La laine est elle imperméable?

Telle est la question que l’on me pose assez souvent à propos des manteaux. La réponse la plus simple et directe est de dire non. Sur le principe, la laine n’est pas imperméable.

D’autant plus que de nos jours les draps ne sont pas tissés de manière très serrée, ni de manière trop lourde. Il est en revanche vrai qu’au XIXème siècle, les draps étaient si denses, les fils si rapprochés, qu’ils devaient d’une certaine manière empêcher l’eau de pénétrer. Dans le passé, j’ai eu à restaurer plusieurs habits de cette époque. Ces tissus sont si impénétrables que même l’aiguille n’y rentre pas facilement. Je me souviens en particulier d’une cape qui me donna bien du fil à retordre. Le tissu était si serré d’ailleurs, qu’en fait, les tailleurs ne s’étaient pas embêtés à faire un ourlet tout autour, le tissu était tout simplement laissé à vif. Bord franc comme on dit. Aucune trace d’effilochure après un siècle tant les fils étaient entrecroisés solidement.

Chez les drapiers anglais en particulier, les draps contemporains frisent parfois les 1000grs au mètre. Chez Holland & Sherry ou Dugdale Bros’, leurs sélections 860 ou 780grs doivent être assez résistantes à l’eau je crois. Une telle épaisseur, il faudrait vraiment des litres d’eau pour les détremper.

Tout le sujet est là. A priori, un manteau de ville n’est pas fait pour être détrempé. Car un parapluie doit être là pour le protéger. Ce n’est pas un manteau de marin-pêcheur ! Eux ont ce qu’il faut. Le manteau d’un tailleur, coupé dans un drap lourd, résiste un peu à l’eau, oui. Il ne va pas se transformer en éponge. D’autant que la laine par son tissage ou son apprêt peut devenir légèrement hydrophobe. Les draps à loden par exemple sont un peu étanchéifiés. Pour une usage raisonné et raisonnable encore une fois !

Si vous commandez un beau manteau chez un tailleur, c’est la chaleur et la prestance qui comptent.

Parfois, quelques clients se demandent si le cachemire en particulier craint l’eau. En aucun cas une matière naturelle ne craint l’eau. Ce qui est certain, c’est que la matière luxueuse n’est pas hermétique et qu’elle prendra plus facilement l’eau qu’un drap de laine robuste. Si le cachemire sèche convenablement, un petit coup de brosse et tout rentrera dans l’ordre. Il ne va pas friser comme de l’astrakan !

Reste que les drapiers, tout de même, se sont intéressés à rendre la laine plus résistante. Il n’y avait aucune raison qu’ils se laissent distancer par les industriels de la pétrochimie.

La première recherche permit de rendre les fibres hydrophobes et déperlantes. Cette recherche fut aidée par l’arrivée des fibres longues de laine mérinos. Plus les fibres sont longues, plus l’eau naturellement a du mal à pénétrer le tissu. C’est pourquoi d’ailleurs certains drapiers proposent des laines à costumes naturellement déperlantes. Si la laine rejette l’eau, sous une grosse ondée toutefois, elle ne pourra pas résister à ce que l’eau passe entre les fibres.

La seconde recherche fut plus orientée donc vers l’étanchage du drap. Le but, que l’eau ne pénètre pas. Et encore mieux, que le vent n’entre pas. Les k-ways et autres coupes-vents furent très à la mode dans les années 90. Les gens adoraient leur légèreté. Mais pour les drapiers, cet aspect plastique n’était pas de bon augure.

Loro Piana présenta dès la première moitié des années 90 son procédé « Storm System ». Une membrane collé au dos du tissu de laine apporte deux bénéfices : elle est coupe vent et étanche. Ce fut une révolution, où comment avoir le bénéfice, l’allure souple et moelleuse de la laine, tout en étant aidé par une membrane invisible. Avec le temps, cette couche s’est vue ajouter une autre qualité, celle de la respirabilité, pour laisser sortir la vapeur d’eau dégagée par le corps. Le rêve, parfois y compris en cachemire et alpaga ! Ou en Vigogne, je suis sûr qu’il le font…!

Il est probable que Zegna ait aussi son procédé. Et chez Vitale Barberis Canonico, ce procédé a aussi été implanté. Nom officiel « Earth, Wind & Fire ». La membrane polyuréthane a la qualité d’être teinté pour pouvoir réaliser des vêtements non-doublés, où l’intérieur tranche avec l’extérieur. Fantaisie amusante. Tous les tissus V.B.C. peuvent être ainsi traité, y compris des laines fines, pour la confection d’anorak très souples. La division vente au détail de V.B.C., Drapers, vend seulement une petite sélection de ces draps, soit de la flanelle, soit des whipcords

Seuls les grands-comptes pendant longtemps avaient accès à ces procédés complexes, qui nécessitent des commandes volumineuses, pour le prêt-à-porter. Les doudounes et autres parkas techniques en flanelle ont fleuri. Depuis quelques temps, les drapiers commencent à distiller ces tissus, assez coûteux d’ailleurs, chez les tailleurs, qui dès lors peuvent aussi les vendre. De quoi relancer le marché du pardessus, de plus en plus faible en mesure ?

  Bonne semaine, Julien Scavini

13 réflexions sur “La laine est elle imperméable?

  1. francefougere 18 janvier 2021 / 19:37

    Merci pour vos propos toujours si instructifs. Bonne semaine, au sec, si possible 🙂

    • Julien Scavini 19 janvier 2021 / 15:14

      Ah, vaut-il mieux de la pluie pas trop froid ou de l’air sec glacial… hummm?

      • francefougere 19 janvier 2021 / 20:12

        Légèrement sec et chaud s’il vous plait 🙂

  2. Prigent 19 janvier 2021 / 08:14

    Merci j’ai appris beaucoup de chose dans votre article. Très bonne année.

    • Julien Scavini 19 janvier 2021 / 15:14

      Merci. Bonne année à vous aussi.

  3. Francoise W. 19 janvier 2021 / 09:24

    C’est un plaisir toujours renouvelé de vous lire et ces informations techniques ouvrent le champs des possibles : je savais que les draps à membrane existaient, notamment dans l’univers du ski, pour les fabrications très haut de gamme, je ne savais pas que les fabricants italiens proposaient une telle variété de tissus à membrane, qui plus accessible au simple mortel. Encore merci !

    • Julien Scavini 19 janvier 2021 / 15:13

      Et oui. C’est assez cher mais vous pouvez en coudre à la maison 🙂

      • Francoise W. 19 janvier 2021 / 15:16

        Comment avez-vous deviné ? 🙂

      • Julien Scavini 23 janvier 2021 / 21:32

        Les dames qui commentent un blog d’élégance sont probablement couturières 🙂

  4. Guillaume 20 janvier 2021 / 17:24

    Légèrement hors sujet puisque je parle de casquette et non de manteau.
    J’ai acheté une casquette « Harris Tweed » en Ecosse. Je l’ai déjà porté sous une pluie battante : rien ne passe tant le fil de laine est serré !
    Il faut dire que dans les Hébrides, ils ont une certaine expérience de la pluie 😉

    • Julien Scavini 23 janvier 2021 / 21:32

      C’est bien vrai 🙂

  5. Thierry SAINT JEAN 25 janvier 2021 / 12:58

    Merci pour cet article. Adepte des longs manteaux il est vrai que c’est plus la prestance et la forme que je privilégie pour mes mesures mais du coup je penserai aussi à la pluie la prochaine fois ! 😉

  6. Boris 13 février 2021 / 15:05

    Bonjour. Merci pour cet article ! Je me demandais si vous aviez une recommandation de référence qui concerne uniquement la matière/le textile. Je suis intéressé par accumuler des connaissances sur des choses comme les différents types de matières/tissus/tissages/motifs qui sont utilisés (pour l’habillement en particulier mais pourquoi pas au-delà), leur histoire, leur fabrication et leurs propriétés.

Répondre à Guillaume Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s