Les fentes de la veste

Une veste présente généralement un ou deux découpes dans la bas du dos, appelées fentes d’aisance. Pour ma part, je coupe tous mes modèles avec deux fentes. C’est l’occasion pour les clients – et souvent leurs épouses – de me demander l’origine et la signification des ces dégagements.

Alors que les habits anciens comme le frac ou la redingote ont toujours eu une fente dans le dos (ancien héritage équestre), lorsque la veste courte fut inventée aux alentours des années 1880, celle-ci en était dépourvue. Avec un dos sans découpe, les hanches étaient mises en valeur par cette forme emboitant. Très vite, pour améliorer le confort, notamment dans des conditions sportives (rappelons que la veste courte fut développée pour la pratique des sports nouveaux), les tailleurs anglais ont fendu le bas du dos au milieu, revenant au patron ancestral.

illus118

C’est après la seconde guerre mondiale que germe l’idée de découper deux fentes. Les tailleurs britanniques ont tous pris le pli progressivement : deux fentes sur un costume de ville, les vestes de campagne gardant encore occasionnellement une seule fente. Sur le continent, les élégants ont longtemps considéré le sans fente beaucoup plus habillé. De nombreuses vestes des années 90 en sont dépourvues. Et encore aujourd’hui, les maisons de mode comme Dior coupent leurs vestes avec une fente, dans un esprit plutôt guindé.

En aucun cas ceci-dit, le nombre de fente renvoie à un style plus italien ou plus anglais.

Une chose est sûre : les fentes sont synonymes de décontraction. Elles permettent de plus facilement mettre les mains dans les poches du pantalon. La veste est aussi plus confortable quand on est assis ou que l’on marche. L’habit est moins ‘gainant’.

Les doubles fentes ont été développées pour améliorer le tomber des vestes dans le dos. Car lorsque le fessier est rebondi (ce qui arrive souvent), la fente unique a tendance à s’ouvrir. En particulier en prêt-à-porter. C’est un problème simple à comprendre : si une veste est trop serrée au bassin, le manque de tissu s’équilibre mieux avec deux fentes. Les doubles fentes donne par ailleurs plus d’allure. Les vestes sont moins pataudes et le bas du dos décolle légèrement : il juponne. C’est un détail qui est considéré comme très élégant.

Question hauteur, les fentes débutent généralement au niveau des poches côtés. Ce qui donne des fentes d’environ 24cm de haut. Il est possible de les couper plus hautes, à l’instar des vestes d’équitation. Le cintrage est alors moins aisé car qui dit fente dit interruption de la continuité du tissu. Difficile de donner un effet à la veste par la couture s’il n’y pas de… couture. Et les fentes plus basses sont assez moches. Occasionnelles dans les années 60, elles n’ont pas laissé un grand souvenir.

Enfin, sachez que les grands tailleurs parisiens dans leur folie de perfection repassent souvent la sous-fente pour marquer un pli à l’endroit exact où le dos vient se poser. Le diable est encore dans ce détail chez Camps De Luca.

Belle semaine, Julien Scavini.

 

 

13 réflexions sur “Les fentes de la veste

  1. Stéphane Mettetal 11 décembre 2016 / 18:57

    très bien, M. Scavini, merci pour ce très bon article et bravo !

  2. Pizzo 11 décembre 2016 / 22:16

    Je suis un inconditionnel de la fente milieu de dos qui permet un galbe et un centrage beaucoup plus precis.

    • Julien Scavini 13 décembre 2016 / 21:06

      C’est pas faux pour le galbe. Mais il faut des tissus un peu lourd à mon avis pour que l’effet soit parfaitement réussi.

  3. Pierre Cogneville 12 décembre 2016 / 15:32

    Bonjour M. Scavini,

    Est ce que ce détail parisien de repasser les sous-fentes correspond à ce que l’on nomme une « fente plissée » ?

    Cordialement

    • Julien Scavini 13 décembre 2016 / 21:06

      Aucune idée 🙂

  4. Philippe Muller 12 décembre 2016 / 22:12

     » […] les grands tailleurs parisiens dans leur folie de perfection repassent souvent la sous-fente pour marquer un pli à l’endroit exact où le dos vient se poser. » C’est vrai, c’est le style Camps par le détail : j’avais aussi noté cette façon de faire chez Gabriel Gonzalez. Quand je lui ai demandé de ne pas marquer de pli sur la sous-fente, j’ai bien senti que je heurtais son esthétique de puriste du mouvement Joseph Camps-canal historique. Mais mon goût va vers des vêtements qui semblent dès leur livraison avoir été portés pendant de longues années, se font ainsi mieux oublier pour se fondre avec celui qui les porte. Exit ce pli en ce qui me concerne, et bravo pour ce nouvel article !

  5. Frédéric 14 décembre 2016 / 20:32

    Une seule fente signe mieux la silhouette à mon avis, quitte à être moins pratique.

    • Frédéric 21 décembre 2016 / 11:32

      Mais il est vrai qu’un fessier marqué étouffera dessous comme je l’ai constaté hier dans le métro.

  6. Balleyguier 28 janvier 2017 / 12:42

    Bonjour
    Est-il facile de transformer une veste à 2 fentes latérales en une veste à fente unique centrale ?

    • Julien Scavini 29 janvier 2017 / 12:34

      Facile non. Possible oui. Il faut le bon retoucheur.

      • Balleyguier 29 janvier 2017 / 12:52

        Bonjour. Merci pour votre réponse. Est ce plus facile dans ce cas de supprimer les 2 fentes sans en créer une centrale ? La veste est un poil trop longue (elle descend au bout du pouce bras ballants) et les fentes aussi (27 cm). Le tout fait un peu « jaquette ». C’est pourtant un beau vêtement (laine et soie) et de grande marque, peu porté et acheté en 2001

      • Julien Scavini 29 janvier 2017 / 18:30

        Raccourcissez le un peu, mais ne touchez pas aux fentes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s