Les cols de Stiff Collar

Ce soir nous allons tenter de faire le tour des différents cols de chemise que l’on peut trouver sur le marché, plus ou moins courants, plus ou moins chics, plus ou moins modes. Je dis tenter, car le nombre de possibilité est sidérant, surtout depuis l’avènement des chemisiers industriels à votre mesure. Je tenterai également de nommer correctement les cols, ce que les vendeurs ne savent pas bien souvent faire…

Premier tableau:

A- Le col classique, ou col français, avec une petite ouverture. La version B est plus authentique, avec les rabats du col qui partent du même point, en haut du col, ce qui donne un effet ‘hirondelle’, comme les modèles de Lino Ventura dans certains films. C, le col à pointe ronde, détail transférable sur d’autres types de col.

D- Le dérivé du col français, mais boutonné, appelé col américain ou button down (nous partageons beaucoup de détails sartoriaux avec nos amis US). Inventé par Brooks Brothers dans les années 30 pour les joueurs de Polo, il s’est largement démocratisé pour son côté pratique et décontracté. PS: ne le portez pas avec une cravate au travail, c’est tout à fait déplacé.

E- Le col semi-italien (j’insiste sur le préfixe semi). C’est peut-être le col le plus répandu, tout à fait ‘business’ et de très bon goût.

F- Le col italien 1 est le col premier col spread aussi appelé col cut away. Spread signifie étendu et caractérise la largeur d’ouverture qui dégage largement la base du cou. Ce col est aussi très marqué business. Son origine se trouve en Italie (d’où il tire son nom) mais ce sont les anglais qui l’ont démocratisé au début du siècle avec les premiers voyages touristiques en terre romaine. Certains vendeurs l’appellent col anglais, ce qui n’est dès lors pas faux, même si le col anglais est un autre modèle (H et I)…

G- Le deuxième col spread (ou italien) est le col full spread. C’est l’étape ultime de l’ouverture de cou, très prononcée, très chic, necessitant de bien nouer la cravate en place, très à la mode actuellement.

H- L’un des premiers cols dit anglais est le col boutonné sous patte. Il est semblable dans son rendu au col boutonné (I), cet autre col anglais, très formel, qui donne un petit côté old school, ou même pire… hautain (cf. Dominique Paillé…)

J- Le col officier, avec un bouton sur le pied de col ras.

K- Le col mao, sans bouton sur le pied de col mais une fente.

L- Le col Charvet (sans garantie). C’est un col un peu mode, par forcément nouveau, porté notamment par Ozwald Boateng qui est caractérisé par sa ligne brisée.

Et enfin, les deux derniers cols sous-nommés M et M sont dans l’ordre: le col à lavallière et le col cassé. Le premier possède des points allongées, créant un effet de col classique sur l’avant, à la différence du second, très caractéristique avec ses deux petites pointes qui passent au dessus du nœud papillon (ou de la cravate)…

Pour finir ce petit tour, sachez qu’un col classique et de goût possède des dimensions modérées (comme les gentlemen). La hauteur normale du pied de col est de 3 cm et les pointes de 7 cm, pour les cols business notamment… Les cols à deux boutons en pieds seront plus hauts, et ceux à trois boutons à proscrire, car trop ‘matuvus’ de notre avis, de même que les modèles surpiqués en couleur. Les types les plus chics sont souvent ceux qui présentent de légers effets de froissements, de plis au repassage, que l’on ne trouve plus du fait de l’usage de toiles thermocollantes. Les cols sont habituellement remplis de toiles de percaline (coton fin), piquotées comme des cols de veste.

Plusieurs maisons proposent à Paris des chemises réellement sur-mesure (càd au sens de la loi: réalisée avec trois essayages au moins, dans des méthodes artisanales): Courtot, Lucca, Charvet, Demagne, Rolly. Les deux premiers proposent des tarifs moyens (commençant à 200€), le troisième des tarifs bien plus chauds! Pour ce qui est des fabricants industriels, internet en regorge, régalez vous! Sinon Hilditch & Key, Lanvin, Hermès, Old England, Brooks Brothers proposent de bons produits PàP.

14 réflexions sur “Les cols de Stiff Collar

  1. ken Molla Manca 9 décembre 2009 / 15:16

    je finis mes études à milan actuellement et c’est toujours amusant de remarquer que ce qui pour nous (français) est un col italien…est ici appeler col français…

  2. Le Chouan 9 décembre 2009 / 18:59

    « Aider » !

  3. Le Chouan 9 décembre 2009 / 19:56

    Oui, les « désignations patriotiques » sont sujettes à caution. L’important, c’est de connaître les formes. Merci à SC de clairement nous aider !

  4. Bourguignon 9 décembre 2009 / 22:10

    Bonjour.
    Merci pour cet intéressant article qui a le mérite de mettre en ordre nos connaissances. Les dessins aident à bien comprendre, ici comme dans tous vos articles. Poursuivez votre oeuvre de pédagogie, si agréable à s’approprier.
    Une petite question, je recherche, malgré vos réticences à son égard, une chemise à col anglais. Dans l’idéal, je la voudrais avec des rayures bleues foncé et des poignets mousquetaires. Sauriez-vous où il est possible d’en trouver en PàP de qualité et à prix raisonnable à Paris? Je suis allé chez Hackett, boulevard des Capucines et juste en face, chez Old England. Les premiers n’avaient que des cols anglais blancs et les seconds ne le font qu’en demi-mesure…

    • ducerf 9 décembre 2009 / 23:36

      En PàP aucune idée à vrai dire, la mode pour ces cols s’étaient éteinte en même temps que les années 80… l’une revenant à la mode, l’autre suivant… Sinon en mesure industrielle, je dirais Pernac, qui possède une boutique à Paris 15ème… Je ne porte pas cette maison dans mon coeur mais pourquoi pas si vous tenez à ce modèle… Essayez Hilditch & Key rue de Rivoli sinon..

    • Philippe GOZARD 20 octobre 2010 / 21:14

      Bonsoir,

      J’ai été un incoinditionnel du col anglais il y a de cela quelques années.
      Je me fournissais en PAP chez Alain FIGARET qui disposait d’un très large choix.

      Je profite de ce commentaire pour vous féliciter et vous remercier pour la qualité de vos articles.

  5. Wis 11 décembre 2009 / 14:20

    Article toujours très intéressant et toujours très bien illustré. Merci.

  6. L'amateur professionnel 16 décembre 2009 / 13:46

    Oui, merci de cet article qui se fonde sur une vraie connaissance du domaine. Je regrette juste qu’un anglophile comme vous ait omis l’imperial collar. 🙂

    Il est vrai qu’il ne se porte plus guère… Mais avec une SB dinner jacket, il s’avère pourtant infiniment plus élégant que ces ridicules petits cols cassés montés à même la chemise et qui semblent être, aujourd’hui, la règle (hélas). Son port, assez inconfortable au demeurant (il faut bien le reconnaître), garantit toutefois un port de tête altier en toute circonstance !

    Pour les amateurs, voici un lien vers le site de Luke Eyres qui les vend encore :

    http://www.luke-eyres.co.uk/(vaggh5zm5raoukya33hp4245)/Pages/EnquiryPages/EnquiryPage.aspx?ProductName=Imperial%20Collar&id_product=16&SubCategoryName=Specialist%20Collars&id_subcategory=1&CategoryName=Collars&id_category=1

  7. marie 15 mars 2010 / 20:52

    Je trouve ces informations très intéressantes, tant sur le plan intellectuel, que sur le plan vestimentaire, surtout en domaine de patrons. Très difficile à trouver . . .
    cet article est d’une grande utilité et fort agréable.

  8. Benoit 30 août 2012 / 17:36

    Bonjour Monsieur,

    Je vous remercie pour vos articles qui sont clairs et instructifs. J’ai cependant une question concernant le col anglais : j’ai vu des cols fermés, non pas par des boutons, mais par une barre transversale allant d’un d’un bord libre du col à l’autre. Est-ce une aberration ? Cette barre a t-elle un nom ?

    Cordialement,
    Benoit R.

    • Julien Scavini 3 septembre 2012 / 19:57

      Non ce n’est pas une aberration. C’est tout à fait classique. Il existe la barre à clipser sur les bords du col et la barre qui transperce le col. Dans cette dernière option, plus chic, il faut que le col arbore deux petits trous brodés, pour y insérer la barre.
      Je ferai un article plus complet à ce sujet alors.

  9. Lewis 25 janvier 2013 / 17:22

    Bonjour,

    Bravo pour la qualité de vos articles !
    J’ai cependant une question,
    La percaline présent dans le col et les poignets est « piquoté » sur le dessous de col au point de chevrons ?

    Cordialement.

    • Julien Scavini 28 janvier 2013 / 16:28

      Non, pas comme un costume 😉 Simplement une percaline rigide qui est intercalée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s