Boutiques fouillis !

Comme ancien architecte, j’aime bien réfléchir moi même à l’aménagement et à la décoration de ma boutique. Choix des coloris, harmonie de la charte graphique, sacs, housses ; de la couleur des plinthes à la couleur des murs, des rangements etc. C’est un travail de longue haleine, qui se couple aussi avec l’apprentissage du goût en matière de décoration intérieure et de style : style résolument moderne, Art Déco ou Régence ; plutôt style anglais ou style français (car oui en décoration cela existe à la différence du vêtement homme).

Ces questionnements sont doublés par le placement commercial de mon activité. Où dois je me situer? Haut de gamme ou moyenne gamme, humble artisan ou belle maison, échoppe moderne ou d’un goût plus désuet? Car l’esthétique d’un commerce révèle tout de celui-ci. Un art du stéréotype en somme. On n’entre pas chez Ralph Lauren comme l’on entre chez Melinda Gloss.

Même si je mène un questionnement de la cible comme on dit dans les milieux intéressés, je ne suis pas pour autant marketeur et n’ai pas fait de hautes études commerciales. Alors je tâtonne, de manière empirique. Le chic me guidant, comme seul maître mot.

Toutefois, au fil de mes recherches, je note une chose, le goût de l’authentique. Depuis peu, pour faire face au succès grandissant, je suis obligé d’utiliser occasionnellement l’atelier comme lieu pour les essayages ou les commandes, pour garder un caractère intime à l’acte tailleur, pendant que visiteurs ou curieux attendent dans la première pièce. J’ai noté un certain plaisir des clients à venir à l’atelier, là où les chutes de tissus trainent par terre, où la table de coupe est recouverte de gros ciseaux et où les vestes sont parfois éventrées, en attente de retouches.

Je me souviens avoir visité il y a fort longtemps un autre tailleur, Markal je crois, qui recevait au premier étage d’un immeuble haussmannien dans un désordre indescriptible. Une chatte n’y aurait pas retrouvé ses petits. Et pourtant le bougre a la plus belle clientèle de tout Paris, une foule de DG et autres notables de la politique et des arts.

ILLUS59

A l’instar de cet honorable tailleur, je connais un petit pressing, qui ne paie pas de mine et propose de la demi-mesure de qualité moyenne. Je sais qu’il fonctionne très bien. Nombre de messieurs en apportant chemises et caleçons le samedi matin s’y font prendre les mesures. J’imagine que cette ambiance ouvrieuse, chargée de vapeur et de perchlorétylène les inspire.

j’ai souvent noté cette curieuse envie de certains hommes pour le très basique, voir le bazar. Regardez chez Mettez, vénérable institution parisienne. Impossible de circuler, le stock est immense et je peine à croire qu’ils soient même capable d’en faire l’inventaire. Et pourtant, les messieurs adorent.

J’explique cela de trois manières. Une première catégorie d’homme n’aime pas le vêtement, par inintérêt. Une seconde n’aime pas le chic, par dégoût ou par peur (peur de ne pas se sentir à la hauteur socialement par exemple). C’est sûr qu’il fallait une petite dose de courage pour rentrer chez Arnys et oser regarder les vêtements, encore plus pour s’asseoir dans une de leur bergère. Ce luxe de service, qui se ressent dans le prix, peut effrayer.

Je décrierais également une autre catégorie d’hommes que je pense être toujours des enfants au fond d’eux. Ainsi, s’ils ne vont plus acheter des jouets pour eux même – bien que l’envie d’un train électrique les mette en joie – le vêtement est l’objet d’un achat de plaisir. Ainsi, au lieu de baver devant la devanture du marchand de jouet, ils bavent devant la devanture d’une boutique de vêtements et accessoires, tout en fouillis. Il y a là un petit côté malle au trésor. On ne sait tout à fait si l’on y trouvera son plaisir, mais par plaisir, on va aller y fouiller.

C’est d’ailleurs tout le charme des boutiques anglaises, qui sont sombres, avec des murs recouverts d’acajou foncé, du tartan au sol, des fauteuils clubs affaissés et de marchandises qui jaillissent de partout. Rien que par cette description, je pense que vous serez plusieurs à éprouver le même plaisir que celui qui consiste à tremper son doigts dans un pot de pâte chocolat-noisette. Les américains ont un mot pour décrire cette atmosphère : haberdashery qui signifierait Mercerie.

Certains clients aiment le chic, l’ordonné et le luxueux. Ils aiment s’asseoir dans un fauteuil Louis XVI et apprécient qu’on leur serve un thé. Si le vendeur est légèrement obséquieux, c’est encore mieux. Question de rang. Il y a d’autres messieurs, qui au contraire aimeront tutoyer le vendeur, se sentir comme chez eux, au milieu d’un désordre indescriptible. Ils aimeront relativiser le moment, ne pas en faire toute une histoire. Bref, deux parcours différents.

Une chose est sûre, les hommes sont plus difficiles à convaincre quand il s’agit de vêtement. Les mettre à l’aise est la première qualité d’un bon vendeur, et d’une bonne boutique !

15 réflexions sur “Boutiques fouillis !

  1. Xavier 13 octobre 2014 / 21:56

    Sans aucun doute le fouillis. 🙂

  2. isa 14 octobre 2014 / 08:23

    Forcément cet article me parle doublement!!! Il faut absolument que je vienne un jour pousser la porte de ta boutique!

  3. Olivier P. 14 octobre 2014 / 10:10

    Il me semble important que l’intérieur de votre boutique soit à votre goût, vous allez y travailler. Ensuite la décoration est là pour amener le client dans votre univers. Si c’est trop impersonnel, cela peut ne convenir à personne, ni au client ni au tailleur.
    Il y a une quinzaine d’années, un ami canadien m’avait conseillé l’ouvrage d’Anna Starmer, The Color Scheme Bible donnant des palettes pour des styles variés. Ce n’est pas révolutionnaire, mais c’est une bonne base.

  4. Le Patron 14 octobre 2014 / 10:13

    Un bel article qui donne envie de vous rendre visite ! Il me semble que vous vouliez parler des plinthes, au début de l’article, non ? 😉

  5. Dubergey Vroe 14 octobre 2014 / 12:36

    Se poser la question, c’est toujours le début de la réponse ! De part mon expérience de costumière de théâtre, l’atelier est un lieu à part, presque un sanctuaire et l’ouvrir, en partager ses secrets ressemble, pour un néophyte, à l’offrande d’un précieux sésame et la démarche est considérée comme bienveillante. Cela peut rassurer. Le joyeux bazar est pris alors comme le signe d’une fantaisie bienvenu chez les créateurs…
    Et puis, un lieu qui vous ressemble ? Soyez vous-même, c’est la clé du bonheur, non ?

  6. NicK 14 octobre 2014 / 12:43

    Charme et authenticité me plaisent le plus. 😀
    Je préfère tutoyer le vendeur mais qu’il me trouve des vêtements adaptés et à mon goût plutôt que des vêtements chers mais immettables (chemises ultra-slim qui me boudinent par ex.).

    NicK.

    P.S. : je n’ai pas eu le droit de voir l’atelier, je suis un peu vexé. :p

  7. Aurto-graf 14 octobre 2014 / 21:16

    Une chatte n’y trouverait pas ses (et non « ces ») petits.
    Être amateur de vêtements n’empêche pas de l’être de l’orthographe 😉

    P.S. Vous aviez posté un très bon morceau du Titanic’s Orchestra récemment, alors j’aimerais vous remercier par une autre belle prestation musicale : https://www.youtube.com/watch?v=gtLcELU1brA

  8. Pierre 15 octobre 2014 / 10:35

    A mon sens, l’intérieur doit correspondre à votre image et vos produits.
    J’ai du mal à vous concevoir dans un environnement épuré. Le Bois, le cossu, avec des touches de fantaisies, collerai mieux à ce que vous proposez.

  9. Toukandèle 15 octobre 2014 / 11:59

    Un aspect fouillis, désorganisé, industrieux pour un atelier artisanal, légèrement poussiéreux et rustique me conviennent parfaitement.
    Je suis pêcheur et connaît encore en des provinces reculées quelques (très rares) magasins d’articles qui ont du stock depuis les 50’s ou 60’s : Ali Baba n’y serait pas plus heureux que moi.
    Un tailleur au sein d’un atelier rempli de ses outils et de coupons mal rangés m’inspire plutôt confiance.

  10. Chimère de Demoisell (@Vroe33) 15 octobre 2014 / 14:02

    Bref, de quoi avez vous enviessss, VOUS ?! Allez,allez, ça a marché jusqu’à pręsent. Ecoutez vous, n’étes vous pas homme de bon gout?

  11. François 15 octobre 2014 / 19:31

    Je surabonde dans le sens de Dubergey Vroe. Je crois effectivement que M. Scavini connaît la réponse à sa question. Mais évidemment comme toute bonne âme il se demande s’il doit davantage chercher à plaire à autrui qu’à lui-même. Et je pense que nous sommes tous d’accord pour inviter M. Scavini à décorer sa boutique selon ses propres goûts, même si cela devait n’entrer dans aucune catégorie connue à ce jour. « Si tu peux le rêver, tu peux le faire » disait Walt Disney.

    Par ailleurs et d’après ce que m’inspire ce blog, je dirais que l’ « univers Scavini » serait assez proche de l’esthétique d’Hugo Cabret.

    Enfin, je crois qu’il peut également y avoir une certaine beauté dans l’épure sans que cela « fasse froid ». J’ai revu récemment Tous les matins du monde d’Alain Corneau. Il s’avère que la décoration de la cabane de M. de Sainte-Colombe résume parfaitement la merveilleuse union qui peut s’opérer entre l’extrême dépouillement et l’authenticité. Mais pour un magasin de vêtements, cette austérité m’apparaît difficilement transposable. Ou alors faudrait-il regarder ce qui se fait chez nos voisins nippons ?

  12. eg 18 octobre 2014 / 15:12

    De quel pressing parlez-vous ?

  13. Hervé 19 octobre 2014 / 19:44

    En vous lisant on a envie de venir à votre boutique, ce n’est qu’une affaire de temps !

  14. choléra 20 octobre 2014 / 01:12

    félicitation pour votre participation dans le dernier épisode de cousu main, c’est décidément un plaisir de vous écouter, très pédagogue!
    Je me suis surpris à regarder des épisodes entier de cette émissions qui ne me bottait pas a priori 😉

    Que penseriez-vous d’un format vidéo pour une chronique stiff Collar? Vous pouriez nous montrer certains détails voire quelques techniques sur l’art tailleur? Vous passez fort bien à l’écran!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s