« Le jean à pli »

C’est un sujet qui revient régulièrement à la boutique, et qui nous fait rire : le jean à pli. Je m’explique. Un jean est l’assemblage de deux choses :

  • une coupe spécifique, souvent dite cinq poches (deux arrondies devant plus une poche briquet ou montre, deux plaquées derrières,) qui se caractérise par une fourche très courte qui plaque le fessier, en bref très différente d’une coupe de pantalon de ville
  • une matière, le denim, sergé dont la teinte du bleu au noir fait apparaitre une côte blanche.

Seulement voilà, si le second point est essentiel et logique, le premier ne va pas de soi. Coupe pas assez haute, cuisse trop serrée, inconfort sur les hanches, les griefs peuvent être nombreux et variés. C’est en particulier mon cas, n’aimant vraiment plus porter le jean. Le chino m’apparait bien plus confortable, qu’il vienne de chez Uniqlo, Ralph Lauren ou de chez moi. J’aime la coupe de pantalon de ville et surtout les deux poches discrètes au dos. Ces deux poches plaquées sur les fesses sont massives et pas d’un esthétisme fou, je trouve.

Certains clients me rejoignent. En particulier après 40 ans dois-je admettre toutefois.

Et donc que faisons-nous? Et bien un pantalon de ville, mais dans du denim. La coupe est classique et droite, le montant idéal sur les hanches, les poches et finitions aussi discrètes qu’un pantalon de costume. En bref, la simplicité.

Dès lors, ce mode de fabrication induit que ce pantalon soit marqué au fer devant et derrière, que le pli soit fait. Comme un pantalon de costume. Ce que nous appelons alors un jean à pli.

J’ai deux clients, travaillant dans les affaires à haut niveau, qui ne veulent porter que du jean. Toutefois pour être sobre, ils ont choisi cette option du jean de ville. Ils ont la matière, finalement assez discrète si marine foncé, et présentent une coupe classique similaire à leurs collègues en costume.

ILLUS197

Un proche aime bien se moquer gentiment de ce goût. On en rigole bien car en effet, jamais un jeune n’aurait l’idée de faire cela. Je confesse toutefois y avoir pensé souvent pour moi. Je n’aime pas le jean pour ses empiècements et ses épaisseurs, ses coutures grossières et sa coupe inconfortable. Au final, avec une veste ou un pull, personne ne peut s’apercevoir que la coupe n’est pas celle d’un ‘vrai’ jean. Seules les poches diffèrent, en plus de l’absence des surpiqures de couleur.

Cet attelage d’un pantalon de ville et d’un jean est né probablement grâce à de petits boutiquiers comme moi. Car bien souvent, les fabricants de jean, pantalon archi simple et très normé, imposent des minimas de commande assez élevés pour être rentable. Or lorsqu’on est un petit détaillant, 50 pièces suffisent déjà amplement. Et les fabricants de pantalons de ville sont eux outillés pour des petites séries. Il est donc facile lorsqu’on est un ‘petit’ de proposer un pantalon de ville en denim.

Finalement, où est le mal à couper des pantalons de ville dans du denim? Une question d’âge et donc de ringardise sous-jacente? Je note que des tailleurs italiens s’amusent souvent à faire des pantalons double pinces avec du denim et plein de détails sartoriaux. Esprit de provocation? Ou volonté d’allier l’utile et à l’agréable? Je n’irais pas jusqu’à en proposer en prêt-à-porter car ce serait probablement un four. En me le demandant quand même… En serait-ce un?

Belle semaine, Julien Scavini

7 réflexions sur “« Le jean à pli »

  1. chiffon 14 mai 2019 / 09:44

    C’est marrant que vous en parliez. J’ai trouvé récemment un pantalon militaire de l’armée française, en destockage. C’est une toile de jean avec une taille (très) haute et une coupe (très) ample avec des pinces, avec un pli marqué.

    Il se trouve que cela fonctionne remarquablement bien, que la toile d’un jean de qualité offre une patine et un rendu tout aussi subtil qu’un bon tissu de costume, et que finalement cela me permet d’avoir un jean, mais plus atypique.

    C’est un peu de la niche, certes, mais voilà, il existe des jeunes qui aiment bien ce rendu, j’en suis. J’aime la matière du jean, mais pas la coupe très taille basse et surtout très serrée. Je préfère quelque chose de plus structuré, et de plus confortable.

    Du coup, me voilà à rêver d’un pantalon S3 en denim très sobre. Voilà qui me ravirait.

  2. Bayard 14 mai 2019 / 09:57

    Bonjour,
    Le cousin de ma maman qui avait suivi des études de maître tailleur à Paris durant les primes années 30 avait une clientèle de profession libérale et d’ingénieurs civils actifs dans l’industrie lourde Liégeoise. Nombreux étaient ses clients qui lui demandèrent, pour des raisons d’aisance, sur les chantiers ou dans leurs cabinets d’adjoindre, en effet, à leurs costumes 3 pieces, un pantalon de ville mais coupé dans une toile denim. Je dois concéder qu’il n’aimait pas trop cet usage mais qu’il s’y pliait volontier par respect pour ces professionnels. Une petite dernière anecdote: à la fin des années 90, nous étions allés chercher à Bruxelles des fournitures pour son atelier (scabal, Dormeuil, Zegna,etc… ) .
    Il me demanda de me rendre dans le flagstore où j’avais mes habitudes,cis Boulevard de Waterloo : Ralph Lauren. Après avoir inspecté les costumes, il me confia alors qu’il avait presque 80 ans : » ce prêt à porter à ce niveau de prix, c ‘est la fin de ma profession ».
    Heureusement, Julien ,vous et d’autres jeunes enthousiastes ont repris le flambeau. Bonne journée.

  3. Boutdeficelle 14 mai 2019 / 14:36

    +1 ! Le chino en denim (j’en ai un pour le moment) est un vêtement intéressant. Finalement extrêmement simple puisque décontracté comme le jean mais plus épuré.

    S’agissant du pli… je trouve que le pli ne tient jamais vraiment bien sur le coton et ai l’habitude en repassant de marquer le pli le long des coutures. Est-ce une erreur selon vous ?

  4. Matthieu Gilot 14 mai 2019 / 15:08

    Tout comme vous, je ne porte plus de jeans. La coupe m’est très inconfortable, absolument inadaptée à ma morphologie, et je déteste voir ma chemise sortir de mon pantalon dès que je m’assieds ou que je lève les bras. C’est dommage, car le denim est une matière que j’aime bien.

    Cependant, je possède deux pantalons de la Marine nationale, datant des années 70, en denim, taille haute, avec pinces et pli. Ils sont extrêmement confortables et plaisants, et la rigidité de la toile leur apporte beaucoup de tenue. J’aime beaucoup les porter dans des tenues relativement casual, avec un blazer en lin aux épaules naturelles, ou avec une saharienne et une cravate tricot.

  5. Franck 15 mai 2019 / 19:23

    Un pantalon de ville en toile denim et en pret à porter sigle Scavini, quelle excellente idée !

  6. Alexis Rouxel 12 juin 2019 / 17:19

    Le jean a pli pourrait a priori sembler relever de l’hérésie et de la ringardise. Cependant je pense qu’il pourrait très bien s’inscrire dans la mode actuelle du mélange des genres, on trouve ainsi des pantalons issus du croisement du jogging et du pantalon de ville, des vestes « de travail » version chic et des baskets habillées. Par ailleurs la mode du slim (voire du skinny) et de la taille basse appartient déjà au passé, on revient à des coupes plus larges et des tailles plus hautes, voire très hautes pour le jean féminin. Enfin le jean en général décline au profit du chino et de pantalon de ville, les hommes murs restent fidèles au jean de leur jeunesse tandis que les jeunes s’en détournent partiellement, pour porter par exemple un pantalon de ville, mais avec des « sneackers ».
    Le jean de ville (éventuellement à pinces) pourrait donc devenir tendance chez les jeunes branchés.

    • Julien Scavini 16 juin 2019 / 10:30

      Analyse intéressante oui !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s