Manteaux doudounes !

Récemment, je discutais avec un client de mon humble contribution à la littérature vestimentaire, toujours heureux d’entendre les critiques qui me sont faites. Celui-ci me reproche deux oublis. Le premier est de n’avoir pas cité Edward Green dans les bonnes adresse. Un réel oubli ! Le second est plus intéressant. Il concerne le chapitre des manteaux.

Si j’ai essayé de parler de toutes les modèles, capes, croisé, covert coat, trench, puis Barbour et blousons en peau d’inspiration militaire, j’ai oublié une bonne partie consacrée aux doudounes modernes et autres vêtements d’hiver, à la fois techniques et élégants.

Car évidemment, les parkas de ski ne font pas partie du propos de ModeMen, ni même de Stiff Collar. Ceci dit, ces dernières se sont glissées discrètement mais sûrement dans nos penderies depuis quelques temps maintenant. Mais pas tout à fait sous la même forme blanche à galons oranges fluos !

Ces parkas modernes et urbaines sont techniques mais peuvent aussi avoir recours à des matériaux classiques, comme la flanelle ou la fourrure.

Les deux raisons de leur appropriation rapide sont là. Les modes de vie urbains et le travail en bureau rendent le port de costumes chauds et aussi des trois pièces compliqué. Ainsi, les vendeurs de costumes et les fabricants de tissus vendent en priorité des laines appelées ‘4 saisons’, avec un poids moyen à léger (250/280grs).

Ainsi, le besoin d’un vêtement de dessus très chaud se fait sentir. Mais le manteau long et lourd n’a plus la côte. Dans les brasseries où les porte-manteaux ont disparus, il est impossible de ranger ce dernier sans l’abimer sur le dossier d’une chaise ou le bas qui traine par terre. A scooter, il n’est pas non plus pratique. Et enfin, composé essentiellement de laine, même épaisse, il finit par prendre l’eau.

doudoune herno

Dans le même temps, les industriels de la laine, en particulier Loro Piana avec son ‘StormSystem’, ont développé des tissus à la fois classiques (comme les flanelles voire même des cachemires peignés) et techniques, car résiliant à l’humidité, déparlant à l’eau et coupe-vent, avec un poids très raisonnable.

Les industriels de la confection ont senti le vent venir et se sont adaptés également. Ainsi sont apparus dans un premier temps des manteaux classiques type covert-coat, mais plus court (trois quart) et pourvus de détails modernes comme la fermeture centrale à zip. Dans un second temps sont apparues des vestes très sports, intégrant des parementures zippées ou des empiècements de pulls à capuche ou à col cheminé. Moins racées que leurs grandes sœurs en tweed, elles conviennent néanmoins à une très large frange de la population qui cherche un classique chic et moderne. Parfois bi-matières, alliant la flanelle bleu à la suédine marron, elles sont polyvalentes, tant en terme de confort et d’usage que de style.

Dernière apparition en date, la fameuse doudoune. Déjà à la mode dans les années 80, ce vêtement bibendum gonflé aux plumes d’oies s’est modernisé : nylon très légers et très chauds, zip posés au laser etc. Et enfin, tissus classiques. C’est ainsi que les grandes marques se sont ruées sur ces pièces, qui dès lors avaient leur place dans les rayonnages chics, chez Zegna, Hermès, Moncler le spécialiste et bien d’autres…

Une estimable maison comme Arthur et Fox ne s’y est pas trompé, mettant en avant, par dessus ses petits complets en flanelle des doudounes et parkas de la marque italienne Herno. Confort et classicisme.

Pour conclure, j’émets d’une certaine manière des louanges envers ses pièces d’un usage agréable et utile, même si je continue de penser qu’un beau manteau est bien plus alluré et élégant. Mais avoir les deux est aussi possible.

Je remarque enfin un fait amusant. Pour une fois, l’élégance masculine ne s’est pas appauvrie. Car on aurait pu croire que ces fameuses doudounes des années 80 finiraient par prendre le dessus. D’une société de beaux manteaux peignés foncés, nous serions passés à un monde rempli de couleurs flashy et de formes rembourrées disgracieuses. Et bien non ! Il n’est est rien, le classicisme a gagné. La flanelle si longtemps délaissée s’est taillée une place de choix dans ce nouvel univers. Les coloris et les formes restent classiques ! Ouf! Comme quoi, le mouvement de progrès n’est pas forcément tourné vers le bas ou l’affadissement, mais peut au contraire faire d’amusants aller et retour haut et bas !

Bonne semaine, Julien Scavini.

3 réflexions sur “Manteaux doudounes !

  1. RoSaCe 4 novembre 2014 / 11:56

    Merci de cet article. L’élégance masculine n’est heureusement pas figée et, pour citer Paul Valéry,  » La véritable tradition dans les grandes choses n’est pas de refaire ce que les autres ont fait mais de retrouver l’esprit qui a fait ces choses et qui en ferait de tout autre en d’autres temps. » Ces manteaux modernes utilisant des méthodes et des matières traditionnelles en sont l’illustration.

  2. wouarnud 26 novembre 2014 / 12:01

    C’est une tres bonne remarque ca: Pourquoi, dans l’enorme majorite des lieux publics et en particuliers les brasseries, bars et autres restaurants, les porte-manteaux ont-ils disparus? Ca ne peut pourtant pas etre une raison de place ou de cout, pour une fois!

    A noter que a mon experience, dans les pays froids (GB mais aussi Scandinavie, Pays-Bas et cie) il y en a toujours, autrement ca n’est simplement pas pratique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s