Le mocassin à pompons

On le dit ringard ou pire, de droite. On le pense disparu et mort. Pourtant, force est de constater que le mocassin à pompons continue de plaire, année après année.

La légende dit qu’il a été inventé en 1948 par le bottier du Massachusetts, Alden, à la demande d’un acteur d’Hollywood, Paul Lukas. Ce dernier avait ramené d’un voyage en Europe des pampilles en cuir qu’il voulait greffer sur un soulier. Après quelques essais naquit le mocassin à pompons que l’on connait encore aujourd’hui. Brooks Brothers copia rapidement le modèle, qui devient un must-have de l’élégance américaine, sous le nom tassel-loafer.

tassel alden
La forme classique, ronde.

Le modèle classique est plutôt ample, rond et très confortable. Il n’a normalement pas besoin d’être fait, on plonge dedans directement. La forme est empruntée aux slippers, les souliers d’intérieurs, d’où est issu le mocassin jumeau : l’opera pump. La tige monte peu sur le pied, l’échancrure est assez prononcée, presque féminine. Ces pièces ont en commun d’être coupées d’une seule pièce.

La forme généreuse se reconnait au premier coup d’œil. Elle est épurée et ne présente pas de plateau cousu comme le mocassin classique appelé penny-loafer. Mais une couture décorative fait tout de même le tour de la partie avant, comme pour évoquer ce plateau. Les pampilles sont insérées directement sur le haut de la tige et un lacet décoratif, comme lié aux pompons, fait le tour de l’arrière.

Les bottiers pour rendre le modèle un peu plus à la mode ont tenté d’en affiner la silhouette, ce qui donne de mon point de vue un résultat maladroit. Le mocassin à pompons est joli s’il est assez ramassé, mais ce n’est que mon goût, je dois être trop conservateur. Les chausseurs le décline en de multiples formes, à bout carré, à semelle souple, non-doublé etc… Il est à la mode, donc il prend des formes multiples, du plus habillé au plus décontracté.

tassel carmina
Tassel-loafer de chez Carmina, plus élancé que le modèle classique, plus italien. On notera d’ailleurs la présence d’un vrai plateau cousu. Ce mocassin n’est pas réalisé en une pièce mais en trois, d’où la présence d’une petite couture à l’avant.

Question couleur, le tassel-loafer se décline dans tous les cuirs connus, veau, veau-velours voire même crocodile ou lézard chez Carmina. Avec un forme plus effilée que le modèle canonique. En veau-velours marine, c’est très racé me semble-t-il.

Du point de vue britannique, le mocassin noir est une légère curiosité. D’autant que le mocassin ne se porte pas – normalement – avec un costume. Chaussure semi-formelle, elle se prête préférentiellement au marron et ses déclinaisons et aux tenues sport. Toutefois, ce sont les américains qui ont inventé l’objet. Et ils le portent en box noir avec le costume. Alors, pourquoi se priver, d’autant que les italiens depuis longtemps ont cassé ce dogme. Il faut bien reconnaitre que les mocassins sont très confortables, et d’un grand chic.

ILLUS178

Toutefois, est-ce une chaussure facile à porter? Est-ce une chaussure pour débutant? La réponse n’est pas évidente. J’en ai eu très tôt. Puis pendant une période, j’ai détesté les mettre, je trouvais l’allure trop féminine, le pied trop précieux. Et puis j’y suis revenu avec grand plaisir. Curieux. Ce n’est pas une chaussure anodine. D’autant plus qu’elle est un peu typé ‘fric’ ou ‘XVIème arrondissement’. Mais il faut aller au delà de ce cliché et faire confiance à son propre goût. Si l’on ne se sent pas sûr, un penny-loafer est déjà très bien. Si l’on est très sûr, il faut les porter en veau-velours vert avec un jean blanc. Il faut oser. C’est une chaussure classique.

Bonne réflexion.

Belle semaine, Julien Scavini

6 réflexions sur “Le mocassin à pompons

  1. Kerloaz 6 novembre 2018 / 09:19

    « Du point de vue britannique, le mocassin noir est une légère curiosité. D’autant que le mocassin ne se porte pas – normalement – avec un costume » : le Prince Charles est le premier des Britanniques à rompre cet édit coutumier.

    • Julien Scavini 8 novembre 2018 / 19:42

      C’est un maître !

  2. Tiffy 8 novembre 2018 / 17:36

    Il est vrai que le mocassin est très connoté « XVIème » mais si l’on se détache de ces a prioris c’est simplement une chaussure élégante, facile à porter et particulièrement confortable à la saison chaude. Et rien de mieux pour passer la sécurité dans les aéroports les plus tatillons !

    Elle peut se porter facilement avec un costume, à condition de respecter une certaine cohérence entre le niveau de formalisme de celui-ci et celui du mocassin. Mais il y a une telle variété de modèles qu’on arrive toujours à trouver chaussure à son pied.

    • Houmbosso Aurelien 14 novembre 2018 / 15:48

       »Elle peut se porter facilement avec un costume, à condition de respecter une certaine cohérence entre le niveau de formalisme de celui-ci et celui du mocassin. »//Je souscrit complètement à votre avis. L’effet est parfois réducteur avec un complet trois pièces de ville, ou tout autre mise d’un formalisme plutôt stricte. A moins qu’il s’agisse d’une hallucination, symptomatique d’un ultra conservatisme exacerbée, auquel cas méa culpa!

  3. Leturcq 12 novembre 2018 / 21:34

    Très belle mise (des derbies auraient aussi bien fait l’affaire) et surtout, très belle veste ! quelle en est l’inspiration?

  4. Houmbosso Aurelien 14 novembre 2018 / 15:42

    Merci une fois de plus pour ce bel article, qui pour mon plus grand bonheur, traite de ma dernière acquisition: une paire dans la forme classique, en peau de lézard, couleur bordeaux, que je réserve à mes tenues sport de fin de semaine. Avec un costume? Pourquoi pas, en essayant de garder, comme l’a dit ci-dessus TIFFY ( dont je partage totalement l’avis),  »une certaine cohérence entre le niveau de formalisme de celui-ci et celui du mocassin ».
    J’aurais cependant une question: Considérant l’axiome d’après laquelle  » le mocassin ne se porte pas – normalement – avec un costume » et justifié par la nature semi-formelle du mocassin, qu’est ce qui, à votre avis, peut justifier qu’à contrario, l’opéra pump qui est lui aussi un mocassin, soit le complément idéal, de la plus formelle et la plus solennelle des mises, le white tie???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s