La cravate à pois

Un client me demandait récemment s’il était possible de classer le formalisme des cravates suivant la grosseur et l’espacement de leurs pois. Une question à la fois éminemment superficielle et très ardue je dirais.

Une chose est sûre, la cravate à pois, ou ‘polka dot tie‘ en anglais est la mère de toutes les cravates. C’est la plus habillée. Est-elle plus habillée qu’une cravate unie? Je dirais que oui, dans le sens où elle est plus raffinée, plus délicate, donc plus recherchée qu’une simple cravate lisse et sans relief. Avec une jaquette, c’est la cravate tout indiquée. Gris foncé à petits points blancs, elle est idéale.

Reste à savoir comment classifier les pois. J’aurais tendance à penser que plus les points sont fins et rapprochés, plus le modèle est formel. Toutefois, si les points sont trop rapprochés, la cravate apparaitra plutôt comme irisée qu’à pois. Trop fin et on sort du registre il me semble. La cravate à pois normal ne se caractérise pas par un effet optique qui moire. Les pois doivent se voir.

ILLUS160-2
A gauche, l’effet est plus géométrique qu’à pois, assez formel toutefois. A droite, la cravate est un peu plus décontractée.

Disons que la version très canonique est constituée de pois d’un à deux millimètres d’épaisseurs, espacées d’un à deux centimètres. La répartition est fine et homogène. C’est typiquement le nœud papillon de Winston Churchill. Il semble aussi que le pois blanc sur fond gris ou marine soit le plus traditionnel.

ILLUS160-1.jpg
Les grands classiques

Une fois posée cette hypothèse, toute déviation du canon devient un effet de style qui éloigne du formalisme. Il est possible 1- d’écarter les pois et 2- de faire grossir les pois, dans les proportions les plus variées. Si le pois vire au rouge, au rose, au vert sur des fonds de couleurs variés, c’est évidement plus sport.

Toutefois, si l’on prend une cravate marine à pois rouges, je dirais que le fait de rapprocher les pois renforce le côté formel. Ainsi, à taille égale, les pois rouges sont moins habillés que les pois blancs, mais si on affine les points rouges, alors la cravate devient plus formelle. Qu’en pensez vous?

ILLUS160-3.jpg
Deux cravates à pois rouges. La première est moyennement formelle alors que la seconde l’est plus.

Lorsque les pois enflent tant et si bien qu’ils deviennent des ronds, à la manière d’Otto Preminger, du Duc de Windsor ou de Tom Ford, l’effet psychédélique années 70 est alors un pur effet de style.

ILLUS160-4.jpg
Toutes les fantaisies sont permises.

A priori, les belles cravates à pois sont plutôt imprimées. La soie imprimée est plus solide dans le temps, elle s’use moins par frottement que la soie tissée. Toutefois, elle a moins la côte en ce moment, les hommes préférant le luxe des cravates tissées. Les petits pois peuvent donc être brodés. Parfois, un petit motif losangé peut se rajouter sous les pois. Pourquoi pas, la cravate n’en est que plus riche et profonde. Suivant la visibilité de ce motif, la qualité formelle variera.

Quant à savoir d’où vient le terme ‘polka’, il est apparemment hérité de la danse du même nom. Ce sont les femmes qui les premières auraient portées les pois sur leurs robes pour danser, d’où l’association et le terme ‘polka dot‘. En France, on parle plutôt, lorsque le motif est tissé, de plumetis. Reste à dénicher la perle rare !

Belle semaine, Julien Scavini

4 réflexions sur “La cravate à pois

  1. JAKES 12 mars 2018 / 22:06

    Tout de même : hommage en passant au très grand Gilbert Bécaud, porteur iconique de ladite cravate à pois et hélas un peu au purgatoire de la chanson française en ce moment..

    • Guzy 15 mars 2018 / 21:59

      Rien contre GILBERT dans l’absolu mais la cravate à pois me paraît être un sujet plus important
      Désolé ☺️

  2. ted 14 mars 2018 / 17:01

    Avez vous regarder le dernier film de Paul Thomas Anderson avec Daniel Day-Lewis « Phantom thread » ? Si oui, qu’avez vous penser de l’esthetique classique du film en général et des mises de Daniel Day-Lewis en particulier. Si non, je vous suggère de le regarder, j’ose croire que vous l’apprecierez.

  3. Guzy 15 mars 2018 / 21:56

    Le superflu, chose très nécessaire
    Voltaire, poème Le mondain
    Votre blog démontre avec brio la justesse de ce propos
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s