Archive for the ‘Accessoires’ Category

La lavallière

26 juin 2016

Petit article aujourd’hui pour faire le point sur la lavallière, un vêtement à la fois très historique et très galvaudé !

L’idée de mettre quelque chose autour du cou, dans le genre d’un foulard noué et retombant au milieu de la poitrine est apparue sous le règne de Louis XIV. Dit-on à la suite des régiments-mercenaires croates (cravate étant une déformation de croate). Auparavant, c’est plutôt de grands collets de dentelle qui sertissaient l’encolure. La fraise en était une expression surjouée.

Sous Louis XIV apparait donc une sorte de cravate d’aspects variés. Les représentations montrent souvent la superposition d’un papillon assez volumineux (et horizontal) en velours coloré et d’une retombée (verticale) de dentelle écrue. Il n’est pas très clair dans mon idée si les deux sont liés ou si au contraire ce sont deux cravates superposées.

Sous Louis XV et Louis XVI, cette double encravaterie baroque s’arrête. La lavallière au sens historique nait ici. Il s’agit d’un long ruban de lin très fin, qui après plusieurs tours de cou montant à la manière d’un col roulé, se noue au milieu ou légèrement sur le côté. Sur le modèle exact d’un nœud papillon, à la différence que les extrémités sont laissées longues et tombantes. Le raccourcissement de la lavallière a donné le nœud papillon moderne.

 ILLUS104-1

La lavallière tire son nom de la duchesse Louise de la Vallière, maîtresse du roi Louis XIV, qui portait du temps de sa splendeur une cravate à larges pans.

Techniquement, la lavallière est donc un nœud papillon généreux dont les extrémités retombent à la manière d’un foulard. C’est un nœud qui se déploie à l’horizontal. Le mathématicien Cedric Villani semble apprécier ce modèle un peu exubérant.

L’exemple ci-dessous, d’époque romantique allemande, représente pour moi la lavallière idéale, généreuse et tombante :

ILLUS104-2

Dire que la lavallière est un nœud projetant dans le sens horizontal est un détail important.

Car fin XIXème et début XXème, ce nœud volumineux ne plait plus. Certes Baudelaire ou Rimbaud affectionnent encore les petites lavallières (presque des papillons d’ailleurs), mais la bourgeoisie cherche autre chose, une expression moins artiste ! On invente alors le nœud simple qui projette vers le bas, que l’on appelle nœud régate. Vous le connaissez tous, il s’agit de la cravate contemporaine, qui se déploie à la verticale.

Toujours au début du XXème siècle et en Angleterre, une simplification de la lavallière a donné une cravate appréciée avec la jaquette (morning coat) : l’ascot, appelée day cravat. Inventée précisément pour aller au champs de courses (au Royal Ascot), la cravate ascot a la forme d’une pagaie et non d’un ruban.

L’ascot est associée à un nœud très pauvre stylistiquement : la simplicité même, comme si l’on noue deux lacets mais sans faire les boucles. Les deux pans retombent alors bêtement et sans volume. Tout le panache de l’ascot vient de l’épingle de cravate qui donne le volume d’une main de maître. Cette épingle, pour la haute bourgeoisie et l’aristocratie est l’alpha et l’omega d’une tenue richement parée. C’est grâce aux boutons de col, de plastron, de manchette et à l’épingle de cravate que le niveau social peut se lire. Plus le bijoux était précieux et plus son porteur était riche.

Au début du siècle, vous pouviez donc nouer votre cravate en ascot ou en régate, le résultat n’était pas le même :

ILLUS104-3

Peu à peu, l’ascot a perdu son usage de cravate pour devenir un foulard de cou, porté non plus sur la chemise mais sous le col. Les années 30 semblent consacrer cet usage décontracté chic. Par là même, le mot a changé de genre, l’ascot féminin (dans le sens de cravate) est devenu l’ascot masculin (dans le sens d’un foulard). Une ascot désigne une cravate qui se noue et se forme avec une épingle, un ascot désigne un foulard qui donne le petit plus de chaleur aux messieurs élégants.

ILLUS104-4

Donc au final, ce que les français adorent porter au mariage avec une jaquette n’est donc pas une lavallière comme ils aiment à le dire, mais un ascot ! Qu’on se le dise!

Et qu’on se le dise aussi : à moins de porter une chemise amidonnée avec un vrai col cassé séparable, dans le genre Robert de Montesquiou, il est très costumé de vouloir porter un ascot à un mariage. D’ailleurs, dans les années 50, les grandes unions à la Madeleine étaient toutes en jaquette et en cravate régate, rayée ou à pois.

Notons aussi le règlement du Royal Ascot qui stipule maintenant qu’il est interdit de mettre un ascot (cravat) avec sa jaquette et que seule la cravate (tie) est autorisée. Un signe à tous les baronnets qui croient se donner du genre en portant cela!

Enfin et dans le même esprit, il faut aussi évoquer cette horreur absolue qu’est la cravallière, croisement génétique hideux entre une cravate et un morceau de soie sauvage. Une aberration que je ne souhaite même pas à mon pire ennemi !

ILLUS104-5.jpg

Espérons que ces jeux de mots et d’histoires stylistiques vous aideront à y voir plus clair!

Bonne semaine, Julien Scavini

 

 

Autour du noeud papillon

6 mars 2016

Le nœud papillon est à la mode ces temps-ci. C’est en particulier le cas pour les mariages. Les jeunes le trouve en effet distrayant et moins ‘business’ que la cravate. Mais plus rares sont les hommes qui portent quotidiennement le papillon en remplacement de celle-ci.

Pour ma part, je préfère le nœud papillon à la cravate, moins pratique. La cravate est en effet plus difficile à maitriser. Sa longueur est sujette à multiples reprises le matin et le nœud est parfois très asymétrique suivant les triplures et la dextérité.

Le nœud papillon est plus concis, presque plus mesuré dirais-je ! Il ne se balade pas partout et m’apparait comme plus discret. Paradoxalement en fait, car si son porteur se fait immédiatement repéré pour son goût de dandy, l’expression des couleurs de la soie est plus douce, car la surface est plus petite. Les motifs peuvent ainsi être plus francs (je pense à des motifs club très colorés) ou old-fashion (comme les fleurettes et autres motifs madder) sans pour autant être criards, ce qu’ils pourraient être sur la grande surface d’une cravate.

Le papillon est aussi très facile à nouer pour quiconque a pris le coup de main. Une cravate demande une plus grande dextérité je trouve.

Et puis le papillon est avant tout très suranné, ce qui par dessus tout constitue un avantage à mes yeux.

Si les moins aventureux préfèrent les nœuds déjà tout fait (je ne les en blâme pas, c’est déjà sympathique de porter quelque chose autour du cou de nos jours), pour ma part je ne tolère que les nœuds à faire ! Il existe deux formes : 1- celle qui est droite à la manière de Charvet et oblige donc à faire des nœuds assez volumineux et 2- celle qui est en forme de violon, permettant des nœuds plus pincés. Je préfère cette variante. Les modèles de Brooks Brothers m’apparaissent d’ailleurs comme les meilleurs, cette vénérable maison américaine étant mon fournisseur presque exclusif (avec Le Loir en Papillon.)

Vous pouvez télécharger les patrons en cliquant sur l’image ci-dessous :

ILLUS95-3

J’ai aussi pour habitude de transformer de vielles cravates trouvées aux puces en papillons. C’est super simple à faire et je prends plaisir à dénicher de vieux modèles rétros qui paraissent alors au goût du jour ! Voyez ce tutorial, vous pourrez le refaire si vous maîtrisez la machine à coudre.

  1. La cravate à plat
  2. La cravate ouverte. On jette les doublures et le passant.
  3. Placement des patrons. Faites en deux, celui du papillon lui-même et un autre un peu plus grand pour bien placer, car l’espace est compté ! Coupez uniquement lorsque les quatre parties sont tracées.
  4. Dans peu de coton de chemise blanc (ou percaline de fond de poche), coupez deux bandes étroites et une bande de la largeur et longueur du papillon. A- Cousez les petites bandes avec les extrémités du papillon. Réglez la longueur à ce moment là. B- au stylo, tracez le papillon lui-même, hors valeur de couture sur le grand tissu blanc.
  5. Mettez les deux faces du papillon endroit contre endroit (l’idéal est de décaler un peu les coutures des rubans blancs). Mettez le grand pan blanc et allez piquer sur le stylo en laissant un petit espace non-cousu.
  6. Par cet espace non cousu, retournez le papillon à l’aide d’une baguette chinoise. Attention à sortir les couches dans le bon sens (pour que la percale se retrouve au centre). Repassez minutieusement. Et voilà !

ILLUS95-2

Enfin, la question que me pose nombre de mariés est la suivante : quel col va avec le nœud papillon? Je répondrais tout simplement que tous les cols vont. Bien sûr, un col semi-ouvert est bien mieux. Car le fait de voir les pointes du col dépasser sous le nœud apporte un soutien visuel à ce dernier. Mais un col cut-away ou plus ouvert va bien aussi, on ne voit alors pratiquement pas le col. Les modèles à pointes rondes sont aussi élégants. Ils donnent un petit air début de siècle. Bref, vous avez le choix !

ILLUS95-1

Bonne semaine Julien Scavini

 

 

L’accord des chaussettes

28 septembre 2015

Voici une question qui m’a toujours semblé assez logique mais qui revient assez souvent chez mes interlocuteurs : comment accorde-t-on ses chaussettes. Cela ne doit donc être pas si évident que cela. Essayons de dresser un inventaire des possibles et une règle d’usage.

Il existe deux cas de figure : vous êtes en costume ou alors tenue dépareillée. Étudions la première.

Je postule de mon côté que le port du costume signifie usage de souliers noirs. C’est le plus formel en ville. J’ai recours à deux types de chaussettes alors : noir le plus souvent ou marine si le costume est bleu. C’est très simple.

 Il m’arrive aussi de mettre des souliers marron, en veau-velours avec certains costumes, bleus en particulier. Alors, j’ai recours à des chaussettes marine, rarement marron. Ma tenue est un peu décontractée certes, mais ce serait bien trop osé pour moi de mettre des chaussettes marron là, trop sport.

Vous me direz, si le costume est gris et que les souliers sont marrons. Vous me mettez dans l’embarra. (!) Je ne sais que penser des souliers marron avec un costume gris, mais je m’adapte. Des chaussettes grises me semblent le plus logique (*1).

Tirons une première règle simple : en costume, la chaussette peut être noire ou de la couleur du costume avec des souliers noirs et simplement de la couleur du costume avec des souliers marrons. Car la chaussette marron sous un costume est trop sport. Cela sous-entend que je fais référence à un costume dans un coloris urbain, c’est à dire un costume soit bleu soit gris. Un costume marron dans le goût de Berluti appelle des chaussettes marron. Si les nuances de marron sont fortes, un modèle irisé du genre de ce que fait Gallo est idéal.

Passons au dépareillé.

Avec une tenue sport dépareillée, le problème peut être résolu simplement. Car qui dit ‘dépareillé’ dit… souliers marron. Il y a des règles absolues ! La chaussette peut alors être marron. Simple et efficace.

Mais la tenue dépareillée fait cohabiter assez souvent le pantalon gris (de laine froide l’été ou de flanelle l’hiver) avec une paire de chaussures marron. La chaussette grise pourrait alors apparaître comme une possibilité. Sauf qu’à la différence d’un costume gris sur des souliers marron (voir *1 ci dessus), je trouve maintenant la chaussette grise trop habillée.

Si votre pantalon est beige, une chaussette beige est idéale et est complémentaire de la chaussure marron. Si votre pantalon est vert, une belle chaussette verte est idéale aussi. Bref, les couleurs des feuilles vont bien.

Si la tenue dépareillée est un blazer associé à un pantalon gris et souliers marrons, une chaussette marron ou bleu semble bien. Mais vous pouvez être tenté d’associer le blazer à des souliers noirs pour une occasion qui le réclame. Dès lors, la chaussette grise re-paraît une option plus envisageable. Vous voyez la hiérarchie ?

Deuxième règle simple : en tenue sport, avec des souliers marrons, les couleurs de feuilles dont le marron sont idéales pour les chaussettes, y compris si le pantalon est gris.

Vous me direz, avec ces règles, difficile de se faire plaisir. Et c’est très vrai. Le répertoire des chaussettes depuis quelques années s’est étoffé. Et aux religieux nous avons piqué leurs chaussettes. Le rouge et le pourpre sont superbes. Avec une mise urbaine sombre et classique, cette petite touche de couleur est de bon aloi. Attention toutefois, elle ne doit jamais – ô jamais – être un alibi de style. Avoir des chaussettes colorées à 20€ la paire et présenter un vieux costume affaissé et des godillots avachis est le pire qu’il soit possible de faire. On pourrait croire que vous sortez du XVIème … Non, si vous avez de l’argent, c’est votre costume qui doit présenter bien. Si vous n’avez pas trop de moyen, inutile de flamber alors avec des chaussettes de couleur. Car les chaussettes de couleur sont un signe extérieur fort. Je ne dirais pas un signe extérieur de richesse, mais c’est ostentatoire, tout simplement. Restez raisonnable, l’élégance est le raffinement dans la discrétion. Pas le raffinement dans l’étalement.

La chaussette de couleur peut donc compléter un costume. L’anthracite s’accorde à merveille du rouge pontifical quand la chaussette pourpre fait merveille associée à du marine.

Troisième règle plus élaborée : la chaussette rouge ou pourpre va avec tout mais pas avec n’importe qui.

Au delà ces règles qui tournent autour du triptyque chaussure, chaussette et pantalon, il peut être intéressant d’utiliser cette discrète cheville couverte pour rappeler une couleur de la tenue.

La chaussette peut ainsi faire un rappel de la cravate ou de la pochette, sans jamais être tout à fait sur le même ton. Le camaïeu oui, mais juste un peu ! Cela égaye le costume sans faire trop. Cette chaussette peut aussi rappeler un motif de la veste sport, comme un discret carreau coloré ou une coudière. La chaussette peut enfin apporter une couleur complémentaire ou un motif sous-jacent, comme c’est souvent le cas des tenues sport aux coloris de feuilles mortes et aux motifs élaborés (carreaux, vichy, pieds de poule, paisley etc.) On rejoint alors les règles d’usage pour la pochette. Il faut relire Parisian Gentleman à ce sujet.

Quatrième règle élaborée donc : avec les chaussettes colorées ou à motif, on fait ce qu’on veut ! Mais attention, seul des années d’expérience vous feront toucher du doigt les usages et les limites d’un tel exercice. Vous êtes alors le peintre de votre tenue ! C’est à vous de jouer.

Belle semaine, Julien Scavini

La cravate ‘ancient madder’

20 octobre 2014

Choisir une cravate est pour un élégant un moment privilégié, un instant de goût et de tact. Que ce soit à l’achat, ou le matin pour la choisir. Il s’agit de bien doser l’idée, l’humeur de la journée, du moment, que l’on veut transmettre par ce petit signe ostentatoire (de richesse). Car oui, une belle cravate, ça coute plus cher que 8€ dans le métro. A moins que vous soyez amateur de belles cravates anciennes et peu onéreuses, dénichées sur eBay.

Il est possible de choisir une belle soie unie et épaisse, très italienne, ou au contraire une cravate club, aux multiples coloris tranchés très américaine. Peut-être vous laisserez-vous séduire par un modèle en laine imprimée, parfaitement chaude pour l’hiver, ou au contraire par un natté de soie, très aérien et à l’effet changeant…

Peut-être enfin que vous tomberez amoureux – car oui le terme est juste en ce qui concerne ces modèles – par une cravate réalisée dans une soie dite ‘ancient madder’. Que qu’est-ce donc au juste ?

Il n’y a en effet pas une cravate plus reconnaissable que celle-ci ! Elle est l’esprit anglais incarné et le plus bel héritage textile qui soit.

La cravate ‘madder’ se distingue des autres modèles par l’utilisation d’une soie teintée par la Madder aussi appelée Rubia tinctoria, en français Garance des Teinturiers (avec laquelle on obtenait les fameux pantalons rouge Garance de l’Armée Française.)

Cette petite plante coutait cher et les progrès de la chimie ont permis en 1869 à l’alizarine qu’elle contient de devenir le premier pigment naturel à être reproduit synthétiquement, par BASF en Allemagne. La soie surfine teintée avec ce pigment devient mat, avec une surface presque peau de pêche, suédée ou poudrée. Les spécialistes parlent en anglais de ‘main crayeuse’ (chalk hand). La colorisation est fanée, presque éteinte. Les couleurs sont riches : jaune moutarde, rouge rubis, vert de jade, indigo, chocolat etc…

Le mot ‘ancient’ vient d’on ne sait où. ‘Madder’ est amusant en français, car il rappelle la madérisation, qui pour le vin signifie une altération de la couleur et du goût. Un peu comme les couleurs issues de la teinture, qui sont cramoisies.

La cravate ‘ancient madder’, grâce à cette texture et à ses couleurs si particulières est devenue idéale pour habiller le cou des gentlemen anglais. Dès les années 30, elle devint à la mode en association avec du tweed, en particulier sur les campus anglais ou américains. Ses couleurs flétries mais malgré tout vivantes grâce aux motifs, résonnent comme un écho aux couleurs des feuilles mortes qui tombent des arbres.

ILLUS60

La cravate ‘ancient madder’ est le plus souvent imprimée de petits motifs géométriques ou paisley. Le fond peut être éteint ou de couleur vive, les motifs agissant alors comme un contrepoids, rééquilibrant chromatiquement l’ensemble. Ils sont souvent détourés d’un fin trait noir, qui à l’instar des bandes dessinées en Ligne Claire séparent les différentes couleurs qui sont apposées par sérigraphie. Cette technique ancienne demande beaucoup plus de travail que la fabrication de soie tissée, c’est pourquoi elle était synonyme de luxe, surtout chez les étudiants. Ceci dit, l’impression numérique moderne, très facile, rend le procédé ancien plus difficile à exploiter commercialement.

Trouver une belle cravate ‘ancient madder’ est comme chercher un trésor pour les amateurs. Il faut que l’équilibre des nuances soit modéré, la couleur surannée mais pas trop. Bref, une vraie prospection ! Peu de spécialistes existent et il faut bien souvent scruter les collections pour en voir des exemplaires apparaitre. Ralph Lauren bien sûr ou Drake’s semblent toujours en proposer. J’essaye aussi d’en avoir toujours trois ou quatre en boutique, mais elles se vendent en général dans la semaine !

Et si elle est la mieux placée pour accompagner du tweed, nous pouvons noter que la cravate ‘ancient madder’ peut aussi très bien accompagner un costume de ville, suivant ses couleurs !

Dépôt vente, II

6 décembre 2013

 

Un client m’a déposé ces quelques articles de très belle facture, au cas où cela plairait à un autre client… ou à mes lecteurs. Voici ces quelques pièces:

1- Paire de gants neufs, certainement pécari, non doublé, cousu main. Taille non spécifiée, certainement 10, 60€ +10 de commission :

Gants pécari

2- Paire de gants neufs de conduite, peau bi-colore perforée, non doublé, cousu machine. Taille spécifiée, 9 1/2, 60€ +10 de commission :

Gants de conduite

3- Chapeau trilby, presque neuf, Bugarach Chapelier Paris, finement gansé avec gros grain kaki, taille 59 / 6, 100€ +10 de commission :

Trilby

4- Exceptionnel, canotier presque neuf, Robert Chapelier Malakof, paille entièrement tressée et non collée, taille non spécifiée, certainement 57, 100€ +10 de commission :P1210063

Bonbons de Noël ;)

5 décembre 2013

Elles sont arrivées !

5 octobre 2013

Les cravates pour l’hiver, 7 plis non-doublées sont arrivées. Elles sont en laine, avec des imprimés ‘ancient madder’, 9/9,5 cm de large. Des coloris à couper le souffle. Hélas peu d’exemplaires disponibles, à cause de la rareté de la matière ! 90€ l’unité, prix d’ami😉

Pape émérite et surtout coquet

11 mars 2013

A l’heure où les peuples catholiques du monde attendent la fumée blanche et la prononciation au balcon de la célèbre phrase ‘Habemus Papam‘, intéressons nous quelques instants au vestiaire de Sa Sainteté Benoit XVI ! S’il est inutile d’évoquer de nouveau son fournisseur de chaussettes  – Gamarelli – (qui ne confectionne d’ailleurs pas que ces articles), il est notable que le pape avait un goût pour l’élégance, d’esprit d’abord, vestimentaire ensuite. Et c’est d’autant plus remarquable qu’il est allemand !

Si je ne suis pas un fan des curés en soutanes dans la rue (en revanche cela a de l’allure dans le cadre d’une messe solennelle à St Eugène), il est notable que Benoit XVI a laissé revenir ce vêtement qui avait été remplacé par le moderne costume – pantalon noir depuis Vatican II. Et s’il a beaucoup œuvré pour faire évoluer l’Église d’Occident en la rapprochant de celle d’Orient, des peuples juifs et musulmans (malgré de nombreuses incompréhensions mutuelles), il est et restera comme un vicaire du christ particulièrement conservateur. pape benoit 16 chapeaux

Et sur le plan vestimentaire, évidemment, cela ne me gène guère. C’est tout de même un grand plaisir pour les yeux que de voir tous les hauts prélats du Vatican en grandes couleurs, doublés par les Gardes-Suisses, tout autant bariolés. Nous n’avons plus l’habitude de voir tant de jolis nuances de nos jours, à part peut-être au 14 juillet lorsque les militaires aussi daignent se parer de milles coloris.

Bref, un pape attaché aux traditions et qui n’a pas hésité à exhumer de vieux atours pontificaux. Signe de cela, la nomination en 2007 de Monseigneur Guido Marini au poste de maître des cérémonies liturgiques pontificales. Cet ecclésiastique est favorable à un retour à la tradition vestimentaire. C’est surtout au niveau des accessoires que se manifeste cette envie, comme par exemple à travers l’utilisation d’imposantes mitres de la fin du 18ème siècles (cf. dessin du milieu).

Ensuite, le pape étant frileux (il suffit pour cela de voir le nombre de couches de vêtement qu’il porte : chemise, gilet et veston croisé, avec entre les deux certainement un petit thermolactyl), il a besoin de se couvrir la tête. Ainsi, comme repris dans les dessins en haut, vous pouvez observer un ‘Saturno’. Il s’agit d’un chapeau d’été, couramment porté à Castel Gondolfo et qui est uniquement un accessoire non-cérémoniel (à la différence du ‘Galero’). Aussi appelé ‘Cappello romano’, il est a priori en fourrure de castor ou en feutre, mais peut aussi être de soie rouge. Il est rehaussé d’or. Il est d’ailleurs notable à ce sujet qu’il n’était pas insensible aux dorures.

Autre petite trouvaille de charme beaucoup plus cérémonielle, la remise au goût de jour (car pour le coup, il avait complètement disparu des usages depuis les années 60) du ‘Camauro’. Il s’agit d’un bonnet de laine ou de velours de soie rouge, bordé de fourrure d’Hermine. Si l’on ira pas voir s’il s’agit de vraie ou de fausse fourrure, je ne peux m’empêcher de trouver beaucoup d’attrait à ce couvre-chef. Il ressemble un peu à un bonnet de nuit ce qui n’est pas le plus élégant, mais il constitue une attention remarquable, et amusante ! Attendons de voir si le suivant en perpétue l’usage …

MàJ : finalement la tradition ne se perpétue pas pour l’instant, comme le rapporte Le Chouan.

Julien Scavini

Stiff Collar se parfume

17 décembre 2012

Aujourd’hui et à l’approche des fêtes, je vais faire un petit tour des parfums élégants et raffinés que j’ai eu le plaisir d’essayer ou dont on m’a dit beaucoup de bien. Parisian Gentleman avait déjà fait un article sur le sujet, qui sur le moment m’avait paru décalé, mais qui au fond avait été très utile, j’avais par exemple découvert Grey Flannel de Geoffrey Beene. Curieux parfum du reste. Bref à moi de vous présenter ma petite sélection, à découvrir. Difficile de vous les décrire, je ne suis pas très doué pour parler d’odeurs. Une caractéristique à l’ensemble : la note de cœur y est caractéristique d’une plante, le parfum ‘presque simple’, a l’instar des essences de fleurs ou de fruits, directement utilisées. J’accroche en effet moins aux parfums dont on ne sait vraiment ce qu’ils contiennent.

parfum 1

Le premier est GREEN IRISH TWEED de la célèbre maison franco-anglaise Creed. Cette fragrance aurait été créée en 1985, ce n’est donc pas un grand classique historique. Odeurs : Verveine, Iris, feuilles de Violette.

Le second est VETIVER ORIENTAL de Serge Lutens. Le meilleur Vétiver qui soit d’après l’un de mes clients. Le flacon est élégant du reste. La maison Lutens est jeune (l’an 2000) mais le créateur expérimenté.

Le troisième, un classique parmi les Eaux de Cologne, unisexe qui plus est : GENTIANE BLANCHE de chez Hermès. Un classique très simple, qui reste. Discrétion et raffinement pour cette essence, l’une de mes préférées. Bien mieux que Terre d’Hermès ! Dans la même série, Eau d’Orange Verte, mais un cran en dessous.

parfum 2

Le premier de cette deuxième série, un flacon que je finis et avec lequel j’ai eu énormément de plaisir : ABSINTHE VERTE de la jeune maison Kilian. Kilian Hennessy, comme son nom l’indique est l’héritier de la famille des spiritueux du même nom et pour une fois dans ce genre de cas, il a du talent ! Absinthe Verte est composée en grande partie de Lavande. Et c’est l’un des rares parfums où cette essence, subtile tient ! Un must have.

Deux, DOURO, EAU DE PORTUGAL de chez Penhaligon’s. Un délice frais mais pas si simple à décomposer car complexe : Neroli, Bergamote, mousse de Chêne etc… Un archi-classique méconnu d’une maison célèbre ! Loin des sentiers battus.

Enfin, EXTRACT OF LIMES de Geo. F. Trumper. Maison plutôt londonienne et difficile à trouver sur Paris mais enfin sur internet on y arrive. L’une des meilleures essences de Citron que j’ai eu l’occasion de tester. Il reste et dure sur la peau.

Voilà. J’espère vous avoir fait découvrir quelques essences que vous ne connaissiez pas. Essayez les si vous croisez une parfumerie… A voir et à sentir. Bonnes fêtes ! Julien Scavini

La cravate 7 plis

26 novembre 2012

Snobisme ou effet de mode, telles sont les deux premières idées qui me venaient à l’esprit lorsque j’entendais parler de cravates 7 plis. Je trouvais bien celles d’Arnys magnifiques, mais cela tenait plus aux matières et couleurs qu’au montage. Et puis je m’y suis intéressé. Car après avoir réalisé une première cravate – une 3 plis non-doublée – simplement pour le plaisir, un client en l’a voyant m’a dit : c’est superbe, mais je la prendrai seulement si elle était 7 plis. Piqué au vif j’ai été. Je me suis donc remis à l’ouvrage. Et cela n’a pas été si simple.

Premièrement car l’on trouve excessivement peu d’informations techniques sur le sujet. La cravate 7 plis semble être une invention récente, et absolument pas un modèle historique. Un ami collectionneur de mode vintage me dit n’avoir jamais vu une cravate 7 plis dans les modèles anciens. Je rappelle que les cravates existent réellement depuis le début du 20ème siècle. Et deuxièmement, car personne sur les forums et blogs divers ne semble réellement comprendre le fonctionnement des pliures. Car parle-t-on du nombre de plis ou de pans ? Il y a déjà là une différence. Ensuite, celles-ci peuvent être doublées ou non-doublées, cela influe sur le nombre total de plis, car un petit dernier (pour la propreté) n’est pas nécessaire dans le premier cas. En plus d’être doublées, elles peuvent être triplées, c’est à dire posséder une toile (de laine ou de coton ou de soie) pour alourdir l’ensemble.

Plusieurs marques en font. Les plus connues sont celles de Marinella, mais toujours en version triplées et doublées. Alain Figaret en propose aussi. Et Arnys évidemment, en non-doublées et non-triplées, version atelier avec son gros fil blanc. Drakes par ailleurs propose des cravates 3 plis non-doublées, mais entoilées à partir de la bride pour assurer un meilleur tombé de la soie imprimée, très fine. Je dois la raccourcir pour un client, j’en saurais plus sur la qualité interne mais elle est superbe.

Je me suis donc essayé au patronage de la cravate 7 plis. Et ce ne fut pas si facile. Car il y a toute une petite gymnastique d’esprit à mettre en place, entre ce qui est vu, les premiers plis, et ce qui sera à l’intérieur, pour rigidifier l’ensemble. Le résultat est très satisfaisant. Testé dans deux matières (une en laine et soie, et l’autre en soie), le tombé est superbe, et le petit point de rabattement le long des bords est amusant à faire. Mais pas de roulotté main, car je n’y arrive pas, trop technique. Un petit repli propre suffit je pense. Mais pas de réelle production encore, juste des tests. Une photo ? ICI.

Je finis avec ce schéma que j’ai réalisé pour vous aider à comprendre la différence. J’ai tâtonné pour trouver le patronage, aussi il ne peut représenter une réponse technique et définitive, juste une aide à la compréhension. Ainsi, entre une 3 plis simple et une 7 plis, vous comprendrez mieux. Et dans mon patron, la 7 plis en est vraiment une :

Vous constatez dans le modèle 7 plis la consommation beaucoup plus important de matière. Tous les petits plis, bien repliés, constituent la triplure de la cravate, lui conférant un tombé idéal et un peu d’épaisseur. La 3 plis, pour le même résultat sera triplée. Enfin en ce qui concerne l’appellation réelle, il semblerait plutôt, surtout dans le sens anglais, que le terme ‘cravate 7 plis’ désigne surtout une cravate avec de nombreux replis, que ce soit 6 (version assez courante apparemment) ou 12… A voir. Quant à moi, je m’interroge toujours sur ce que je dois produire, 3 ou 7 plis, doublées ou pas …? That’s the question. Une chose est sûre, la 7 plis recherche une certaine finesse d’esprit, l’art du pliage de la cravate au plus haut degré. Et ça, c’est très satisfaisant.

En marge de l’article, je voudrais vous donner le lien vers un documentaire d’Arte sur un des whisky d’Islay : Bruichladdich. C’est ici et pour une semaine encore.

Julien Scavini


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 850 autres abonnés