Le col blanc

J’en vois de plus en plus dans le métro le matin : le col blanc reviendrait-il-en force ? Je me le demande. Si la chemise blanche semble tomber peu à peu aux oubliettes – et c’est bien dommage – le col blanc rattrape un peu cela, pour le moment. Étudions quelques instants le pourquoi du comment.

Si vous relisez un très ancien article du blog, ICI, vous retrouverez quelques éléments sur la spécificité des cols détachables. Ceux-ci étaient blancs, d’un blanc immaculé et brillant, permis par l’amidonnage. Au début de ce siècle et surtout dans les années 20 et 30, la mode était aux chemises rayées et très colorées. Parfois trop pour le goût de nos jours. La rayure bleue – parfois horizontale – était un grand classique, et cela dans de multiples couches de la société. Les chemises sans cols que l’on peut appeler tunique possèdent un petit pied de col, similaire à un col officier. Sur celui-ci était fixé le col dur par l’intermédiaire de deux petites brides métalliques ornées. Et seules les plus hautes couches de la société en mettaient un. Son entretien était couteux. Le simple ouvrier se contentait de sa tunique (que l’on a plus tard appelé à col mao, peut-être une référence communiste ou socialiste?, qui s’apparente de nos jours à quelque chose de décontracté, donc de populaire…?).

A.01 Layout _ Layout

Il y a bien eu une mode temporaire pour le poignet amidonné séparé, mais elle fut très courte. Si bien que sur les vieilles chemises, les poignets sont quasiment toujours du même tissu que le corps. Seul le pied de col et donc le col séparé sont blancs. Je ne saurais dire à quelle époque est apparue véritablement la mode du poignet blanc en complément du col blanc. Une chose est sûre, les années 80 ont consacré cela !

De nos jours, vous avez le choix. Soit le col et les poignets blancs, soit le col seulement en blanc. J’opte assez souvent pour cette dernière variante que je trouve plus discrète, en un mot plus raffiné. J’utilise en complément des poignets simples à boutons de manchette, et non des poignets mousquetaire, que je trouve trop volumineux. Question de goût, absolument ! Du reste, le poignet mousquetaire est pas mal en blanc avec un col blanc.

Enfin, notons que dans tous les cas, le col blanc doit compléter un tissu plutôt rayé – pourquoi pas uni, mais l’effet est moins net – où une couleur autre que le blanc doit dominer. Les rayures un peu épaisses sont ainsi plus indiquées que les rayures fines, à moins qu’elles ne soient très rapprochées. Je rajouterais aussi que le col blanc ne se porte pas avec des souliers marrons. Ce serait un contre-sens absolument. Le port du col blanc étant un signe distinctif de l’élite, mélanger cela avec une chaussure d’un cuir sport serait passablement bizarre…

A vous de choisir ! Bonne semaine, Julien Scavini

10 réflexions sur “Le col blanc

  1. Le Paradigme de l'Elegance 21 octobre 2013 / 18:55

    Bonjour Julien,

    Les poignets simples à boutons de manchettes ne sont-ils pas les plus formels qui soit, à porter uniquement avec une chemise à plastron amidonné et col détachable ?

    Amicalement,

    LPDE

    • Julien Scavini 22 octobre 2013 / 11:16

      A priori, ils sont indiqués en toutes circonstances, étant bien antérieur aux mousquetaires. Mais il est vrai qu’une déformation moderne nous a légué le ‘barrel cuff’ comme un poignet de cérémonie.

  2. Massimiliano Mocchia di Coggiola 22 octobre 2013 / 11:52

    Par rapport au poignet blanc, cela est une « mode » americaine. C’est pour cela que les chemises americaines de l’epoque, et meme modernes, avec le col blanc, on aussi les poignets blanc, mais celles de marque anglaise on les poignets du meme couleur que la chemise (et cela est generallement vrai encore aujourd’hui). Ceci dit, cela n’est pas une mode mais un usage qui etait europeen aussi, seulement il est resté aux USA plus longtemps qu’ici; regardez les portraits des notables du fin XIXeme, vous verrez que leur poignets sont amidonnes autant que leur cols (donc forcement detachables).

  3. wlspencer 22 octobre 2013 / 14:00

    Article intéressant mais permettez une petite précision.

    Historiquement il ne s’agit pas d’un effet de mode mais d’un coté pratique c’est à dire changer les cols et poignets de chemises une fois ces derniers élimés ; la couleur ayant perdu de son intensité impossible de les découper dans un tissu neuf le blanc devenait donc fort utile… Si l’on se réfère à James Darwen c’est une pratique à éviter en effet elle fût reprise par les américains et les banquiers (d’où le nom de col financier ?) gens qui détiennent peu de goût d’après notre auteur fétiche.

    Enfin je ne comprend pas la justification de ce système dès l’achat d’une chemise neuve et qui plus est lors d’un prêt à porter et m’arrange toujours avec mon chemisier pour avoir des pans extrêmement long ce qui permet de retailler un col et des poignets tout en ayant la même intensité de couleur.

    Amicalement

    LOUIS

    • Julien Scavini 22 octobre 2013 / 15:44

      Tout à fait pour le côté curieux de faire cela en neuf et que ce n’était pas un effet de mode à l’origine ; comme énoncé dans mon vieil article. Et +1 pour les pans longs 😉

  4. Nera 4 novembre 2013 / 16:08

    Personnellement je préfère la variante col et poignets qui permet un rappel de couleur sympathique quand on porte une veste, mais c’est effectivement une question de gout.

  5. EG 18 novembre 2013 / 17:22

    Bonjour Julien,
    J’ai remarqué qu’auparavant les hommes portant la cravate avaient un col de chemise qui épousaient la forme de la cravate. Comme sur cette image http://bit.ly/183u6Ku, pourtant il ne me semble pas remarquer de boutons de cols. Les baleines passent-elles sous la cravate ?
    Bien cordialement,
    EG

    • Julien Scavini 19 novembre 2013 / 18:33

      Je ne pense pas qu’il y avait des baleines… ?

  6. Morgan L 4 janvier 2014 / 17:35

    Bonjour,
    Tout d’abord mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année !
    Un détails me donne à réfléchir dans votre article: vous indiquez préférer les poignets simples à boutons de manchette aux poignets mousquetaires. Cela m’intrigue fortement car d’un côté j’aime beaucoup les boutons de manchette et d’un autre côté je trouve les poignets mousquetaires un peu « lourds ».
    En revanche des chemises à poignets simples et à boutons de manchette sont strictement introuvables dans le commerce ! Si vous avez des adresses sur Lyon, Paris ou sur le Net je suis preneur.
    Par ailleurs les boutons de manchettes étant calibrés pour les poignets mousquetaires (4 épaisseurs de tissu) ne sont-ils pas un peu épais/large pour des poignets simples (seulement 2 épaisseurs) ? N’auront-ils pas tendance à « se balader » ?
    A vous lire,
    Morgan

    • Julien Scavini 6 janvier 2014 / 21:45

      En PàP, impossible à trouver je pense. Moi–même ou des concurrents chemisiers pourront vous en proposer.
      Par ailleurs, il est vrai que les boutons, surtout ceux avec une chainettes, se balancent… Ce n’est pas tellement grave finalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s