Les méthodes de doublure

Qu’il fait chaud, mais qu’il fait chaud! En ces temps incertains où les orages doivent arriver, impatiemment guettés comme au milieu des plaines africaines, il est bon de s’interroger sur sa veste de costume. Comment en effet concilier prestance au travail et modération thermique? Pour ceux d’entre nous qui travaillent à la clim’, aucun problème. Mais pour les autres? Notons également que l’air conditionné, vendu depuis les années 50 par nos amis américains trouve actuellement, dans la crise de l’énergie sa limite. Le premier ministre japonnais a en effet et depuis quelques semaines décrété un ‘cool biz’ – comprenez être cool au travail, c’est-à-dire venez sans veste – en raison de l’arrêt de nombreuses centrales nucléaires, et du manque d’électricité qui en découle. Les grandes tours de bureaux, révolution moderne du travail, se transforment alors en immense grille-pain.

Le coton peut-être un atout, bien qu’il respire assez mal. Mais il a l’avantage sur la laine, de s’entretenir mieux, notamment le pantalon, qui s’il est bien fait, pourrait supporter un cycle en machine. Les coupes amples (pas trop grandes!) facilitent aussi la vie, avec une sensation moindre sur la peau. Chemises et costumes trop cintrés sont à proscrire, alors que l’hiver ils sont intéressants.

Enfin et surtout, que mettre à l’intérieur. Comment alléger au maximum la veste? Choisir un coton léger (240gr) peut déjà être une base. Passez ensuite à la doublure. Quatre grandes options s’offrent à vous : A – la doublure intégrale, évidemment la plus courante, en viscose, en acétate, en polyester, en soie etc. Elle permet de réaliser les ‘propretés’, càd camoufler les coutures et l’intérieur (fonds de poches, toiles, coutures, etc).

B – le non-doublé dos, quelque fois appelé 1/4 dos. C’est déjà une avancée. Vous conservez la jouissance des poches de la garniture, et un empiècement doublure finit le haut du dos.

C – le non-doublé. Ici, plus de doublure pour camoufler les fonds de poches etc. Une grande garniture de tissu double le devant, dans laquelle sont réalisées les poches portefeuille. Les poches extérieures possèdent des fonds de poches (donnant sur l’intérieur) en tissu, à la manière des poches de pantalons. C’est une jolie méthode qui donne à voir, tout en étant relativement minimaliste! Les ‘propretés’, càd les coutures sont camouflées par des ganses ou surpiquées-couchées comme dans une chemise.

Dans ces trois méthodes, vous bénéficiez de l’entoilé et d’une épaulette, ces méthodes n’étant pas contradictoires.

D – le non-doublé intégral, quelque fois appelé veste foulard. Ici, il n’existe plus aucune poche à l’intérieur. De même la toile disparait, comme les épaulettes. Le montage de la tête de manche est plutôt comme une chemise. La structure disparait, la veste est molle, effectivement comme un foulard, ce qui peut être idéal pour des cachemires bi-faces bi-colores.

Julien Scavini

11 réflexions sur “Les méthodes de doublure

  1. boulgakov2003@yahoo.fr 28 juin 2011 / 09:33

    Bonjour Julien,
    Lorsqu’on beneficie de la climatisation au bureau, cela simplifie les choses mais reste l’ennemi numéro 1: les transports en communs. Le vélo n’est pas non plus la solution par grande chaleur… c’est un vrai problème.
    je posais d’ailleurs la question sur le blog de PG qui a quant à lui résolu le problème en adoptant la voiture (smart) pour éviter le saccage de ses costumes bespoke dans le metro!
    Et une question qui suit: ou faire nettoyer ses costumes? et à quelle fréquence en été?
    Merci,
    Cyril

    • Julien Scavini 28 juin 2011 / 16:09

      Pas d’idée précise. J’ai entendu dire que la Teinturerie de l’Etoile à Paris était de la meilleure qualité!

  2. Guillaume 28 juin 2011 / 11:19

    Bonjour Julien,

    Où peut-on trouver des vestes foulards en PàP? Je ne crois pas en avoir déjà vu, mais l’idée me plaît!

    Merci d’avance!

    • Julien Scavini 28 juin 2011 / 16:10

      Aucune idée là encore. Je sais qu’Arnys en a proposé par un moment.

  3. Nicolas 28 juin 2011 / 19:57

    Trés instructif article.

    A Guillaume : j’ ai une veste foulard achetée chez Amarni.100 % soie. Je l’avais achetée en solde à 250€ il y a 3 ans. Assez sport, je l’ai fait un peu recouper, pour qu’elle soit à mon gout. Peut être ont ils encore ce modèle ? Toutefois, cette veste n’est pas portable au bureau car pas assez de tenue.

    J’ai aussi un costume avec une veste de type C. C’est agréable en cas de chaleur et représente un bon compromis. Mais mon prochain costume d ‘été je le ferai comme en D avec un tissus ayant une bonne tenue. Julien doit bien avoir cela !!

    Amitiés à tous

    Nicolas

    • Guillaume 29 juin 2011 / 09:12

      Nicolas, merci pour l’info. Armani n’est pas vraiment ma tasse de thé, mais j’irai faire un tour!

  4. LM 30 juin 2011 / 16:33

    Julien, pour les vestes foulard, vous devriez essayer de créer un modèle réellement réversible – j’avais vu quelque chose de ce genre chez Rubinacci.

    Guillaume, Boglioli fait de très belles vestes foulard, avec comme spécialité le cachemire délavé. Vous les trouverez chez Arthur & Fox qui les proposent d’ailleurs également sous leur propre marque – souvent moins onéreuse..

  5. Guillaume 1 juillet 2011 / 13:30

    J’irai donc faire un petit tour demain! Je ne connais pas du tout Boglioli, ça se situe comment en rapport qualité/prix?
    Merci pour ces infos!

    • LM 1 juillet 2011 / 15:00

      Assez onéreux malheureusement, mais bonne qualité et cachemires aux dessins très intéressants. Malheureusement les manches sont assez courtes et les boutonnières déjà ouvertes, ce qui rend des altérations assez compliquées. Mais regardez-donc les options non-cachemire (mieux adaptés à la saison) et surtout la gamme Arthur & Fox, fabriquée par Boglioli pour eux.

  6. Walter 9 octobre 2016 / 16:18

    Bonjour Julien,

    Bien que le sujet ici est la doublure de la veste, qu’en est-il de celle du pantalon ?
    Parce que c’est simple ; pourquoi diable cette longue pièce de tissu au devant de la cuisse ?
    A-t-elle toujours été là ou n’est ce que la conséquence d’étoffes à l’épaisseur décroissante ?

    Bien à vous.

    Walter

    • Julien Scavini 9 octobre 2016 / 16:28

      A ma connaissance, elle a toujours été là, parfois même avant et arrière. Je pense que les laines qui grattaient rendaient cela nécessaire. C’est pour cela qu’un pantalon de coton ou de lin n’en nécessite pas. Aujourd’hui, on pourrait s’en passer. D’ailleurs, Camps De Luca n’en met jamais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s