Tragédie élégante

Le texte cette semaine est de la main de mon collaborateur Raphaël.

 

Vous voilà confinés chez vous. Tout le monde vous le dit. La télé, la radio, les journaux, même vos amis dans le groupe WhatsApp « Foot-pizza-bière ».

Vous traînassez sur Instagram dans une main, pendant que l’autre bouge le curseur de la souris sur Slack pour que personne ne puisse imaginer que vous ne faites rien. Voilà quinze jours que vous êtes inconsolable : vous qui aimez l’élégance, vous voilà bien puni!

Vous avez pourtant bien essayé de suivre les consignes d’entreprise. Jour 1 du confinement, au garde-à-vous: chino et chemise repassée de frais. Vous aviez même des mi-bas accordés au bracelet de montre.

Quinze jours de télétravail plus tard… quel changement vestimentaire ! Vous baissez les yeux. Certes, votre jogging est sur-mesure, en flanelle moelleuse, avec une jolie poche gousset à rabat et une ceinture Ghurka… mais vous êtes bel et bien en jogging.

Vous tentez de vous rassurer : toujours allongé au lit, au détour d’une lecture de procrastination, vous découvrez que Benjamin Rush explique combien les vêtements amples et décontractés contribuent à la vigueur de la pensée. Raison expliquant, selon lui, la profusion des portraits d’intellectuels en robe de chambre.

Malheureusement, bien que vêtu du même jogging que Houellebecq, vous ne vous sentez pas votre esprit frémir d’intelligence. Bien triste pis-aller à la robe de chambre !

Vous rêvassez…

Si seulement vous étiez confinés au XVIIIème siècle! Vous pourriez vous affaler dans votre canapé Louis XV, habillé d’un immense banyan de dix mètres de soie de Chine. Ah, le banyan ! Un vêtement oriental porté par les riches européens au XVIIIème et XIXème siècle. Richesse du drap, des rouges, des bleus, des verts éclatants. Richesse de la coupe Louis XV, aux parements de manches gigantesques, ou Louis XVI, avec au moins vingt boutonnières qui a fait transpirer le tailleur, dont vous n’avez pourtant négligemment boutonné que … trois . C’est bien suffisant de toute façon, pour vous plonger dans le décolleté de la baronne de G.

Carle Van Loo Jacques Germain Soufflot
Exemple d’un bayan.
Attribué à Carle Van Loo, portrait supposé de Jacques Germain Soufflot (1714-1781).

 

Soudain, vous vous imaginez confiné à l’été 1816 dans la villa Diodati avec Mary Shelley et Lord Byron. Comme vous auriez été splendide dans votre redingote bleue à brocards en panne de cachemire, coiffé d’un turban à la perse qui aurait rendu jaloux le poète! Vous auriez pu souffler quelques idées pour Frankensteinau au lieu de devoir la veille des marchés, réécrire une énième note inutile ou relancer pour la neuvième fois votre équipe.

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a8/Lord_Byron_coloured_drawing.png
Une fiévreuse jalousie l’aurait tué.
Lord Byron (1788-1824), ici vers 1800.

 

Mais être confiné avec des artistes, est-ce une bonne idée? Peut-être au fond auriez-vous été bien mieux seul, à la Belle Époque, à Fontenay-aux-Roses, dans le salon orange et bleu de Des Esseintes. En tout cas, vous n’auriez certainement pas traîné d’une cheminée l’autre, couvert d’une vieille pelisse fourrée comme un enfant loup ou… comme Proust!

Vous auriez contemplé en solitaire vos dessins préparatoires à la Salomé de Moreau, tout en savourant des chocolats qui ont un étrange goût de frangipane, tant pis pour les miettes sur votre belle veste d’intérieur en velours de soie rouge matelassé. Vous auriez joué avec les brandebourgs de soie tressée et avec le pompon doré de votre fez.

Votre esprit polisson, qui vagabonde maintenant vers les années soixante, imagine peut-être porter une veste de soie délicate, pour se promener au play-boy mansion entouré de bunnies en déshabillé…

Hugh Heffner
D’accord, mais changez d’abord cet affreux lustre avant d’y grimper!
Hugh Heffner dans son PlayBoy Mansion

Fort de toutes ces rêveries, vous vous dites que le chauffage central a fait beaucoup de mal à l’élégance, et vous avez raison. À vous d’utiliser la noblesse de la soie, de la laine et du cachemire pour inventer le prochain vêtement d’intérieur élégant… sous le regard bienveillant de votre tailleur. Qui de toute manière, ne participera pas à ça :

Tbl
The Big Lebowski, 1998

 

Portez vous bien, Julien Scavini

2 réflexions sur “Tragédie élégante

  1. Léon Curd 6 avril 2020 / 19:32

    Assurément l’un de vos posts les plus décoiffants!
    Merci!

  2. Olivier D 7 avril 2020 / 09:21

    Bravo pour ce billet léger et inspiré, tant sur le plan littéraire que pictural.

    En guise de veste d’intérieur, je me permets de vous conseiller la veste Teba, découverte sur le tard. La vraie originale, en jersey, est parfaite pour cette saison en situation de confinement urbain. Confortable et douce à souhait, elle cache bien les plis des chemises imparfaitement repassées et donne un air de dignité décontractée suffisant pour les vidéoconférences professionnelles (Skype, Zoom ou Teams sont devenus les instruments quotidiens du télé-travailleur confiné). On peut aussi la porter avec un pull à col roulé fin (ce que préfère mon épouse car ne nécessitant pas de repassage!).
    A moins qu’à l’instar de Xavier de Maistre, dans son « Voyage autour de ma chambre » on n’alterne l’habit de voyage (« Je sortis la tête des plis de mon habit de voyage, où je l’avais enfoncée pour méditer à mon aise… » – chapitre XVI) et la robe de chambre (« lorsqu’il me vit enfoncer tout à coup la tête dans ma robe de chambre… » – chapitre XVIII).

    Bon confinement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s