L’esprit de la rentrée

Les premiers articles de Stiff Collar furent rédigés en septembre 2009. C’est dire si l’activité ici est ancienne sur l’échelle de l’histoire du net. En 7 ans, le marché des vêtements pour homme s’est renforcé et en même temps diversifié. Parisian Gentleman s’est souvent fait l’écho de cette marche en avant heureuse.

En 7 ans, il me semble aussi que le goût sartorial que nous partageons ici et là sur internet a aussi évolué. Cet été fut l’occasion pour moi de relire de nombreux articles et d’y penser. De manière rétrospective, je dirais qu’à l’époque le sentiment commun était plus orienté sur l’histoire et que l’ancien servait plus de modèle. Il y avait une sorte de conservatisme esthétique. Hackett en est le parfait exemple. Voici une maison qui à partir des années 2000 s’est efforcé de proposer ‘l’essential british kit‘. (Pour aujourd’hui beaucoup hybrider son discours). Le vêtement ne fut pas le seul à pencher vers ce retour d’un certain classicisme. L’automobile aussi a eu son lot de regards dans le rétroviseur, comme le montrent les très dignes lignes de la Rover 75 ou de la Jaguar S-type dessinées à l’orée du millenium pour faire ‘british’.

On dit souvent qu’un mouvement esthétique s’oppose à un autre ou est une réaction à. Ce goût classique était une contre-culture. L’appropriation de la dignité du lord par le nouvel argent? Et le fait est que ma propre conception du beau vêtement lorsque j’étais étudiant il y a dix ans environ était très edwardienne. Je l’ai d’ailleurs écrit ici assez souvent. Il y a des règles qui sont comme ci, il y a des règles comme ça.

Pas à un seul instant je n’aurais l’idée de remettre en cause cette conception. Mais pour autant, il me semble que ce fut une étape dans l’appropriation d’internet et de ce formidable espace de discussion collectif. Sur les blogs et les forums, ce fut une première étape dans l’approche du beau. Le site The Sartorialist est tout à fait notable de cela. Combien de beaux messieurs bien habillés il y a 7 ans, combien aujourd’hui? Le contraste est frappant.

En même temps que j’écrivais des lignes sur le rigorisme vestimentaire (au fil de nombreux articles sur la garde robe idéale par exemple), celui-ci glissait doucement. Mais vers quoi me direz-vous?

Et bien pas du tout comme on pourrait le croire (et se désespérer) vers un ‘je-m’en-foutisme‘ de retour, mais vers une lecture plus apaisée de l’ancien. Hey, l’ancien c’est cool, utilisons-le. Ce faisant, les années post-crise ne sont pas du tout un abandon de la qualité et du goût, elles ne sont pas non plus du tout une fuite en avant moderniste, loin de là. Ce qui est plus étonnant peut-être. Non, notre époque est celle du ‘faisons du neuf avec du vieux’. Avec respect. C’est le mot le plus important. C’est le hipster qui va chez le barbier et qui en même temps restaure des motos anciennes. Pas trop moderne, pas trop ancien. In-between.

 ILLUS106

Et ce mouvement est multiple. D’un côté vous trouvez des jeunes ultra-connectés qui portent des casquettes de tweed et font les puces et de l’autre vous avez les Chap, gentlemen utopistes aux idées diverses. Les Chap par exemple peuvent être loufoques ou très rigoristes. Et le beau vêtement n’est même plus forcément un marqueur social.

De ce fait, je renouvelle une conclusion qui est devenu le fil de la pensée de Stiff Collar : plus que jamais : le classicisme n’est pas un carcan, c’est un ensemble de principes qui visent deux choses : le pratique en même temps que le beau.

Mais au delà, je n’aurais plus comme en septembre 2009 l’idée de m’habiller toujours en costume ou même de toujours porter une veste dans un coloris adapté à la situation. Quelle gageure.

A la place, j’intègre au discours la flexibilité et la polyvalence. Ce que je sous-entend par là est qu’il faut s’habiller suivant les circonstances (pour être pratique) en faisant attention au beau, mais sans être limité par une garde robe trop ancienne.

C’est là que les classiques doivent savoir répondre à ceux qui les traitent de vieux. Le chic, c’est savoir s’adapter en restant digne. Si l’on visite des villages anciens avec des rues pavées, c’est savoir porter une paire de chaussures de marche de chez Columbia. Si l’on est dans une pays chaud, c’est rester digne avec une élégante paire de sandales et un chapeau de paille. Si l’on prend l’avion, c’est aller vite au détecteur de métal en portant une paire de mocassins mous qui ne bipent pas et un pantalon de coton plus confortable assis. Par contre, c’est aussi savoir porter un très beau costume bien coupé quand il le faut et un manteau digne pour aller à l’opéra, pas un Barbour.

Tiens, d’ailleurs voilà une marque qui a compris exactement ce repositionnement stratégique. D’une image archi classique, Barbour a su comprendre cette variété de profils traditionnels ou néo-traditionnels pour proposer une gamme énorme de produits pour tous. Elle n’a pas renié son histoire en passant au tout nylon. Elle n’est pas morte non plus dans ses murs. In-between.

Ce in-between se retrouve aussi dans cette mode et ce goût pour la belle fripe, mélangées à ces pièces contemporaines.

En bref, le maitre mot qu’il me faut apporter est ‘diversité’. Le secret d’un classicisme de bon ton et apaisé, c’est une garde robe variée, où le moderne côtoie le bien ancien. Qu’en pensez-vous? Cela doit être fait avec intelligence par contre. Il ne s’agit pas de mélanger de manière ridicule les vêtements et les styles entre eux. Sauf si l’on sait faire et que l’on se juge soit même comme une icône du style.

En terme de style, rares sont les élégants qui s’habillent dans Un style ou dans Une époque. Ils sont rares à oser le tout tailleur ou le tout moderne. Non, les personnages les plus marquants de notre sphère internet mélangent et hybrident doucement, tels les Lino Ieluzzi. Les nombreux Tumblr et Instragram au goût sartorial qui pullulent partout en sont l’exemple marquant. Souvent classiques et proches des tailleurs à la main, ils proposent tous une réinvention normée et raisonnable. Des mélanges de registres, de couleurs et de matières qui font sens et portent un discours qui va vers l’avant, où les cardigans prennent une place supérieures, où les écharpes à motifs cachemires côtoient les doudounes matelassées, etc…

Finalement je peux répondre amicalement à Hugo Jacomet et à son célèbre adage ‘first learn the rules, then break them’. Non! Il n’est pour moi jamais question de les briser, ni même de les réinventer (quelle folie), et pas même forcément de les réinterpréter. Certes, j’apprécie l’idée d’être comme le chef d’orchestre qui réinterprète une partition : la musique est la même (la règle classique), mais l’esprit est plus moderne ou plus dynamique. Rien ne change mais tout change.

Non, je dirais surtout que les règles méritent d’être enrichies et complétées. Que les situations changent, les gens aussi et que le vêtement s’adapte. Un mouvement qu’il est plus heureux d’accompagner que de rejeter !

 

Belle rentrée. Julien Scavini

 

 

6 réflexions sur “L’esprit de la rentrée

  1. Vincent (@DrFolamour_VS) 5 septembre 2016 / 20:25

    Déjà 7 ans… Que le temps passe vite. Je me souviens , à l’époque, je passais tout juste mon bac. Je profite donc de cette occasion pour vous remercier pour tous les conseils que j’avais reçus alors, et qui m’ont aidés à construire ma personnalité sartoriale.
    Cela rejoint justement votre propos, tous nous passons par la case de l’apprentissage, où nous appliquons à la lettre les principes de l’élégance. Et avec le temps et l’expérience, on se construit, on trouve les tenues qui sont les plus adaptées à ce que nous sommes. N’est ce pas là finalement la véritable élégance, quand la tenue, l’homme et la circonstance sont en harmonie?
    Encore merci pour ce site génial, et bonne rentrée 🙂

  2. François 6 septembre 2016 / 08:19

    Merci pour ce bel article et excellente rentrée à vous. Je rajouterais également une dimension, celle du plaisir. Plaisir de toucher une belle étoffe, plaisir d’associer les couleurs, plaisir de provoquer un plaisir esthétique chez autrui…

  3. requyem 6 septembre 2016 / 16:18

    Belle réflexion. J’avoue ne pas suivre de code vestimentaire, mais je suis tout de même avec intérêt votre blog, qui m’apporte, outre certains détails de conceptions très intéressants, la théorie des tenues élégantes – et me permet de regarder presque en connaisseur certaines tenues que je vois dans la rue…

    « Il ne s’agit pas de mélanger de manière ridicule les vêtements et les styles entre eux. Sauf si l’on sait faire et que l’on se juge soit même comme une icône du style. »
    Pourquoi attendre de se penser icône du style pour expérimenter ou essayer ? Le mieux n’est-il pas de simplement faire ce qui nous plaît sur le moment (quitte à le regretter après) ?

    • Julien Scavini 6 septembre 2016 / 16:58

      Ahha, je ne peux hélas pas être un apôtre du ‘fais ce qu’il te plait’. Appliqué à tout, cette doctrine est suicidaire : « Je veux polluer la mer si j’ai envie, et je le regretterai après ou pas.  »
      La rigueur morale me l’interdit 🙂

      Et en temps que chroniqueur au Figaro en plus, je fuis ce ce relativisme moral !

      • requyem 7 septembre 2016 / 08:16

        Je restais bien évidemment dans le cadre du vêtement lorsque je parlais de faire ce qui nous plaît, je suis bien d’accord que sinon cela peut mener loin… mais je vois ce que vous voulez dire.

  4. Kekou 28 septembre 2016 / 21:55

    Bonjour Monsieur Julien Scavini, j’ai toujours aimé votre ton dans lequel je me reconnaissais plus que dans celui du chouan, paradigme et pg même si j’apprécie beaucoup ces derniers et ils me manquent. En revanche j’ai du mal avec bonnegueule blabla bla.. Cet article veut-il dire que nous aurons le droit à des articles « hybrides » et des plus orientés casual ? Aussi que pensez-vous de l' »activewear »? Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s