Les toiles tailleurs

En cet avant dernier jour du CAP tailleur, il fut intensément question dans ma tête de la découpe des toiles et aux plastrons qui composent l’essentiel d’une veste de tailleur. Rigidifiant le lainage du devant de la veste, ces toiles ont d’autres propriétés, qui dépendent de la méthode de pause ou de l’esthétique générale de la veste. Ils forment le soubassement du veston. Alors que l’industrie les ont rendus légères, à grands coups  de thermocollage, les tailleurs ont toujours recours à d’ancestraux systèmes de piquotage, donnant du galbe au devants, formant la poitrine. Et tout ne se joue pas au fer, au contraire! Nous allons tâcher d’y voir plus clair, entre les différentes approches tailleurs (car évidement, autant de méthodes que de tailleurs). Accrochez vous, cet article en forme d’encyclopédie est réservé aux plus connaisseurs!

Récapitulons d’abord la hiérarchie. Tous les tailleurs utilisent en premier lieu la toile tailleur, ou toile de corps, constituée de laine vierge à 100%. Tissée grossièrement, elle contient encore beaucoup de suints, utiles au travail au fer. Il convient de la faire décatir plusieurs heures dans une bassine d’eau avant de la travailler.  Cette toile, malgré sa grossièreté de tissage, existe dans un nombre quasi infini d’épaisseur et de poids, permettant à chaque professionnel d’adapter son choix au lainage. Cette toile occupe une bonne partie du devant, y compris les revers lainage, lesquels sont brochés sur celle-ci à l’aide de points de chevrons (invisibles).

Vient ensuite le plastron, le plus souvent en laine et laine de chèvre et/ou laine et crin de cheval. Ces plastrons, plus petits, possèdent ce que l’on appelle du ressort, c’est à dire qu’ils réagissent avec vigueur aux tentatives d’écrasements. Ils ne se froissent donc pas et ont la mémoire de la forme.

Enfin, pour protéger la doublure intérieure des longs poils rêches et secs des plastrons, il est coutume de recouvrir une bonne partie de l’ensemble plastronnant avec un matériaux duveteux. Certains utilisent des ouatines de coton ou de polyester, d’autres de fins mohair ou du feutre etc…

Sur les schémas ci-dessous, j’ai tâché de résumer diverses méthodes de découpes et/ou d’assemblages des toiles composant le plastron. Les trois premiers exemples présentent, en plus d’une vue de face extérieure, trois intérieurs possibles. Les hachures oranges représentent  la ouatine qui cache tout le reste. Les hachures bleue figurent une bande (en percaline ou en doublure), coupée en droit-fil ou en biais, et qui permet de maintenir le roulant du revers à sa place. Il réalise une butée. Il est donc nécessaire de connaitre le type de boutonnage (2 ou 3 ou voire 4 boutons) pour régler le revers (à la différence des vestes de prêt-à-porter où les marchands modifient à l’envie et à grands coups de fer le revers). Les zigzags oranges représentent la liaison machine ou zigzag machine (qui permet de tenir une pince, par l’intermédiaire d’un petit bout de doublure en biais). Toutes les épaisseurs sont rendues solidaires par de grands points de chevrons (nous y reviendrons). De plus, le passement est représenté en rouge (largeur 1cm en réalité):

Trois possibilités donc:

A: la toile tailleur est coupée en plein biais. C’est une option assez peu vue, mais qui existe. Les avantages sont: déformer très facilement la toile à la clavicule (flèche) pour obtenir le travail de la souplesse à l’épaule; lutter contre la déformation en biais du lainage du devant. Évidement, la passement en bordure de veste (bande de coton en droit-fil, 1cm de large, glacée sur le bord tout autour de la veste, pour fixer notamment les arrondis de la veste, qui se sont pas en droit-fil. Ce passement est posé à cheval sur la toile tailleur et sur le lainage, au bord de la piqure de garniture intérieure) sera posé sans souplesse, à plat, pour contrebalancer l’effet diagonal. De même, l’arrêt de revers (hachure bleu) est posé en biais, car l’un sur l’autre, ils se compensent. L’inconvénient majeur est la non reprise du poids des poches, à cause du biais.

Ensuite, le plastron (chèvre laine) est coupé en droit-fil, et des crans sont réalisés en haut, pour permettre la déformation sous le fer de la clavicule. Avec la chaleur, l’humidité et le poids du carreau tailleur (le fer de 5, 7 voire 14kg), il est possible de fortement déformer cette zone, pour créer le ‘godet’.

Il est également possible d’y adjoindre un plastron annexe de crin de cheval/laine, avec beaucoup de ressort. Les deux plastrons, de forme quasi équivalente (l’un est plus petit de 1cm en périphérie) ainsi que le pied d’éléphant (la dernière petite partie que l’on dispose à l’épaule) donne de l’épaisseur aux plastrons, un effet d’armure, qui choque au premier abord, mais satisfait de nombreux amateurs. C’est la méthode utilisée par exemple chez Guilson à Paris.

NB: les sacs de poches (côté et poitrine) sont basculés derrière les toiles, soit après coup (et donc glacé), soit réalisés directement dedans (meilleur solidité alors).

B: Cette fois ci, la toile est coupée en droit-fil. Pour former l’épaule, un autre morceaux de toile tailleur (en biais ou en droit fil) est cousu en haut, ce que l’on appelle la plaque d’épaule. Avec la déformation au fer, cela permet de bien créer le ‘godet’. Sa découpe en rond et son accrochage à la toile permet éventuellement de prêt-former ce trop-plein de tissu. Ici, le passement est posé avec beaucoup de souplesse, voire des vagues (montage à l’italienne). Cela évite au plus haut point les effets de rides au bord de la veste, qui sont dûs (dans la méthode A) au rétrécissement du passement coton (et oui, encore une tuile à prévoir). Aussi, chez Camps, la ouatine descend très bas (ce qui est une bonne idée à mon goût).

Alors, le plastron chèvre/laine sera coupé en biais. Il est également possible d’y coudre une autre plaque d’épaule, ce que Camps de Lucca réalise. Ils disposent également un autre plastron chèvre/laine, plus petit, pour asseoir la forme. Il est également possible d’élargir la découpe du haut du plastron, pour ensuite chercher à la faire correspondre à la toile, moins large. L’effet est évident: un godet se crée qui sera résorbé par le travail à la main de piquotage. Et enfin le pied d’éléphant.

NB: les poches, par exemples, ne subissent pas le même traitement. La poche poitrine reste coincée entre la laine et les toiles, alors que la poché côté est basculée derrière et glacée. Pour la poche poitrine, je trouve que c’est clairement un inconvénient, tout mouchoir de pochette ou lunettes marquant alors un ‘bombé’ sur le devant.

C: Enfin, un variante de la méthode B, qui consiste non plus à réaliser une plaque d’épaule, mais une ‘quille’. Il s’agit de fendre le haut de la toile tailleur, et d’y insérer un biais en forme de triangle, que l’on zigzag. L’effet est immédiat et crée le ‘godet’. Cette méthode est indiquée dans les tissus très fins, ou le zigzag horizontal de la plaque d’épaule (B) pourrait marquer.  Si le tissu est fin, évidemment, le deuxième plastron sera éjecté du lot.

NB: ici, les poches peuvent être exécutée à l’inverse de la B. Mauvaise idée, la méthode A, à ce niveau, étant la meilleure (toutes poches à l’intérieur).

Évidemment, à propos des poches, elles peuvent être réalisées avant, ou après la mise sur toile. Personnellement, j’aime faire les poches côtés avant, puis les faire basculer et les glacer. Quant à la poche poitrine, je trouve que la réaliser directement dans la toile, une fois l’entoilage effectué, est un gage de solidité.

Pour ce qui est du ‘godet’ de clavicule, vous avez sans doute compris que c’est un élément essentiel. En effet, avec l’aide de l’épaulette (fine ou épaisse), ils compenseront le creux de la clavicule, cet os qui règle les mouvements de l’épaule et du bras. Ce ‘bombé’ créera sur le devant une ligne nette, qui ne marque pas l’os et donne de l’aisance (regardez les épaules des costumes deux boutons grande mesure Arnys de François Fillon: impeccable). Au moment de bâtir le dos et les devants ensembles, il s’agira de bien ‘jouer’ avec ce godet, avec un travail incroyable de la main disposée en creux, pour positionner la souplesse, travail dit ‘à l’italienne’, encore…

Tous les petits éléments de ce plastronnage sont finalement rassemblés ensemble, les uns sur les autres, au niveau de la poitrine et de l’épaule, comme le montre la première figure ci-dessous. Une ouatine recouvre donc ensuite le tout, avant le piquotage. Ce piquotage, composé de quelques centaines de points mains (de temps à autres à la machine) prend l’aspect de chevrons, d’où le nom du point. Il peut-être réalisé dans plusieurs sens: du milieu vertical à gauche puis à droite et la plaque d’épaule (1) ou du milieu horizontal vers le bas puis vers le haut et la plaque d’épaule (2). Voilà deux grandes écoles. Pour le biais qui arrête le revers, il est rapporté ensuite, et repiquoté, avec un point identique mais plus petit. Enfin, le revers est broché sur la toile, avec le même point, mais petit cette fois (que Camps, hélas, réalisent à la strobel-machine à ourlets invisibles). La méthode 1 permet une meilleur prise en main, et par grattage sous la main, un meilleur bombé naturel. La deuxième est plus adaptée au long plastrons et laisse le champ plus libre pour le travail au fer.

Voici donc un résumé, forcément partiel, de tout l’art qui se cache derrière la poitrine bien formée d’une veste de tailleur. Nous sommes très loin ici des vestes ‘mornes plaines’ du prêt-à-porter, où le thermocollant n’arrive jamais vraiment à créer une forme et à la maintenir. Au contraire, tout le pouvoir de la confection réside ici, dans ces quelques épaisseurs de matériaux, rendues solidaires et travaillées longuement sous le fer, pour dessiner l’empreinte du client, jeune ou âgé, dont les pectoraux ne sont jamais identiques ou au même endroit. J’espère avoir été aussi clair que possible, même si cela peut paraitre brouillon. Évidemment, le tailleur est une science vivante qui s’accommode assez peu de l’écrit…

Julien Scavini

13 réflexions sur “Les toiles tailleurs

  1. amator 9 juin 2010 / 21:46

    Julien,
    Merci et bravo pour cet article passionnant que je vais lire et relire plusieurs fois pour tenter de retenir les subtilités de montage.

    Le choix de telle ou telle méthode dépend-il des habitudes « maison », de la morphologie du client, du titrage du tissu choisi pour le costume? le goût du tailleur car le client n’y connait pas grand chose en général?

    que signifie exactement « glacer une poche » ?
    combien de temps faut-il pour commencer à être à l’aise avec ces méthodes (je ne parle même pas de maitrise parfaite) ?
    les tailleurs pratiquent-ils plusieurs méthodes ou se « spécialisent »-ils en fonction de choix personnels ??

    votre CAP en poche qu’allez-vous faire?

    Bien à vous

    Amator

    • Julien Scavini 10 juin 2010 / 18:43

      Alors les méthodes dépendent vraiment des tailleurs, de choix objectifs que j’ai essayé de relater, ou d’a priori personnel, du à leur formation, à l’école d’où ils sortent etc… Les grands tailleurs passent avant le stade de la coupe par l’apiécage. Là ils se forgent leurs opinions sur les pertinences de telles ou telles méthodes, souvent les mixent, et font évoluer le principe… Les apiéceurs respectent les désidératas de la maison, mais s’ils ont assez de ’bouteille’, ils peuvent aussi en faire qu’à leur tête 🙂 Chez Camps par exemple, il existe une méthode, mais certains grands apiéceurs font des variantes… Quant au client, il n’a pas à savoir à vrai dire, cela le regarde assez peu. Voudriez vous savoir quelle méthode Renault a utilisé pour accrocher son essieu arrière?

      Alors glacer signifie fixer. Toujours. Le point en revanche peut varier, mais en couture glacer=fixer. Le sac de poche en l’occurrence est fixé sur la toile à l’aide d’un point de chausson (grands X).

      Et pour connaitre toutes les méthodes, cela peut aller vite, mais il faut passer par beaucoup de maisons différentes alors… Pour en maîtriser plusieurs et faire son goût, certainement quelques années… il faut aussi voir le résultat porté par le client, et porté si possible longtemps pour comparer l’évolution de la veste.

      Après le CAP, il y a encore le petit examen de l’AFT, plus dur à vrai dire que le CAP, et ensuite, nous verrons bien. J’ai quelques projets en tête… wait & see.

  2. amator 10 juin 2010 / 19:26

    Merci pour ces précisions

    Allez-vous continuer vers la coupe ?

    Quand un client a des épaules de longueurs différentes, des hauteurs différentes, quelle est la meilleure méthode selon vous? In fine, la veste est-elle dissymétrique pour épouser au mieux le corps dudit client ou au contraire ?

    • Julien Scavini 11 juin 2010 / 16:45

      Vers la coupe, a priori non. Il m’a semblé que de nombreux tailleurs ne passaient pas par l’académie de coupe, trop chère et trop orientée vers l’industrie. Finalement, les besoins en terme de coupe des tailleurs ne sont pas si important, en dehors de l’expérience et du goût personnel… à voir.

      Alors pour ce qui est de la coupe de la veste si l’on a des épaules différentes, c’est complexe 🙂

      Effectivement, tout le monde a, soit une épaule plus haute ou plus basse, une hanche différente ou un bras plus court, cela doit être pris en compte en grande mesure. Deux écoles existent alors: soit on coupe la veste différemment des deux côtés (deux épaules différentes ou deux manches différentes, voire tout différent en même temps); soit on insère une épaulette de taille différente pour compenser.

      Donc certains tailleurs préfèrent la vérité du corps: on ne triche pas en l’on coupe tel quel!
      et d’autres l’harmonie d’une ligne parfaite:
      et l’épaulette compense la défaillance du corps..
      C’est une sorte de philosophie de la vie n’est-il pas?

  3. amator 11 juin 2010 / 17:04

    Je me souviens avoir lu que l’élégant Cary Grant portait des vestes aux épaules structurées …. quant à moi je préfère la vérité fusse-t-elle moins parfaite.
    Les petits défauts ne sont ils pas plus émouvants et charmants ?

    Avez -vous appris à glacer les manches également ? (on peut dire glacer une manche ou dit-on monter une manche?)

    • Julien Scavini 11 juin 2010 / 17:51

      ah non, en l’occurrence, on dit monter les manches…
      car glacer s’utilise plutôt pour des opérations de propretés (çàd des points de maintient intérieur non visible).

      Donc, à l’AFT, on devient apprenti apiéceur, ou apiéceur junior en fin de formation. L’apiéceur débutant ne monte normalement pas les manches ni le col, mais comme j’allais vite, j’ai pu apprendre un peu, parfaitement pour le col, plus difficilement pour les manches, c’est là que se révèle le talent 🙂

      Enfin, j’y arrive si le patron est bien tracé à la base. Après je ne dirai pas à un futur employeur que je sais faire. Mais pour mes vestes, cela me satisfait, même si ce n’est pas encore parfait! Il faut en tout cas de la patience et la dextérité!

  4. amator 11 juin 2010 / 23:42

    Le travail et de la patience et encore recommencer…pour tendre vers la perfection!!!

    Quand va-t-on pouvoir passer commande ?? ;))

    • Julien Scavini 14 juin 2010 / 17:21

      Oh la, je ne sais si j’oserai prendre des commandes en grande mesure tout de suite 😉

  5. Nathan 27 mars 2011 / 12:15

    Bonjour,
    merci pour cet article très éclairant. Pourriez vous m’indiquer où je puis commander ces toiles sur internet ? La plupart des merceries ne proposent que des toiles thermo-collantes…
    Merci beaucoup !

    • Julien Scavini 27 mars 2011 / 12:53

      aucune idée. A Paris, je trouve tout chez Lafayette Saltiel. Ils ont un site internet et une page facebook. Renseignez-vous.

  6. Bertille 9 janvier 2014 / 17:03

    Tout comme Nathan il m’est difficile de trouver de la toile de bonne qualité.
    On m’a conseillé en remplacement le sisal ou le tulle rigide associé à un thermocollant. Est-ce judicieux ?
    Merci beaucoup pour ces articles plus qu’instructifs

    • Julien Scavini 13 janvier 2014 / 21:33

      Aucune idée. Essayez de commander chez Lafayette Saltiel, ils expédient volontiers.

  7. wildchildsophie 6 avril 2014 / 12:26

    Bonjour!
    Je vous remercie beaucoup pour vos explications très claires et précises. Les illustrations sont particulièrement efficaces. J’épluche encore vos écrits sur le processus de montage pour en comprendre toutes les subtilités, mais je ne désespère pas, j’ai pu apprendre et comprendre énormément grâce à vous, merci! Je me lance dans la réalisation d’une veste à entoilage traditionnel et j’aurais des questions à vous poser au sujet du godet, comment déterminez-vous sa profondeur? Notamment dans la méthode B : quelles dimensions, et quelle ampleur de bombé, pour la plaque d’épaule? Varie-t-elle de manière importante selon le « porteur » ? Ma réalisation s’oriente sur une coupe années 50, donc assez structurée, mais malheureusement le patron est très léger en terme d’explications, surtout pour l’entoilage…
    Encore merci pour tout! Bonne continuation à vous!
    Sophie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s