Lecture et penderie

Un article un peu différent des autres ce jour, où je voudrais vous faire part de deux points. En premier lieu je souhaite vous présenter Une Histoire de l’Elegance Masculine, une chronique de la célèbre maison Gieves & Hawkes. Écrit par un collectif de personnes, dont Simon Crompton (qui en fait de participation livre une page sur les deux cent quarante que compte l’ouvrage!), le livre est plein de promesses. La couverture est superbe, le costume qui est représenté aussi. Le format est généreux, type beau-livre, bien loin des chiches dimensions du mien et le prix (75€ tout de même) distille une certaine idée de qualité. C’est donc plein d’entrain que j’ai attaqué, car le mot n’est vain en l’occurrence, la lecture de ce pavé lourd et encombrant.

Une histoire de l’élégance masculine. Rien que ça. Mis en avant dans les rayonnages des grandes librairies, je m’attendais à une somme encyclopédique sur le sujet. Peut-être aurais-je le plaisir de lire un autre Des Modes et Des Hommes, l’ouvrage de référence pour qui s’intéresse à la mode masculine. Il y a l’histoire stricte d’un côté, Des Modes et Des Hommes en est un bon exemple. Il y a une autre façon d’aborder le vestiaire masculin, par exemple en dressant une étude stylistique et purement conventionnelle, à la manière d’un guide de bonne manière. L’Eternel Masculin est l’exemple parfait de cela même si le côté historique est moins marqué.

Il y avait donc deux solutions pour aborder ce thème de l’histoire de l’art très rarement mis en lumière de manière intéressante et didactique. Et Une Histoire de l’Elégance masculine n’entretient avec ces deux ouvrages qu’une relation de titre. Purement et simplement.

Ainsi, l’ouvrage constitué de différents articles d’une vingtaine de feuillets chacun n’est que la chronique ordinaire et soporifique du développement de différents petits tailleurs qui donneront naissance à la fin du XXème siècle à la ‘si grande’ maison Gieves & Hawkes. Sous couvert d’un titre extrêmement pompeux, le livre n’est en fait qu’une vulgaire plaquette publicitaire. Et encore, pas la meilleure.

Les articles font rapidement tomber dans l’ennui le plus émérite des gentlemen. Je n’ai absolument rien appris dans cet ouvrage (à part peut-être l’histoire du casque colonial ou du gilet gonflable !). Je n’ai rien appris de l’histoire de l’élégance masculine et je n’ai rien appris de l’histoire du tailleur. Je n’ai pas non plus appris comment on faisait un costume chez Gieves & Hawkes. Quelle coupe, quelle philosophie, qui sont les coupeurs, les façonniers etc… Là dessus mystère !

Les articles ont par ailleurs le défaut d’une bonne partie des ouvrages écrits par les anglais, dont ceux du sympathique James Sherwood, ils ne parlent que de monarchie ! Ainsi, au fil du texte sont égrainés les noms des rois successifs, de leurs cousins, petits neveux, grands oncles etc… si bien qu’il faut un arbre généalogique sous le coude pour bien suivre. Savoir que tel duc ou tel baronnet faisait faire ses vêtements chez G & H. ne présente aucun intérêt et rend la lecture difficile.

Le seul intérêt de l’ouvrage, ce sont les photos. Le prince Charles en veste de brousse, son grand oncle le Duc de Windsor en culotte de cheval, les amiraux britanniques et quelques huiles diverses et anciennes. Mais il faut encore dire hélas. Hélas car toutes les photos ne sont pas belles. Par exemple, la quasi totalité des photos réalisées spécialement pour l’ouvrage à partir de création d’aujourd’hui présentent des mises d’une vulgarité et d’une superficialité extrême (la jaquette et la queue de pie sont affublées d’accessoires hideux, les vestes et pantalons sont trop courts, les couleurs ne font pas envie etc…). Rien dans les propositions ‘maison’ n’a attiré mon attention en dehors du costume de la couverture et du manteau de la quatrième de couverture.

Ainsi, je suis ressorti de cette lecture de manière indifférente. Et c’est bien dommage. Ne dépensez donc pas l’argent qui vous est demandé pour ces pages. Feuilletez le à la Fnac, vous en saurez autant !

Par contre, si vous souhaitez un ouvrage très historique et érudit, je vous conseille de chercher So British aux éditions du Regard. Ce livre raconte l’histoire et l’ascension du grand magasin Old England. Là aussi un livre de commande à visée commerciale, mais une réussite qui dépasse le sujet, richement illustré.

https://stiffcollar.files.wordpress.com/2009/12/separateur-texte.gif?w=153&h=12&h=12

En seconde partie de cet article, je présente quelques photos de ma penderie. Pour une émission que je prépare, la styliste voulait voir quels ‘look’ j’allais adopter. Si je n’avais à l’origine aucune envie de me livrer à cet exercice ruinant irrémédiablement l’entrain de la découverte d’un nouveau jour pour tout gentleman qui se respecte, je suis assez heureux de ma démonstration.

L’idée de remuer ma penderie pour me livrer à cette promenade stylistique faisant tâter de manière pesante l’étonnante vacuité qui étreint chaque homme élégant ne m’enthousiasmait guère. Un travail qui met en exergue un goût dispendieux pour l’inutile qu’est la beauté… Mais j’ai du m’y résoudre.

Et j’y ai pris un malin plaisir au final. Voici donc le résultat (partiel) de mes travaux. J’ai essayé de proposer de la variété, d’accorder les couleurs de manière simple, pour montrer au débutant que la complication n’est pas obligée. Une chemise bleu ciel, une autre rayée, une blanche, quelques cravates et le tour est joué. Cela illustre le clacissisme dont je parle toujours ici, qui avec un peu de goût et de patience peut être certes simple mais enjoué.

Côté costume. J’ai essayé de garder des chemises simples et de chercher dans les cravates un accord direct de couleur, soit la cravate contient un peu de marine/ gris ou de noir, soit elle contient les deux couleurs pour faire le lien chemise/ costume. Toujours avec souliers noirs.

Côté ‘sport’. Je essayé d’illustrer les propos développés précédemment sur le blog. J’ai adjoint les souliers.

Bonne semaine. Julien Scavini

14 réflexions sur “Lecture et penderie

  1. Antonin 9 mars 2015 / 15:50

    Effectivement l’Histoire de L’Elegance Masculine était un vrai déception. Derrière un titre si large, se cache en réalité un ouvrage d’autopromotion de Gieves and Hawkes… Après une si belle couverture, quel dommage.

  2. Blaise 9 mars 2015 / 21:58

    Quels sont selon vous les ouvrages a avoir qui font reference sur l’elegance masculine « actuelle » ? En version papier ou electronique.
    J’ai sur ma tablette « guide du style et de lelegance masculine  » de Charley Dupré, que je trouvais pas mal. « Encyclopedia of mens’ clothes » de Andy Gilchrist, plus gros, mais qui m’a. Beaucoup moins appris.
    Que pensez vous de « L’éternel masculin » et « Dressing the Man: Mastering the Art of Permanent Fashion  » ?

    • Julien Scavini 10 mars 2015 / 11:37

      L’eternel masculin est très bien. Dressing the man n’a à mes yeux aucun intérêt. Mais ce n’est que mon avis.

      • Yves 17 mars 2015 / 15:56

        Bonjour Julien,

        Je vais probablement me commander l’éternel masculin, sur votre recommandation.

        Mais pourquoi Dressing the Man n’a-t-il aucun intérêt à vos yeux ? Je le trouve plutôt pertinent pour les règles de bases « classiques », les accords de motifs, etc.
        J’ai aussi le bouquin d’Antongiavanni « The Suit » qui offre lui un traitement intéressant.

      • Julien Scavini 20 mars 2015 / 09:18

        Il l’est mais je n’aime pas trop la mise en page et le papier… Je trouve par ailleurs plus intéressant à lire L’Eternel Masculin. C’est assez assommant en fait de lire poourquoi tel rayure va avec telle autre etc… Un simple ressenti peut-être, l’ouvrage demeurant une référence !

  3. bienluienapris 9 mars 2015 / 22:22

    Je suis heureux de voir un Fair Isle dans votre penderie. C’est un motif classique, mais qui aujourd’hui choque passablement de monde, même chez les initiés. Pourtant j’aime le porter de temps à autres avec un tweed et un pantalon de flanelle, je lui trouve un côté désuet et champêtre, un côté seigneur se promenant sur ses terres, et cela peut-être très chaud également.

    • NicK 10 mars 2015 / 16:20

      Il fallait bien que BLEAP en rajoute sur ses pull de montagnard !(ironie inside)(private joke indeed) :p

  4. Pierre Cl 9 mars 2015 / 23:00

    Bonjour monsieur,
    Pourrais-je vous demander la provenance de votre pull over rouge dont le col V est très échancré ? S’agit-il d’une de vos créations ? Cela fait plusieurs mois que je recherche (en vain !) ce type de col échancré.
    Félicitations au passage, pour vos articles et vos illustrations !

    • Julien Scavini 10 mars 2015 / 11:36

      Woolovers 😉 Un très bon faiseur, une laine d’agneau solide. (unisexe)

  5. NicK 10 mars 2015 / 16:24

    Bonjour monsieur Scavini.
    Partie costume : Classique, sobre et de bon goût (SBG). Je regrette néanmoins peu de prise de risques. 😉 [les souliers noirs font un peu tristounes]
    Partie sport : j’apprécie particulièrement « retour de tennis ». J4ai l’impression de voir paraître plus votre personnalité dans cette partie.

    Merci pour l’exercice.
    A bientôt,
    NicK.

    • Julien Scavini 11 mars 2015 / 11:06

      Je me dis la même chose des tenues ville. Il me faut essayer dans le futur des tissus un peu moins unis. Tenter des choses. Mais sur les souliers noirs, je reste intraitable 🙂

      • NicK 11 mars 2015 / 12:52

        Je le sais bien que vous êtes intraitable sur les souliers noirs dans ce contexte. 🙂
        Certains forii n’ont pas la même vision mais j’apprécie ces différents points de vue. (j’ai plein de souliers noirs pour le travail et je les apprécie)(mais j’aime changer de temps en temps et, heureusement, je ne suis pas dans un travail « fermé » sur le volet vestimentaire)
        D’ailleurs je tiens à vous remercier de m’avoir conseillé la boutique Kimono où j’ai trouvé de belles cravates et pochettes à mes costumes. 😀

        NicK.

  6. Le Chiffre 12 mars 2015 / 01:55

    Mais ! Qu’est-ce donc ?! Une penderie sans costume noir et cravate noire ?! Mais qu’a dû penser notre styliste ?! 😉

  7. Alan 29 mars 2015 / 22:56

    Je vous avoue avoir beaucoup de mal à trouver des costumes en flanelle. Auriez-vous peut-être une maison à recommander en PAP?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s