Carreaux et manteaux

C’est un fait, le temps n’est pas clément à Paris et dans le nord de la France en général. La semaine dernière, pluie sur pluie, avec des températures plutôt fraiches. Mais pas de quoi sortir un manteau tout de même, l’air étant trop moite. Je repensais alors au commentaire d’un de mes clients : j’ai bien du mal à porter vos (mes) costumes. Au bureau, tout le monde est en bras de chemise, et dans le métro, il fait trop chaud. Il me faudrait un manteau ajusté comme une veste, léger pour le printemps.

Que voilà un bon concept pour la mi-saison et lorsque la veste est superflue dans le cadre professionnel ou de loisir ; mais que pour autant l’on souhaite rester digne, disons un peu british. Je vous passe sur la forme de cette commande, toujours est-il que l’idée m’est restée. Elle m’est d’autant plus restée que le manteau est une belle pièce, quasi-oubliée maintenant et que l’on a rarement la chance de réaliser chez les tailleurs. Une pièce qui tombe souvent bien, et peut même se révéler d’une grande fantaisie.

Par exemple, il était tout à fait courant de posséder ( dans une garde-robe élégante et plutôt typée campagne ou sport automobile ) un grand manteau à carreaux. Si le manteau à rayures m’a toujours laissé perplexe, celui à carreaux peut vraiment se révéler intéressant, surtout si vous lui ajoutez un dos à complications. Par exemple, une martingale simple ou double pièces avec boutons, un pli milieu dos ou des plis pincés etc… Téléchargez le zip avec les illustrations d’Apparel Arts pour vous en rendre compte. Une merveille. Souvent de grands manteaux raglans du reste. Le raglan d’ailleurs, qui est si confortable. Bien plus qu’une manche montée, mais un cran moins élégant je vous le concède.

Niveaux carreaux, les doublures ne sont pas en reste. Je pense notamment à une tradition anglaise de la campagne, où il n’était pas rare de faire doubler les vestes d’équitations et de chasse à courre en drap de laine Tattersallchecks. A la place de la laine, nous pouvons maintenant utiliser le twill de coton, qui s’il est un peu gratté, peut se révéler très doux. La tradition s’est poursuivie et je tiens les intérieurs de manteaux à carreaux ou à petits vichy pour des exemples du meilleur goût, particulièrement dans un registre sport. Le manteau de ville, évidemment, s’adapte moins à cette fantaisie. Ce style de doublage s’est hélas quelque peu perdu avec le temps, mais si vous regardez de près des modèles et publicités des années 60, vous trouverez beaucoup d’exemples. D’ailleurs, ce n’est pas anodin si Burberry’s a fait une telle fortune sur un si petit bout de doublure en tartan…

Julien Scavini

3 réflexions sur “Carreaux et manteaux

  1. Le Paradigme de l'Elegance 26 juin 2012 / 21:57

    Bonjour Julien,

    Très beau manteau sur cette première illustration !

    Concernant l’interrogation à propos d’un manteau portable en été, il y a la possibilité d’une doublure amovible prenant la forme d’un gilet sans manche à zipper/boutonner, très pratiques et rendant le manteau polyvalent. Certains modèles prêt-à-porter d’imperméables en étaient pourvus chez Old England -faits en drap de laine à carreaux, très chaud-, chez Uniqlo, imperméable de même, et chez Barbour avec les vestes de coton ciré, mais les exemples restent marginaux. Face à cette pénurie, il reste toujours la mesure.

    Amicalement,

    LPDE

  2. Le Chiffre 1 novembre 2012 / 12:02

    Très intéressant article. Je suis entièrement d’accord avec vous sur les manteaux « sport » (les car coats ? ou est-ce tout autre chose ?) à carreaux ‘ (ou même sur un manteau croisé uni type polo coat ou Chesterfield d’ailleurs), type Gken Urquhart par exemple, avec des plis dos et/ou une martingale, c’est superbe. On en trouve jamais en pap, sûrement car c’est bien plus complexe à faire que les manteaux mi-cuisse qu’on nous propose… On en voit d’ailleurs quelques-uns dans La Règle du Jeu (on revient toujours aux classiques 😉 ) ^^
    J’avais une question sur la manche raglan : elle est normalement assez tombante, contrairement à une manche montéee qui sera plus structurée, non ? Car j’ai vu un manteau (de type polo coat) avec des manches raglan, et des épaules quasi-horizontales ! (les manches aussi étaient très larges, ce qui donnait une carrure… bien carrée) Comment est-ce possible ? Beaucoup de rembourrage, peut-être ? De plus, malgré ses manches raglan, la silhouette du manteau n’était pas en « poire », alors que c’est quasi – systématiquement le cas quand le manteau a des manches raglan, je crois… Bref, curieux. Une prouesse d’un tailleur, peut-être ?!

    • Julien Scavini 5 novembre 2012 / 17:08

      Il existe plusieurs types de raglans. Certains peuvent être rembourrés, why not. Sur les Polo Coat et autres manteaux spécifiques, il s’agit quelques fois de manches marteaux, mi raglantes sur le devant, mi montées sur l’arrière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s