Un costume pour l’hiver

La plupart des costumes fabriqués de nos jours sont coupés dans des lainages dit ‘quatre saisons’. Le drap de laine pèse environ 260 à 280grs au mètre linéaire (ou au mètre carré suivant les fabricants). Pour l’hiver, il est bon de monter un peu, un grammage plus lourd donnant un costume plus lourd et donc plus chaud.

Une sorte de consensus se dégage chez tous les drapiers, ce qui est assez amusant. 340grs est le premier palier intermédiaire. Les anglais appellent parfois cela le Royal Twelve, pour douze onces, soit 340grs. Avec ce poids, les tissus restent mettables presque toute l’année, en dehors de l’été chaud. Les costumes ont un bon tombé et sont solides. Suivant l’acception à la chaleur, on pourrait donc presque considérer ce poids comme toutes saisons.

Deux échelons permettent d’envisager trouver un costume bien plus hivernal. Le premier se situe aux alentours de 370grs. C’est un poids spécifique à la moitié la plus froide de l’année. Mais, curiosité, la plupart des tissus de ce poids ne donnent pas des costumes si lourds. La relative souplesse des tissus contemporains y est pour quelque chose, à l’inverse des draps anciens très raides. Il y a chez Drapers une liasse de ce type, la Five Stars, armurée de manière très dense, ce qui permet d’obtenir un tissu d’une robustesse incroyable, très raide. Je dois avouer n’avoir jamais vu à part dans les tissus anciens un tel maintien. Les costumes ainsi réalisés ont une prestance incroyable, une netteté hors pair digne de la grande-mesure. Ce tissu pardonne beaucoup au tailleur comme on dit.

Ensuite vient le dernier échelon connu, 400grs, de plus en plus rare. Bateman Ogden, honnête petit drapier d’Huddersifield me propose deux liasses, des british classics pourrait-on dire très agréables. Holland & Sherry édite une liasse amusante appelée City of London, sous-titrée Vintage Suiting, à 420grs. Les tissus sont toutefois assez mous, et le ressenti n’est pas si lourd que cela, malgré un cintre bien chargé. C’est paradoxal. Souvent ces tissus lourds font peur, mais en fait, une fois le costume coupé et monté, on est très loin d’un costume des années 60 ou 70, forcément bien plus raide et dense.

Il semble que le lourd revient un peu à la mode à en croire toutes les liasses que les drapiers sortent avec un peu plus d’étoffe. Caccioppoli a par exemple diffusé une liasse de tissus anglais en 360/370grs très attractive. Je remarque par ailleurs que ces liasses présentent souvent des tissus assez typés, à l’ancienne. Les caviars ont plutôt un grain  assez gros, les prince-de-galles sont forts, les rayures marquées. Loin de l’esthétique fine des tissus quatre-saisons.

Les tissus que je viens de décrire sont à ranger dans la catégorie des tissus lisses, présentant une surface satinée. A l’inverse, la flanelle de laine donne des tissus plus moelleux dont le simple aspect donne chaud. Un consensus s’opère là aussi, autour de 340grs. Vitale Barberis (via Drapers, ou Caccioppoli, ou les fabricants) propose une large gamme et Loro Piana ajoute une touche de cachemire pour la douceur. Il faut toutefois noter que ces flanelles sont là encore plutôt molles et que si vous en cherchez une vraiment à l’ancienne, dense et structurée, il faudra se pencher vers des liasses plus spécifiques, comme Gorina (470 à 500grs) ou Caccioppoli (450grs environ).

Il faut toutefois penser à une chose, à poids égale, par exemple 340grs, une flanelle sera plus épaisse qu’une laine lisse. D’où une perte légère d’aisance si le tailleur n’augmente pas un peu les dimensions du vêtement.

ILLUS174

Enfin, question délicatesse, il est bon de faire un rappel. La jauge du tissu, c’est à dire in fine, sa douceur, s’exprime en super quelque chose. Super s’100 ou super s’150. Attention, cette mention n’a aucun rapport avec le poids.

Généralement, les tissus lourds ne sont pas réalisés avec des laines aux jauges élevées, pour une simple question de prix. Les tissus lourds n’intéressent pas les gens les plus fortunés, ils intéressent les passionnés. Donc ils ne doivent pas être vendus trop chers. Et mettre beaucoup de fils luxueux coute très cher. Donc les tissus lourds, 340grs et plus sont généralement obtenus à partir de fils super s’60 ou super s’80 ou super s’100. Cette relative pauvreté de la matière n’est alors pas indiquée par les drapiers, car elle ne constitue pas un argument commercial. Corolaire, ces laines grattent un peu plus, ce que je ne supporte pas personnellement, le long de la jambe.

IMG_1328

Le graal est donc de trouver un tissu relativement lourd mais avec une jauge élevée. Loro Piana propose cela dans sa liasse Winter Tasmanian s’150. Un poème, la douceur et le poids réunis. Caccioppoli propose également des s’130 lourds, mais en dehors de ces deux drapiers, c’est morne plaine. Et ils sont pas donnés. Ces liasses de tissus sont composées de tissus aux dessins plus discrets et modernes, à l’inverse comme déjà dit des liasses typées lourdes.

Vous voilà donc entièrement renseigné. Reste à trouver votre tissu précis, bleu marine, gris fil à fil et passe partout, ou chevron serré, tissus habillé très intéressant et évocateur de la robustesse hivernale…

Belle semaine, Julien Scavini

10 réflexions sur “Un costume pour l’hiver

  1. Hélène D. 24 septembre 2018 / 16:46

    Merci monsieur Scavini pour ce nouvel article passionnant sur les étoffes.
    Moi qui croyais en connaitre un rayon avec ma grand-mère couturière pro à Paris il y a 50 ans, je prends conscience de mon ignorance majoritaire, et vos connaissances qui doivent vous sembler banales me laissent béate d’admiration.
    Comme j’aimerais pouvoir apprendre à vos cotés, et bavarder avec vous de toutes ces choses.
    Une chose est certaine, à chacun de vos article je me félicite de m’être inscrite et regrette juste de ne pas l’avoir fait plus tôt. 🙂
    Bonne journée

  2. Jpg 24 septembre 2018 / 20:52

    Comme d habitude, instructif et intéressant.
    👍

  3. Marie Fournier 25 septembre 2018 / 12:14

    Je rejoinds à Hélène D au rang de vos admirateurs (trices) béats et conquis.
    Comme elle, que ne donnerais je pas pour apprendre à vos côtés un peu de votre touche magique !
    Vos articles sont ma parenthèse enchantée dans 1 quotidien de styliste en PAP tristement désenchanté.

    Merci pour votre passion inoxydable !

  4. @d@v 25 septembre 2018 / 15:06

    ces tissus sont superbes, mais quand les porter quand le moindre bureau ou bâtiment public est chauffé au moins à 22°C ?
    Par ailleurs, pour pallier le prolème de la laine qui gratte la jambe, pourquoi ne pas doubler aussi l’arrière de la cuisse du pantalon ?

    • Julien Scavini 27 septembre 2018 / 13:06

      Il est vrai qu’un costume lourd est plus chaud, donc compliqué si les bureaux sont forts chauffés. Toutefois, tous les bureaux de France ne sont pas à 22. J’ai quelques clients qui se plaignent qu’il fait plutôt 18 dans le leur. Et puis il n’y a pas que le bureau, l’extérieur frigorifique, surtout si l’on prend train de banlieues et autres bus, compte aussi.

      En ce qui concerne la doublure intégrale, elle n’est pas conseillé. Les doublures ne sont pas géniales pour la respiration de la peau et le bon tombé du pantalon.

      • @d@v 27 septembre 2018 / 21:37

        Merci de votre réponse.
        Je rêve d’un bureau à 18 pour y être bien en 3 pièces de flanelle !
        Pour combiner extérieur glacial et intérieur surchauffé je n’ai rien trouvé de mieux qu’un bon manteau.

  5. LAETITIA JOLLY 1 octobre 2018 / 15:15

    Je crois que c’est la première fois que je poste quelque chose sur votre blog et pourtant je m’y connecte d’années en années. Cela fait tellement plaisir d’avoir des articles aussi pointus! Je suis en pleine recherche documentaire sur la technologie textile et même dans les bibliothèques les plus spécialisées, je ne trouve pas d’ouvrages allant aussi loin!

    Egalement, j’avais commencé mon parcours de prise en charge de la formation à l’AFT, quelle immense déception quand j’ai su que l’école fermait suite au décès de M. Guillerme-Guilson… que personne ne prenne le relais… les autres formations ne sont aucunement à la hauteur… je suis à 2 doigts d’aller frapper à la porte des tailleurs de Paris pour leur demander de m’accepter un petit jour par semaine dans leur atelier pour observer leur travail!!!
    Merci encore pour ce partage de ce savoir-faire!!!

    • Julien Scavini 1 octobre 2018 / 19:51

      Et oui pas facile. De nombreuses personnes critiquaient les Guilson et crachaient sur l’école. Maintenant qu’elle a fermé, beaucoup vont se rendre compte de la perte…

  6. Philippe Muller 10 octobre 2018 / 21:58

    Cher Julien, Merci pour cet article, comme toujours documenté et instructif. Il touche en votre lecteur l’amateur presque exclusif, lorsqu’il s’agit de commander un costume en laine, de tissus de 12 ou 13 oz. Outre leur confort dans les frimas et leur tombé, je vois un autre argument en faveur de ces tissus : ce sont des durs à cuire ! Les plus anciens que je porte ont franchi allègrement le cap des 20 ans, un peu élimés certes et au prix de quelque attention (réparations des boutonnières, des talonnettes, ces sortes de choses), mais prêts à m’accompagner encore dix ou vingt ans sans même que le fond du pantalon laisse voir le jour…

  7. David 17 octobre 2018 / 20:09

    Article TRÈS intéressant. J’hesite justement sur un costume entre la liasse Five Stars et la City of London de H&S. Vous pouvez developper un peu sur cette dernière. Dans le registre tissus lourds il y a également les whipcords. Je suis en train de me faire faire un deux pièces dans un Covert cloth de Caccioppoli en grande mesure et je suis persuadé que je pourrai le porter au moins 6 mois par an. La question du poids est aussi tributaire de la construction du vêtement. J’ai un manteau croisé dans un drap Fox de 750 gros et je ne croule absolument sous le poids. Honnêtement je pense qu’une fois qu’on est passé au-dessus des 350 gr on ne revient pas en arrière vu les qualités de tombé de tels tissus. Et encore 350 gr c’est devenu mon papier de départ. Dernier point : le terme de tissu quatre saisons est trop galvaudé. Un 280 gr est inmettable au plus fort de l’été. Un costume de 370 gr peut lui être porté pendant 9 mois sans problème. Merci encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s