La longueur des manteaux

Suite de l’article précédent sur l’importance du poids des tissus à manteaux, la longueur, autre point essentiel, à la fois d’allure mais aussi de confort.

Depuis quelques années, les manteaux ne cessent de raccourcir, après des années 90 marquées par l’extrême longueur des pardessus. Combien de films avec Michael Douglas et d’autres arborant de grands modèles, souvent camel, dans un goût très Cerruti ou Dior grande époque. Des coupes amples, qui drapaient et des pans très longs donnant presque l’impression de capes. Quel style.

Pourquoi les manteaux se sont-ils raccourcis? La première réponse pourrait être le goût, tout simplement. La modernité, c’est un peu le chiche en ce moment. Petit revers, petites poches, petits manteaux. L’allure est dit-on plus dynamique. On le disait aussi dans les années 90…

Mais au delà du goût, injustifiable comme les couleurs, comment quantifier la part du choix économique dans cette tendance au toujours plus court? Un manteau long, c’est un métrage important de tissu, donc un coût. Un peu comme un tissu lourd, qui représente un coût en transport et en matière. En l’espace de trente ans, les manteaux ont raccourci et se sont allégés. Moins de longueur, moins de matière, moins de poids. Gains à tous les niveaux pour les vendeurs!

Toutefois, en mesure ce problème n’existe pas, on fait ce que l’on veut. Et force est de constater que le très long est dans l’air du temps. Certes, les volumes de manteaux sont faibles en mesure. Alors peut-être que mon échantillon n’est représentatif que d’une niche d’amateurs.

Quoiqu’il en soit, une légère majorité des manteaux que je fabrique en ce moment arrivent à mi-mollet, et uniquement à la demande de jeunes. L’idée est de retrouver un esprit drapant, une masse de tissu riche et généreuse. Alors certains diront que ce n’est pas très pratique lorsque l’on s’assoit, ou qu’ils trainent toujours par terre au vestiaire. C’est vrai. En contrepartie, c’est bien plus agréable pour lutter contre le froid au niveau des jambes. Et puis le tailleur ne prend pas plus cher, alors pourquoi se priver? Si jamais le goût évolue, il est toujours possible de couper le bas, c’est très simple et peu onéreux.

A l’inverse, quelques uns veulent un manteau court, moderne, qui ‘m’élance’ me disent-ils. Pourquoi pas. J’ai arrêté la règle suivante qui donne de bons résultats : bras le long du corps, main tendu, soit aux trois-quarts de la cuisse, le manteau s’arrête au bout du majeur. Le trois-quarts idéal en somme. C’est une longueur efficace lorsque l’on fait de la voiture et que l’on veut du dynamisme.

Au milieu de ces deux longueurs butées, il reste bien entendu la longueur classique, au milieu du genoux disons.  Au dessus du genoux pour une touche plus moderne, en dessous du genoux pour une touche plus old-school. Bref, tous les choix sont ouverts. C’est le plaisir de la mesure ! Les militaires ont une règle sûre et universelle : ils ne se fixent pas sur le corps, mais sur une valeur absolue depuis le sol pour que tout le monde ait l’air identique. Capotes, manteaux d’officiers et de gendarmes se coupent à 33 cm du sol.

Belle semaine, Julien Scavini

8 réflexions sur “La longueur des manteaux

  1. David 26 novembre 2018 / 20:56

    Très bel article! On reconnaît le savoir-faire

  2. Édouard T 26 novembre 2018 / 21:17

    J’ai deux vieux Burberry assez long, quel confort, ils sont lourds, agréables à porter et puis ça tient bien chaud ! Et faut dire aussi que ça a de l’allure !
    Mais c’est vrai l’inconvénient principal, comme vous le dite, il traîne facilement au sol… Dans les bars je suis embêté, je dois toujours le poser sur mes genoux, sans quoi les gens marchent dessus !
    J’ai aussi un viel un imper d’air France, idéal en temps de pluie et de vent et de grand froid. Les gens me regardent bizarrement, mais je n’en ai cure, moi, au moins je suis bien protégé !

  3. Frederic 27 novembre 2018 / 11:14

    Il me semble Julien que vous omettez la question climatique. Le quinqua que je suis – s’habillant depuis longtemps et possédant plusieurs manteaux – constate que mes épais et longs Lodens sont de moins en moins nécessaires car les hivers sont de moins en moins froids…

  4. Boutdeficelle 27 novembre 2018 / 17:10

    Ce qui est amusant dans votre illustration, c’est qu’on n’a pas vraiment l’impression que l’homme de droite ait l’air plus élancé que celui de gauche. J’aurais presque le sentiment contraire : un manteau long, correctement ajusté et avec la taille un peu marquée dessine une silhouette fine.

  5. Grégoy 29 novembre 2018 / 10:20

    Bonjour, et merci pour cet article et votre blog.

    La longueur du manteau dépend aussi de la taille de l’individu : plus il est grand, plus la longueur devra être proportionnée – ainsi les individus de haute taille sont mieux proportionnées avec un manteau long. Cela joue sur la silhouette : un manteau court ou 3/4 donnera l’impression de couper en deux une grande personne, silhouette que l’on n’observe malheureusement que trop souvent en ville.

    Je pense que vous avez tout à fait raison : les facteurs économiques jouent pour beaucoup dans le raccourcissement de la longueur des manteaux classiques actuels, et avec l’essor de la voiture la longueur est courte pour des raisons pratiques évidentes.

    Un autre élément, déterminant à mon sens, est le surchauffage quasi omniprésent dans nos bâtiments. Le manteau long servait un objectif réel jusqu’à très récemment : garder chaud. Or où que vous alliez aujourd’hui – écoles, bâtiments administratifs, métro, chez soi – tout est souvent très voire trop chauffé ! Cet état rend difficile, voire parfois inconfortable, le port de manteaux longs.

    Une observation est le déséquilibre entre les longueurs de manteaux que l’on voit chez les hommes et les femmes : les femmes sont proposées des modèles long et ajustés, et pour peu (souvent à partir de 30 euros), alors que les hommes ne le sont pas. Ceux-ci doivent alors se tourner vers le sur-mesure.

    Cependant il me semble que les manteaux longs pour homme reviennent ou vont revenir (hourra !) et que les grandes marques et les chercheurs de tendance (holà ! vous lisez les blogs, oui ?) y prendront bientôt note.

    • Guillaume 5 décembre 2018 / 14:12

      J’espère que les manteaux longs vont revenir.
      Car si les bureaux et transports sont souvent surchauffés, ce n’est pas le cas dehors, certains quais de gare par exemple. Où lorsqu’on porte un costume, le froid se fait vite sentir.
      Par ailleurs, quand on reste longtemps dehors, sous le froid ou sous la pluie, un manteau ou un imper long sont incomparables.

  6. wiwfxmas 29 novembre 2018 / 10:30

    Le physique joue quand même pas mal sur la longueur finale non ? Porter un long manteau lorsque l’on est élancé (plus de 1,80 m) donne plus d’allure à celui qui le porte que lorsque l’on est un peu court sur pattes. J’impression (peut être fausse) que plus on est grand, plus il est facile de porter un manteau long.

  7. Antolini 4 décembre 2018 / 14:38

    Je suis tout à fait d’accord pour dire que le physique joue beaucoup. Je mesure 1m77 et les manteaux longs me tassent un peu. En dehors d’un Burberrys antédiluvien (rabats de poches et sangle de nuque) qui descend au chevilles, je porte des manteaux (crombie et cover coats) qui s’arretent juste sous le genou. Je ne porte rien de plus court sur un costume et je reserve mon Barbour et mon 3/4 cuir aux week-ends

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s