L’arrondi de la basque

Pour finir sur le sujet de la semaine dernière, je vais m’intéresser ce soir au sujet spécifique de l’arrondi de la basque, cette partie terminale tout en courbe d’une veste. Cette fameuse courbe est parfois un sujet de questionnement pour les amateurs de costumes, certains aimant une ligne classique et fermée, d’autres une courbe nettement plus appuyée et ouverte. Il en faut pour tous les goûts. La veste du tailleur Hunstman de Savile Row, ci-dessous présent une courbe pour le moins faible. L’impression est une veste à l’allure très ancestrale, avec ses basques très fermées :

Cette ligne vraiment très classique est typique des tailleurs qui respectent à la lettre l’esprit et les courbes enseignés dans les plus érudits livres de coupe. Comme illustré dans le précédent article avec moult photos anciennes, cette courbe des basques a toujours été peu appuyée. Jeremy Hackett porte une veste à coup sûr faite à la main qui présente encore cette courbe on-ne-peut-plus classique. So british :

Cela étant dit, je fréquentais la maison Hackett étant plus jeune pour l’exact inverse, à savoir des basques plutôt ouvertes et évasées, que je trouvais plus agréables à l’œil. Ci-dessous quelques exemples de cet arrondi bien marqué, qui dès le dernier bouton part en une élégante fuite :

Il faut savoir que pour une même courbe, pour une même coupe, le résultat visuel peut varier. En particulier à cause de deux points : les hanches et les épaules. Si le porteur a des épaules basses, les devants tendant à se rapprocher et la courbe sera moins ouverte. A l’inverse, un porteur aux épaules hautes aura tendance à faire s’écarter les bas de la veste, donnant une impression de basques plus ouvertes. Quand aux hanches, plus elles sont larges, plus elles écartent les basques et bonne une impression de courbe marquée. Etc etc etc…

Cette question de la ligne de coupe est tout à fait intéressante et un sujet de débat absolument sans fin. Il n’existe pas de vérité absolu et chaque tailleur ou styliste développe sa propre ligne ou utilise les ancestrales. Une chose est certaine, si en demi-mesure il est quasi-impossible de changer cette ligne à chaque commande, c’est que cette couture très particulière du devant est souvent réalisée par une machine à coudre automatique, programmée pour suivre avec régularité toujours la même courbe, ou plutôt, la même spline asymptotique.

Car il ne s’agit absolument pas d’une courbe régulière basée sur un cercle. Voyez comme ce serait inélégant :

Non, il s’agit bien d’une courbe plus érudite, plus construite, plus dessinée. Elle le fruit de décennies de développements. Un peu comme le nombre d’or, elle est un équilibre et un savoir-faire, un savoir dessiner. Personne n’a dit « c’est ainsi » . Mais tous reconnaissent la douceur de son asymptote. Une courbe molle qui s’aplatit paisiblement pour passer du bord au bas. Plus rapidement tangente à l’horizontale qu’à la verticale. Voyez comme c’est plus élégant qu’un simple arrondi basé sur le cercle. Tellement plus humain dans l’élégance.

Finalement cette courbe est à l’échelle de l’homme et de son corps. Une harmonie naturelle que vous pouvez chacun retrouver en vous. Cette courbe élégante, c’est celle qui lie votre pouce à votre index. Finalement, chacun possède en lui le tracé précis et élégant d’une basque de veste :

Là dessus, je vous souhaite une excellente semaine et un bel été. Stiff Collar part se reposer quelques temps ! Julien Scavini

9 réflexions sur “L’arrondi de la basque

  1. Ga Ba 6 juillet 2021 / 08:38

    Bonjour Monsieur

    MERCI POUR EXPLICATION DE COURBE ET DU TRACER A PARTIR DE L INDEX.

    • Julien Scavini 6 juillet 2021 / 19:19

      Merci à vous !

  2. @d@v 6 juillet 2021 / 09:29

    Merci cher Julien,
    Toutes les photos, à l’exception de celle de jeremy Hackett, montrent des vestes très courtes. Choix délibéré de votre part, ou la mode actuelle a-t-elle imposé cette sélection ?
    Je vous souhaite de bonnes vacances.

    • Julien Scavini 6 juillet 2021 / 19:18

      Très courtes? non tout de même pas! Raisonnablement modernes dirons-nous 😉

  3. Martin 6 juillet 2021 / 17:24

    Bonjour, Julien.
    J’avoue que je ne m’attendais pas à voir une célèbre photo du général Rollet, chef de corps du Régiment de Marche de la Légion étrangère… Quelle surprise!
    Il faut souligner l’élégance des uniformes français, surtout ceux des officiers. Aujourd’hui, les uniformes sont assez semblables entre eux, quelle que soit la catégorie de personnel. La veste TDF (terre de France) a des poches plaquées aux coins arrondis, et des basques assez courtes et carrées. L’uniforme reste assez sobre, tout l’éclat résidant dans le port des fourragères et des décorations!

  4. Martin 6 juillet 2021 / 17:30

    Désolé: j’ai écrit ce commentaire pour ton précédent article « La forme des basques » 🙂

  5. Eric B 8 juillet 2021 / 09:32

    Cher Julien,

    Les vestes montrées sont très courtes et le boutonnage trop haut, comme la modernité veut nous les faire porter.
    Quand la manche dépasse presque le bas de la veste, c’est trop court, ce n’est même pas la peine de l’essayer.
    Le boutonnage haut et les basques arrondies font que ce que l’on voit, c’est la braguette (cf. photo 3). Pas sûr que ce point d’attention soit le plus élégant. Je ne comprend toujours pas cette combinaison boutonnage haut-taille basse qui, en plus, avec des basques arrondies montre :
    – la braguette
    – la ceinture, accessoire que je n’aime pas
    – le triangle infernal du bas de la chemise quand la veste est boutonnée
    – éventuellement les deux pointes de la cravate.
    Le pire évidemment avec ces vestes courtes, mais c’est hors sujet, est la vision à la poupe.

    Si je dois revenir à mon domaine d’expertise, James Bond, les basques des vestes sont très fermées chez Anthony Sinclair (période Sean Connery) et s’ouvrent au fil des décennies.

    Bien cordialement,

  6. gillessuisse 6 août 2021 / 16:09

    Merci pour ces deux articles.
    Personnellement, je trouve que les arrondis vont mieux sur des jeunes hommes et qu’avec l’âge, une coupe plus droite va mieux, faut plus sérieux. Mais je conçois que c’est un avis très personnel.

  7. Charette 9 août 2021 / 16:11

    C’est de la propagande « biarrote » tous ces articles sur les basques…

Répondre à Julien Scavini Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s