Une veste en Grande Mesure – 2

Après avoir découpé, marqué, puis surfilé certaines pièces, on coud! Première étape, le milieu dos (une facilité déconcertante) et les pinces devant, plus ardues. Ces pinces se trouvent au milieu du buste et commencent juste sous la poitrine. Elles sont une invention plutôt récente, disons de l’après guerre pour faire simple. C’est la première étape du cintrage.

Cette pince a un sommet, où elle meurt, et une fin où elle ne meurt pas, c’est à dire où sa valeur de retrait est conservée. Les moins couturiers auront du mal à comprendre, les plus expérimentés me suivent. Donc cette pince, qui débute à 0 d’un côté retire progressivement 2m. Comment résorber ces 2cm? Et bien voilà la grande invention des tailleurs : le mariage, saignée horizontale qui décale le panneau haut du devant par rapport au panneau bas, et que l’on masque… par la poche passepoilée. Vous comprendrez mieux en image, que voici.

Bref, une fois la pince réalisée (il existe plusieurs méthodes et toutes cherchent à compenser le haut de la pince, là où elle meure, pour éviter la petite bulle dans le tissu), on l’ouvre au fer. En tailleur, le repassage des coutures se fait en deux temps : on ouvre à la pointe du fer sec, puis on écrase, sans pattemouille mais avec de l’eau si l’on est sur l’envers. On laisse le fer pour ‘cuire’ la laine, cette dernière est revêche !

Après la pince, le petit-côté se raccorde au bord du devant, simple opération malgré une couture en contre-courbe. On clôt aussi le mariage, que l’on a contrôlé auparavant (pour ne pas avoir d’espace entre les deux lèvres).

Le devant est terminé. Vous pouvez aussi voir à quoi servent les crochets tailleurs (les fameux points de marques symétriques). Ils servent à voir le dessin final malgré les marges de couture généreuses et utiles aux essayages !

 Ce devant, pour être rigidifié doit être soutenu. Il doit y avoir une structure interne. La technique moderne consiste à thermocoller le devant et ceci directement à la coupe. Pour ma part, j’utilise seulement le thermocollant dans les rabats de poche, sous le mariage à l’emplacement futur des passepoils et aussi des boutonnières main, ainsi que ça et là, pour x ou y raison.

Pour ma part, je travaille à l’ancienne, j’entoile! Ah l’entoilage, quel poème. Ce dernier permet 1- de rigidifier le devant 2- de supporter le poids des choses que l’on met dans les poches. C’est en effet la toile qui récupère le poids, car les fonds de poches y sont cousus. Et le fait que la toile soit en laine et simplement posée sur le tissu et non collée garde toute la souplesse au tissu. Le tissu respire, le bonhomme aussi, la veste vieillit mieux, le bonhomme aussi !

Cette toile est constituée d’un grand pan de toile proprement dite, la plupart du temps 100% laine. Cette toile en droit-fil va de haut en bas et reprend grossièrement la forme du devant (en étant un peu moins large). Au niveau de la poitrine jusqu’à l’épaule, cette toile est renforcée par une ou plusieurs couches, les plastrons, la plupart du temps, un mélange de laine et de crin de cheval ou de crin de chèvre, pour le côté ressort. Ce point est particulièrement important pour garder à vie un joli bombé sur la poitrine. Enfin, une couche de ouate recouvre les plastrons, qui sont capables de piquer à travers la doublure.

Pour lier les couches, il est possible de faire une multitude de points de chevrons, chose que j’ai expliqué il y a bien longtemps. Pour ma part, j’aime acheter des toiles préfabriquées, à la bonne taille. Les matières sont tout de même nobles et cela me fait gagner du temps. Elles sont à la fois fines et rigides, j’aime ça.

L’entoilage est une étape délicate que je ne saurais expliquer en détail. Il faut placer le tissu du devant sur la toile, en s’assurant que le tissu de la veste est bien tendu. Il faut nettoyer comme on dit en tailleur, c’est à dire tendre sur le bombé du torse. En revanche, à d’autres endroits, il faut mettre plus de tissu que de toile, pour créer des embus. La mise sur toile se doit d’être impeccable ! La taille doit être bloquée, tout comme une ligne verticale passant près de la pince. D’un tailleur à l’autre, les mises sur toile varient, mais ces deux lignes de bâtis restent. On repasse.

Je contrôle la mise sur toile le lendemain, après repos et sur le mannequin, pour vérifier le droit-fil et l’aspect général qui est très important. Il faut que ce soit beau ! Et aussi joli que les industriels, sinon à quoi bon le faire à la main si c’est pour avoir quelque chose de moche !

Il n’y a plus qu’à assembler les deux devants avec le dos. Ces étapes de bâtissage sont importantes. Il faut coudre de manière temporaire aussi bien que de manière définitive. Car à l’essayage, il faudra de la précision pour voir les défauts. Donc, on bâti finement, proprement, en respectant bien les valeurs de couture et les relarges s’il y en a. Il faut mettre en place la toile parfaitement à l’épaule, puis une petite épaule qui sera là à la fin. Oui la pente d’épaule dépend de l’épaulette, il ne faut pas l’oublier. Celle-ci est en ouate et fait 1cm d’épaisseur.

Une veste avec épaulette même fine est toujours préférable à rien du tout. Le tombé est meilleur, la clavicule se place mieux. C’est aussi plus simple pour le tailleur qui sinon s’arrachera les cheveux !

Voici le corps. Je vais maintenant fabriquer les manches. C’est assez simple. Il faut commencer par coudre la couture avant de la manche, appelée composé de saignée. Un peu technique, mais les techniciens comprendront : la manche est courbe. Mais la couture n’est pas sur cette courbe, elle est 2cm derrière. Dès lors, pour éviter que la manche tire ou vrille, il faut étirer, détendre le tissu du composé de saignée au fer. Le repassage de cette couture se fait toujours sur le même schéma, dessus de manche plissé trois fois pour la courbe. Je monte vite fait le bas de manche après.

Le dessous de col est réalisé avec un sandwich de feutre de laine et de toile de lin très rigide. Le patron papier ébauche une forme très généreuse. Le sandwich est lié par des points de chevrons, toujours les mêmes, qui traversent à peine pour ne pas être vus. Une fois cette tâche ingrate terminée, on détend le tout au fer (la toile de lin est en biais, le feutre n’a pas de sens !) D’abord on casse le col contre son pied de col, puis on détend la courbe pour l’allonger.

Quand les accessoires sont là, petit bâti rapide du sous col en place (il faut y rentrer de l’embu aussi) et raccord aux futurs revers, et mise en place des manches avec une cigarette pour apprécier le volume de tête de manche.

Le veston est prêt pour le premier essayage ! En tailleur, jamais de toile, direct dans le tissu. Les hommes ne varient pas beaucoup dans leurs mesures, aussi le patron tombe juste. Si toutefois le tailleur pensait son client plus mince qu’il ne l’est, il agrandit avec les relarges judicieuses. Et il faut aussi noter que la toile de coton est une cochonnerie qui ne partage aucune qualité avec la laine. Raide, elle se travaille mal et ne permet pas vraiment de mettre des embus.

Voici l’essayage, je ne suis pas tombé trop loin de l’arbre ! Il faut dire que mon honorable client expérimente ma petite mesure italienne depuis 3 ans ! Je contrôle le cintrage, l’horizontalité de la veste, sa symétrie droite et gauche et le cas échéant son asymétrie si le client est bancal, l’aisance générale, le placement des épaules, l’aisance de la manche et l’aplomb de la manche !

Ensuite, je démonte ces dernières ainsi que le col, je remets à plat l’ouvrage pour faire les corrections et les noter également sur le patron, pour les fois prochaines.

J’emballe tout pour expédier à mon ouvrier, avec une fiche détaillée et des morceaux du patron de base. Celui-ci va réaliser les poches, les revers, mettre en place la garniture ainsi que les doublures. Bref, tout le travail du corps, c’est le travail de l’apiéceur ou du façonnier. La veste me revient, nous sommes à un stade plus avancé ! Il me faut maintenant songer à la suite, rebâtir les manches avant de terminer.

La suite du roman sera donc pour plus tard, quand le client aura essayé cela… 🙂

13 réflexions sur “Une veste en Grande Mesure – 2

  1. Dina 14 septembre 2014 / 23:48

    Très intéressant ce que vous nous décrivez , continuez svp , cela m’aidera énormément pour ma futur formation de tailleur .

  2. FMR 15 septembre 2014 / 11:47

    Très intéressant, comme d’habitude.

    Pourriez-vous en dire plus sur le peu de thermocollant que vous utilisez ? Est-ce que ce serait plus pénible/coûteux sans, y a-t-il une différence qualitative notable, … ?

  3. 2M 15 septembre 2014 / 13:54

    Merci pour ce reportage en texte et photos. Cela permet de mieux visualiser la theorie que l’on connait (ou pas).
    Petite question, le plastron est il forcement en lin ? Est il possible de l’avoir dans une autre matiere ?

    PS : j’en profite pour vous feliciter pour l’emission cousun main. Il ne manque qu’une sequence « Julien vous montre comment faire » pour que cela soit parfait.

  4. byseverine 18 septembre 2014 / 11:52

    quel travail c’est fabuleux je serais curieuse de savoir le temps imparti à cette réalisation?

  5. Reaubourg 19 septembre 2014 / 03:24

    Je suis tombée sur votre site il y a environ 10 mois pour faire des recherches sur le montage »tailleur » ….une mine d’or! Merci et je suis tout à fait d’accord avec byseverine concernant l’émission.

  6. Fabien 1 octobre 2014 / 00:56

    Bonjour Julien,

    Quand vous dites « En revanche, à d’autres endroits, il faut mettre plus de tissu que de toile, pour créer des embus. »
    A quels endroits exactement ?

    Merci !

  7. manon 22 octobre 2014 / 20:03

    je suis tombé sur votre blog au moment ou je me lancée dans la création de ma toute 1ère veste et j’attends impatiemment la suite car sans vous je suis au point mort!!!! à quand la page 3!!!!!!!! 😦

    • Julien Scavini 23 octobre 2014 / 10:39

      J’ai bien avancé la veste, mais hélas la suite est difficile à expliquer vraiment !

  8. ronansilve 22 novembre 2014 / 08:30

    Bonjour,
    Je m’apprête à réaliser une veste en maille type interlock.
    J’aimerai savoir si il existe une adresse à laquelle un particulier puisse acheter des cigarettes pour emmanchures.
    En connaissez-vous une ? Car je cherche désespérément sans succès !

    Merci pour votre aide !

    Ronan.

    • Julien Scavini 23 novembre 2014 / 21:41

      Lafayette Saltiel Drapier. Sinon, vous ouvrez une vieille veste et vous récupérez les cigrattes anciennes.

  9. Élise Daoudal 22 septembre 2016 / 19:31

    Bonjour,
    Bravo pour le détail de votre « roman », c’est assez remarquable et très intéressant. Je cherche de la toile de lin rigide qu’on utilise pour maintenir la forme du tombant du col où vous la procurez vous? Merci pour votre aide
    Élise

    • Julien Scavini 24 septembre 2016 / 12:52

      LAFAYETTE SALTIEL à paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s