Manches courtes

Non, nous n’allons pas aborder ce soir le sujet des chemisettes – je sens déjà les tomates pourries arriver – mais bien celui des manches de vestes, irrémédiablement trop longues ! Je crois qu’à tous les prêt-à-porter, je retirerai 1,5cm de longueur ; mais ils sont issus des mêmes tables de gradation.

Il est de tradition de laisser entrevoir 1 à 2 cm du poignet de chemise – tradition détestée en Asie, honnie chez les militaires – mais les tailleurs anglais nous ont appris cette règle, alors autant se la tenir pour dîtes. Dès lors, et comme les vestons en p.à.p. ont des manches généreuses, les chemises s’adaptent en étant plus longues encore, jusqu’à recouvrir la moitié de la paume de la main quelques fois.

Il n’existe pas vraiment de règle parfaitement tranchée en la matière, pour juger de la bonne longueur ou non au demi centimètre près. Soyons pratique : quel est le résultat de manches trop longues (même si la chemise dépasse, donc encore plus longue) : la sensation de chaleur. Il est un fait : recouvrir la veine qui relie la main au bras donne une abominable sensation de chaleur, ou du moins amplifie celle-ci. Et je crois que l’aisance dans ce cas est tout ce qui compte!

La plupart, sinon tous les vendeurs et petits tailleurs prennent la longueur de manche avec le bras coudé à l’horizontale. Je pense que c’est une erreur. Finalement, prêtez-y attention, nous sommes le plus souvent bras vertical, notamment en déplacement. Il convient à ce moment d’avoir de l’allure. Sinon, accoudé à votre bureau, la problématique est différente. Donc je prends la mesure bras tombant. Et comme repère, je me fixe sur le petit os (en fait le sommet du cubitus, opposé au pouce, sur la face externe du bras). J’imagine la veste s’arrêter au dessus, la chemise en dessous, d’où 1,5cm de différence. Rajouter exactement +1,5cm pour un port classique, question de volonté du client vis à vis de son tailleur.

Pour vérification, je place (bras vertical, comme sur l’illustration) la main perpendiculairement au bras, et la fait aller de droite à gauche. Elle doit frotter le poignet de la chemise, mais pas le faire remonter, encore moins la manche veste.

Alors je vois poindre d’ici les critiques : quoi, une manche comme ça? mais elle est trop courte? Oui en effet, la manche est courte, et toutes vos chemises seront irrémédiablement trop longues (je le sais d’expérience). Mais lorsque quelques vestons correspondront à quelques chemises, vous vous sentirez à l’aise, sans jamais de surchauffe à ce niveau et une aisance parfaite pour serrer des mains ou tenir votre sacoche à bout de bras. Évidement, bras coudé, cela fera court, mais cette posture est généralement admise devant un clavier d’ordinateur où c’est un avantage. Et puis personne ne remarquera jamais que vos manches sont plutôt courtes tant que l’harmonie générale est correcte : veste à la bonne taille ni trop longue ni trop courte. Quelqu’un qui est à l’aise et en confiance dans son costume se remarque ; quelqu’un qui a chaud sous un costume trop long, mal adapté ne sera ouvertement pas à l’aise. Monsieur Hulot lui était à l’aise 😉

Julien Scavini

16 réflexions sur “Manches courtes

  1. Nishijin 20 juin 2011 / 19:21

    Oula… Ca, c’est une prise de position… que je ne partage pas.
    Peut-être suis trop classique, mais pour moi, la chemise s’arrête à la base du pouce (ni plus bas, ce qui est inconfortable), ni plus haut, et la veste juste au niveau de la fameuse protubérance du cubitus (juste couverte par la veste, qui ne s’arrête donc pas au-dessus).
    Il s’agit là de repères quand le bras est le long du corps. La position du bras à la prise de mesure est un tout autre sujet, puisque tout dépend de ce qui en est fait ensuite, de ladite mesure. L’important pour le coupeur est d’avoir des repères fiables, permettant des mesures les moins imprécises possibles (parce qu’imprécises, elles le sont malheureusement toujours). Et chez un tailleur, n’y a-t-il de toute façon pas un essayage qui permet de l’ajuster précisément, cette longueur ?

    • Julien Scavini 20 juin 2011 / 20:02

      Oui, c’est donc la mesure que j’ai appelé ‘classique’ (+1,5 par rapport à la protubérance du cubitus) qui est la tienne.

      Et en effet, la mesure s’ajuste à l’essayage et après la façon dont en prend la mesure regarde juste le tailleur, non pas le client. Je donnais ce repère à titre indicatif.

      Mais la chemise à la base du pouce, je trouve ça un peu long tout de même, voilà pourquoi je prends position! 😉

  2. Hebe 21 juin 2011 / 00:32

    En Asie, où je suis, j’ai effectivement dû être très ferme pour avoir droit à des manches de chemise et de vestes à mon goût. C’était assez drôle. Le tailleur faisait tourner les pages de tous ses catalogues, pour trouver LA photo où la manche de veste cachait le poignet de la chemise, et me disait que c’était très joli. Je ne sais pas pourquoi ils aiment ça… Je me demande si ce n’est pas parce que, pendant des années, en s;habillant en prêt à porter avec des vêtements de marques européennes, ils se trouvaient avec des manches trop longues pour eux… je n’affirme pas.
    En ce qui me concerne, j’aime que les manches de chemises s’arrêtent juste sous la bosse de l’os, qu’elles ne touchent donc pas la paume des mains, et les manches de veste un peu plus haut.
    En ce qui concerne les militaires, ma tenue de sortie, d’il y a longtemps, coupée par un tailleur militaire, laissait bel et bien dépasser -un peu- la manche de la chemise.

    • Julien Scavini 21 juin 2011 / 07:59

      Bien d’accord sur la longueur, très confortable comme cela!

  3. Muskar 21 juin 2011 / 08:55

    Concernant la manche de chemise à la base du pouce , je suis d’accord avec Nishinjin car il faut de l’aisance en longueur pour pouvoir tendre le bras. En revanche, le boutonnage de la manchette doit être suffisamment serré pour que la chemise s’arrête à la toute fin de l’avant bras, sans recouvrir du tout le début de la paume. En pap, le boutonnage du poignet est généralement beaucoup trop large, et il est alors possible (sauf poignées mousquetaires) de déplacer le bouton pour le resserrer.

    • Julien Scavini 21 juin 2011 / 09:55

      C’est en effet un autre élément d’information.

    • Nishijin 21 juin 2011 / 11:20

      Entièrement d’accord avec Muskar. Les manches trop courtes sont une solution face à des poignets trop larges, ne restant pas en place. Mais si le poignet est correctement ajusté, du coup les manches courtes deviennent inconfortables, gênant le mouvement dès lors qu’on veut bouger le bras.
      Quand, comme moi, on a le poignet fin et qu’on apprécie les boutons de manchette, pas le choix, il faut du sur-mesure.

      • Julien Scavini 21 juin 2011 / 15:41

        Oui, je comprends mieux ta position, merci. Mais l’idée que la manche soit en butée sur la main au poignet me gêne. J’aime bien que cette zone soit ventilée, mais c’est une prise de position en effet.

  4. Orgel 21 juin 2011 / 09:02

    Une main est belle lorsqu’on aperçoit la naissance du poignet, effectivement. Et puis mieux vaut trop court que trop long! Par contre, si la chemise dépasse un peu trop et que l’on porte des boutons de manchette, le risque est grand de voir sa manche de veste agrippée par le poignet de chemise, phénomène agaçant et parfois amplifié par le port de la montre. J’ai définitivement réglé tous ces problèmes, quand je « m’habille », par le port du gousset et des « armbands », ou comment on retourne par simple expérience personnelle aux évidences désuètes du vestiaire masculin!

    • Julien Scavini 21 juin 2011 / 09:55

      +1 😉

  5. Hebe 21 juin 2011 / 18:22

    Mais l’idée que la manche soit en butée sur la main au poignet me gêne.

    Il y a de quo!. La manche pèse sur la main. c’est inconfortable au possible! Ça gratte quand on bouge. C’est pesant, ça tire… On est vraiment bien quand on ne sent pas ses vêtements, pas quand ils vous pelotent. Je souscris sans réserve à la montre de gousset mentionnée par Orgel. J’ai le bonheur d’en avoir trois presque exactes. Je n’avais pas pensé aux brassards, qu’il appelle armband. Mais, OUI, évidemment….. Je vais m’en trouver dans l’heure.

  6. LM 21 juin 2011 / 18:51

    Ayant des bras plus longs que la moyenne, j’ai d’abord porté des manches ‘courtes’ par obligation, puis au fil des ans et avec la découverte de la mesure, j’ai adopté ce style pour mes vestes.

    Question d’habitudes et de goût comme pour tout, personnellement, le fait qu’une chemise soit cachée par la veste m’horifie.

    LM

  7. Orgel 22 juin 2011 / 09:02

    Attention cependant si vous êtes du modèle costaud, certains brassards métalliques vous scient le coude et se transforment en garrot… J’ai ma préférence pour le bon vieux galon noir élastique, cousu à l’exacte mesure à la base du biceps. Je le trouve aussi plus élégant, car plus sobre, que ses collègues métal.
    Amitiés

  8. Vincent Lemma 12 mai 2014 / 13:58

    Bonjour,
    C’est assez drôle, j’ai toujours porter justement mes blazer ou veste avec de préférence des manches courte,(pour cette raison aussi que j’ai du mal à en trouver aussi…) et surtout la chemise qui dépasse de 2cm (après l’os du poignet) pour moi.

    Sans doute lier du fait de mes Origines??…Italienne.

    La classe à l’Italienne dit-on? lol

    Vincenzo.

  9. BB 23 février 2015 / 17:08

    Mille fois bravo.

    Je partage votre point de vue intelligent. Des manches un peu plus courtes me satisfont pleinement, pour toutes les raisons énoncées.

  10. lagrandeblogueuse 9 septembre 2015 / 19:02

    Pas mal l’illustration. Je partage l’idée du 1,5cm de rab pour couvrir quand même un peu la main…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s