La pattemouille

L’entretien d’un costume est une chose délicate qu’il ne faut pas traiter à la légère. Une laine bien entretenue durera, c’est là le point principal. Mais évidemment, les traitements différeront entre un costume thermocollé et un entoilé, surtout grande-mesure.

Le point principal est de s’occuper régulièrement et simplement de son costume ou de sa veste. Après une journée et de retour chez soi, je conseille de retirer le pantalon pour passer quelques chose de différents (un jogging de coton? :-)). Laissez reposer le lainage, comme vos chaussures en cuir qui doivent impérativement être garnies d’embauchoirs. Un valet de chambre en bois représente le nec-plus-ultra du confort pour vos habits. La veste sur son cintre pour galber les épaules et faire retomber la vapeur, le pantalon dans la presse pour faire disparaitre les plis de genoux.

Vous complèterez avec un petit coup de brosse pour enlever la poussière avant de ranger l’ensemble sur un cintre dans la penderie. Avec au minimum un costume par jour ouvré, la rotation est efficace. Plus vous aurez de costumes, moins ils s’useront! Idem pour les souliers (en fait, les plus riches sont d’une certaine manière économes sur ce poste de dépense…). Dans l’armoire (ou le placard), certains aiment les housses données par la boutique : uniquement pour les longs repos de contre-saison et pour y placer de l’anti-mite.

Pour le grand nettoyage, la chose de complique. Les grands tailleurs du ‘bespoke’ demandent souvent à leurs clients de rapporter les vêtements pour nettoyage. Le traitement commence par la brosse, puis la brosse humide. Ensuite la fameuse pattemouille entre en jeux. Cette fameuse pièce de tissu des tailleurs est généralement faite d’un grand bout de lainage doublé de coton. La laine va contre la laine. La patte-sèche, appliquée contre la veste est alors humectée et devient pattemouille. Il s’agit de commencer par l’intérieur en doublure, en particulier aux aisselles. Un peu de vapeur pour chasser les résidus n’est pas un mal. Puis côté lainage, la patience est de mise. Comptez une petite heure pour une veste. Celle-ci doit d’ailleurs être disposée sur un coussin tailleur ou œuf, qui est une sorte de grosse masse  rembourrée un peu gauche pour donner le galbe au veston pendant le repassage. On pose la patte-sèche, on mouille, on sèche. Cela fixe les fibres de laine en même temps que la saleté passe dans la pattemouille. Vous pouvez essayer si cela vous amuse. Attention à la vapeur dans ce cas. Les tailleurs font rentrer certains ‘trop pleins’ de laine appelés ’embus’ grâce au poids et à la chaleur du fer tailleur que la vapeur fait ressortir, créant des boursouflures, notamment sur le col.

En moyenne, un costume grande mesure doit être nettoyé une à deux fois l’an. Cela est permis par le grand nombre de pièces qu’ont les élégants assez fortunés pour ce type de service. Le pantalon un peu plus, qui lui est plus facilement rapportable au pressing.

Un costume thermocollé peut subir exactement le même processus. C’est d’ailleurs plutôt conseillé. Non pas que le nettoyage à sec soit particulièrement mauvais (quoiqu’à force, cela abime un peu les laines), mais plutôt le repassage qui est effectué à la vapeur. Celle-ci, par effet mécanique (la puissance du jet et aussi la forte chaleur) va décoller les toiles en quelques mois voire quelques années suivant votre rythme. Mais si vous y allez quatre fois par an, cela devrait tenir très bien le choc. Les pantalons eux peuvent subir un traitement maison. Je n’hésite pas à mettre les miens dans la machine, en cycle laine 10°c. Les fabricants d’électro-ménager ont fait tout de même de gros progrès, et cela ne détruira pas un pantalon. En revanche, vous aurez fort-à-faire avec le repassage, d’ailleurs toujours à la pattemouille pour prévenir le lustrage (effet de laine qui brille à cause de la chaleur). Sinon, si vous ne voulez pas mettre votre pantalon dans un tambour, vous pouvez intégralement le passer sous la pattemouille, ce qui est déjà un excellent nettoyage.

Enfin, il existe un nouveau procédé dans les pressings pour remplacer le perchloroéthylène (solvant) dans les nettoyages à sec qui consiste à utiliser du silicone… Pas eu de retour de cette technologie encore, même si ces techniques me laisse songeur. Patrick Nègre, Pdg d’Universal Music est un des investisseurs des ‘green pressing’, quand on voit ce qu’il porte…

Julien Scavini

8 réflexions sur “La pattemouille

  1. Dexter 17 mars 2011 / 12:29

    Que pensez-vous des presses à pantalon ? Je crois que la température tourne autour de 56° pendant 55mn… ça ne risque pas d’endomager le tissus ? Ne vaut-il mieux pas se contenter d’un bon vieux valet de nuit en bois ?

    • Julien Scavini 17 mars 2011 / 12:54

      Non, quand je parle de presse, il faut comprendre la presse du valet de nuit en bois. Presse constituée d’une planche en bois mobile se collant contre un rembourrage… Le pantalon est pressé, à froid 🙂

  2. Dexter 18 mars 2011 / 08:25

    Ah ? Je ne savait pas que ça existait ? Pourrais-tu nous donner une marque ? Je connaissais Aris (italien) et Corby of Windsor (anglais), mais ce ne sont que des presses chauffantes… ceci-dit c’est peut-être bien les presses chauffantes, non ? Qu’en penses-tu ?

    • Dexter 7 avril 2011 / 09:19

      Oups… une petite réponse siouplé m’sieur 😉 !

      • Julien Scavini 7 avril 2011 / 17:28

        Ah oui pardon. La mienne vient des puces, un modèle année 60. Un valet en bois avec deux planches molletonnée dont une pivotante pour y mettre le pantalon. Aucune idée de marques quelconques.

        Après les presses chauffantes …? ma mère en avait une, je l’ai toujours entendu râlé 🙂

      • Dexter 8 avril 2011 / 10:33

        Ok, merci. Je vais peut-être tester et, au pire, je m’en servirai sans lancer la chauffe 🙂
        En tous cas si je me lance je ferai un retour ici.
        (NB : Corby a fait l’objet d’un article sur PG)

  3. NicK 13 novembre 2013 / 13:26

    Merci pour cet article très précieux.
    Comment faire pour éviter un lustrage des pantalons et chemises au pressing ? Une idée ?

    « un jogging de coton? »
    Oh flûte je suis grillé… :p

    NicK

  4. Aurélie de l'univers du placard 21 janvier 2014 / 12:05

    Le valet de nuit est idéal beaucoup plus esthétique et efficace qu’une chaise. Vous pouvez aller voir notre site nous en proposons à la vente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s