De l’élégance du détective

Tourné à partir de l’hiver 1988, la série Hercule Poirot inspiré de la très célèbre œuvre d’Agatha Christie donne au personnage du détective belge une élégance classique qui plait à Stiff Colar, ce nouveau sujet est l’occasion d’en appréhender les contours.

Lorsque Brian Eastman le producteur de la série, David Suchet l’interprète de Poirot et Sue Thomson la costumière commencèrent à travailler sur la série, tout était à repenser. En effet, les précédents opus tournés avec le grand Peter Ustinov était projetés dans l’époque contemporaine, à savoir les années 70 et 80. Il en résultait quelques anachronismes souvent mal déguisés par les scénarios, notamment en ce qui concerne les goûts d’Hercule Poirot pour l’élégance, en habillement et en décoration.

Cette nouvelle série fut donc campée dans les années 30 (plus tôt pour le Mystère De Style qui se passe en 1916-17). Il y est d’ailleurs souvent fait mention des dictatures continentales, nazi ou fasciste. Cette époque est celle des avants garde et du modernisme. L’architecture de la série le présente bien, montrant bien souvent de vastes villas blanches inspirées de l’œuvre de l’architecte franc-suisse Le Corbusier. Cette architecture blanche est aussi celle de l’hygiéniste, mouvement politique qui voulait rendre propre la société et les corps. Les fauteuils en acier chromé sont révélateurs de cet esprit nouveau qui naissait alors et dont Poirot soutenait les idées, bien loin des soubresauts Art-Deco de l’académisme. D’ailleurs Poirot s’intéresse à la psychologie comme il aime à le répéter, une science inédite et peu répandue alors.

Mais pour ce qui est de la garde robe, Poirot est bien plus traditionnel! Il s’habille toujours de la même manière, dans la série du moins. Cela commence par un complet aussi appelé costume trois pièces. Ses vestes sont droites, à deux ou trois boutons et arborent systématiquement un cran aiguë. Ses gilets, coordonnées ou pas sur le costume, sont droits ou croisés, avec revers châle de temps à autres. Il fait très attention au positionnement de la montre à gousset, retenue par une chainette qui trouve une boutonnière verticale ad hoc. De même, le cordon de son binocle pince-nez passe très précisément par l’un des boutons du gilet.

Hercule Poirot
Hercule Poirot

L’intérêt provient également d’un détail sartorial exquis et rare, la chemise à col détaché à pointes rondes. Il s’agit d’un col détaché donc (stiff colar) cassé dont les deux pointes sont arrondies. Il dote toujours ce col d’un nœud papillon à nouer, à motifs cachemire ou géométral. Cela permet de n’apercevoir pratiquement que la soie du nœud au dessus de sa veste, le col étant bas et dissimulé. Sa chemise est faite d’une popeline blanche coordonnée avec son mouchoir de pochette positionné à l’américaine.

Enfin, ses souliers sont des richelieus d’une seule pièce, des balmorals pour être précis, recouverts de guêtres de tissus. En intérieur, la veste est aussi déposée sur une valet pour être remplacée par une veste d’intérieur en velours bleu à revers châle.

Sa tenue est absolument parfaite et Stiff Colar érige cette démonstration vestimentaire comme l’une des plus remarquables du petit écran.

6 réflexions sur “De l’élégance du détective

  1. Alain PIGEAULT 12 décembre 2011 / 10:59

    Bonjour, je recherche depuis pas mal de temps une boutique en France ou en Angleterre, qui vendrai des smoking jacket (vestes d’intérieur) semblables a celles du célèbre détective. Merci de me répondre.

    • Julien Scavini 12 décembre 2011 / 14:02

      Exactement comme la sienne, hélas introuvable. C’est un travail sur mesure. Sinon, vous trouverez dans la liste des commerçants favoris deux anglais: Favourbrooks et Ede&Ravenscroft!

  2. Grégoire 21 juillet 2013 / 11:20

    Cher Julien,
    Il est vrai que les tenues de notre détective bien-aimé sont absolument exquises. Je trouve que véritablement cette époque et ces tenues constituent l’âge d’or de la sartoriale et de l’élégance en général.
    Un grand bravo pour votre figurine, reflétant très bien la personnalité de Poirot. Un grand bravo encore pour votre article très bien expliqué.
    Élégamment votre,
    Grégoire

  3. orlando 21 septembre 2013 / 13:44

    Pour les avoir tous vus sur TMC, je crois que ce sont des balmorals gris/noirs à boutons mais sans guêtre.

  4. Françis Poirot 3 mars 2015 / 21:10

    Je ne crains cher ami, que Poirot possède belle et bien des guetres, je suis formel.

    • Julien Scavini 7 mars 2015 / 11:14

      Possible et même sûr en effet !! Quel vieil article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s