralph Lauren « Rugby ». Mais au fond, les bonnes maisons se ré-inventent dans les mêmes codes, donc, ce n’est pas grave. J’ai avancé. Et ces costumes en velours, à épaules napolitaines et pantalons à larges pinces sont revenus plusieurs fois.


Je suis resté un peu interrogatif face à ces vêtements. Qu’en penser ? A priori pas grand-chose au début, à part, « mais qui met ça ? » Le costume de velours n’est pas simple à porter. Il me rappelle les années 70 et quelques épisodes de Columbo. Là en plus, taillé grand, il ne se rend pas plus simple.

Et puis, un client m’ayant apporté le dernier numéro de The Rake, je me suis empressé de le feuilleter plus que de lire. Y est publiée une photo de Nick Foulkes posant avec ses deux fils. Le chroniqueur des élégances est habillé d’un costume de velours vieux rose. Avec une dégaine genre «  je suis de la haute et pas vous vil manant ». Mais qu’importe. Ce costume de velours me poursuit. Et j’avais ainsi une réponse à ma question, mais qui porte ça !



Le costume en velours n’est en pas tout à fait un dans mon esprit. Le costume renvoie à une notion de travail et d’urbanité. A la différence du dépareillé dont la veste sport se prête à la décontraction du week-end et de la campagne. Le velours se classe dans cette seconde catégorie pour moi. C’est une étoffe molle, aux couleurs souvent proches de la terre, et synonyme de robustes vêtements d’usage.

Associer le costume et le velours, c’est donc prendre une sorte de licence, un droit d’outrepasser les convenances. Dans quel but ? Brouiller les codes bien sûr, et s’en amuser. Ce faisait, le velours impose au costume une décontraction et le désinhibe un peu. Le costume, vêtement normé habituellement si conventionnel, se drape dans la mollesse, avec une infime touche de laisser-aller.

Le costume en velours, c’est celui du châtelain. Esprit rustique mais digne tenue. Évidemment, Arnys était coutumier de cela. Et vendait donc saisons après saisons des costumes en velours. Un ancien de leurs clients m’en a commandé un il y a quelques temps. Au début bien sûr, je ne voulais pas le faire. A chaque fois que je travaille le coton en veste, je marche sur des œufs. La matière est chiante, il n’y a pas d’autre mot. Là toutefois, j’ai trouvé le velours côtelé de Loro Piana. Un poids un peu correct, et surtout un gramme d’élasthanne pour améliorer le tomber. Nous nous sommes jetés à l’eau avec l’honorable client.

Et le fait est que ce costume de velours – marine – fut formidable. J’en garde un excellent souvenir, je le trouvais superbe.

Mais je ne dois pas être assez libre dans ma tête pour lui, continuant de trouver l’association curieuse et en tout cas, pas pour moi. Un costume en velours, quelle idée ?!

Toutefois, c’est tentant. Le fait de le voir chez Drake’s, le fait de le voir sur Nick Foulkes, plus le souvenir de cet élégant modèle que j’ai réalisé, tout cela finit par me tenter à défaut de totalement me convaincre. Cette décontraction m’intéresse, tout en restant au fond, très sage. Nous ne sommes pas en train de parler d’un jean-basket.

Il est peut-être là le nœud de l’affaire. Le costume en velours, c’est un peu l’ensemble en jogging, mais chic. Le relâchement du coton, sa douceur, sa souplesse. Dans des lignes classiques faites pour rassurer et maintenir. Je me convaincs petit à petit du plaisir du costume de velours. Un ordinaire qui ne l’est pas trop. Une facilité sympathique et presque passe partout.

Finalement, ce costume en velours côtelé m’intéresse. Il faudrait que j’essaye. Oui. Avec une paire de mocassin à pompons, c’est l’apothéose du chic bohème. (Surtout en vieux rose). Toutefois, je garderai plutôt le richelieu bien lacé, moi. Et le marine probablement. Décidément, je ne suis pas assez libre dans ma tête !



Bonne semaine, Julien Scavini