L’emmanchure d’épaule

La naissance de la manche au niveau de l’épaule est véritablement une prouesse technique développée par les tailleurs au fil des siècles, qui consiste à raccorder des éléments planaires, coupés circulairement, pour créer une structure tridimensionnelle: la tête de manche! Et il convient évidemment de ne pas faire apparaitre de plis, de bosses, bref d’irrégularités au niveau du roulé de raccordement. Deux grandes écoles existent d’ailleurs à ce sujet, le spalla camisia italien (peu de rembourrage d’épaule, et une ligne fuyante, monté, dixit le traducteur: comme une chemise) et le plus courant, con rullino, càd (ndt) avec un roulé, plus ou moins accentué, plus ou moins profond, pouvant parfois donner lieu à d’horribles épaulés très marqués (un peu à la star trek), très apprécié de certains vieux tailleurs parisiens.

Mais bien souvent, un détail passe à l’attrape avec les confectionneurs: la hauteur de l’emmanchure, à savoir la hauteur séparant votre épaule de votre aisselle, mesure qui est souvent peu importante, à moins de stocker des masses adipeuses à cet endroit. Ce détail qui est l’apanage exclusif de la grande mesure (car il est impossible à faire en retouche sur du PàP, même de luxe, et rarement pris en compte dans la semi-mesure) permet de resserrer au maximum la tête de la manche, lui conférant une petite ouverture. Cette façon de coupe permet de gagner de manière inénarrable en confort et en aisance, dans les mouvements. Vous pourrez ainsi lever vos bras sans faire bouger les pans de la veste ou même les épaulettes. Votre veste restera en place, comme le montrait avec brio Fred Astaire, dont les emmanchures étaient soigneusement réduites.

Il existe un petit test simple pour apprécier le confort d’une veste grande mesure: lever les bras comme pour accrocher un tableau au mur, il ne faut pas que la veste bouge: Certaines professions ont d’ailleurs un besoin criant de bonne façon à cet endroit précis, notamment les musiciens, dont les violonnistes ou encore les chefs d’orchestres. Ils ont une nécessité évidente de lever les bras sans que cela fasse bouger leur frac ou leur smoking, car assis ou debout, cela est du plus mauvais effet, en particulier lorsqu’ils portent des chemises plastronnées et empesées. Pour pallier à ce problème, les bons tailleurs coupent la base de l’emmanchure sur la veste de manière plate, comme un méplat, ce qui crée après montage de la manche une sorte de repli de tissus, à la manière d’un soufflet qui permet de gagner en aisance et en capacité de mouvements. A gauche la coupe classique, à droite celle des musiciens:Bonne fin de semaine!

Et Stiff Collar s’excuse pour le long délai entre les articles, la période de l’Avant étant généralement mouvementée par les préparatifs festifs. Je prépare du reste un article pour Noël, richement illustré, qui je l’espère vous plaira…

2 réflexions sur “L’emmanchure d’épaule

  1. Muskar 21 décembre 2009 / 12:56

    Bonjour,

    L’épaule « Con rubino » dont vous parlez ci dessus est elle la meme que l’épaule « con Rollino » dont parle PG dans son article du 9 juin 2009, à savoir une variante de l’épaule napolitaine qui fait ressortir la tête de manche un peu au dessus de la ligne d’épaule, et qui semble assez à la mode actuellement, ou bien est-ce tout a fait autre chose ?

    Cordialement

    • ducerf 22 décembre 2009 / 00:12

      Simple erreur de frappe et de correcteur d’orthographe… Il fallai effectivement comprendre con Rollino.. merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s