Tailleurs versus stylistes

Lorsque nous feuilletons d’anciens numéros de magazines d’élégance masculine, nous pouvons être surpris par les pleines pages consacrées aux nouvelles modes des tailleurs, dessinées pour les nouvelles saisons. Ces dessins présentaient à la fois des coupes et des nouveaux tissus, en accord avec les drapiers qui renouvelaient aussi leurs étoffes. Il était ainsi possible d’admirer la nouvelle coupe estivale croisée échancrée de chez Creed ou encore la nouvelle sélection de tissus Dormeuil exclusivement pour Larsen. Les tailleurs occupaient la scène de la communication et surtout de la création, renouvelant les coupes et dreperies, bref faisant le spectacle.

Depuis 1960 à peu près, le monde textile à vu l’apparition de ces super-créateurs que sont les stylistes. Ce nouveau métier a pu voir le jour grâce à la mécanisation des moyens de productions en prêt-à-porté, développés à l’origine par l’américain Brooks Brothers pour satisfaire, évidemment, un marché en pleine croissance et surtout en pleine démocratisation.

Mes ainés ont donc assisté complaisamment à la perte de métiers ouvriers spécialisés remplacés par les stylistes. Mais évidemment, l’indice de développement des pays s’exprime au travers de la mise en avant de métiers à plus fort rendements, ceux de la créations, de la communications, bref de l’intelligence.

Mise en scène Ralph Lauren

Les tailleurs se sont fait damé le pion par les grands groupes, dont nous pouvons saluer la création, surtout lorsqu’ils sont français, je veux penser à Breuer par exemple, ou à Façonnable qui a su se hisser aux plus hauts. Ces grands groupes maîtrisent un extraordinaire système technico-industriel, pouvant gérer de A à Z la chaine de confection, de la création à la vente, domaine qui peut-être génère le plus de revenu. Les stylistes ont le beau-rôle, je les envie d’un sens: combien de temps s’écoule-t-il entre le dessin et la création du vêtement, du prototype? Je fais pas parti de ces personnes qui voient une régression de l’intelligence dans la perte des métiers anciens, fussent-ils d’arts. Car la maîtrise technique qui s’est forgée, grâce à l’ingénierie au fil des ans, est fascinante. Avez-vous vu la machine à boutonnières sur la vidéo que j’avais présenté ici? N’est-ce pas incroyable! Pour autant, prendre le temps de broder une boutonnière à la main est un vrai plaisir! Ne soyons pas nostalgiques.

Pour autant, il est triste de voir les tailleurs déserter le terrain de la communication et même de la création. Certes, l’élégance nécessite discrétion et dignité, au service d’un art du temps et de la patience. Lorsque Ralph Lauren communique allègrement sur un imaginaire perdu, magnifiquement mis en scène, tout de même, nous ne voyons pas Camps de Lucca faire mine de nouveauté. Les tailleurs alors se confinent à une niches, peu évidente, car nécessitant de maitriser toute la chaine, de la coupe à la confection. Et je suis triste de constater que des tailleurs que je côtoie quotidiennement ne cherche pas à s’interroger sur leur coupe, qui finit par dater. Je vois des cols dont les anglaises sont trop basses (à la manière des années 80) ou des coupes sans lignes… Cela ne fait pas plaisir à voir. Encore plus lorsque nous constatons que ces vénérables artisans ne s’intéressent nullement à ce qu’ils voient dans la rue, sur les affiches…

Mise en scène Cifonelli 1

Sur les blogs et sites biens informés, nous nous évertuons à prétendre que l’homme: c’est l’invariant, l’immuable. C’est à la fois vrai, à la fois faux… Et les tailleurs, suivant leur génération, sont ancrés dans des modes passées. Ceci dit, Thierry Le Luron portait en 1980 des costumes qui n’auraient pas à pâlir devant des plus belles coupes actuelles.

Nous disons également assez souvent que le tailleur n’est pas styliste et qu’il n’a pas à décider à la place de son client, qu’il est son fidèle exécutant. Cela supose de connaitre, pour le client, des visuels actuels et de les imposer, ce qui n’est pas une tâche facile (mais peut-être plus facile que de donner du goût à son tailleur… pour certains). Pour autant, il existe deux exemples qui font mentir se prétexte sur la place parisienne: Djay et Cifonelli. Si le premier peut être taxé de beau parleur et de mauvais coupeur (ça dépend des goûts), il n’en demeure pas moins reconnu, parceque précisément, il a communiqué. Idem pour Cifonelli dont le récent coup d’éclat restera marquant de l’année 2009, avec la présentation de ces vestes ‘sport’ qui lui ont permis de renouveler une clientelle vieillissante. Que ce soit dans Monsieur ou sur Parisian Gentleman, nombreux sont les commentateurs avisés qui ont trouvé un intérêt dans ces modèles (même si l’on peut soulever que les modèles les plus réussis (Cortina et Travel) sont outrageusement copiés chez Arnys, mais passons). Et je salue cette démarche qui relance l’attention portée au bel ouvrage, celui qui est durable et dont l’esthétique correspond à l’époque, sans être trop ‘mode’. Bravo donc à cette maison pour ce rigoureux travail, bien médiatisé et qui fait découvrir un métier fossilisé que beaucoup n’imaginaient plus exister.

Mise en scène Cifonelli 2

Si les tailleurs pouvaient ouvrir les yeux sur le style, et les stylistes sur un art dont ils ignorent tout (ce qui est en l’occurrence un naufrage de l’intelligence où fond et forme sont séparés), ce serait un pas immense, car aucune création, aucune innovation ne peut naître sans débats, sans échanges, sans compréhension.

8 réflexions sur “Tailleurs versus stylistes

  1. Jean 18 janvier 2010 / 20:46

    Du côté de Savile Row certains tailleurs – Spencer Hart et Ozwald Boateng – ont bien compris l’enjeu du mix créateur/tailleur.

  2. Geoffrey B 19 janvier 2010 / 14:05

    Excellent article !
    Je le relaie sur mon blog avec votre permission.

    • ducerf 19 janvier 2010 / 18:53

      aucun problème!

  3. Le Chouan 20 janvier 2010 / 15:59

    Très intéressant. Mais je ne partage pas votre avis, qui a néanmoins le mérite d’être nuancé. Les tailleurs n’ont rien à gagner à s’aventurer sur le terrain des stylistes. Je n’attends pas de mon tailleur qu’il fasse montre d’originalité. Je lui demande la netteté d’une ligne et la qualité des finitions. C’est au client de s’approprier le vêtement et, par le jeu des assortiments, des accessoires et des couleurs, d’en faire l’instrument de sa fantaisie.
    J’ai rédigé sur le même sujet un court billet que je publierai dans une dizaine de jours.

  4. rivielo 28 juillet 2015 / 01:59

    Bonsoir je voulais réagir à ce post même daté car en temps qu’étudiant dans le style je le trouve assez intriguant.
    Je trouve que la vision du tailleur (celle qu’il me semble que vous transmettez sur ce site ) est complètement archaïque. on a l’impression qu’être un homme bien c’est être sobre et raffiné, toujours nuancé, avec un comportement de gentleman du 19eme, c’est une vision extrêmement bourgeoise et trés loin qui ce que ‘on connait aujourd’hui.
    Je pense que ce qui a fait que le flou ou que le stylisme fait temps parlait de lui c’est justement parce qu’il c’est intéressé à tout le monde. Quand Saint Laurent fait défilé en 71 des mannequins habillées comme des prostituées de l’époque, qu’il met des coupes de prêt à porter dans les défilés coutures ça marque forcément le grand publique, parce que ça dit : la culture de la rue, la cultures des provinciaux, la culture des gens « que l’on considère comme moins éduqués  » est aussi importante que celle développée par les artistes.
    L’essence même du stylisme de mode c’est de dire que tout le monde avec ses moyens peut s’exprimer par sa tenue.

    Puis selon moi le système de la mode ressemble à celui là: le styliste développe un univers vestimentaire qu’il souhaiterait appliquer à toute la société et qu’il montre au grand publique avec des défilés hautes coutures, fait mains, avec luxe et paillettes… certaines personnes aisées peuvent acheter ces tenues ( comme un client qui viendrait se faire confectionner un veston )
    Après cet univers qui à été développer pour la haute couture, est repris dans le prêt à porter de luxe, puis le prêt à porter classique. et finalement tout le monde peut acheter quelque chose qui ressemble à l’univers qu’un styliste à créé et dans lequel il se reconnait.
    Chez le tailleur on à déjà un problème avec la fabrication industrielle dans le PAP ( ce qui est vrai aussi avec les autres vêtements )mais en plus il n’y a pas de création à la base, il n’y a pas un tailleur qui va penser une forme novatrice( on change juste l’arrondi d’une poche, le tissus ou la surpique ) puisque c’est le client qui demande ce qu’il veut ( avec tous les stéréotypes de bon gout qu’il peut avoir ), donc cette forme ne peut pas inspirer le PAP et du coup on retrouve en boutique les mêmes tailleurs classiques et mal fait qu’il y a vingt ans. Finalement quand on achète un veston dans le prêt à porter on a rien, ni une forme sympa à la mode ou intemporelle (ce qu’on peut avoir avec d’autres vêtements)ni un vêtement de qualité.
    Le tailleur ne propose pas de nouveautés fondamentales, de vraies remises en questions qui pourraient être reprise dans toute la société et donc reste dans un cercle vicieux où seuls ceux qui peuvent se payer un vrai tailleur peuvent avoir quelque chose qui leur plait.
    Après je reconnais que bien sûr le travail du tailleur est aussi important que celui du styliste et tout aussi beau mais je pense que cette différence de reconnaissance viens à l’origine de là.

    Après j’avoue que je ne comprends pas trop pourquoi faire ce comparatif entre styliste et tailleur (qui sont éminemment différents )dans le sens où un styliste à pour rôle de dessiner un vêtement et le tailleur de le réaliser, il y a normalement une symbiose entre les deux.
    Le styliste à besoin du savoir faire du tailleur pour savoir ce qui est possible ou pas et pour le réaliser habillement et le tailleur à besoin du styliste pour ne pas faire le même model qu’il y a dix ans, et pour faire des pièces qui toucheront un publique large. Pour moi l’exemple le plus frappant ce sont les tailleurs pour dame que Raf Simons à dessiné pour Dior, c’est à tombé par terre, d’une beauté subjuguante; parce que c’est bien réalisé mais aussi parce que ça évoque des milliers de choses fantastiques: la femme qui s’approprie le vestiaire de l’homme et le sublime, l’histoire de la maison Dior, la féminité exacerbée,.. Le tout avec des formes qui sont peu habituelles pour un tailleur, des formes exagérées, des drapées…Le styliste va faire en sorte que votre tailleur raconte autre chose que simplement une belle technique ancestrale.
    Le penseur à besoin du façonneur autant que le façonneur à besoin du penseur pour sublimer son art et le faire aller plus loin que ce que la technique lui à donner.
    C’est comme de se demander pourquoi un maçon est moins connu qu’un architecte.

    • Julien Scavini 29 juillet 2015 / 09:28

      Je vais répondre à vos idées très prochainement. Vous soulevez des points pertinents.

  5. Le Chiffre 9 septembre 2015 / 16:49

    Un article très intéressant, merci. Et je partage entièrement la vision du tailleur que vous avez, et qui, à mon humble avis, est loin d’être archaïque !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s