Le haut du pantalon

Cette semaine, suite et fin du tour du pantalon, une pièce ô combien difficile à couper et aux détails si nombreux, et souvent si minimalistes. Je lisais récemment sur un autre blog que le pantalon à plis ne pouvait se concevoir qu’avec des revers. Comme je vous l’ai dit la semaine précédent, il est possible d’ériger des dogmes personnels, c’est une marque de talent, mais il faut bien se garder de les faire passer pour absolu. Le pantalon de jaquette par exemple doit être ample, avec des plis, mais sans revers…

Le haut devant du pantalon peut être parfaitement plat, c’est de loin l’option la plus courante de nos jours, et qui du reste est historiquement la plus valide. Jusque dans les années 20, les pantalons arboraient des devants plats, sans plis, mais en revanche avec beaucoup de bassin, signe stylistique du temps où les hommes étaient dessinés comme des garçonnets. Puis, les années 30 et le mythe du bel homme grand et fort virent arriver les plis, un puis deux puis trois etc. J’ai déjà vu un pantalon 1940 avec un pli faisant 8cm ! (en fait 4 x2 car c’est un repli).

Le vocabulaire est ici important. Je parle bien de plis devant, souvent appelés pinces. C’est un peu la même chose, mais pour avoir les idées claires, je dissocie les termes. Les pinces sont plutôt présentes sur l’arrière, mais alors il ne s’agit plus d’un repli mais d’une couture.

La sobriété du devant sans pli est un avantage indéniable. Les pantalons sans plis font jeune ! Oui, mais ils ont l’inconvénient d’être un peu plus serré et par là même de faire disparaitre le pli central (autre sens de pli ici). Pour un pantalon seul, j’aime mieux. En revanche, avec le costume, avoir de l’aisance : c’est bien !

De nos jours, le pli a perdu de son lustre. Pour ma part, je l’adore, surtout en double, juste histoire d’être à contre courant de la mode. C’est dit ! Le double pli, c’est à dire un gros au niveau du pli du pantalon (1,5cm x2) puis un petit (0,5cm x2) vers la poche. Ils permettent de pincer plus fortement la taille (à la limite un avantage lorsque l’on veut aussi des vestes cintrées) et de donner de l’aisance aux cuisses, surtout en station assis.

Les plis peuvent avoir deux orientations : vers l’intérieur à la française et vers l’extérieur à l’italienne. L’un et l’autre sont discutables. Notons seulement que vers l’intérieur, c’est beaucoup plus classique. Cela crée une belle silhouette, autant de face que de profil. Le profil des pantalons à plis est beau. L’inconvénient est le côté bouffant au niveau de la braguette. La version vers l’extérieur est une invention contemporaine, peut-être bien du prêt-à-porter italien. Elle a l’avantage de lisser la braguette pour ne pas avoir cet aspect bouffant, mais l’esthétique est moins raffinée. Ceci dit, je pense que cette option a été développée car les hommes ‘portent’ maintenant au milieu (logique en PàP). ‘Le poignard’ n’est plus logé à droite ou à gauche. Une explication … ? La pince, dans les deux cas est normalement cousue sur 3cm à partir de la ceinture et se libère plus ou moins progressivement.

La suite. Le pantalon doit avoir un bon bassin. De manière générale, le pantalon ne doit pas être serré. Lorsque je vois les publicités du prêt à porter avec des hommes en costume, j’ai l’impression qu’ils portent des pantalons en stretch. Ça tiraille partout, aux cuisses, aux mollets (cela va de paire avec des pantalons trop courts du reste) et évidemment aux fesses. Et oui, mine de rien, les hommes aussi ont des fesses. Et n’écoutez pas le vendeur vous dire que la poche côté ouvre normalement pour l’aisance, cela n’a rien à voir. S’il n’y peut rien, soit ; mais pas de balivernes.

Généralement, la belle ligne à l’arrière du pantalon veut que le pli parte du plus fort de la fesse en ligne droite jusqu’à la chaussure. Le pli central en ‘droit fil’ structure alors la silhouette. Les fesses ne doivent pas être mises en évidence, les genoux ne doivent pas être à l’étroit et la poche ne doit pas servir de ‘relarge’.

Par ailleurs, abordons l’épineuse question des pantalons taille haute. C’est une sorte de lubie du moment. Il faut bien se retirer une idée de la tête, un pantalon à taille haute sans bretelles, ça n’existe pas. J’ai déjà tenté, bonjour la catastrophe. Car la taille haute correspond aux tissus mous du ventre. Donc debout, pour bien faire tenir le pantalon en place, il faut serrer, pourquoi pas avec des ajusteurs sur les côtés. Mais dès que l’on s’assoie, la ceinture serre horriblement et surtout butte dans les côtes. Bref, cela ne marche pas. Avec ceinture ou side adjusters, il vaut mieux se rabattre sur une mesure de ‘montant’ plus classique, pour arriver juste au dessus des hanches, vers le nombril, voilà la bonne option !

Julien Scavini

17 réflexions sur “Le haut du pantalon

  1. Nicolas 5 mars 2012 / 22:29

    Je n’aime pas le pantalon rentré dans les bottes, mais les assortiments de couleurs de la figurines sont très beaux et très à mon goût. Bravo !
    Pour les pantalons à taille haute une fente en V pratiquée à la jointure arrière de la ceinture soulage la tension sur l’ abdomen.

    Nicolas

  2. wouarnud 6 mars 2012 / 10:50

    Bonjour M. Scavini,

    merci pour cet article. une question : je ne vois pas bien la différence dans la première figure entre le dessin du milieu et celui de droite qui je crois illustrent les pinces simples et double? je ne connais oasis les pinces doubles.

    Amicalement,

    À.

    • Julien Scavini 12 mars 2012 / 17:02

      Oui, en fait j’ai essayé tant bien que mal de représenté 1- sans pli, 2- plis italiens, 3- plis français… Avec un résultat visiblement mitigé 🙂

  3. Paul Grassart 6 mars 2012 / 15:21

    Excellent article comme d’habitude. Une remarque : avec la mode installée depuis longtemps des pantalons portés en taille basse (sur les hanches, voire même plus bas !), on voit désormais appeler « taille haute » des pantalons coupés à la taille naturelle, c’est à dire au nombril. Ce type de pantalon se porte sans soucis avec une ceinture (si on aime la ceinture), même assis.
    Le véritable taille haute remonte jusque dessous les côtes, et effectivement ne se conçoit qu’avec de l’aisance et des bretelles. Ceci dit, c’est un look très années 1940, ou uniforme militaire écossais, et ça ne se voit guère de nos jours.

    Il faut garder aussi en mémoire qu’un pantalon bien coupé et à la bonne taille reste en place tout seul. La ceinture est un accessoire de décoration, elle ne sert pas à tenir le pantalon. Enfin, c’est mon avis en tout cas.

  4. Paul Grassart 6 mars 2012 / 15:24

    Oups, j’oubliais. La jaquette (et les autres tenues formelles) s’est vue accompagnée de pantalons à plis dans les années 1930, car c’était la mode. Mais classiquement, les pièces à taille, étant coupées très près du corps, demandent un pantalon droit, pas trop étroit, mais près du corps quand même. C’est ainsi qu’elles se portaient jusque dans les années 1920, et de nouveau ainsi depuis 1950.

  5. Muskar 6 mars 2012 / 15:37

    Une culotte de cheval est lacée sous le genou. Il ne s’agit donc pas d’un pantalon rentre dans la botte.

  6. h 6 mars 2012 / 19:03

    J’aimerais lancer un petit débat: pantalon à taille naturelle ou sur les hanches pour un costume?
    Moi je répondrais à la taille naturelle, plus confortable, plus élégantes.
    Mais au niveau des hanches ça peut aller surtout quand on a pas les moyens de faire un costume au moins en demie mesure (je suis étudiant (19 ans)). En revanche je ne conçois pas un pantalon porté sur les hanches sans ceinture.

  7. Alex WildeKraft 7 mars 2012 / 19:51

    @h : encore heureux que vous ne le conceviez pas !

    Je vous suis néanmoins sur le manque de moyens évidents dont nous souffrons, étudiants (moi même 20 ans), éternels fauchés.

  8. Guillaume 14 mars 2012 / 14:44

    Bon, ok, on peut arrêter tout de suite avec la mode du « ça n’existe pas » ?

    Sinon je ne suis pas d’accord sur cette théorie : un pantalon taille haute bien coupé reste sur le haut de la taille même sans patte de serrage. Mais effectivement il faut qu’il le soit parfaitement (taillé).

    Merci pour vos articles !

  9. Jean 14 mars 2012 / 18:26

    Bonjour M.Scavini,

    Une petite question suite à cet article fort éclairant : savez-vous où l’on pourrait se procurer un pantalon taille haute en pap ?

    Cordialement
    Jean

    • Julien Scavini 16 mars 2012 / 20:37

      Nul part à priori. Des tailles naturelles, un peu partout, des tailles hautes, nul part.

  10. Le Chiffre 28 avril 2012 / 19:04

    Merci pour cet article très complet et très intéressant, comme d’habitude. J’ai deux questions sur la taille haute : pour vous, est-ce que Cary Grant et Sean Connery, respectivement dans La mort aux trousses et James Bond contre Dr No, portent des costumes avec un pantalon taille haute ou simplement naturelle ? Les deux semblent être portés juste au-dessus du nombril, mais j’aimerai avoir votre avis éclairé… En tout cas, si c’est une taille haute, pour Cary Grant par exemple, le pantalon lui va impeccablement, et aucun des deux ne porte de bretelles.

    Autre question : pensez-vous que la taille naturelle sied mieux à telle morphologie que la taille haute ? Je suis grand et, disons, à l’ossature fine (qui a dit maigre ? :D) et j’adore le style des pantalons des années 40-50, montant haut avec double pinces à la française, mais cela risque un peu de noyer la silhouette… Que conseillez-vous ? Une seule pince peut-être ? Il est vrai que les pinces ne me servent à rien -pas de ventre-, mais les double pinces ont quand même un look superbe… Bref, je ne sais que faire ^^

    • Julien Scavini 30 avril 2012 / 08:27

      Montrez moi des images en liens google, que je vois à quoi vous faîtes allusion?

      Pour les plis, en effet, ils sont d’une importance modérée dans votre /mon cas, au niveau de l’estomac. En revanche, il donne de l’allure et surtout de l’aisance une fois assis. Il faut faire un peu des deux. Chinos classiques quand vous serrez dans un cadre peu élégant où il serait décalé d’être overdressed, pantalons à plis lorsque le moment s’y prête. Pas d’extrémisme, manions plusieurs registres, c’est cela l’élégance.

      • Le Chiffre 30 avril 2012 / 21:51

        En fait sur google il n’y a rien d’assez précis comme images, j’ai des captures d’écran qui sont bien mieux. Je peux vous les envoyer par mail si vous le souhaitez – mais je n’ai pas vu votre adresse indiquée sur le site.

  11. Le Chiffre 27 juin 2012 / 11:16

    Bonjour, vous dites que « La version vers l’extérieur (des plis) est une invention contemporaine, peut-être bien du prêt-à-porter italien. » On voit pourtant ces doubles plis vers l’extérieur sur de nombreux costumes, et même smokings, des années 30 -je pense à des films américains surtout. J’ai l’impression que les plis à la française font plus européens, et ceux à l’italienne plus américains, mais bon… Quelqu’un connaît-il leur exacte origine ?

    • Julien Scavini 2 juillet 2012 / 16:31

      ah tiens, je n’en ai jamais vu sur des modèles anciens. Soit, on ne peut pas tout savoir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s