Du nouveau à la boutique, Grande Mesure

Chers lecteurs,

certains me l’ont déjà demandé mais je n’ai jamais voulu tenter l’expérience. Je n’ai moi-même pas assez d’ancienneté dans le métier et de temps pour réaliser des vestes et costumes en grande-mesure. Mais il se trouve qu’un tailleur de mes connaissances, d’un âge avancé – il est à la retraite et ne veut pas reprendre de boutique – m’a proposé de réaliser pour moi des grandes mesures. Voilà un arrangement idéal. Lui adore cela pour garder la main et l’esprit et je peux vous faire profiter d’un service d’une qualité supérieure à la demi-mesure.

Après un premier rendez-vous avec moi pour définir les contours du vêtements et prendre des premières mesures, il prend la main et réalise lui-même les pièces. Il fait aussi les essayages, vous profitez ainsi d’un œil aiguisé. La seule chose que je fais est la milanaise. Il ne sait pas la faire.

Pour avoir testé la coupe, elle est très classique. Pas étriquée, pas trop ample. Vraiment classique. Le style est au choix, cran parisien ou revers sport. L’épaule est plutôt naturelle, avec juste ce qu’il faut de padding. La manche est montée avec une cigarette (rollino). Pas d’épaule napolitaine ou de style étriqué, le maître ne fait pas. Une coupe intemporelle à laquelle je souscris totalement, dans la droite ligne du style des tailleurs parisiens.

Question tarif, on essaye d’être raisonnable, compte tenu du temps de travail, environ 60h pour réaliser le costume à la main :

2600€ ttc le costume – tissu compris

2000€ ttc la veste – tissu compris

pas de pantalon seul en grande mesure

Je vous laisse observer une de ses vestes, un tweed Donegal chiné beige. Pour ma part, je finis une veste en coton bleu pour un ami. Certes j’y arrive de temps en temps dans mon emploi du temps occupé. Mais je ne peux le faire très souvent.

 

Bonne réflexion, Julien Scavini

 

11 réflexions sur “Du nouveau à la boutique, Grande Mesure

  1. Andrés Sorin 11 octobre 2017 / 15:45

    Bravo, Monsieur Scavini!

  2. mithe 11 octobre 2017 / 20:54

    Dis moi Julien c’est quoi une milanaise ?

    • Julien Scavini 12 octobre 2017 / 10:39

      La boutonnière de revers, qui s’exécute avec un point particulier et dans laquelle on met un fil de passe, dit fil de milanaise.

  3. mithe 11 octobre 2017 / 20:54

    Quand ce n’est pas une escalope !

  4. Marc 11 octobre 2017 / 22:59

    J’adore le message de Michèle.
    Je suis admirative devant votre travail , c’est magnifique

  5. ametrinepatronage 12 octobre 2017 / 15:34

    Bonjour, quelle chance de pouvoir apprendre auprès d’un senior! la pièce à manche homme me fascine, pour le moment je n’ose pas m’y frotter, pas de mentor bienveillant dans ma région, savoir et savoir faire qui disparait… pourtant je dispose d’un logiciel allemand qui travaille de la même façon qu’un patronnier en sur mesure, exclusivement d’après mesures corporelles. j’ai un module « men’s jacket » prête à l’emploi, je me sens comme un singe savant car ne sachant pas ou peu quelle mesure et quel équilibre modifier en fonction de la morphologie donnée… je viens de la femme, je m’y débrouille plutôt bien, mais l’homme, c’est encore un terrain brumeux pour moi. n’oubliez pas de nous poster le résultat final svp! merci

  6. Arnaud 13 octobre 2017 / 11:17

    En lisant vos deux derniers articles on passe de la théorie sociologique au savoir-faire le plus pointu, c’est je crois votre USP (Unique Selling Point) et certainement une des raisons pour lesquelles je vous admire. La capacité d’etre un professionnel complet est tellement rare de nos jours, et peut-etre aussi est une certaine idee de la culture francaise. Merci!

  7. Lescault 13 octobre 2017 / 19:29

    J’adore les finitions et qualité de vos costumes

  8. Tsiferana 27 octobre 2017 / 15:45

    Bonjour M. SCAVINI,
    Je suis curieuse, qu’est-ce qu’une épaule napolitaine? Je ne sais monter une manche tailleur autrement qu’avec une cigarette pour ma part (je suis couturière 🙂 ).
    Merci, bonne fin de journée.

  9. Eric 29 octobre 2017 / 08:36

    C’est du beau travail d’apieceur, néanmoins, il est aidé par un drap de qualité (un 180 grammes sans doute). Ce genre de travail est impossible à effectuer avec les draps médiocres des marchands de tissus tout publics, car il est impossible pour le citoyen lambda de se fournir auprès des drapier prestigieux (Cerruti, Dormeuil, Scabal etc…..) ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s