Le style décontracté urbain

La semaine dernière, j’étais invité très tôt à l’aéroport de Roissy pour découvrir les nouveaux avions de la compagnie bis d’Air France, Joon. Le rdv était fixé à 8h dans la zone des hangars. La communication du groupe m’avait prévenu : il fallait être chaudement couvert. Le temps était à la neige et dans les hangars immenses de l’entretien, les températures sont souvent basses. Et ça n’a pas loupé. Les trois heures passées là-haut étaient frigorifiantes.

La veille, je me suis torturé mentalement pour savoir ce que j’allais mettre. Je ne voulais pas porter un costume classique. Je n’en ai pas d’aussi chaud. Même mes tweeds ne m’apparaissaient pas assez couvrants, surtout au niveau du pantalon. Et puis je ne voulais pas mettre mes chaussures de ville. Je savais que sur les tarmacs, il y aurait de l’eau, et qu’il faudrait marcher etc. Mes Alden devaient rester au chaud.

Que faire alors?

J’ai opté pour une paire de bottines en veau-velours à semelle de gomme, un chino beige dans un drap lourd (un exemplaire de mes pantalons S3, qui tiennent bien le pli et ne froissent pas, pour bien présenter), et une épaisse doudoune que je me suis cousu il y a bien longtemps dans un drap vert de loden. Une petite curiosité cette doudoune, mi-moderne, mi-classique par l’usage du drap autrichien.

C’était très bien. En dehors d’un lacet qui s’est cassé dans mes mains le matin en partant… J’ai eu bien chaud et l’alliance de coton et de laine de l’ensemble a bien fonctionné sous la neige fondu et dans le hangar au sol glacial.

Mais, car il y a un mais.

Habillé en marron, beige et vert, j’étais un ovni vestimentaire. Comment pensez-vous qu’était habillée la petite centaine d’invités? De costume et de vêtements sombres. Le DG et le P-DG d’Air France étaient en tenue de ville avec de petits impers (ils devaient avoir bien froid) et à part quelques ‘jeunes’ de la com’ et journalistes en baskets, l’ensemble baignait plutôt dans le bleu et le noir. En passant, j’aurais vraiment donné une pièce à Jean-Marc Janaillac. Son costume en simili-viscose et ses godasses pointues étaient, comment dire… Voyez-vous même.

Bref. Je ne me suis pas senti idiot dans ma tenue, mais tout de même, j’étais clairement décalé. Ce qu’il me manquait était une tenue mi-ville mi-sport. Je n’ai rien de la sorte, pratique et commode, polyvalent et urbain. Je suis assez tranché dans mes choix : costumes pour le travail, du plus classique bleu et gris à quelques modèles plus voyants avec des rayures de banquier et vestes en tweed trempant dans les couleurs de feuilles mortes.

ILLUS149

Il m’aurait fallu : un blazer marine un peu bête, solide et chaud par exemple en flanelle (pourquoi pas dans un petit cachemire, tant qu’à faire), et un pantalon gris en coton, type peau de pêche ou moleskine ou flanelle de coton. Avec les mêmes bottines et une doudoune à capuche de fourrure, j’aurais pu ainsi me fondre dans la masse.

Non pas que je cherche à être discret, mais je pense qu’il faut toujours être en adéquation avec son milieu. Le tout est de rechercher le raffinement dans la simplicité. De belles matières, de belles coupes permettent de se faire plaisir et une esthétique discrète permet de satisfaire l’esprit de groupe. Ce que je trouve au fond satisfaisant. Comme les immeubles haussmanniens. A la fois tous identiques et toujours différents, du simple au très cossu.

Cette tenue, très italienne finalement, raffinée et décontractée, je ne l’ai pas. Il va falloir que j’y travaille!

Belle semaine, Julien Scavini

Savoir penser l’élégance

Récemment, je me trouvais à attendre aux abords de la salle Pleyel que les portes s’ouvrent et je me suis attardé sur la vitrine de la boutique Anthony Garçon, enseigne parisienne de costumes à prix raisonnables. Si je n’aime pas l’allure (des pantalons slim et des vestes courtes), je reconnais que le rapport qualité-prix et bon. Ils vendent bien à en croire le développement important et les ouvertures de boutiques rapides. Ils font un produit dans l’air du temps. Qu’on l’aime ou pas, qui fait vivre des gens et participe à l’économie.

En vitrine étaient présentés trois costumes trois pièces, deux princes de Galles en flanelle très discrets et un uni en flanelle également. Les harmonies (en dehors des cols riquiquis des chemises – encore !) étaient de bon goût, sobres, efficaces, assez british. Pas grand chose à redire.

Se pointent alors trois messieurs, vieux godillots jamais cirés, chinos et jeans informes, doudounes avec capuche en fourrure. Une description du quadra cadre-sup / dirigeant type de la décennie. L’un d’eux s’exclame « pff qui s’habille comme ça de nos jours! »

Dans ma tête, j’ai pensé à deux choses. La première : en effet personne. Mais alors? Quoi? il faudrait présenter dans la vitrine le même minable qu’il porte? Quel commun!

Une vitrine est fait pour s’admirer. L’expression même lèche-vitrine porte un double sens. Les admirateurs la lèchent (s’en régalent) et le décor est léché. On va tout de même pas exposer du minable pour leur faire plaisir et leur donner bonne conscience. Car il est là le fond du problème. En exposant des jolies choses, on ne rend que plus évident le décalage et la médiocrité. Et cette réflexion est l’expression d’un sentiment d’infériorité révélé. Surtout lorsque les costumes en question valent 400€. Ce n’est donc pas une question de moyens.

Car oui, il y a des gens qui s’habillent comme ça. Et curiosité de la chose, ce sont plutôt les jeunes. La cible d’Anthony Garçon d’ailleurs. Ce sont les jeunes qui remettent le gilet au goût du jour et font sentir aux quadras qu’ils sont vraiment très vieux avec leur jeunisme!

La deuxième chose que je me suis dit est que dans certains milieux, il faut savoir s’habiller. Il faut penser aux subtilités du langage des apparences. C’est important. A qualification égale dans une grande banque ou une multinationale, un jeune élégant se fera plus facilement remarquer. Mes clients quotidiens me l’apprennent.

Car montrer que l’on s’intéresse à l’expression corporelle est un humanisme, le signe que peut-être, il va y avoir moyen à développer quelques propos autour du vin, des livres, des montres, bref, de l’art de vivre. Ce n’est même pas forcément être élégant, mais c’est s’y intéresser, montrer qu’on y pense et que cela importe.

Un client grand banquier me disait récemment que pour lui, un homme bien habillé (même sobrement) exprimait sa capacité à penser autre chose que son métier. Donc à pouvoir manier des situations et des contextes variés. Il me dit aussi : « c’est plus facile lorsque l’on veut inviter au débotté un collaborateur ou un prospect à son club ou dans un grand restaurant. Déjà le fait qu’il soit bien habillé ne dénotera pas et ensuite on imagine qu’il sera vite à l’aise. Évidement un type débraillé, on l’invite pas dans son cercle« .

ILLUS148

Ceci dit, dans les hautes sphères, il faut dissocier deux types d’élégants : il y a ceux qui aiment ça, ostensiblement. Ils font l’effort et vont chez les grands faiseurs, Cifonelli, Drake’s, Dunhill, etc… Ils ne pourraient faire moins tant ils veulent du bon et de la bonne manière. C’est l’exemple d’Alexander Kraft, P-DG de Sotheby’s Int. Realty France. Bien évidemment, on peut être élégant sans en faire tant!

Et il a ceux qui savent que c’est important mais qui s’en foutent. Toutefois, ils s’habillent bien et y font attention. Je trouve cela tout à fait acceptable aussi. Personne n’est obligé d’aimer le vêtement, au moins faut-il savoir que cela existe. C’est légitime. La sur-élégance n’est pas obligatoire, mais il faut avoir conscience que c’est important en société. Ces hommes ont le bon goût de se rabattre alors sur des faiseurs et des maisons en particulier, en adoptant sobrement le style vendu. Ils sont légions ces grands directeurs bien mis mais sans trop. Ce sont souvent les clients les plus agréables des tailleurs. J’en ai quelques-uns. Lors de l’essayage, je demande toujours « comment trouvez-vous?« . La réponse est simple « et vous? qu’en pensez-vous? C’est ce qui importe« . Ils ne regardent même pas le miroir. C’est moi qui décide. Le rêve. Et une exigence professionnelle. Ils font confiance pour être élégant comme il faut. Ils cochent cette case et passent à autre chose. J’ai tendance à apprécier ces élégances discrètes.

A la différence d’autres hauts personnages, tout aussi nombreux et qui envahissent le monde, très mal sapés. Pour le coup – et malgré les moyens! – ils sont sapés comme l’as de pique et s’en foutent. Pour eux, même la cravate n’est plus obligatoire, sans parler des pompes.

En conclusion, non monsieur, il existe des gens qui s’habillent comme ça! Et l’intelligence c’est de se dire que des gens peuvent s’habiller comme ça. Pour deux raisons. 1- Être libéral et ouvert, c’est se dire que chacun s’habille bien comme il veut, et que le commerçant a bien raison de satisfaire une cible. 2-  Il est possible que ces habits soient utiles, à soi-même et à sa société et à la société.

A quoi bon juger monsieur. Il faut se féliciter et continuer de s’émerveiller des jolies choses!

Belle semaine, Julien Scavini

Roger Stone

Cela fait longtemps que je voulais vous parler de ce personnage, plutôt sulfureux pour ne pas dire méphistophélique. Mais je n’en avais jamais trouvé l’occasion et surtout je n’étais pas sûr que sur le blog, ce soit une bonne idée. L’homme aiguise les esprit. Et donc j’ai décidé d’oublier un peu le sujet. Mais, la mise en examen et l’inculpation aux Etats-Unis de son ancien associé, Paul Manafort, me fait dire, me fait penser, que c’est le moment propice pour mettre en lumière Roger Stone!

C’est une sorte d’influenceur, de conseiller en image et en communication, de lobbyiste, de commentateur politique, une sorte d’homme de l’ombre de Washington, des médias et de la politique. Son métier en quelque sorte, c’est le para-politique. Lui y rajoute un adjectif : le para-politique louche, et même plus encore. Ses faits d’armes. Dans la vingtaine, il fait parti des plus jeunes inculpés dans l’affaire du Watergate. Dans son dos est tatouée la figure de Richard Nixon, le président démissionnaire. Il fut un grand soutien de Ronald Reagan et est à l’origine d’une certaine prolongation du renouveau de la pensée de la droite américaine, après la première vague initiée par William Buckley Jr et son magazine National Review.

La carrière politique de Roger Stone est marquée par l’exagération et la dérive droitière. Il ne s’agit même plus de néo-libéralisme. Mais de démagogie et d’hypocrisie dans les propos. Une virulence ‘cochonne’ et vulgaire. On ne peut même pas être sûr qu’il pense tout ce qu’il dit. On finit par se demander si ce n’est pas du second degré tellement c’est extrême parfois. Il est à l’origine de beaucoup de haine à l’encontre d’Hillary Clinton (dont la fameuse théorie de la maladie cachée). On se demande comment il peut dire des choses aussi énormes, aussi fausses et les croire! Il est, enfin et surtout, le principal soutien de Donald Trump. C’est lui qui a encouragé, pendant au moins deux décennies, le milliardaire à se lancer en politique. Sa chance est arrivée l’année dernière. Si Trump l’a écarté de la campagne (en le remplaçant par Paul Manafort), Roger Stone n’a jamais été très loin, par la manigance, la non-objectivité, l’irrationalité, l’abondance d’idiotie. Toutefois, il a quitté le parti Républicain pour se rapprocher du mouvement Libertarien. C’est le paradoxe de l’homme. Très conservateur par bien des points, mais très ouvert sur d’autres sujets, de société notamment.

Mais je dérive et finis par parler plus de politique que de vêtement. L’écueil est proche!

Roger Stone est un personnage curieux. Netflix a fait un documentaire d’un plus d’une heure intitulé Get Me Roger Stone qui le suit longuement, sans commentaire. Et là, on découvre un dandy incroyable!  Je n’aime pas le mot dandy, mais là, le terme convient bien, dans une acception américaine. Il est habillé très yuppie des années 80. Son vestiaire sent bon la belle époque du vestiaire masculin. C’est même un feu d’artifice de style. Mais pas un style wasp poussiéreux, non. Je ne suis pas sûr qu’il aime les vieilles élites de l’argent, au style plus discret. Lui en rajoute. Mi banquier d’affaire, mi mafieux, mi lord anglais excentrique, on ne sait trouver le registre exacte.

Dans les années 80 et 90, ils s’habillait comme les protagonistes de Wall Street le film, toujours impeccable, costumes bien coupés et un peu amples, cravates paisley, bretelles colorées, chemises bengal. De nos jours, malgré l’âge, il cultive toujours ce goût pour le chic, avec une touche ostentatoire importante. Roger Stone est adepte de culturisme, alors les vêtements lui tombent toujours bien. Le costume en seersucker apparait comme son habit iconique. Il aime aussi le madras et les draps beige en été, les tweed carroyés en hiver. Son chapeau Homburg fait bon ménage avec ses lunettes en écaille. On ne croise pas en Europe de personnages si élégants. Ici on dirait que c’est un peu outré. Mais qu’importe, cela sent les bons faiseurs, de Paul Stuart en passant par Ralph Lauren.

Et puis j’ai découvert son tailleur : Alan Flusser. Tiens tiens… La boucle est bouclée! J’ai compris d’où venait ce spectacle visuel. L’homme est la pire charogne que la terre est portée, mais ça en jette. Il sera secrétaire général du Pandémonium dans sa prochaine vie. Toujours est-il que dans celle-ci, il possède une centaine de costumes. Il n’aurait rien de prêt-à-porter depuis ses dix sept ans et serait le meilleur maître pour quiconque veut apprendre à faire des gouttes d’eau aux nœuds de cravates. GQ et Penthouse magazines ont écrit sur l’homme m’apprend Wikipédia. Il aurait aussi rédigé des articles pour dire qu’il n’aimait pas l’ascot et les jeans. Ah, j’aime! Il possèderait de nombreuses Jaguar et a dit un jour : « I like English tailoring, I like Italian shoes. I like French wine. I like vodka martinis with an olive, please. » Un homme de goût. C’est tout le paradoxe de l’affaire. Je vous laisse vous faire votre avis !

Bonne semaine, Julien Scavini

Tout en nuances

Pour certaines personnes, le costume représente un temps passé et surtout un temps oppressant, celui de l’habit unique, signe d’obéissance et de servitude. Pourtant, à y regarder de plus près, nombreuses et variées sont les nuances. Bien sûr, une étude superficielle du sujet fait ressortir une couleur, le noir, souvent terne. Mais chez le tailleur et les bons faiseurs, les tissus sont plus précieux, plus variées.

De nos jours, au moins 70% des costumes sont bleus. Là encore, le bleu marine passe pour écrasant, mais c’est faux. Plus foncé est le bleu encre, presque noir et très habillé. A peine plus clair est le bleu air-force avec ses touches de gris, que l’on appelait bleu ardoise en France. Les italiens proposent des bleu marine assez vifs, avec une touche de violet et les anglais des bleus navy plus apaisés. Il y en a pour tous les goûts. Plus la laine est luxueuse, plus elle est lumineuse. La flanelle, grattée en surface est bien plus mat. Et plus chaude aussi, parfait pour l’hiver. Ainsi, deux bleu marine identiques pourront être différents par leur simple surface.

ILLUS144

Quant au gris, un peu moins apprécié de nos jours, à tord, il sait aussi se dégrader. De l’anthracite au gris clair en passant par la teinte moyenne – le gris souris – les nuances sont importantes. Le tissu peut être teinté à la pièce ce qui donne un aspect très uni et lisse ou par les fils, ce qui donne des nuances de fils à fils. D’où l’appellation. Les motifs caviar ou chevron apportent par ailleurs un relief et effet d’échelle important.

Avec deux coloris principaux, la penderie des hommes peut être déclinée à l’infinie. A cette question cruciale du tissu se rajoute ensuite la coupe, veste droite ou croisée, boutonnage haut ou bas, poches horizontales ou en biais. Un peu comme dans un alphabet, les ligatures des caractères donnent des pièces uniques.

Enfin, le costume n’est que la base de la tenue. Bien évidemment, il faut y adjoindre chemise, cravate, chaussettes et souliers. Certes, par simplicité, les chemises blanche et bleu dominent. Mais la cravate – lorsqu’elle est encore portée – apporte fantaisie et esprit personnel. Dès lors, cet habit, loin d’être un uniforme, devient propre à chacun. L’esprit général est cohérent et ordonné – ce ne sont pas des gros mots – et les personnalités ressortent. Même si l’esprit contemporain aime l’hybride, l’incertain et les antagonismes.

Bonne semaine, Julien Scavini

Du nouveau à la boutique, Grande Mesure

Chers lecteurs,

certains me l’ont déjà demandé mais je n’ai jamais voulu tenter l’expérience. Je n’ai moi-même pas assez d’ancienneté dans le métier et de temps pour réaliser des vestes et costumes en grande-mesure. Mais il se trouve qu’un tailleur de mes connaissances, d’un âge avancé – il est à la retraite et ne veut pas reprendre de boutique – m’a proposé de réaliser pour moi des grandes mesures. Voilà un arrangement idéal. Lui adore cela pour garder la main et l’esprit et je peux vous faire profiter d’un service d’une qualité supérieure à la demi-mesure.

Après un premier rendez-vous avec moi pour définir les contours du vêtements et prendre des premières mesures, il prend la main et réalise lui-même les pièces. Il fait aussi les essayages, vous profitez ainsi d’un œil aiguisé. La seule chose que je fais est la milanaise. Il ne sait pas la faire.

Pour avoir testé la coupe, elle est très classique. Pas étriquée, pas trop ample. Vraiment classique. Le style est au choix, cran parisien ou revers sport. L’épaule est plutôt naturelle, avec juste ce qu’il faut de padding. La manche est montée avec une cigarette (rollino). Pas d’épaule napolitaine ou de style étriqué, le maître ne fait pas. Une coupe intemporelle à laquelle je souscris totalement, dans la droite ligne du style des tailleurs parisiens.

Question tarif, on essaye d’être raisonnable, compte tenu du temps de travail, environ 60h pour réaliser le costume à la main :

2600€ ttc le costume – tissu compris

2000€ ttc la veste – tissu compris

pas de pantalon seul en grande mesure

Je vous laisse observer une de ses vestes, un tweed Donegal chiné beige. Pour ma part, je finis une veste en coton bleu pour un ami. Certes j’y arrive de temps en temps dans mon emploi du temps occupé. Mais je ne peux le faire très souvent.

 

Bonne réflexion, Julien Scavini

 

Petite réflexion sur notre temps

Je lisais cet été un livre de Paul Andreu, l’architecte qui a construit l’aéroport de Paris Charles de Gaulle et je me suis longuement arrêté sur trois citations que je vous donne :

« Comme les habits sur un corps, comme les fards et les bijoux, les matériaux du second œuvre sont utiles, nécessaires et agréables, s’ils ne trahissent pas les structures qui les supportent, s’ils sont comme elles, et avec elles, au service d’une idée générale et d’un travail d’ensemble qui prennent, grâce à eux, un sens plus complet et profond.« 

Cette première citation est typique des architectes, qui essayent de distiller une question moralisatrice à travers les bâtiments en essayant de rendre l’argumentaire universel. En l’appliquant en l’espèce au vêtement. Adolf Loos déjà dans les années 20 puis Le Corbusier ont cru bon d’impliquer l’habit dans leurs discours, avec – je trouve – une absolue crétinerie. Paul Andreu évite l’écueil ceci dit en parlant aussi du fards et des bijoux. Les accessoires donc. Qui ne devraient en effet pas dénaturer la structure sous-jacente. Pourquoi pas. Par contre, pourquoi un vêtement ne devrait-il pas trahir le corps? Au contraire, c’est une construction baroque que l’on applique à l’homme. Certes il est à sa mesure, pas hors de proportion. Il y a donc une certaine vérité. Mais ensuite, matières et couleurs sont gratuites. Pourquoi du coton plus que du polyester, pourquoi du bleu plus que du fuschia? Un costume d’homme classique est triché. On y place des épaulettes pour égaliser les épaules et rendre le mouvement de la manche plus confortable. On coupe la veste assez longue pour cacher les fesses. On donne au pantalon une aisance telle qu’on peut s’asseoir avec. L’ensemble est fait pour lisser le corps. Ce n’est pas le trahir. Au contraire, c’est peut même et souvent l’embellir. Les habits féminins sont parfois beaucoup plus baroques que nos costumes. Là, la triche est revendiquée, recherchée, par effet de style. L’architecture triche elle aussi. Elle n’est que triche d’ailleurs. Le ciel ouvert est une vérité par contre. Qui mouille. Mais passons. Penchons nous sur la suite, captivante.

« Une préoccupation très voisine est de rechercher un bon équilibre entre le coût des matériaux et celui du travail nécessaire pour les définir et les mettre en œuvre : l’importance des détails tient à ce qu’ils sont le produit d’un suite de réflexions et d’actions qui chargent la matière et la pensée. Le monde moderne, parce que le coût du travail y est devenu très élevé, a tendance à substituer la richesse du matériau à la qualité de l’étude et à celle de la mise en œuvre, et une perfection industrielle devenue une fin en soi à la qualité de l’exécution, notion moins précise il est vrai, et moins mesurable, mais dont les imperfections et les défauts, ni différents ni quelconques, parce qu’ils révèlent l’effort et l’attention, font partie intégrante.« 

La phrase est longue. Elle demande d’être reconstruite dans la tête pour en suivre le développement. Mais elle est lumineuse. Et elle peut s’appliquer au vêtement.

Car c’est toute l’histoire de l’habit jusqu’à nos jours qui défile ici. Pendant des siècles, deux choses comptaient : un matériau de qualité (donc souvent très rare et cher) et un faiseur de qualité (donc souvent rare et cher). Ainsi, seules la haute aristocratie puis la haute bourgeoisie avaient la capacité de se faire tailler des habits dans des draps de qualité supérieur. Velours de soie sous l’ancien régime ou laine de grande valeur ensuite. Les artisans étaient doués : coupeurs, apiéceurs, brodeurs etc… Les pauvres citadins et les paysans s’habillaient de seconde main. Ils ne faisaient que rarement faire et rapiéçaient souvent.

Avec la révolution industrielle et surtout depuis les années 50, ces deux critères ont disparu. Les matières sont devenues communes et partagées. C’est le progrès qui veut cela. Même le cachemire se trouve à Monoprix maintenant. Les bons artisans ont été remplacé par des usines. C’est aussi le progrès qui a voulu cela. Je ne connais pas un seul tailleur âgé qui souhaitait que ses enfants suivent sa voie. Le métier est dur. Paul Andreu le dit : la richesse du matériau et la qualité de l’exécution.

Ainsi donc, ces deux critères ont été remplacés par deux autres: le développement du stylisme (l’étude au sens de Paul Andreu) et la perfection à grande échelle (l’industrialisation). Dans notre monde, une notion est très importante : celle de la valeur ajoutée. Elle doit être égale au monde d’avant. Sinon nous nous appauvririons tous. Les stylistes passent donc leur temps à cogiter et à inventer des trucs. C’est purement intellectuel. Et ça l’est de plus en plus, un phénomène d’ailleurs décrié par plusieurs grandes personnalités dans le milieu de la mode. Cette étude détachée du monde crée de la valeur ajoutée. Le vêtement n’est plus que réflexion, développement, adéquation commerciale, cible, etc…

De même dans les usines, la montée en gamme permanente, la capacité à toujours soutenir des cahiers des charges toujours plus contraignants (perfection des lignes, montage laser, tissus techniques) devient une fin en soi, ce qui crée aussi de la valeur ajoutée.

Le tailleur qui coupait dans un joli drap onéreux a été remplacé par un styliste qui demande à une usine de couper dans un drap pas cher. Mais c’est la ligne du styliste et la qualité de l’usine qui donnent un vêtement. L’effort et l’imperfection du tailleur est gommé. Les grandes maisons de mode se retrouvent ainsi condamnées à toujours aller plus loin dans la technicité, dans la difficulté de réalisation et dans le nouveau. Pour toujours créer une valeur ajoutée par rapport au mass-market. C’est une ligne de crête dangereuse.

ILLUS142

Paul Andreu finit ainsi :

« Des rapports qu’établissent entre eux l’économie et la vie sociale, dépend beaucoup l’architecture. Celle des pays industrialisés a changé à mesure que s’est substitué au travail sur le chantier, qui était personnel et relevait de ‘l’exécution’, au sens que ce mot peut avoir en musique, l’ensemble de deux travaux de plus en plus séparés, celui de la fabrication en usine, et celui du montage sur le chantier, tous deux plus impersonnels, chargés seulement de mettre en forme des idées devenues de ce fait dominantes« .

Un dernier parallèle avec le vêtement peut être tenté : des rapports qu’établissent entre eux l’économie et la vie sociale, dépend beaucoup la mode. Celle des pays industrialisés a changé à mesure que s’est substitué au travail dans l’atelier d’un couturier, qui était personnel et relevait de ‘l’exécution’, au sens que ce mot peut avoir en musique, l’ensemble de deux travaux de plus en plus séparés, celui de la fabrication en usine, et celui de la commercialisation en boutique, par des équipes dédiées, tous deux plus impersonnels, chargés seulement de mettre en forme des idées devenues de ce fait dominantes.

Les idées dans la mode sont devenues des concepts. Les concepts ont donné naissance au marketing. Et le marketing a… choisissez vous même la conclusion.

Bonne semaine, Julien Scavini

Rondeurs et revers

Le devant d’une veste suit une géométrie ancestrale qui malgré les essais des stylistes ne varie guère. A part la veste croisé qui présente un devant rectiligne et un angle droit en bas, la veste droite a toujours le même visuel : une courbe, un méplat vertical au niveau des boutons, puis un revers qui s’épanche vers le col. La courbe du bas de la veste évolue très peu. C’est une forme gauche, enchainement de plusieurs arc de cercles qui s’enchainent par leurs rayons diraient les architectes. Une anse de panier diraient les amateurs de géométrie. Cette courbe plus ou moins aplatie, plus ou moins évasée est très ancienne. Les premières vestes courtes présentent assez rapidement cette ouverture arrondie, certainement créé pour faciliter le mouvement des jambes. A l’inverse, les vestes militaires, qui se finissent souvent à angle droit ‘volettent’ à chaque pas.

ILLUS141-2

Les vestes au dessin classique présentent généralement un arrondi peu important, presque écrasé. C’est le cas des vestes italiennes du meilleur style comme Brioni. Les faiseurs plus contemporains aiment ouvrir les vestes. Hackett m’a longtemps intéressé pour cette raison. Cela donne plus d’allant aux vestes je dirais. La courbe débute généralement au niveau du bouton du bas, celui qu’on ne ferme pas. Les tailleurs la trace à l’aide d’un sabre, sorte de règle courbe. Un col de cygne, outil aussi utilisé par les architectes fait l’affaire.

ILLUS141-1

Passé le méplat où sont disposés boutons et boutonnières, le revers se retourne gentiment sur lui-même et file vers le col. Mais le dessin du bord du revers suit aussi une géométrie variable. Lorsque le revers est remis à plat, la ligne du bord peut s’observer et se confronter à la ligne générale du devant de la veste. Classiquement, le revers file dans la continuité du méplat. C’est la façon la plus conventionnelle de tracer une veste. Dessin A.

Il est aussi possible de bomber un peu cette ligne. Cela donnera un revers plus généreux. Les italiens apprécient ce style. Dessin B.

De leurs côtés, les tailleurs parisiens ont développé une sorte de spécificité que je n’ai jamais vu ailleurs. Il s’agit de bomber la base du revers, là où il démarre. Ainsi, lorsque le revers roule, cela amplifie le mouvement. C’est une ligne très caractéristique. Je crois qu’Arnys usait beaucoup de cet artifice. L’effet est très ampoulé, presque précieux et convient assez peu à des vestes simples en tweed. Un costume très habillé convient mieux. Dessin C.

ILLUS141-5

Cette caractéristique du revers – d’être bombé ou pas – se lit particulièrement lorsque le revers est en pointe. Si la ligne est très rectiligne, cela donne un revers plutôt discret et efficace. C’est typique des modèles de Ralph Lauren. Les revers sont très fins à la base. Un variante assez rare chez les tailleurs. Dessin D. Cela donne presque l’impression que le haut des revers, les pointes s’évasent comme des fleurs qui ploient sous leur propre poids.

Chez Tom Ford en revanche, la ligne est à peine bombé. Elle est plus conventionnelle. Dessin E.

Et chez l’avant-garde italienne du Pitti Uomo, la ligne du revers est très galbé, que le modèle de veste soit droit ou croisé. C’est presque une blague à la fin, tellement les revers sont ventrus. Un style très affecté mais qui plait beaucoup ces temps-ci. Et qui plaisait dans les années 30, on parlait alors des ‘ailes de requin’. Ci-dessous trois croisés. Un très Ralph Lauren-nien, un second canonique, un troisième digne d’un faiseur de Naples.

ILLUS141-8

Vous le voyez, cette simple ligne peut avoir plein de signification. Pourtant elle est peu de chose. Diantre, l’art tailleur est plein de ressources!

Bonne semaine, Julien Scavini