Les tweeds

L’une des catégories de laine les plus connues est certainement le tweed. Cette étoffe, souvent lourde est appréciée pour son confort thermique et sa durée de vie, très importante. Ce tissage cardé est d’une robustesse rare. Il existe trois grandes catégories de tweed: les Harris Tweed, protégés par la Harris Tweed Authority, les Saxony Tweed issus de moutons de race saxony (originellement issus de Saxe donc) et les Donegal Tweed, tissés en Irlande et reconnaissables à leurs petites imperfections de couleur dans le tissage. Certains de ces tweeds peuvent aussi être homespun, c’est à dire tissés directement chez l’habitant, à la maison ‘home’. C’est en effet l’une des caractéristiques d’origine des tweeds que d’être fabriqués directement sur les exploitations agricoles, appelées ‘croft’ dans les îles hébrides.

Tout commence avec la matière, la laine brute. L’une des plus reconnues et des plus protégées provient de deux îles des hébrides : Lewis et Harris. Les divers ballots de pure laine vierge sont mélangés (blended). Ensuite l’ensemble est transporté à l’usine pour la filature du fils avec lesquels on tissera les laizes. Le premier traitement consiste à laver à l’eau clair, mais pas trop pour ne pas retirer les suints (graisses du mouton) qui imprègnent la matière. Cette opération est parfois réalisée à même les cours d’eau pour certains homespun. Puis intervient la teinture dans la masse, à l’aide de colorants naturels le plus souvent, comme les mousses et les lichens pour obtenir des teintes douces.


Ensuite le cardage permet de dresser les fibres dans le même sens. Le traitement à ce niveau sera court, ce qui donnera au tweed cet aspect très rêche, peu travaillé. D’autres types de tissages plus doux sont ensuite peignés par exemple. Le cardage permet de tirer les fil,s qui le plus souvent sont liés par deux, pour obtenir un double retors. Les fils ne sont d’ailleurs pas positionnés sur des bobines comme à l’habitude mais sur des clefs en bois, qui les tendent. Des centaines de fils concourent finalement au métier à tisser, pour l’étape du ‘weaving’.

Cette étape est exclusivement réalisée sur des métiers manuels dans des ‘croft’ en ce qui concerne les Harris Tweed, étape nécessaire pour obtenir l’appellation d’origine protégée. Les tisserands produisent généralement des laizes de 85 yards, soit 78 mètres, en petite largeur (74cm) ce qui en fait un tissu cher et compliqué à couper. Traditionnellement, le tissu tailleur a une largeur de 2x 75cm soit 150cm vendu ‘dossé’, c’est-à-dire replié lisière contre lisière.

Enfin, comme tous les tissus, le tweed subit une étape de finition, le ‘finishing’ pour 3 à 4 euros du mètre. Il est lavé une dernière fois, les impuretés sont enlevées à la main et des contrôleurs reprennent les mailles sautées. Différents traitements peuvent être appliqués à la surface, comme un dernier cardage ou un brossage aux chardons.

Vous êtes maintenant renseignés sur les diverses étapes qui permettent d’aboutir à ce tissu d’exception, qui grâce à un montage efficace par le tailleur, durera des années.

Julien Scavini

9 réflexions sur “Les tweeds

  1. Nicolas 21 février 2011 / 23:14

    Merci pour cet article passionnant et enrichissant, et bien sur j’ai des questions :

    – quelle différence entre tweed et flanelle ?

    – est ce qu’on peut vraiment faire un costume – qui ne soit pas de chasse – dans cette matière, car c’est un peu « lourd » pour un pantalon, non ?

    Amitiés

    Nicolas

    • Julien Scavini 22 février 2011 / 13:05

      Bonjour

      flanelles et tweed font partis de la même famille des lainages cardés (worsted) mais ne subissent pas du tout les mêmes traitements. Les tweeds sont laissés tel quel, alors que les flanelles sont plus raffinées et surtout elles sont foulés. Ce traitement consiste à faire passer fils et/ou draps dans des machines à tambour, comme des machines à laver, qui font feutrer la laine. Attention à ne pas confondre la flanelle et le feutre qui est un in-tissé…

      Enfin, oui je pense que l’on peut faire faire des costumes entiers. Il existe des tweeds gris/anthracite dans les 400gr ce qui est léger. Pour le ‘friday wear’ par exemple…?

      • Dexter 23 mars 2011 / 15:22

        Il faudrait que je retrouve le texte, mais je crois que c’est dans un des deux bouquins édités chez Dunod sur la technologie des textiles, mais il me semble bien avoir lu que les flanelles sont en laines peignées et que c’est juste le traitement qu’elles subissent ensuite qui les classent parmi les tissus dont on ne distingue pas l’armure… A confirmer

  2. LM 22 février 2011 / 13:55

    Je suis l’heureux propriétaire d’un très beau pantalon en Donegal bleu, coupe jeans, qui se porte avec aisance et presque tout!

    LM

  3. Hebe 28 février 2011 / 08:03

    Bonjour,
    À mon avis, mais c’est peut-être le fruit de mauvaises expériences, le tweed est un tissu qui s’affaisse assez vite. Il se déforme, n’a pas la même tenue que certains autres laines. Cela vient-il de la méthode par laquelle il est produit et tissé? Je pense à deux vestes que je possède (depuis tout de même de nombreuses années) et qui, si elles sont d’un confort parfait, ont perdu l’allure qu’elles avaient, et se sont affaissées. L’une d’elle a carrément l’air d’être devenue trop grande pour moi, et je n’ai pas maigri!
    À cause de leur poids? Du tissage?

    • Julien Scavini 28 février 2011 / 15:31

      Le tweed est plutôt un tissage lâche mains contenant beaucoup d’air… les chevrons tiennent mieux le coup que les toiles, surtout dans cette matière. La qualité du tweed aussi importe beaucoup, tout autant que la conception de la veste. Une veste qui s’agrandit, cela questionne surtout la confection: toile/thermocollant, comportement de l’épaulette et de la cigarette, pose des passepoils en droit fil ou perpendiculaire, pose ou non d’un passement, autant de facteurs qui influencent la qualité finale et la durée de vie.

      Mais il est vrai que c’est un tissu – pas moins solide, au contraire – mais moins structuré.

  4. Lory 25 avril 2011 / 09:43

    Bonjour, pour un jeune homme de 20a recommandez vous un costume en tweed pour premier costume ? Ou pensez vous qu’un costume classique de couleur gris serait un meilleur choix. Mes amitiés. L.

    • Julien Scavini 25 avril 2011 / 13:13

      Tout dépend où vous vivez, comment et quel métier vous faites… Entre un costume gris anthracite parfait pour débuter au travail et un costume de tweed parfait pour se vetir à la campagne ou comme étudiant, je ne sais 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s