Une élégance du chiche

A chaque époque son paradigme d’élégance. L’après première guerre mondiale consacre l’homme poupée, aux épaules étroites et à la taille très pincée. Pour des chercheurs, cette allure juvénile qui se remarque dans les gravures commerciales est le souvenir d’une jeunesse considérablement balayée.

A l’inverse, les années 30 déclarent l’homme surhumain, et les costumes sont amples aux épaules, taillés en V, pour donner une carrure, préfiguration du look armoire à glace des années 50.

Il serait possible de penser que chaque décennie définie ‘son homme idéal’ en représentation, un étalon dans le sens du modèle. Les costumes sont coupés pour cet homme-symbole et tant pis si les autres ne rentrent pas dedans. En découle une liaison immédiate à l’âge. Quel est l’âge de l’homme idéal? Est-ce le quarantenaire au sommet de la réussite financière comme dans les années 80, Michael Douglas ou Richard Gere, hommes déjà mûr ; ou le minet androgyne fraichement sorti d’une école de design ?

Ainsi, suivant la période c’est le jeune qui s’habille comme l’âgé. Et inversement. La mode régence du dandy Brummell, très étriquée était parfaite pour la jeunesse dorée, les vieux lords bedonnant devaient suivre. A l’inverse, le confort des coupes des années 90, bourgeoises en diable, habillaient très bien le quarantenaire riche et affairé.

FIG219

De nos jours, il semble que la jeunesse fasse la tendance. Vestes courtes, pantalons serrés, reflets d’une époque aimant les corps minces, ‘au naturel’. Un lien sociologique et par tranche d’âge serait extrêmement intéressant à établir par une recherche approfondie.

Si sur un jeune homme, les coupes étroites vont bien, sur un monsieur, c’est parfois ridicule. Prenez notre Ministre de l’Intérieur, M. Castaner. Tout le monde admettra que c’est une homme bien bâti, un ‘beau mec’. Mais observez le chiche de l’allure! La veste est trop étroite aux épaules! La poitrine trop petite pour un tel coffre.

Enfin et surtout, les revers minuscules accentuent l’effet général : la tête parait énorme posée sur ce corps de garçonnet. Un vrai bilboquet. C’est d’autant plus triste qu’on sent bien, au fond, que l’homme aime les costumes et les tissus (notamment des carreaux discrets). C’est tout de même triste comme allure.

Beaucoup de messieurs gagneraient ainsi à s’étoffer un peu plus, dans le sens le plus propre du terme. Pour ne pas rendre visuellement leur corps boudiné de la sorte. Un costume étroit fait paraitre … gros. Il n’y a pas d’autre terme hélas. Même le Président Macron qui semble avoir pris un peu de poids dernièrement (cela se voit notamment au visage qui s’arrondit) parait de plus en plus petit dans ses costumes.

Mais de cela ils ne sont pas responsables, ou si peu, baignant dans un microcosme où le costume slim est la norme. M. Bernard Arnault donne d’ailleurs le la, avec ses costumes très minces. Mais il l’est tout à fait lui-même. Ramené à une population plus générale, c’est vraiment dommage cette mode française du chiche.

Car à l’inverse, les italiens proposent comme une force, aux hommes de paraitre tout simplement … bien bâtis. Sans parler des américains (et donc en partie de l’allure Suit Supply qui est très inspirée par l’Oncle Sam) qui aiment l’opulence de lignes faites pour des hommes. Des hommes d’âge mur, des hommes qui ne veulent pas paraitre minuscules dans des costumes étriqués.

Avoir un costume avec un peu d’ampleur ne veut pas dire nager dedans. Ne veut pas dire trop grand.

Avoir un costume avec un peu d’ampleur veut simplement dire confort et aisance. ET renvoie une ligne étoffée qui peut logiquement être le signe d’un intellect étoffé et solide. S’habiller de manière étriquée renvoie forcement quelque part à une philosophie d’existence!

Ci-dessous quelques images d’Attolini. Le mannequin d’un certain âge porte des vêtements qui lui sont adaptés. Il ne cherche pas à passer pour un jeune, ce qu’il n’est plus. Le style, les carreaux, les rayures, cela se discute. Le confort des vestes et la ligne des épaules en revanche font vrais. Il n’y a pas de volonté de rentrer au chausse-pied dans le vêtement!

 

Belle et bonne semaine, Julien Scavini

4 réflexions sur “Une élégance du chiche

  1. Matthieu Gilot 19 mai 2020 / 07:34

    Très bon article. J’abonde en votre sens.
    La décennie qui vient de s’écouler a vu l’hégémonie des coupes slim. Si de telles coupes peuvent être fort jolies, force est de constater qu’elles ne vont véritablement qu’à une infime minorité de personnes. Par ailleurs, je trouve étonnant qu’autant de personnes aient pu y souscrire, compte tenu du faible confort de ces coupes.
    Pour ma part, j’ai aujourd’hui tendance à faire du confort un critère déterminant. Je me suis longtemps habillé trop petit, trop étroit ; à choisir, désormais, je préfère porter quelque chose de confortable, la coupe fusse-t-elle imparfaite, plutôt que quelque chose de désagréable à supporter à la journée mais au rendu visuel très bon.

  2. Lysias 19 mai 2020 / 16:20

    Je rebondis sur le fait que chaque décennie possède son style.
    C’est quelque chose qui m’a particulièrement frappé en regardant le tout récent documentaire « The Last Dance » sur Netflix qui s’intéresse au parcours de Michael Jordan et des Chicago Bulls pendant les années 80 90 et leur « décennie dorée ».

    On voit souvent les joueurs en costume avant ou après les matchs, notamment Michael Jordan, avec cette impression d’armure des temps moderne : une coupe droite, de grandes épaules structurées, des emmanchures plutôt basses de très petits revers placés très haut (à la manière des années 1910 1920) ce qui accentue l’ampleur de la veste sur des gens déjà très grands à la base. On voit tout de suite le côté « power suit ».
    Le pantalon est lui aussi assez large, parfois s’écrasant sur la chaussure en donnant toute fois une impression de drapé sur la jambe qui est assez singulière. On voit que c’est un homme qui a pensé son style avec les tendances de fond de son époque.

    Au delà de la recommandation que je vous fait de ce très bon documentaire, je trouvais passionnant que vous fassiez une analyse du style de Jordan !

    Lysias.

  3. jimbo 3 juin 2020 / 16:39

    Bonjour,
    Je peux ajouter à vos remarques le problème des emmanchures, en PAP tout au moins.
    Elles sont toujours (beaucoup) trop basses, le costume bouge en même temps que les bras !
    Ça peut être un problème avec un costume trop large des années 90, mais ça devient une horreur avec un costume moderne trop serré. Je pense que c’est une des raisons pour lesquelles certains ne ferment jamais leur veste : ce n’est pas à cause de l’embonpoint, mais plutôt qu’ils ne peuvent plus bouger sans que la veste se déforme disgracieusement et entravent leurs mouvements.
    C’est une gageure de trouver un costume PAP aux emmanchures convenables et dont la coupe se situe quelque part entre le 1er communiant et l’ancien combattant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s