La chemise : questions techniques

Les lundis à venir, je vais revenir un peu aux essentiels de Stiff Collar, à savoir énoncer certaines règles de l’élégance anglaise. Nous allons étudier la chemise. Car la aussi, il existe quelques règles simples qui tiennent plus du bon sens pour accorder ses mises.

Il fut un temps – les années 50 et 60 surtout – où les hommes portaient des chemises blanches. C’était simple, efficace. Avec un complet ‘sack suit’ anthracite à petits revers et un chapeau feutre trilby, c’est l’archétype de la mode sixties. Mais voilà, la chemises blanches, à la fois ça se salit vite au col et aux poignets et c’est peut-être un peu fade. (Quoiqu’encore je trouve cela très raffiné). Alors ressurgirent les chemises colorées, unies ou à motif.

Évoquons rapidement les armures (= la manière de tisser) des cotons pour chemises qui sont excessivement complexes, bien plus que pour les lainages à costumes. Évidemment la grande reine des cotonnades est la popeline, que l’on peut trouver teinte en pièce (donc très unie) ou teinte aux fils (donc un fils à fils). La grande caractéristique de la popeline est d’avoir plus de fils en chaine qu’en trame. Je rappelle que les fils de chaine sont ceux qui sont tendus sur le métier à tisser et que ceux en trame sont mis en place par la navette. Cette caractéristique a son utilité pour ‘fabriquer’ des rayures, les rayures étant la chaine.

Évoquons aussi le titrage des matières, un point plus intéressant. S’il est utile de comparer les tissus par leurs grammages relatifs les uns aux autres (entre 120gr/m et 185gr/m pour des tissus toutes saisons), il est bon aussi de regarder la qualité des fils. Comme pour les lainages où l’on trouve les termes super 100’s. Ainsi en chemise, il existe des fils de finesses variables (finesse de 30, 40, 50 voire 120, 170 etc). Plus le nombre est grand, plus la fibre est fine, soyeuse. Ensuite, les fils tirés de ces fibres sont :

– soit utilisés tel quel pour le tissage, on parle alors par exemple de 40/1 (on prononce 40 à 1)

– soit retissés par deux pour donner un fil plus épais, on parle alors de double retors, par exemple 40/2 (on prononce 40/2).

Évidemment, un 170/2 est un tissu de grande qualité, vous vous en doutez : fibre très fine et fil doublé pour plus de solidité. Ceci dit, attention, il est des mauvaises qualités qui se font passer pour de très bonnes, et qui proposent certes un fil 120/2 en chaine, mais un fil de 120/1 ou pire, 70/1 en trame… Incidemment, ils ne communiquent que sur le meilleur fils passé dans la masse. A vérifier donc si les deux titrages (en chaine et en trame) sont donnés et identiques.

Il est également possible de serrer plus ou moins les fils dans le tissu. Ainsi, avec un fil double retors 140/2 par exemple, on pourra obtenir après tissage un tissu plus ou moins lourd, plus ou moins lâche, suivant l’usage et la saison. D’où l’intérêt de regarder le poids, comme pour la laine.

Viennent ensuite les origines. Les meilleurs cotons pour chemises proviennent de deux endroits dans le monde : les îles de La Barbade dont on tire les ‘Sea Island’ et les plateaux égyptiens, dont on tire les giza 32, 45, 89 etc… Ce sont des variétés de cotons différentes, comme il existe des patates BF15 ou Charlotte. Une importante catégorie de coton provient d’Amérique du nord. La variété est le Pima. Un classique chez Gap : les pulls en coton pima. Comme pour la laine, d’un même ballot de coton on peut tirer diverses qualités, suivant que l’on raffine ou pas les fibres. Ainsi dans un même ballot, on tirera des fibres longues, la meilleure qualité, achetées au prix fort, et des fibres de deuxième, troisième et quatrième catégorie. Donc dans un ballot, on peut trouver des fibres 180, 120, 80, 40 etc… soit on crée un mélange de fibres diverses, soit on ne recherche que les meilleures. Suivant les usages…

Enfin, notons qu’un tissu de chemise peut rétrécir jusqu’à 3%, ce qui est bien plus important que pour la laine. C’est pour cela que l’on achète une chemise avec un peu d’aisance. A ce propos, au niveau de l’aisance du col, il est vrai que l’on ajoute traditionnellement la valeur d’un doigt à la mesure de tour de cou. Ceci dit, attention si vous portez un nœud papillon, lorsqu’on serre celui-ci, il a tendance à écraser et donc déformer le col, d’où l’interêt de prendre un col plutôt resserré.

Je rajouterai enfin un élément important : un vendeur ne doit pas mettre son doigt entre le centimètre et votre cou lorsqu’il mesure. Car si vous mesurez votre cou et trouvez 39, vous devez acheter une chemise taille 39. Cette chemise aura en réalité un tour de cou de 40cm, car 1cm d’aisance aura été automatiquement ajouté à la coupe. Après trois lavages et un léger rétrécissement, vous approcherez de votre tour de cou. Suivez le raisonnement : si vous ajoutez la valeur d’un doigt à votre tour de cou, au lieu de 39, vous tombez sur 40cm, et une chemise taille 40 a en réalité un tour de cou de 41cm… et là, c’est trop large ! Une veste, comme une chemise, ça doit tenir son homme ; pas le laisser flotter. Ça explique peut-être pourquoi tant d’hommes ont des chemises qui baillent tant ! Ah la formation professionnelle des vendeurs ! Comme disait Pépin, bref.

La semaine prochaine, nous étudierons un peu les motifs de chemises et les bons façonniers.

Julien Scavini

9 réflexions sur “La chemise : questions techniques

  1. Arthur 30 octobre 2012 / 21:27

    Bonjour Julien,

    Votre article est très intéressant, comme à l’accoutumée. Comme vous parlez d’énnoncer des règles de l’élégance anglaise, je me permet de vous demander si il y a une tenue et des usages particuliers pour les enterrements. Peut être la jacquette noir est-elle indiquée (noir pour l’église et la jacquette pour la formalité de l’événement)?

    • Thomas 30 octobre 2012 / 22:48

      Oh! A l’enterrement du Prince Charles éventuellement, si vous êtes un proche parent… et encore!
      Les seules obligations pour moi sont: cravate noire (cravate « régate » de couleur noire hein, pas « black tie »!) et pas de couleurs criardes. Costume gris (pas forcément anthracite d’ailleurs), chemise blanche et cravate noire, pas besoin de plus, même si vous êtes de la famille.

      • Julien Scavini 5 novembre 2012 / 16:48

        oui. Je ferai un article sur le sujet tiens’

      • Arthur 15 novembre 2012 / 18:17

        Je n’ai pas l’honneur d’être un proche parent du Prince de Galle mais j’attend quand même l’article sur les codes de l’enterrement avec impatience bien que j’ai noté vos conseil.

  2. Le Chiffre 1 novembre 2012 / 11:48

    C’est bien la première fois que je vois un costume droit à cran aigu dessiné sur votre site 🙂

    • Julien Scavini 5 novembre 2012 / 17:08

      Tout arrive 😉

  3. Chemise pour homme 9 novembre 2012 / 09:29

    Un article très utile pour l’homme moderne…par contre, je voulais aussi vous demander si on peut encore porter des brettelles ? Je risque de ressembler à un grand-papy ? Merci !

    • Julien Scavini 10 novembre 2012 / 12:40

      Non, on peut, on peut 🙂
      Mais pas avec des pinces en métal, la vous ressemblerez à un papy. Mais des bretelles à boutons. Achetez une paire de Thurston, ils fournissent les boutons avec que vous ferez poser par un retoucheur !

  4. PhC 19 novembre 2012 / 10:01

    Merci pour l’article. Encore des bases de culture pour pouvoir choisir avec discernement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s