Les pinces ont-elles un sens?

Les pinces ont-elles un sens? Enfin, une orientation plutôt. C’est une excellente question que l’on me pose souvent lorsque j’aborde ce point de détail du pantalon. Cela dit, ne vaudrait-il pas mieux dire les plis ont-ils un sens ? Dans le sens anglais de « pleat ». Un client m’a demandé récemment quel était le meilleur terme et je dois dire m’être aussi posé la question. Une pince, un pli ? Un pli pincé ? Ce serait l’idéal. Je ne remarque pas chez mes clients les plus âgés une version ou l’autre en particulier.

Bref, revenons à cette question du sens. Autant le dire tout de suite, c’est un vrai sujet de débat. Les plis vers l’intérieur ou vers l’extérieur ont leurs tenanciers. C’est un débat passionné et tranché. Ceux qui les aiment ainsi détestent les voir autrement. François Ferdinand le créateur de la défunte marque J. Keydge lorsqu’il était venu me rendre visite ne jurait que par les plis vers l’intérieur. Ah pour lui, c’était une faute de goût terrible de les avoir autrement. Un marqueur indélébile pour juger de la qualité d’une marque! J’aime bien écouter les arguments des uns et des autres sur le sujet. Je ne suis pour ma part pas plus attaché à l’une qu’à l’autre. Les arguments échangés sont parfois si virulents que je m’amuse toujours de la profondeur de ces débats stylistiques ! Une question brûlante !

Regardons un peu en arrière pour essayer de discerner le vrai du faux.

Les pinces, ou les plis, comme vous voulez ! ont été inventés à la fin des années 20, et sont surtout caractéristiques de la grande ligne opulente qui s’installe dans les années 1930. Sur cette photo de Winston Churchill de 1919, point de pince. Comme sur cette autre d’une anonyme en Australie vers 1920. Comme enfin sur ce dessin Joseph Christian Leyendecker juste après la Première Guerre je pense.

Cela dit, sur ce portrait de 1924, Jean Cocteau a déjà des pinces. Vers l’intérieur.

Sur cette photo de groupe avec Edward, Prince de Galles assis sur une chaise, on peut voir deux personnages debout avec des pantalons à pinces. La définition de la photo ne permet pas de juger clairement du sens de celles-ci. Le personnage de droite semble avoir des pinces vers l’extérieur, celui de gauche vers l’intérieur. Les pinces apportent un volume tout à fait nouveau aux pantalons, qui enflent et apportent du confort, tout en marquant la taille fine.

J’ai essayé de regarder chez Laurence Fellows le fameux dessinateur des années 40 américains, d’Apparel Arts et d’Esquire. Mais ce sont des dessins, et assez rapides dans le trait pour ne pas en dire beaucoup. Ou pour ne pas prendre parti ! Il me semble surtout que dans les années 30, le pantalon à pinces est faire pour un confort sport. Et les pantalons habillés comme ceux de la jaquette n’ont pas de pince.

Essayons alors de regarder quelques catalogues vestimentaires pour en voir un peu plus. Je vais prendre un biais particulier, je vous présenter trois planches issues du même magasin, l’américain Sears. Trois planches datées de 1949, 1950 et 1959. Les deux premières planches présentent des dessins, la dernière des photos. Conclusions, les plis sont orientés vers l’extérieur.

On pourrait aussi regarder deux clichés du milieu des années 30 de Cary Grant et son ami Randolph Scott. La première ne montre pas clairement les plis, mais j’ai l’intuition qu’ils sont orientés vers l’extérieur. Ce que corrobore la seconde photo.

Prenons Fred Astaire. Il porte les deux versions, plis extérieurs et intérieurs.

Mais tout de suite, vous allez me dire qu’il existe un biais beaucoup trop important dans ma démonstration là. Une marque uniquement américaine et qui plus est de prêt-à-porter, puis des acteurs américains. Et vous aurez raison.

Bien souvent, je lis ça et là que les pinces vers l’extérieur furent inventés par le beau prêt-à-porter italien dans les années 80. Cette démonstration ici prouve bien que non. Dès le départ, les pinces sont alternativement d’un côté ou de l’autre.

Ce qui est certain, c’est que les tailleurs anglais et français ont toujours plutôt cousus les plis vers l’intérieur. Peut-être les italiens, je ne sais pas. C’est une conception culturelle du beau pantalon. En vérité, ce débat je pense, oppose deux façons de concevoir les pantalons : les tailleurs d’un côté, la confection de l’autre. Je note toutefois que les chinos de l’armée américaine ont longtemps présentés des plis vers l’intérieur. Et sur cette photo de James Bond des années 60, Sean Connery porte un pantalon à double plis, vers l’intérieur.

Une version est-elle mieux que l’autre ? Une version est-elle plus traditionnelle que l’autre ? Je ne sais pas, et les tous les exemples photographiques anciens me prouvent toujours et encore qu’il n’y a pas de vérité de ce côté là. Un tailleur cousant lui-même aura peut-être plus tendance à les faire vers l’intérieur. Un confectionneur plutôt vers l’extérieur.

Je dois témoigner qu’à ce niveau là, je les préfère souvent vers l’extérieur, car cela rend le devant du pantalon plus tendu, plus net. Les pinces vers l’intérieur, lorsque l’on s’assoit, ont tendance à donner un volume énorme à l’entrejambe. C’est pas le plus gracieux. En dehors de cette petite question, dans l’absolu, sur la ligne du pantalon, cela ne change pas grand chose. Les pinces apportent du volume à la cuisse, et par effet de contraste, donnent une taille fine. Ce n’est donc pas ce soir qu’une réponse émergera. Continuez de chercher à l’envie des photos anciennes et de les comparer. Continuez d’essayer de trouver des arguments pour dire qu’une version est mieux que l’autre. Peut-être. C’est sans fin. Et un plaisir au fond. Notre sujet a de la ressource, le beau vêtement est porteur de débat. Comme de savoir si un pull est mieux à col rond et à col V !

Bonne semaine, Julien Scavini

5 réflexions sur “Les pinces ont-elles un sens?

  1. Rufus 29 mars 2021 / 19:46

    Les pantalons actuellement en dotation de la Marine nationale française ont les plis vers l’intérieur. Ce qui étonne toujours, mais désormais, avec votre article, ce détail signalerait donc une confection de qualité!

    • Julien Scavini 30 mars 2021 / 21:02

      Alors ça, rien n’est moins sûr. Mais c’est une tradition militaire ces plis intérieurs. Un vieil héritage tailleur je pense. Rien de plus.

  2. charlesbilger 29 mars 2021 / 20:22

    Merci pour ce brillant article, je me suis longtemps posé la question.
    Je trouve que le pli intérieur donne un effet rentrer le ventre. Ce qui le fait paraitre plus stable, donne un effet armure avec des jambes solides et des abdos en béton. Je le trouve aussi plus cérémoniel.Ca va bien avec un ventre plat, et un noeud pap! Et tout ce qui est central comme la moustache ou la raie au milieu (que bart Simpson ou le petit spirou portent quand ils doivent etre chic)

    Alors que le pli extérieur donne un effet plus élancé, plus sport, je dirais presque aérodynamique..
    Et je trouve que le pli extérieur apporte un équilibre pour les gens qui ont du ventre, il compense mieux. De face, les lignes verticales des bretelles ou de la cravate, sont cassé vers l’extérieur et je trouve que donnent de l’elan.

    Peut être que la clé est là: Stabilité pour le premier, Elan pour le second

    Ah les questions de style, ce n’est jamais simple 🙂

  3. John French 29 mars 2021 / 22:22

    I find that the outer pleat gives the stomach a flat look where the inner pleat appears to give a pouch appearance. I am not a heavy person and maybe that is why my opinion is such.

    • Julien Scavini 30 mars 2021 / 21:00

      Totally agree!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s