Le Style Français, à la ville.

Voilà un énième questionnement sur le fameux style français. Au fil de mes discussions avec des amis sur le sujet, et à force d’observation de mes clients, je nourris cette réflexion sans fin.

Quand on parle de style français, comme du style anglais, il existe une vraie différence entre le registre ville et le registre campagne. Mais alors que l’anglais est versatile à ce sujet, changeant suivant le lieu et les circonstances de registre (le lord s’habille et fréquente clubs à Londres et propriétés à la campagne en changeant de tenue), le français telle que je le pose dans ma démonstration (que j’appellerai Monsieur de F.) est un esthète au goût peut-être moins versatile.

Ainsi, beaucoup de Messieurs de F. affectionnent le registre de la campagne en exclusivité, donc même et surtout en ville ! C’est le fameux gentleman farmer des magazines, un terme absolument affreux et impropre pour désigner antiquaires, médecins, éditeurs, conseillers d’État et autres intellectuels qui se régalent des couleurs et des velours campagnards, à la ville.

Il s’agit d’une catégorie d’hommes que j’ai déjà eu l’occasion de décrire ici et là. Avec eux, le style est plus fait de couleurs et de matières que d’une véritable étude tailleur. Les formes peuvent être aussi bien étriquées qu’amples, affutées que molles. Ce qui compte, c’est l’effet visuel, le panache immédiat. Pour autant, si la recherche est flamboyante, la palette est réduite. Il ne s’agit pas d’un vestiaire de Pinocchio.

Ce registre, nous l’avons tous identifié. Serge Moati, Jean Pierre Coffe et d’autres à la télévision. Il est reconnaissable. Et il fait style! Style Français, c’est certain. A la différence du style anglais, il est moins regardant des usages et circonstances. Il est assez revendicatif de liberté, d’un esprit un peu bohême parfois agaçant mais qui fonctionne comme lorsque F. Fillon avait mis une forestière.

La seconde facette du style français, dans le registre urbain est plus difficile à cerner. Très anglophile dans son esprit, ce style est plus autonome, différent de la raison du lord anglais.

J’ai pu observer celui-ci sur quelques clients, mais assez peu. Ceci dit, la silhouette que ceux-ci dégagaient était tout à fait remarquable.

Premièrement, il s’agit là encore de professions supérieures, avocats, producteurs, haut-fonctionnaires. Les plus remarquables dans le genre portent aussi des noms à particule. Comme si ce petit ‘de’ était porteur d’un inné ad hoc. Par contre, à la différence de la facette ‘campagne’, ces Messieurs de F. ont un physique pour.

Je m’explique. Comme évoqué, les amateurs du style coloré décrit plus haut ont des physiques qui apprécient la rondeur et l’aise, et l’art de la coupe n’est pas vraiment prise en compte. Mais dans le cas qui m’intéresse maintenant, le physique racé est l’objet d’une véritable recherche sculpturale, comme Etienne de Beaumont dans la photo d’Adolf de Meyer. Ce n’est pas un chic fatigué.

J’ai noté que ces Messieurs de F. ont des physiques et au delà, des attitudes gracieuses, délicates et distinguées. Quand ils pinaillent sur un demi-pli, ce n’est pas seulement pas coquetterie, ni pour montrer qu’à 50 ans ils ont toujours un physique de jeune premier, mais pour au contraire être au plus proche du potentiel de la coupe. C’est un esthétisme, une recherche d’art.

Et en les regardant, une chose m’a frappé, l’allure d’ancien régime. Ce petit gentilhomme à l’allure un peu grêle, juché sur des jambes minces que le bas de soie mettait en valeur, était devant moi.

Une impression amusante. Plusieurs facteurs expliquent cette impression, que le physique aide absolument :

1- les pantalons sont coupés très étroits. Très très étroits, possibilité offerte par une cuisse fine. Je le redis, ce n’est pas un style pour rugbyman, mais au contraire pour un homme aux dimensions de l’ancien régime (1m70 environ, 60kg). Ce pantalon est étroit et est porté haut sur les hanches. Un petit effet carotte sympathique qui emboite bien le ventre. Ce pantalon étroit est arrêté très court sur la chaussure, à l’anglaise (trop court au goût du commun). Le plus souvent, un généreux revers termine le bas. Pour autant, ce n’est pas une allure à la Tom Browne ou à l’italienne. Car ici les coloris sont sombres et les souliers noirs.

2- les souliers sont très fins également. Je me souviens du film Les Vestiges du Jour, où le personnage du diplomate joué par Michael Lonsdale se plaint de souliers trop étroits, uniquement achetés ‘par vanité’ dit-il. Il y a là dedans quelque chose d’essentiel pour ce goût français que je décris. Le lord anglais est dans la mesure. Il est flegme. Ce monsieur de F. que je décris ne l’est pas, ou alors pas de la même manière. D’ailleurs, les souliers produits par la maison Aubercy sont remarquables à ce titre. Je n’ai jamais vu une telle ligne. Avec on perd deux tailles. Le chaussant est minuscule, le débord de la semelle quasi inexistant. La ligne est très fine et racée. Un peu à la manière de Corthay, qui autre fait intéressant dans le débat qui nous occupe ce jour, a mis à l’honneur de soulier derby, une forme très peu anglaise à la ville.

3- la veste est taillée à la serpe. La taille est bien serrée et comme tous les hommes ont des fesses, le bassin un peu visible. Impression de bassin un peu large renforcée par une épaule très étroite, en forme de bouteille de Saint Galmier comme l’expression le dit. Tout le haut la veste fait l’objet d’une attention précise: emmanchure haute et épaule étroite, peu épaule sans trop d’épaulette, à l’anglaise, et manches montées (et non pas tombantes à l’italienne) avec un peu de volume, mais qui s’effondre vite sous l’effet de l’utilisation. Le style à ce niveau des grands tailleurs comme Cifonelli ou Camps est aussi une réponse différente des tailleurs anglais pour un goût différent. Cette belle tête de manche, bien rembourrée finie inévitablement par se tasser un peu. En s’effondrant, elle renforce le côté fuyant de l’épaule. Monsieur de F. ne fait pas beaucoup de sport, aussi le biceps n’est pas fort mais la manche est plutôt ample.

Ces trois points coordonnés donnent une allure distinctive à Monsieur de F. Un petit duc juché sur deux ergots, les manières fines et l’allure alerte. On pourrait qualifier cette recherche de dandysme. Oui un petit peu. Mais un vrai, pas à la façon d’un article grossier sur le sujet trouvé dans un magazine quelconque. En même temps ce qui surprend, c’est l’étonnant détachement dont font preuve ces clients. J’ai l’impression que c’est presque une évidence pour eux, pas un effort.

Et le plus remarquable, cette allure n’est pas vraiment reconnaissable par le commun. Ce n’est pas une ostentation italienne. Cela reste simple et souvent sombre (je le répète, je parle du registre ville ici).

Une sorte de nonchalance française. Un esthétique pour esthètes. Une sprezzatura de chez nous, qui emprunte tout à l’anglais mais dans un esprit de salon un petit peu précieux, à la française d’une certaine manière…

Que d’idées ! Peut-être fausses… c’est tout le piquant du débat.

Je dédicace cet article et tous les autres sur le sujet du style français à mon cher et toujours mystérieux ami, Le Chouan Des Villes !

14 réflexions sur “Le Style Français, à la ville.

  1. Bigstop 9 décembre 2014 / 11:51

    Bravo, si toutefois il existe, on ne s’en est jamais approché de si près ! Vous touchez au but. Vous l’évoquez parfaitement dans ce billet.

  2. IrohG 9 décembre 2014 / 13:46

    « Premièrement, il s’agit là encore de professions supérieures, avocats, producteurs, haut-fonctionnaires. Les plus remarquables dans le genre portent aussi des noms à particule. Comme si ce petit ‘de’ était porteur d’un inné ad hoc. »

    O_o

    Dites, les gens, on ne peut vraiment pas faire un blog sartorialiste sans verser dans l’adoration des pires sociétés stratifiées par classes ? Je vais finir par ne plus porter que des pantalons de treillis et des Doc Martens, de peur de comploter malgré moi contre la République.

    • Julien Scavini 10 décembre 2014 / 23:56

      Le fait est. De mon humble expérience de tailleur. Ceci dit, j’ai eu un barman en trois pièces, grande barbe et tatouages… Possible aussi.

  3. VAN HEESWYCK 9 décembre 2014 / 14:41

    Quelle verve, quel esprit Monsieur Scavini ! Presque une ode a ce « je ne sais quoi » (en français chez les anglais) qu’on appelle l’allure et qui définit l’homme de gout, le vrai; fin et discret, distingué et simple, gentilhomme et modeste. Ajoutez au tout un zeste de panache pour l’élégance mondaine et vous obtenez un être a l’ancienne, délicieusement suranné, a la façon de celui que vous décrivez. J’en redemande…encore un article sur le style français !

  4. Jacques 9 décembre 2014 / 16:42

    C’était clairement un référence à Saint-Simon, « petit duc juché sur deux ergots, les manières fines et l’allure alerte » !

  5. Marc 9 décembre 2014 / 17:33

    Superbe article!

  6. Guillaume Helary 10 décembre 2014 / 23:23

    Tant qu’à faire dans la généralisation (forcément abusive) je dirais que:
    – Le style Anglais est une affaire de tradition
    – Le style Italien est une affaire de mode
    – Le style Français une affaire de personnalité

    Par cela, je veux dire que toutes les styles dérivent évidement du style Anglais (qui lui même est une synthèse particulière d’éléments Européens) mais que s’il faut en dériver des variations ou des approches nationales, photos qui se troublent toujours quand on commence à regarder les individus, on aurait:
    – Un style anglais encore très codifié avec les couleurs de la ville et de la campagne, une myriade de règles sur ce qu’il est convenu de porter dans telle ou telle situation.
    – Un style italien qui est beaucoup plus dans la mode, un comportement un peu moutonnier qui fait adopter des Agnelismes par exemple (pattes de col déboutonnées, patte de cravate intentionnellement plus longue que le devant) qui aboutit souvent à des caricatures (en ce moment les revers qui commencent à dépasser des épaules)
    – Pour moi, le style Français, c’est d’abord l’expression d’une personnalité, ou plutôt de l’image que veut donner l’individu au regard des autres, en temps qu’individu. Dans les deux exemples donnés (le philosophe / intellectuel et l’aristocrate) il y a la notion d’une image projetée pour camper un personnage (qui peut être la vérité ou une imposture) D’un côté l’intellectuel qui porte toujours des chemises blanches col Danton soigneusement ouverte avec un décoiffé faussement négligé (la caricature de la première posture), de l’autre effectivement ces aristocrates républicains, qui tiennent leur rang social non de leur naissance ou de leur fortune, mais de leur profession, de leur fonction (il est vrai que la méritocratie française est largement héréditaire, mais il n’en reste pas moins qu’un membre de l’élite française se définira d’abord par ses réussites personnelles, sa Grande École, son Corps etc…) L’habit est dans ce cas un moyen d’exprimer la supériorité intellectuelle, la subtilité dont l’élite se glorifie.

    Enfin, je pense que le mieux est de considérer le regards que porte les étrangers sur nous, cette image du Français un peu négligé fumant cigarette sur cigarette, flirtant avec toutes les femmes présentes sans y accorder importance, classe avec détachement. (par exemple)
    J’ai retrouvé cet article qui semble en accord avec cette image:
    http://www.permanentstyle.co.uk/2012/02/michael-drake-on-style-english-worn-by-the-french.html#.VIjAUydgpLo

    Évidement, je ne suis ni sociologue, ni professionnel de la mode, donc cette opinion est hautement subjective, mais je pense que c’est pour tout ce que je viens de dire qu’il est si difficile de toucher du doigt le style français bien qu’on sente bien qu’il existe, qu’il y a une spécificité Française.

    • Julien Scavini 10 décembre 2014 / 23:54

      Pleine d’élégance et de bon sens cette réponse!

  7. Leturcq 12 décembre 2014 / 11:47

    L’inné, l’hérité et l’acquis, beau débat… il y a un accent de James Darwen dans ce billet, l’esthétique en plus 🙂

  8. Hervé 15 décembre 2014 / 17:10

    Les références à Jean-Pierre Coffe et Serge Moati en terme de style vestimentaire ne m’étaient pas venues à l’esprit, je les connais surtout pour leurs lunettes très voyantes. Très bon article cependant !

  9. Paul 18 décembre 2014 / 11:38

    Excellent billet comme toujours !

    Je me permets toutefois une petite remarque: l’image de l’aristocrate sur lequel vous appuyez votre démonstration est … un anglais. Plus précisément Robert Andrews peint avec sa femme, Frances (ce n’est pas une blague) par Thomas Gainsborough vers 1748. Ce magnifique portrait « conjugal » est aujourd’hui conservé à la National Gallery à Londres.

    Comme quoi, le style français serait un peu comme l’art français, une subtile synthèse entre influence nordique et transalpine…

    • Julien Scavini 22 décembre 2014 / 18:34

      Merci pour la ref picturale.

  10. Gil 16 février 2015 / 16:39

    Ce que vous décrivez est une silhouette tres Djay. Etes-vous d’accord?

    • Julien Scavini 16 février 2015 / 19:31

      Un tout petit peu même si je j’aime pas trop le style Djay, qui est un peu obséquieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s