La veste couleur tabac

Le printemps arrive à grands pas que déjà il faut penser au vestiaire de l’été, souvent moins riche que celui d’hiver. Difficile en effet de beaucoup s’habiller lorsqu’il fait chaud. Et alors que l’hiver de nombreuses étoffes existent pour donner de la variété à la tenue comme la flanelle, le tweed, les velours et les différents tissages de laines fines, l’été est plus restreint.

Toujours utile de le rappeler, il est d’abord important d’avoir quelques bons pantalons frais et bien choisis, en laine froide, en coton ou en lin pour associer à toutes les chemises possibles.  La veste apparaît comme plus accessoire lorsqu’il fait chaud. Encore un fois l’hiver permet de la variété, alors que l’été fait sécher la réflexion des plus élégants.

Un blazer marine réalisé dans une toile aérée de laine est des plus utiles.  Polyvalent, associable aussi bien avec un chino beige qu’avec un pantalon en laine grise voire écru, il est incontournable. Le blazer peut évidemment être coupé dans un drap plus clair, bleu air-force (bleu-gris) voire bleu ciel. Un choix plus rare bien que très élégant.

ILLUS128

Quel autre fond de garde robe incontournable s’offre à vous ?

Si vous portez beaucoup de chinos bleu marine, ce qui est mon cas, vous saurez que le blazer lui aussi marine ne convient que moyennement. Dans l’optique de changer un peu, les sahariennes écrues sont toujours superbes. Les détails nombreux qui y sont cousus (poches à soufflets, épaulettes) apportent un supplément d’âme à un vêtement par ailleurs réalisé dans une étoffe assez lisse et sans relief, souvent le coton. Elles ont en revanche le défaut de se salir vite si elles sont très claires.

La veste vert bronze, une couleur un peu militaire et très à la mode en Italie est une bonne piste encore peu explorée en France.

La veste tabac apparaît de son côté comme une réponse opportune. Unie, elle est simple et discrète. La couleur tabac est un juste milieu entre le marron chocolat (une couleur qui était à la mode dans les années 2000) et le gris. Seulement, la veste grise est un peu trop typé urbain et n’offre pas beaucoup d’associations possibles, quand au marron dur il donne une mine terreuse. Or, un fil à fil léger en laine froide couleur tabac est idéalement placé sur le gradient des couleurs.

IMG_4770

Ainsi, la veste tabac passe très bien avec des chinos beige ou même bleu, dans une harmonie tout à fait italienne.  Les lainages de cette teinte sont passe-partout. C’est la polyvalence même, la veste que l’on met sans même y réfléchir.

Cette veste peut-être unie pour maximiser les accords possibles en particulier avec les chemises rayées bleu ciel. Elle peut aussi arborer un élégant carreau-fenêtre vaguement fondu. La couleur du tweed et la fraicheur de la laine froide. Pour ceux qui n’osent pas le beige clair en veste, elle offre un juste équilibre sur la balance stylistique.

Les règles anglaises classiques dissocient le registre des habits de travail et de jour des vêtements destinés aux week-end et aux loisirs. Gris et bleu d’un côté, ocre, beige et brun de l’autre. Avec une telle veste, vous vous situez avec clarté dans la seconde catégorie. Parfait pour partir en vacances, les lunettes de soleil dans la poche poitrine !

Bonne semaine, Julien Scavini

Le col de chemise très ouvert

Un client m’a récemment demandé si le col très ouvert pouvait se porter avec un costume croisé. C’est une bonne question. Y’a-t-il une bonne réponse?

C’est un fait, le col classique assez fermé n’a pas trop la cote ces dernières années. Les messieurs lui préfèrent les cols plus ouverts. Il en existe de plusieurs sortes. D’abord il y a le col semi-ouvert, que j’apprécie particulièrement pour sa polyvalence, allant aussi bien avec une cravate qu’un papillon. Ses pointes revenant vers l’avant, il ‘supporte’ mieux le papillon, obligeant ce dernier à se ternir plus droit. Pour ma part, j’aime même le col semi-ouvert en version haute.  Je ne sais pas pourquoi, j’ai tendance à trouver ce modèle plus habillé, plus habillant. J’ai le cou assez haut et celui-ci le couvre en donnant de l’allant. J’aurais tendance à penser que c’est le modèle le plus chic, celui fait pour Michael Douglas. C’est dire.

A peine plus échancré est le col cut-away si aimé des anglais et popularisé par Hackett entre autre. Le col cut-away reste un classique polyvalent qui donne du chien à la tenue. C’est un modèle de caractère qui signe instantanément l’origine de la chemise : d’un bon faiseur. Car dans le prêt à porter, ce spécimen est rare. Seuls les chemisiers anglais pendant longtemps en vendaient. Il existe aussi en version normale ou haute, bien que la nuance soit plus difficile à discerner. Lorsqu’on l’observe de haut, le col cut-away donne l’impression d’avoir été coupé par une lame, les pointes étant très exactement sur la même ligne.

ILLUS127bis

Question origine, j’entends souvent parler de col italien, de col anglais etc… Je ne sais jamais quoi répondre à cela. D’autant plus que les italiens parlent des mêmes cols en disant cols français et les anglais l’inverse. Alors… Une chose est quasi-sûre, ce sont quand même les chemisiers anglais qui ont développé ces modèles, je dirais il y a au moins un siècle. Les almanachs du XIXème présentant les cols détachables montrent des modèles cut-away déjà à l’époque. Étaient ils répandus?

Il existe enfin le col très cut-away, que j’appelle plutôt full-spread pour plein écart. Ici, les pointes sont presque rabattues sur le côté, elles sont fuyantes. C’est un col très rare en prêt-à-porter, Ralph Lauren ou Hackett en vendant un peu. Pour ma part, j’ai une seule chemise ainsi réalisée. Le modèle est très plaisant à porter et donne beaucoup de panache à la tenue. Vous passez à coup sûr pour un jeune loup de la City avec un tel col qui dégage beaucoup le cou.

ILLUS127

Par contre je suis catégorique, inutile de vouloir faire un gros nœud de cravate pour remplir tout l’espace, c’est peine perdue. Au contraire, le nœud doit rester mesuré et il sera alors possible d’apercevoir le ruban de la cravate de chaque côté. Et alors, ce n’est pas grave? C’est ainsi que Daniel Crémieux, autre spécialiste du genre présente le col full-spread.

Quant à savoir si ce modèle va avec le croisé, il n’existe aucune réponse toute faite. Je dirais que oui, mais à tester avec précaution. Car le croisé est quand même un modèle de veste plutôt fermé, qui découvre peu la poitrine. Dès lors, j’aurais tendance à penser que la chemise doit représenter cet état d’esprit classique et raisonnable et qu’un col semi-ouvert un peu haut (pour faire écho aux larges revers du croisé) sera idéal. Le col cut-away passe encore. Mais le col très ouvert ? Y’a-t-il besoin de jouer de tant d’effets ? Le croisé laisse déjà une emprunte formelle très marquée, est-ce utile d’en rajouter ? A vous de choisir.

Bonne semaine, Julien Scavini

La mode, la science et les dames

L’univers de la mode masculine classique est régi par des codes et des usages en fait assez simples, que je prends le temps d’expliquer ici. De nombreux auteurs traitent ce sujet, au fil de livres et de blogs nombreux. La conclusion des ces règles est simple : les hommes s’habillent suivant un usage lié à une occasion. C’est ainsi que le costume et les ensembles dépareillés se choisissent parmi un répertoire connu, dont on peut faire varier quelques formes et accessoires pour trouver le juste formalisme.

A l’usage (C’est ainsi, on fait comme ça) et au moment (soir, mariage, travail) se surimpose une troisième grille d’appréciation : le goût personnel. Ce goût vient principalement de l’expérience.

C’est de ce point particulier que je veux vous parler. Car à ce niveau, les dames créent toujours une très forte interférence. Quasiment à tous les coups, elles m’interrogent ainsi : pensez vous que ça lui aille ? Pensez vous que cela corresponde à ses cheveux ? Pensez vous que ça ne le fera pas trop grossir ?

Je manque à chaque fois d’exploser!

Oui oui et oui.

Les femmes s’habillent principalement suivant le moment mais avec une moindre connexion à l’usage, elles sont plus libres. Le corpus des références chez les femmes est énorme. Quand nous autres élégants référons au style anglais idéal ou au style preppy américain, nous restons très normés. Les femmes peuvent faire à peu près ce qu’elles veulent, elles n’ont pas d’académisme et ne se fie que modérément aux canons.

Toutefois, pour les aider, la presse féminine ne cesse d’inventer des règles, toutes plus abstraites les unes que les autres pour essayer de rendre logique ce qui l’est ou ce qui ne l’est pas. Et suivant les modes et les gourous, les règles changent. C’est ainsi que l’on fait la mode.

Il a les règles corporelles : femme en H, en 8, en L, en V. Il a les règles afférentes à la carnation : peau clair, peau foncé, peau comme ci, comme ça. Il y a les règles afférentes enfin aux cheveux : rousses, brunes, blondes. Il y a enfin les règles internes aux couleurs : celles qui s’opposent, celles qui vont ensemble, à l’aide de triangles, de cercles et autres diagrammes… Il faut enfin multiplier les règles entre elles… pour au final se dire que seules les plus expertes y arriveront, ce qui renvoie encore et toujours à la force de l’individualisme : certaines sont des génies, d’autres non. C’est toute la curiosité du monde post-moderne : il veut abolir les inégalités, proposer du progrès pour tous. Pour au final ériger en maître le super-individu capable de se frayer un chemin dans ce magma de pensée.

D’ailleurs, les hommes ont tendance à se laisser faire par ces méthodes. Le nombre de blog expliquant toutes les subtilités du t-shirt, des boots et des jeans, en rapport au corps et aux couleurs est vaste. C’est navrant.

Être un conservateur au niveau vestimentaire, c’est reconnaitre que personne n’est un génie (ou presque) et que dès lors se fier à des règles d’usage est plus pratique. Quitte, c’est toute la beauté des vêtements masculins, à accessoiriser sa tenue pour la rendre un peu unique. C’est toujours possible.

ILLUS126

Pour en revenir aux dames que je vois, je ne cesse de leur répondre la même chose : aucun scientifique n’a jamais prouvé que les carreaux grossissaient, aucun scientifique n’a jamais prouvé que les rayures allongent, aucun scientifique n’a jamais prouvé que le gris n’allait pas à telle personne etc…

Le répertoire stylistique des hommes est classique : gris, bleu, brun en majorité. Et quelques compléments. Dans ces classiques, tout va à tout le monde ! Tout va à tout le monde. Parceque je ne m’intéresse pas au rapport à la personne. Je ne m’intéresse qu’aux règles. Et un costume gris est normal. Un costume bleu est normal. Pourquoi dès lors n’irait il pas?

Avec ce genre d’idée, on finit par appauvrir le discours stylistique. La rayure va à tout le monde, le carreau va à tout le monde.

Pour moi, tout est dans la tête.

C’est là le point essentiel. Il est possible qu’un homme m’argumente : je n’aime pas porter de marron. J’admets cela. Je n’admettrais pas la phrase : le marron ne me va pas. Qui a dit ça?

J’admets qu’on puisse ne pas aimer. C’est un choix personnel basé sur l’expérience.

C’est exactement la même chose pour les revers en bas de pantalons. Par exemple des gens me disent : cela ne va pas au petit. Faux. Archi-faux. L’exemple de l’élégant sino-américain Mafoofan le prouve. Il porte bien les revers et ses vestes ont des revers généreux, autre exemple qui tord le cou à ce préjugé connu : il existe un rapport logique et scientifique entre la tête et les revers de veste. Non, il existe une règle tailleur qui veut que le col occupe environ la moitié de l’épaule. Après, le goût personnel s’impose, on peut aimer plus, on peut aimer moins.

Qui oserait critiquer de telles mises, sortant des meilleurs ateliers italiens. M. Mafoofan s’habille suivant les règles (costume, dépareillé, gris, bleu, beige etc…), suivant l’occasion (jour, travail, soir etc…) et enfin suivant son goût personnel, avec des mises typées. Il a envie, c’est dans sa tête… Alors je vois que ce que l’on va me répondre : ça lui fait une grosse tête… Mais mince alors. Il a une grosse tête comparativement à un corps menu. Aucun tailleur ne va dissimuler ce fait.

Il faut donc lutter contre ces préjugés idiots. Tout est dans la tête. Que vous n’ayez pas envie d’affirmer un style, je le comprends. Mais il ne faut pas se cacher derrière un dogme qui n’existe pas.

Le costume beige pour l’été est un autre bon exemple. Beaucoup de dames refusent que leurs hommes en mettent… Elles peuvent dire qu’elles n’aiment pas ça. A la place elles disent : ça ne lui va pas. Mais d’où? d’où??? Cela va à tout le monde ! Aucun scientifique n’a prouvé le contraire. Mais c’est une question d’envie. Il faut oser porter le beige. La dame peut dire : je ne l’aime pas en beige. C’est objectif. Le beige ne lui va pas est subjectif.

Les gens ont toujours peur de leur ombre. La chance : le vestiaire classique est fait pour se dissimuler. C’est un fait. On a le droit de se dissimuler. Mais je n’aime pas que l’on mette cette envie de discrétion sous la responsabilité d’un dogme qui n’existe pas…

Les gens adorent la liberté et la revendique, tout en se créant des règles qui n’existent pas (les rapports de couleur) et en rejetant des règles qui existent (les règles classiques). C’est fou.

Le vestiaire classique a quelques règles (usages, couleurs, situation) et se mêle assez facilement au goût personnel (discret ou épatant). Toutes les autres règles visant à expliquer ci ou ça sont idiotes. Elles ne servent qu’à camoufler une couardise. On a le droit de dire : je n’aime pas en porter. C’est beaucoup plus honnête intellectuellement !

Bonne semaine, Julien Scavini

Recrutement

Chers lecteurs,

dans le cadre du développement de mes activités, je recherche deux profils. Vous ferez parti d’une petite équipe soudée travaillant dans une ambiance amicale.

 

1- pour un poste salarié à temps-plein, vendeur, prise de mesures demi-mesure. 35h.

En qualité d’ambassadeur, vous aurez pour mission de vous assurer que chacun de nos clients reçoive une attention et des conseils personnalisés. Vous devrez les fidéliser et les mettre à l’aise. Vous devrez vous montrer adroit dans la prise de mesure.

Profil recherché

Vous êtes enthousiaste et dynamique, avec de bonnes qualités relationnelles et un sens du service. Je suis ouvert à des parcours atypiques et hors du commun, sans relation avec la couture ou la vente. Vous serez formés de longs mois, le plus important est d’avoir du sens-commun.
Ceci dit, je serais sensible à une expérience en couture / modélisme.

Niveau d’anglais correct qui s’améliorera sur le tas.

fig65

2- pour un stage long (2, 3 ou x mois), étudiant(e) en web-marketing / communication / publicité. Temps de travail modulable.

Dans le cadre du développement de mes activités de vente en ligne, vous aurez pour mission de développer la visibilité de l’enseigne sur internet et d’aider le responsable en poste à affiner la stratégie digitale.

Profil recherché

Vous êtes enthousiaste et dynamique, à l’aise avec les outils numériques. Vous avez déjà réalisé quelques stages dans la vente en ligne.
Niveau d’anglais correct.

CV + lettre motivation (courte) à renvoyer à :

tailleur@scavini.fr