En bras de chemise

Comme le titre de ce billet le laisse présager, nous allons ce soir laisser tomber la veste, pour une raison simple, il fait chaud, dans ces intérieurs surchauffés. Comment donc dès lors être chic? rester élégant?

Le port du gilet, ce vêtement de plus en plus manquant à nos gardes robes semble revenir à la mode, même si l’on voit rarement les gens porter des complets (nom du costume trois pièces d’une même matière). Une raison notable à cela, le coût du gilet. En grande mesure et à 1000€, le choix est vite vu, aussi vite qu’en confection industrielle, où les 150€ de surcoût sont plutôt mis dans la commande d’un second pantalon. Cet argument économique n’est pas le seul, la chaleur étant la seconde des raisons.

Pourtant, le gilet permet de retirer la veste sans peur d’être trop ‘nu’, de modérer sa température corporel tout en restant civilisé.

Il existe plusieurs sortes de gilets bien évidemment, du plus simple au plus habillé. La classification reprend les grands thèmes de la veste, à savoir droit ou croisé, à revers ou non etc… le tableau ci-dessous récapitule ces idées:gilets3Alors évidemment, il convient de ne pas porter le gilet à revers avec n’importe quelle veste. Reprenons les conseils de Parisian Gentleman:

– Avec une veste droite avec des revers à crans simples:

  • gilet droit : sans crans, crans simples
  • gilet croisé : col châle

– Avec une veste droite avec des revers à crans aigus:

  • gilet droit : sans crans, crans aigus
  • gilet croisé: crans aigus, col châle

NB: pour la classification des cols et revers, je renvoie à mon article sur les revers. De plus, il est tout à fait possible de porter un gilet sous une veste croisée, mais si cela se fait moins. Le secret (s’il en est un) est de faire correspondre le ‘formalisme’ des revers, du plus simple au plus formel donc.

Ensuite, libre à vous des porter, à la ville:gilet1ou à la campagne, plus facile notamment en soirée où le compromis élégance/contrôle thermal est optimisé:gilet2Pour ce qui est des couleurs, soit vous préférez le complet (gilet, veste et pantalon sont de la même matière), soit le dépareillé, avec un gilet d’une laine différente, mais c’est alors une histoire plus compliquée, mais peut-être plus ‘moderne’ ou ‘mode’… Pour ce qui est des poches, le gilet est le lieu des fantaisies tailleurs. La norme est quatre poches (du type poche poitrine). Mais vous pouvez trouver des poches passepoilées à rabats, des poches à passepoilées simples, des poches paysannes (un seul et haut passepoil) et que sais-je encore…

Alors messieurs, n’hésitez pas! Vous seriez si élégants sans votre veste mais en complet pantalon+gilet…

15 réflexions sur “En bras de chemise

  1. Bourguignon 11 novembre 2009 / 21:29

    Merci pour cet intéressant article. Je suis un fervant défenseur du gilet et bien plus encore du complet. Il me paraît le costume le plus élégant et le plus confortable. A condition d’avoir des vêtements de qualité, les avantages sont multiples: plus de poches (pour de petits objets, tickets de métro, montre-gousset,…), confort thermique (moins froid qu’en simple chemise et possibilités de « tomber la veste »), pas de problème de longueur de cravate ni de son positionnement une fois assis (second problème qui a le don de m’agacer quand je ne porte pas de gilet), élégance et ce n’est pas le moindre des avantages, et j’en passe.
    Une question, que pensez-vous des gilets bretons (à bas droit)? Comment conseillez-vous de les porter? Est-ce plus habillé ou plus décontracté? Personnellement, ils me plaisent beaucoup!

    • ducerf 11 novembre 2009 / 23:57

      Bonjour,
      je suis très heureux que ce billet vous ait plus! En attendant désespérément les autres… Pour ce qui est du gilet à bas droit, je n’en ai comme ça aucune idée, si ce n’est qu’il m’a toujours paru curieux… D’autres auraient-ils des réponses? Je tente de faire le clair en moi et de répondre d’ici quelques temps…

  2. JLG 18 novembre 2009 / 17:29

    Cher JS, merci de cet article qui réhabilite le gilet, cher à mon coeur, non temps pour des questions thermiques, comme vous le soulignez, mais, à l’instar de M. bourguignon, pour l’élégance qu’il permet en toutes circonstances : pas de débordement de la cravate, pas de boufonnement de la chemise, tenue un peu stricte mais toujours parfaite, possibilité supplémentaire d’un rappel de couleurs et d’un trait d’élégance.

    J’ai peur cependant que les seuls gilets qui aient trouvé leur place dans l’usage massif soient ces gilets légèrement « rock », qui se portent précisément toujours sans veste, noirs, rayés, simples et larges. Au contraire des gilets du type « complet » (je n’évoque même pas les gilets croisés…) qui ont l’air de donner à la tenue un aspect old fashion qui a du mal à s’imposer, malgré l’intérêt grandissant pour les années 1940…

    Mais peut être que je ne parle là que de mon cas isolé : vos vis sont les bienvenus, gentlemen, pour connaitre vos pensées sur ce curieux vêtement disgracié.

  3. Muskar 22 décembre 2009 / 16:36

    Je serais curieux de connaitre la raison, qu’elle soit pratique ou autre, qui fait que l’on ne boutonne pas le dernier bouton d’un gilet. D’un point de vue esthetique, cela n’est pas toujours mieux, surtout en cette epoque de pantalons taille basse. Et surtout, je n’aime guère appliquer des codes dont je ne connais pas les origines.
    Donc si par hasard vous aviez la réponse, j’en serai ravi.
    Et merci pour toutes ces informations, qui nous amenent à vous en demander toujours plus …

    • ducerf 22 décembre 2009 / 21:35

      Merci Muskar pour vos questions pertinentes!

      Alors en ce qui concerne cette règle, comme toute les règles, elle est vaguement bourgeoise, et comme un bon bourgeois bien élevé par ma maman, j’applique 😉

      Bref bonne question! Une chose est sûre, on ne porte pas un gilet avec un pantalon taille basse, que la mode le veuille ou non… Il est tout à fait inconvenant de mon avis (certes modeste) de voir la ceinture (de trop…).

      Pour une veste, ce que je peux dire, c’est que le dernier bouton est placé à l’instant où l’échancrure se forme, dès lors difficile de boutonner… Je pense que cela vient d’une question anatomique, le ventre étant bombé, cela produit en cas de fermeture un resserrement en dessous du point médian (nombril) qui n’est pas du meilleur effet… Pour le gilet je pense que c’est une question similaire, pour camoufler un estomac légèrement bombé, légèrement en porte-à-faux au dessus du bas ventre…

      Ensuite est venu se greffer (comme souvent dans les questions de styles) une explication plus honorable : le ventre bombé est devenu une certain nonchalance, une preuve que le vêtement n’est pas que le seul attrait de la personne et quelle est capable de penser à autre chose qu’à son vestiaire, quelle se place au dessus de ces questions… comme une sorte de déterminisme inversé?

      En tout cas, pour ma part, si je ferme les derniers boutons, c’est moche, car cela me ressert sous la taille, admettons que ce n’est pas terrible… Ensuite si la personne est absolument filiforme (ce qui d’ailleurs n’est à faire remarquer par la garde robe) pourquoi pas… Notez aussi que certains gilets ont la dernière boutonnière positionnée à la cassure, donc peu boutonnable…

      Enfin, en ce qui concerne les gilets à bas droit (ou breton apparemment), ils semblent plus formels dans les vieux magazines, celui à pointe étant plus marqué sport/chasse ?

      De Pied en Cap pourrait fournir plus d’infos si vous ouvriez des topics messieurs… Bonnes fêtes.

  4. ducerf 22 février 2010 / 20:54

    Il me semble maintenant clair que le gilet à bas droit est plus formel. Il n’a d’ailleurs pas son origine à mon avis en bretagne, même si les bretons en use dans leur vestiaire traditionnel.
    Le gilet à pointe est beaucoup plus sport et campagne. Il semblerait que ces pointes ont été développées pour cacher les boutons de la braguette ancienne (bas-volet recouvrant le devant du pantalon et fixé par deux boutons dans les angles) que l’on trouve encore sur les pantalons de marin (les pantalons à pont).

  5. Charles 25 juin 2012 / 21:59

    Bonjour Julien, Ayant comme toujours avec un immense plaisir flâne sur votre blog, je me demandais justement qu’elle était la règle à appliquer pour dépareiller un Gillet. Votre article aborde très vite le sujet mais je pense qu il mérite d être approfondi. Par exemple, que peut on porter avec un Gillet en tweed? Y a t il une règle qui consiste à assortir un veste plus foncée que le gilet? Faut il chercher à faire un triolet entre le pantalon le gilet et la veste…le sujet semble complex. Au plaisir de vous lire. Encore merci et excellente continuation à vous. Charles

    • Julien Scavini 2 juillet 2012 / 16:31

      compliqué. On dépareille plus aisément à la campagne à mon avis. Ou alors avec des tenues Rus In Urbe!

  6. Malleron 4 août 2014 / 11:45

    Bonjour, je suis une grande fan du gilet croisé, j’en recherche désespérément mais en vain …
    Peut être pourriez vous m’indiquer où je pourrais en trouver ?
    J’attends avec impatience votre réponse !
    Priscille

  7. Guy-Christopher Coppel 9 avril 2015 / 12:09

    je porte des gilets « bretons » a bas droit, depuis 25 ans, quotidiennement, de façon « ordinaire ». Pour peu que la longueur du gilet soit réglée de sorte de couvrir juste la ceinture, ce bas droit n’ a que des avantages a mes yeux. Ces gilets croises, sans col, laissent de grandes libertés quand a leurs usages « formels » ou plus « relax ». Cravate, mais aussi noeuds papillons, chemises polo etc… s’accommodent très bien du col rond qui est mon col standard en matière de gilet. Il y a en Bretagne des dizaines de formes masculines ou féminines pour le gilet. Personnellement je ne porterai guère de gilet a « pointes » qui m’ont toujours parues tres étranges!…, même si je pouvais passer a un col châle par exemple au lieu du col rond, mes bas droits sont incontournables. Juste pour moi bien sur…

  8. Zakaria 7 octobre 2015 / 14:46

    Bonjour Julien,
    Merci pour ce blog riches en conseils !
    Je suis installé en dehors de France dans un pays où le costume est, pour le moins que l’on puisse dire, maltraité (coupes trop amples, matières désastreuses, etc.). Mais je voudrai quand même pouvoir m’habiller correctement. J’ai trouvé un artisan pas trop mal mais qui a besoin d’aiguillage : je cherche ainsi un exemple de patron pour un gilet croisé à col châle. Pourriez-vous m’aider ? Merci !

    • Julien Scavini 7 octobre 2015 / 20:31

      Je comprends bien la demande. Mais je n’ai pas de patron de gilet croisé numérisé. Que faire, je ne sais pas. Voyez cette image, votre tailleur peut il imaginer une toile à partir de ça ?

      • Zakaria 8 octobre 2015 / 18:15

        Merci Julien, ça va surement aider. Le point technique qui pose le plus de problème c’est les revers en col châle : est-ce qu’il s’agit de deux pièces découpées distinctement et qu’on vient coudre ensuite sur le devant du gilet ou bien s’agit-il de revers solidaires du devant et découpées ainsi avec lui ? Merci encore !

      • Julien Scavini 11 octobre 2015 / 20:40

        Je pense que le col est d’une pièce avec le devant. Il peut être aussi séparé, si l’on eut donner une courbe particulière à la brisure du revers. Plutôt que droite, courbe par exemple

  9. Zakaria 7 octobre 2015 / 23:50

    Merci beaucoup Julien, c’est exactement ce qu’il me faut. Auriez-vous le patron des revers en col châle car c’est là où le tailleur a le plus de mal ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s