Le style décontracté urbain

La semaine dernière, j’étais invité très tôt à l’aéroport de Roissy pour découvrir les nouveaux avions de la compagnie bis d’Air France, Joon. Le rdv était fixé à 8h dans la zone des hangars. La communication du groupe m’avait prévenu : il fallait être chaudement couvert. Le temps était à la neige et dans les hangars immenses de l’entretien, les températures sont souvent basses. Et ça n’a pas loupé. Les trois heures passées là-haut étaient frigorifiantes.

La veille, je me suis torturé mentalement pour savoir ce que j’allais mettre. Je ne voulais pas porter un costume classique. Je n’en ai pas d’aussi chaud. Même mes tweeds ne m’apparaissaient pas assez couvrants, surtout au niveau du pantalon. Et puis je ne voulais pas mettre mes chaussures de ville. Je savais que sur les tarmacs, il y aurait de l’eau, et qu’il faudrait marcher etc. Mes Alden devaient rester au chaud.

Que faire alors?

J’ai opté pour une paire de bottines en veau-velours à semelle de gomme, un chino beige dans un drap lourd (un exemplaire de mes pantalons S3, qui tiennent bien le pli et ne froissent pas, pour bien présenter), et une épaisse doudoune que je me suis cousu il y a bien longtemps dans un drap vert de loden. Une petite curiosité cette doudoune, mi-moderne, mi-classique par l’usage du drap autrichien.

C’était très bien. En dehors d’un lacet qui s’est cassé dans mes mains le matin en partant… J’ai eu bien chaud et l’alliance de coton et de laine de l’ensemble a bien fonctionné sous la neige fondu et dans le hangar au sol glacial.

Mais, car il y a un mais.

Habillé en marron, beige et vert, j’étais un ovni vestimentaire. Comment pensez-vous qu’était habillée la petite centaine d’invités? De costume et de vêtements sombres. Le DG et le P-DG d’Air France étaient en tenue de ville avec de petits impers (ils devaient avoir bien froid) et à part quelques ‘jeunes’ de la com’ et journalistes en baskets, l’ensemble baignait plutôt dans le bleu et le noir. En passant, j’aurais vraiment donné une pièce à Jean-Marc Janaillac. Son costume en simili-viscose et ses godasses pointues étaient, comment dire… Voyez-vous même.

Bref. Je ne me suis pas senti idiot dans ma tenue, mais tout de même, j’étais clairement décalé. Ce qu’il me manquait était une tenue mi-ville mi-sport. Je n’ai rien de la sorte, pratique et commode, polyvalent et urbain. Je suis assez tranché dans mes choix : costumes pour le travail, du plus classique bleu et gris à quelques modèles plus voyants avec des rayures de banquier et vestes en tweed trempant dans les couleurs de feuilles mortes.

ILLUS149

Il m’aurait fallu : un blazer marine un peu bête, solide et chaud par exemple en flanelle (pourquoi pas dans un petit cachemire, tant qu’à faire), et un pantalon gris en coton, type peau de pêche ou moleskine ou flanelle de coton. Avec les mêmes bottines et une doudoune à capuche de fourrure, j’aurais pu ainsi me fondre dans la masse.

Non pas que je cherche à être discret, mais je pense qu’il faut toujours être en adéquation avec son milieu. Le tout est de rechercher le raffinement dans la simplicité. De belles matières, de belles coupes permettent de se faire plaisir et une esthétique discrète permet de satisfaire l’esprit de groupe. Ce que je trouve au fond satisfaisant. Comme les immeubles haussmanniens. A la fois tous identiques et toujours différents, du simple au très cossu.

Cette tenue, très italienne finalement, raffinée et décontractée, je ne l’ai pas. Il va falloir que j’y travaille!

Belle semaine, Julien Scavini

31 réflexions sur “Le style décontracté urbain

  1. mikaelv 4 décembre 2017 / 12:21

    Bonjour J’adore vos petites chronioques J’aimerai beaucoup voire votre doudoune Bien a vous Mikael Vasmant

    • Julien Scavini 13 décembre 2017 / 14:03

      Je penserais à faire une photo. Oui oui 😉

  2. Chiffon 4 décembre 2017 / 12:26

    Une petite astuce, qui peut vraiment améliorer considérablement vos tenues habillées tout en gardant une certaine chaleur, c’est d’utiliser des sous-vêtements techniques. Prenez un collant pour l’hiver (comme ces dames), et enfilez-le sous votre pantalon. C’est invisible et ça peut tenir extrêmement chaud (surtout si vous le prenez chez des fabricants de vêtements techniques pour sportifs).
    De façon analogue, à la place d’un maillot de corps, vous pouvez utiliser un t-shirt/haut sportif. Avec un tel haut, vous pouvez encaisser du -10 ou -20 sans un manteau très chaud.

    Bien entendu, pour conserver un certain style, il est plus que conseillé que cela ne se voie pas trop (par exemple avec des chaussettes qui remontent assez haut pour masquer le collant sous le pantalon).

    Mais avec une telle sous-couche, vous pouvez vraiment tenir à peu près n’importe quelle température difficile, sans pour autant changer drastiquement vos habitudes vestimentaires et sans que cela gêne vos mouvements, puisqu’il s’agit de vêtements pour sportifs.
    Et si ça ne suffit pas, c’est que vous êtes en haute montagne ou en train de visiter un bâtiment en Sibérie en plein hiver, et là être en costume sera extrêmement décalé de toute façon.

    Pour les bonnes marques en vêtements techniques, Arc’Teryx est le top. Black Diamond, The North Face & co sont également de bonnes enseignes. (Allez voir à un Vieux Campeur ou un Expé ce qu’ils ont en stock pour vous faire une idée.)

    Au plaisir de vous lire…

    • Julien Scavini 4 décembre 2017 / 14:55

      Ah parfait, je vais regarder oui ! Merci

      • @d@v 6 décembre 2017 / 09:26

        Les sous-vêtements techniques sont une bonne solution mais si on rentre dans une pièce chauffée ils seront m plus compliqués à retirer qu’un manteau. Concernant celui-ci, la longueur classique (aux genoux) est bien plus efficace que la tendance actuelle.
        Quand il fait froid, la première chose à faire est de se couvrir la tête. On perd énormément de chaleur par la tête (entre 20 et 40 % selon les sources). Chapeau, casquette, bonnet, chacun selon son goût. Essayez, avec la même tenue, on supporte de températures nettement plus basses.

    • Néocray 4 décembre 2017 / 17:34

      Excellent conseil que j’utilise moi-même depuis un moment (et quelque soit ma tenue).
      En ce qui me concerne, j’utilise la gamme « revolution » en laine merinos de chez Odlo, dont le rapport qualité-prix me paraît bien meilleur que chez Arc’teryx.
      Le gros avantage des sous-vêtements en laine mélangée pour moi est le maintien de la chaleur malgré l’humidité dans le cas d’activités soutenues en extérieur, ce n’est donc peut-être pas le critère le plus pertinent dans ce cas…

      • Chiffon 11 décembre 2017 / 10:04

        Merci de l’adresse. Il est vrai qu’Arc’Teryx n’est pas réputé pour son rapport qualité/prix avantageux (euphémisme : c’est une des marques les plus chères du marché, mais quand on est à la recherche de son matériel pour partir faire une expédition en Alaska, on a besoin du meilleur et du plus léger).

    • Fabienne AUBRY 5 décembre 2017 / 05:55

      De bons conseils !! Merci.
      North Place, j’ai eu une parka qui, hélas, après plus de 20 ans de bons et loyaux services, est bien fatiguée. Mais je n’arrive pas en province à trouver un modèle pour la remplacer. Les modèles Femme sont toujours cintrés et je n’aime pas être serrée au niveau de la poitrine.
      Ma prochaine visite parisienne m’amènera au Vieux Campeur, je pense.
      Cordialement
      Fabienne

  3. francefougere 4 décembre 2017 / 12:26

    Bonjour Julien Scavini – je suis vos articles dont je vous remercie, dans le Figaro – pourquoi pas un duffle-coat gris ou marine fourré , ou doublé de quelque chose de très chaud ?
    Il existe aussi des petites bouillottes portatives, toutes petites.
    Cordialement

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:45

      Le duffle coat, pourquoi pas. Je voulais m’en acheter un il y a deux ans. Mais il fait un peu adolescent.

  4. Jake 4 décembre 2017 / 15:32

    Ah les chaussures pointues… merci de ce coup de griffe jubilatoire et salutaire.
    Ce grand patron (inter)national n’a-t-il pas les moyens être bien habillé?
    Le pire c’est que ce « costume en simili viscose  » (j’ai bien ri… pourvu qu’il ne lise pas votre blog …) était peut-être de la soie ou de la laine-soie…

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:44

      S’il le lit, il rougira et ira directement chez Brioni ou même Boss haut de gamme. Ce sera déjà bien.

  5. Pascale 4 décembre 2017 / 19:42

    J’adooore vos chroniques ! Si j’ai renoncé pour mon mon mari je ne désespère pas pour mes fils à qui je glisse l’air de rien vos délicieux commentaires, vraiment… je suis inconditionnelle 🥂🥂🥂

  6. Giraud 4 décembre 2017 / 20:00

    Bonsoir Monsieur Scavini, en lisant vos chroniques de Stiff Collar, une question m’est venue à l’esprit et j’aimerais vous la poser… Avez-vous déjà pensé à rédiger un article sur le vêtement de venerie?
    En vous souhaitant une bonne soirée,
    G. Giraud

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:42

      Ouhla, n’étant hélas pas familier du tout du milieu de la chasse, je n’ai aucun élément pour en parler.

  7. salif 4 décembre 2017 / 22:22

    bel article, ça me fait penser , auriez vous de belle marque de doudoune/pull en tête ? un peux comme celui de l’illustration 🙂

  8. Fabienne AUBRY 5 décembre 2017 / 05:49

    C’est toujours un plaisir de vous lire.
    Aujourd’hui, je prends la plume (enfin le clavier), pour vous dire que l’avant-dernier paragraphe me parle profondément.
    je suis tout à fait d’accord sur le fait que « Non pas que je cherche à être discret, mais je pense qu’il faut toujours être en adéquation avec son milieu. Le tout est de rechercher le raffinement dans la simplicité. »
    J’ai toujours été ainsi, même sans avoir beaucoup de moyen financier, j’ai toujours préféré, et encore actuellement, de belles matières, une coupe qui m’avantageait à un vêtement « à la mode ».

    Je vous souhaite une belle semaine et vous remercie de me faire découvrir, à travers vos articles, l’univers et surtout le vocabulaire « métier ».

    Cordialement,
    Fabienne

  9. Olivier D. 5 décembre 2017 / 09:28

    Je ne l’avais pas lu quand je vous l’ai dit hier soir pendant mon essayage, mais ce post intéressant illustre la nécessité pour vous d’aller passer un weekend à Milan et de jeter un œil dans un magasin comme Bardelli. Vous y trouverez, sinon des achats, du moins des idées d’assortiments décontractés chics, de cardigans de couleur sous des vestes sports, de chaussures d’hiver avec des tenues plus classiques, etc. Je n’ai pas regardé de près leurs costumes et chemises plus formels, mais ce qui m’a frappé est la très belle qualité de leurs vêtements décontractés.
    Un œil sur le site internet ici, mais ça reste un magasin « old school », dans lequel il faut aller physiquement:
    http://www.mbardelli.com/

    Bien à vous.

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:41

      Merci pour l’adresse !

  10. MM 5 décembre 2017 / 13:43

    Et ce beau Ulster coat que vous présentiez jadis sur Le Paradigme de l’élégance, fait de chevrons de tweed gris moucheté avec sa doublure en moleskine ?

    https://leparadigmedelelegance.wordpress.com/2012/03/24/inspiration-de-la-semaine-polo-coat-a-langlaise/

    Ce type de par-dessus, croisé pour plus de chaleur dans ces tissus réconfortants, entre pleinement dans le registre que vous évoquez. A rebours des commentaires sous les photographies, je trouve ce manteau à mi-chemin précisément. Plus sport, il aurait été fait de chevrons plus massifs et, pourquoi pas, marrons et crèmes.

    Ajoutons à cela un pantalon en flanelle lourde dans des tons foncés et le froid parait bien en peine de nous toucher.

    Qu’en pensez-vous ?

    Bien à vous.

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:40

      Habillé très chic certes. Mais pas assez urbain et passe-partout pour ce type de réunion.

  11. Frédéric 6 décembre 2017 / 18:31

    Bonjour
    Ne trouvez-vous pas la doudoune (je n’ai pas vu la vôtre) inélégante ? Elle affiche bien sa fonction mais, contrairement aux vêtures militaires (caban, anorak, veste de quart, fishtail, Gloverall, etc), ne tient pas son rang. Question de goût certainement.
    FV

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:40

      Il est vrai. C’est pas un vêtement gracieux. C’est surtout utilitaire. Moi qui fait du scooteur, j’ai besoin de cette couverture épaisse, coupe vent et courte…

  12. Alexis Rouxel 7 décembre 2017 / 20:59

    Bonjour ! Article qui me fait penser à mes propres réflexions avant de m’habiller : quelles conditions climatiques et quelles circonstances ? Elégant certes, mais sans avoir froid ni étouffer ! Ces « pauvres » dirigeants d’Air France n’ont pas de quoi s’acheter un beau pardessus pour mettre … par dessus leur costume ? (de même que ce « pauvre » Wauquiez qui n’a rien à se mettre à part son éternelle parka rouge)
    Je serais curieux de voir à quoi ressemble votre doudoune en loden, vous n’auriez pas une photo ? Sinon pour un style décontracté urbain, je vous conseillerais le caban, plus chic qu’une doudoune, plus décontracté qu’un pardessus et plus urbain que le loden, malgré ses origines marines, et surtout bien chaud ! Finalement c’est comme un blazer, en plus épais ! Me lassant de mon pardessus que je trouve trop endimanché, j’ai acheté un caban il y a quelques temps et j’en suis très content (je regrette juste de ne pas pouvoir vous en commander un sur mesure !)
    Belle semaine.

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:39

      En effet, le caban est une belle option. J’avais vu ceux de DALMAR MARINE et ils étaient sympathiques!

  13. Estelle Z. 7 décembre 2017 / 23:14

    Bonjour Julien Scavini! Une doudoune avec une capuche en fourrure, pourquoi pas, mais si elle est fausse, c’est encore mieux ! Je hais ce retour en force de la vrai fourrure, cruelle et absolument inutile, alors que l’on en fait des fausses qui sont elles sublimes ! L’industrie de la plume n’est pas mieux d’ailleurs …

    À mon sens, un vrai homme de goût en est un qui sait choisir des matières de qualité tout en gardant son bon sens éthique et respectueux de l’environnement et des êtres qui l’entoure.

    Je découvre votre blog avec beaucoup de joie et de curiosité (les blogs féminins m’ennuient souvent, mettant plus en avant des « tendances » que le vrai art du vêtement), je continuerai donc à vous lire avec plaisir et avidité !

    Bien à vous.

    • Julien Scavini 10 décembre 2017 / 12:37

      Fausse fourrure oui. 😉

  14. jean-christophe HENRY 8 décembre 2017 / 09:21

    Bonjour Vos articles sont toujours très intéressante Félicitation Si j’habitais Paris je serai venu vois rendre visite depuis longtemps J’aime beaucoup l’aspect de la flanelles de laine ,malheureusement meme doublés les pantalons me grattent D »où ma question est ce que vous avez un projet de chino en « prêt á porter « en flanelles de coton ? Cordialement

    ________________________________

    • Julien Scavini 8 décembre 2017 / 13:09

      L’année prochaine 😉

      Ceci dit, les flanelles de laine sont maintenant douces comme du cachemire 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s