Brooks Brothers

L’univers du vêtement masculin est maintenant englué dans la mode. La mode masculine est partout! Paris en est même la capitale d’après le Figaro Magazine. J’estimais plus pour ma part le Pitti Uomo… Le plus effrayant est peut-être la capacité des maisons ‘traditionnelles’ à se couler dans le moule du bouleversement permanent. J’estimais beaucoup la maison Hackett. Force est de constater que l’acharnement commercial qu’elle manifeste va à l’encontre de son message initial: qualité et ‘humeur’ britannique, c’est à dire calme, flegme et dignité. On y trouve plus que de la camelote.

J’ai alors cherché une autre maison ‘grande marque’ et me suis intéressé à Brooks Brothers, et force est de constater que je n’en démords plus! I say, what a insteresting brand it is! Située à Paris au 372, rue St Honoré, face au futur palace Mandarin Oriental, elle tient la dragée haute à toutes ces marques vulgaires qui ont envahi ce shopping mile des plus renommés!

Brooks Brothers n’est pas une marque anglaise, bien qu’elle en ait beaucoup de marqueurs. Vieille de près de 183 ans, elle fut fondée à New York et a habillé quasiment tous les présidents américains. Plus qu’une maison, il est possible de parler d’institution pour la décrire, institution fortement enracinée au cœur de la bonne société de la côte Est. Brooks Brothers est le fournisseur de toutes les familles que l’on pourrait qualifier d’aristocratie américaine.  Ralph Lauren, qui s’appellait alors Ralph Lifschitz y travailla avant de fonder les cravates Polo.

Son esthétique discrète est au service des hommes, des garçonnets mais également de la gent féminine. Chez Brooks, vous pourrez vous habiller de la tête aux pieds. Le costume trois boutons, ou sack suit, est le plus classique du monde et une référence de très bonne facture. Vous y achèterez aussi les chemises, avec une prime pour le fameux modèle ’bouton down’. Chaussettes, caleçons, chemises de nuit, chapeaux, maroquineries et accessoires s’y trouvent aussi. La célèbre maison Alden pourvoit quant à elle aux souliers. Chez Brooks, j’aime aussi et surtout la capacité à proposer des produits de toutes les gammes. A la différence des marques précédemment citées où tout est cher, trop cher. Vous trouverez en effet des vestes aussi bien à 350€ qu’à 800€. Suivant votre budget et vos envies, vous trouverez votre bonheur, surtout en solde (entre 30 et 60% dès le premier jour). L’enseigne à Paris propose également un service de chemises  et de costumes sur mesure de bonne facture. Les produits viennent à la fois d’Amérique, d’Angleterre ou d’Italie. Et fin du fin, ayez confiance en une maison qui propose des jaquettes ET des queues de pie. On en achète jamais, mais cela signe la présence d’un esprit supérieur entre les murs: le temps de l’élégance.

Enfin, Brooks Brothers propose la plus belle gamme (classique à prix modéré) de cravates et de nœuds papillons que je connaisse. Les ‘Rep Ties’ comme ils les appellent ont été importées des ‘Regimental stripes’ anglaises, en inversant le sens de la diagonale. Et leurs motifs colorés sont extrêmement reconnaissables! Songez aux nœuds papillons à nouer soi même, qui à 48€ sont parfaits! C’est mon repère! Car en vérité je vous le dis: fuyez ces grandes marques commerciales qui chaque saison jettent le bébé avec l’eau du bain. L’élégance masculine est faite de temps et de patience, non de renouvellement annuel. Aimez les marques où rien ne change, où d’une année à l’autre vous retrouvez la même sobriété, la même simplicité; c’est le cas ici.

Julien Scavini

N’hésitez pas à vous perdre sur le site internet de e-commerce, vous pouvez tout voir!

29 réflexions sur “Brooks Brothers

  1. forthediscerningfew 24 janvier 2011 / 16:12

    Excellent article sur une maison qui souffre d’un déficit de notoriété en France.

    Petite rectification: le Pitti Uomo est à Florence. C’est un salon de professionnels où sont présents de nombreux tailleurs et artisans. Les défilés des marques de « mode », quant à eux, se tiennent à Milan.

  2. Cravate Club 24 janvier 2011 / 17:05

    Bonjour,
    Lecteur assidu, je me lance dans un premier commentaire pour marquer une très légère différence de point de vue : je vous trouve extrêmement sévère avec la maison Hackett. Certes, elle tend à se laisser séduire par les sirènes du marketing, mais elle reste un bastion de l’élégance britannique et, le plus important, de nombreuses marques ont bien davantage cédé à ces sirènes. Je songe par exemple à Façonnable qui a aujourd’hui perdu beaucoup de son crédit à mes yeux alors qu’elle constituait pour moi une référence du sportswear à la française il y a de ça quelques années.
    De plus, je trouve que la qualité Hackett reste plus que convenable.
    Je réalise en écrivant tout ceci que vous me prendrez peut-être pour un représentant de cette maison. Soyez assuré qu’il n’en est rien.

  3. Paul 24 janvier 2011 / 18:50

    Bonsoir M.Scavini,
    Tout d’abord permettez-moi de vous féliciter pour la qualité et la pertinence de vos propos, lus avec beaucoup d’attention.
    Article très juste à propos de cette marque américaine que l’on ne présente plus..
    Par contre, le palace qui ouvrira ses portes vers le milieu de l’année rue St Honoré est le Mandarin oriental..et non impérial..
    Bien à vous.

  4. Robin N. 24 janvier 2011 / 22:32

    Excellent article sur une de mes maisons préférées ! Merci.
    J’y adore aussi les pièces pleines d’humour telles que les chemises button-down en seersucker parsemées de homards brodés.
    Par contre il y a une différence attristante entre les prix pratiqués par la marque en Europe et ceux aux Etats-Unis…

    • Julien Scavini 25 janvier 2011 / 10:42

      Absolument!

    • 16aR 3 février 2011 / 17:14

      Si jamais vous passez par Miami, ils ont un magasin d’usine dans un énorme Mall qui propose des tarifs extrèmement intéressants en période de « Clearance » (j’y étais pour nouvel an)
      Les bretelles a 24$, des gants bien fait et chaud (à Miami ???) pour 40$, des chemises à 60$ avec les tailles américaines (1 taille pour la longueur des manches, une taille pour la largeur de cou et épaule)

      Bonheur :p

  5. Jero 25 janvier 2011 / 01:51

    Bonjour Julien,

    Toujours autant d’intérêt à lire ton blog mais peux tu préciser l’acharnement commercial d’Hackett ?

    • Julien Scavini 25 janvier 2011 / 10:42

      Anecdote: le ‘look book’ pro d’Hackett il y a quelques années était quasiment rempli de ‘look’ en costume. C’était très british. Le ‘look book’ d’hackett maintenant: des silhouettes débiles, comme le point 22 des ‘grands luxes’ de Monsieur de décembre (p88) et seulement deux costumes à la fin… Ça et un personnel (pour les nouvelles boutiques) qui n’y connait rien… Le groupe Toreal qui possède Hackett possède également Pepe Jeans, pour vous dire… Enfin expérience personnelle: ma garde robe entière vient de chez eux, et elle vieillit extrêmement mal, ce qui me désole :/ C’est beau en vitrine, c’est cher à l’achat et c’est tout!
      Jérémy Hackett (qui est un ange, pas de doutes la dessus) disait: on reconnait la qualité d’une maison à la façon dont sont cousus les boutons. Je les recouds tous les uns après les autres…

      • Dexter 17 mars 2011 / 12:13

        Pour le personnel qui n’y connait rien je confirme : j’y suis rentré l’autre jour et, pour voir, j’ai demandé à un vendeur si leurs costumes étaient entoilés ou thermocollés… et bien croyez le ou non il est allé se renseigner (!!!). Entre temps, je pose la même question à une vendeuse qui me soutien -limite choquée (preuve qu’elle connaissait au moins la différence qualitative)- que c’est de l’entoilé. Sur ce le premier vendeur de revenir tout sourire avec son information : c’est du thermocollé… Hallucinant !!!

      • Calatrava 18 mars 2011 / 12:27

        Mais alors thermocollés ou entoilés ?

      • Julien Scavini 18 mars 2011 / 12:56

        Hackett? : Thermocollé avec un petit plastronnage.

      • Calatrava 18 mars 2011 / 13:06

        Vu les prix, le contraire m’aurait supris. Je dois avouer qu’il n’est pas simple de savoir de quelle manière est fait un costume !

      • Julien Scavini 18 mars 2011 / 14:30

        Si l’on résume: toujours en thermocollant avec petit plastronnage rembourré (semi-entoilage ou semi-traditionnel). Quelques fois entièrement entoilé, toujours au dessus de 1200€. Touchez. Une toile se sent forcément. Touchez me bas de la veste devant, vous sentirez immédiatement quelque chose entre les deux tissus (ext et int) qui est libre = la toile.

      • Dexter 18 mars 2011 / 16:54

        Oui thermocollé bien-sûr ! Et ce n’est pas grave au final (ça peut être un choix dicté par le budget, que celui-ci soit voulu ou imposé), ce qui est grave c’est le recrutement de vendeurs incompétents qui n’ont ni connaissances sur la marque ni notions de fabrication. Mais ce sont eux les plus à plaindre puisque leur manque de compétence est certainement très pratique pour les payer au lance-pierre… Triste époque.

  6. leica 25 janvier 2011 / 22:08

    Bonsoir,

    Je suis plus mitigé sur Brooks Brothers : c’est classique, bien fini parfois, sans trop d’originalité, souvent taillé large, mais pour des chemises ou des pyjamas faits en Chine ou en Malaysie c’est payé très cher l’aspect « aristocratie côte est ».
    On peut toutefois trouver quelques beaux produits : je pense à la gamme produite aux USA (les chemises en oxford blanc du sous-sol sont très très plaisantes). Il y a aussi quelques pulls cachemire deux fils produits en Ecosse qui sont assez attirants par leur couleur pastel ou chiné et qui me semblent bien placés au niveau prix.
    Par contre, je trouve que depuis quelques saisons il logote un peu trop leurs produits.
    C’est comme partout finalement, il ne faut pas s’habiller en total look mais savoir assembler de çi de là de belles étoffes glanées.

    Cordialement,
    leica.

    • Julien Scavini 25 janvier 2011 / 22:46

      Absolument. Les produits que j’apprécie chez eux sont en effet ceux de la gamme ‘business’, qui ont une qualité et une retenue toute américaine. Après pour les aventuriers du style, il y a les pièces black fleece par Thom Brown je crois. Pour ma part je m’arrête aux costumes, belles chemises et vestes de tweed et autres blazers. Disons que pour une grande marque, c’est pas mal!

  7. Giorgio 26 janvier 2011 / 22:00

    Bonjour,
    d’abord félicitations pour ce blog et pour ces très beau dessins… Seront-ils exposés bientôt dans une galérie parisienne ?
    En ce qui concerne les prix pratiqués par BrBr à Paris, ce sont EXACTEMENT LES MEMES que ceux en vigueur sur Madison Avenue, à ceci-près… « € » a remplacé « $ », et ainsi les voici multipliés au moins par 1,35…
    Sinon, une belle maison à l’ancienne, où il est bon de faire son « stock picking » avisé… La boutique de la rue St-Honoré, cépendant, n »a pas le charme de celle de Manhattan (quelle émotion y entrer lors de mon premier voyage à New York…).
    Amitié
    Giorgio

    p. s.
    étant turinois, je vous recommande une vénérable maison de ma ville : Jack Emerson. Cela vaut le détour… (http://www.jackemerson.it/home.php)

  8. Muskar 26 janvier 2011 / 22:27

    Mais alors si meme Hackett que je croyais etre une bonne marque ne tient pas la distance, que reste t il de serieux en PAP ?

    • Dexter 17 mars 2011 / 12:21

      Pas grand chose, ce qui est la continuation du RIEN par d’autres moyens…

      • Calatrava 18 mars 2011 / 12:25

        Comme s’il fallait nécessairement s’habiller en grande mesure… Il y a une part de snobisme derrière de tels propos, à mon sens tout du moins !

        Je maintiens, je trouve le rapport qualité/prix Hackett. Quant aux looks proposés, ils me séduisent également (des goûts et des couleurs)…

      • Dexter 18 mars 2011 / 16:50

        Pas de snobisme, juste un cri de consommateur écoeuré qu’on le prenne sans vergogne pour la dernière des cruches…

  9. L'Amateur professionnel 27 janvier 2011 / 12:54

    Bonjour Julien. Je vous avoue que tout comme Leica, je suis assez réservé. Je connais Brooks Brothers depuis longtemps, et elle semble connaître le même déclin programmé que Hackett. Certes, le « casual » y est pas mal. On y trouve dans cette gamme pas mal d’articles de qualité. Mais les costumes ??? Votre enthousiasme m’étonne. Surtout de la part d’un anglomane comme vous ! 🙂 Coupes très internationales (peu de poches à ticket, peu – ou pas du tout ? – de poches en biais), peu de costumes à gilet, des tissus très conventionnels, et surtout des vestes coupées beaucoup BEAUCOUP trop court !

    Quant aux tenues traditionnelles, certes il y a le frac et le morning dress. Mais avez-vous bien examiné les dinner jackets ? Je n’en ai trouvé aucun dont les poches soient exemptes de rabats. Rédhibitoire.

    • Julien Scavini 27 janvier 2011 / 13:04

      Oui vous avez raison, ce n’est pas très anglais et les smoking ne sont pas comme il faut.
      Ceci dit, j’apprécie justement ici cette coupe internationale classique. Car le look anglais ne va pas à tout le monde. Je ne cherchais pas tellement le comparatif. Simplement j’apprécie l’esthétique discrète de cette maison.

  10. Hebe 6 février 2011 / 02:39

    Ouf! Je rentr d’une visite dans l’un de leurs -nombreux- magasins de Hong Kong.
    Je trouve que c’est pas mal, même si d’autres maisons, sises à côté dans les «department stores» sont un peu au dessus.
    Il me semble qu’ils ont deux coupes de costumes, à 2 ou trois bouttons, et et qu’ils proposent aussi un service spécial où l’on peut personnaliser, dans d’étroites limites, ces costumes.
    Beaucoup de vestes de sport, de pantalons et de blousons, bref, beaucoup de choix, dans des couleurs pour, disons gentiment, tous les goûts.
    Ici, on peut avoir un costume, dans une laine légère, pour l’équivalent de 700 Euros. Les chemises tournent elles à 7 Euros environ. «Non Iron Cotton». Souvent avec des cols boutonnés. Là encore, il est possible de personnaliser, et de recevoir, comme pour le costume, sa commande en 4 semaines.
    J’ai été surpris de constater (mais je peux me tromper dans ma constatation?) que les boutons des blazers sont en plastique.
    Finalement, Madame est ressortie du magasin avec un gilet sans manche, un chandail et une chemise. J’ai acheté un nœud papillon.

  11. Calatrava 26 février 2011 / 01:36

    Il me semble que depuis quelque temps, Hackett devient la cible de nombreuses critiques de certains « experts » du vestiaire masculin. Cette marque serait-elle trop « démocratisée » pour certains ? Cela me fait penser au Dr ès chaussures qui s’en prennent à Weston et qui, par contre, semblent adorer certaines petites maisons britanniques qui m’ont, ce n’est que mon avis, plutôt déçu (et je ne parlerai par des prix).

    On peut parler longtemps de la qualité des articles. À ce jour, je suis content des produits Hackett dont j’ai fait l’acquisition. Ce n’est assurément pas ce qui se fait de mieux, mais le rapport qualité/prix ne semble pas si mal.

    En parlant de qualité, j’ai connu des problèmes avec des marques certainement plus prestigieuses telles que Zegna ou Armani pour ne citer que ces deux.

    Tout cela a un fort goût de snobisme, il me semble…

    Cela dit, Brook Brothers ne me semble vraiment pas être un meilleur choix que Hackett. Nettement moins sympa (dans l’esprit). Quant à la qualité, elle n’est en rien meilleure que celle des produits Hackett. Accessoirement, le « made in China » est légion chez BB, ce qui n’est pas le cas chez Hackett (OK, on a droit à certains pays du Maghreb).

    • Julien Scavini 28 février 2011 / 15:27

      D’autant plus expert que ma garde robe entière vient de chez eux… entre les chemises à col mal conçus, les trenchs coats moins bien finis que ceux trouvés aux Halles et les costumes qui se démantibulent, j’ai fini par comprendre… d’autant que je trouve leur personnel parisien (je ne parle pas des vendeurs, mais de leur hiérarchie) plutôt discourtois.

  12. Calatrava 28 février 2011 / 23:23

    Alors nous dirons que par bonheur, je n’ai pas eu encore à souffrir des mêmes problèmes que toi…

  13. Giorgio 1 mars 2011 / 19:26

    J’apporte ma modeste contribution au débat sur les mérites de la maison Hackett… Je possède plusieurs paires de chaussettes en laine de cette marque : hautes, confortables, elles enveloppent le mollet avec tendresse en plein hiver… La paire la plus ancienne vient de me quitter après deux hivers de bon et loyaux services ! Une très bonne ésperance de vie pour une chaussettes…
    Sinon, dans le PAP, j’invite à connaître la maison Curling (mais ici les puristes vont m’assassiner…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s