Jacques Chirac

Jacques Chirac, ancien Président, ancien Premier Ministre, ancien Maire de Paris, ancien chef de parti politique a trusté les médias durant de très nombreuses décennies. Sur le plan politique, c’est un euphémisme de dire qu’il nous enthousiasmait de manière très variée et cyclique. Combien de fois fut-il porté aux nues, combien de fois aussi fut-il détesté? Son second quinquennat est plus frais dans ma mémoire. Et je me souviens d’une détestation farouche, et de tous les bords! Mais plus on oubliait l’animal politique, plus on appréciait l’Homme. Curieux pays où l’on élit des politiques pour les détester aussi vite, à un rythme d’ailleurs toujours plus soutenu.

Ainsi, avec le temps, le bon Chirac, celui des pommes, de la bière et du cul des vaches est resté. Cette image, loin d’être abimée par les Affaires et les tromperies multiples, s’est amplifiée à mesure que l’homme apparaissait inexorablement plus faible aux terrasses de Saint-Tropez. Une sorte de papy-gâteau, toujours un œil dans les décolletés. Comment ne pas trouver cela charmant?

Si bien, et c’est absolument ahurissant, que Jacques Chirac est devenu une sorte d’icône chez les jeunes.. Son bilan? Qu’importe, c’était un bon Président car c’était un Président cool. Sa ringardise? Elle devenait la marque de fabrique et l’excuse à tout. Il devenait dans l’imaginaire des jeunes une sorte de hipster, maître étalon du cool. Combien de magazines ont titré sur cette icône du style, pour à la fois se moquer, faire du papier, et rattraper les faiseurs de t-shirt aux business florissants. Voyez plutôt :

Je n’irai pas jusqu’à dire que Jacques Chirac était une icône du style. Mais il illustre en revanche extrêmement bien la citation de Chanel « la mode se démode, le style jamais« . Il avait un style, indéniablement. Le style des bons tailleurs et des maisons discrètes. Rien de tapageur chez lui, mais de la prestance. C’est si facile lorsque l’on est grand. Amusons-nous à regarder des images.

 

A 30ans, à peine sorti de l’ENA, il commence son parcours dans les Ministères et au cabinet du Premier Ministre. Comme je l’avais trouvé avec amusement durant ma recherche sur Roissy, il fut en sa qualité de chargé de mission pour la construction, les travaux publics, et les transports, en charge du futur grand aéroport. Cette jeunesse active, en plein années 60 Pompidoliennes, l’amène à s’habiller avec un chic strict. Le costume trois pièces se porte encore un peu, il en profite. Cela allonge les lignes. Un jeune beau aux dents longues qui veut compter et se rendre utile en coulisse.

JC2

JC7

Avec une rapidité stupéfiante et peu d’expérience politique, il réussit à prendre à la gauche une circonscription en Corrèze, contre l’avis de son entourage politique qui l’aurait mieux vu à Paris.

JC6

BIO CHIRAC-DINER

Puis, sans perdre de temps, les nominations s’enchaînent, jusqu’à l’une des plus importantes, Matignon. Avec le Président Giscard d’Estaing, les rapports toutefois se tendent. On bascule alors dans les années 70. Les costumes s’étoffent, les lignes s’élargissent, les revers s’épanouissent. Il abandonne la veste trois boutons pour deux, le costume bleu en dessous (photo couleur) est sublimement coupé. Le gilet dure encore. Toujours sur cette photo, admirez le costume de Giscard. Henry Poole parait-il? Quelles lignes aussi!

JC5

JC4

JC9

JC15

Les hommes sont chics à cette époque. En particulier Jacques Chaban-Delmas que Jacques Chirac a poignardé dans le dos pour faire élire Giscard. Chaban et sa toujours discrète pochette blanche.

JC10

Puis c’est l’époque Mairie de Paris. Puis François Mitterrand arrive au pouvoir. Arrive la première cohabitation. Jacques Chirac devient Premier Ministre une nouvelle fois. C’est les années 80, le costume croisé est à la mode, les lignes sont basses, les épaules larges.

Lors du second septennat de François Mitterrand, la cohabitation se reproduit. Cette fois-ci, Jacques Chirac laisse le champ libre à son ami d’alors et fidèle conseiller, Edouard Balladur. Du pain-béni pour ce dernier. Encore un grand moment vestimentaire. Ci-dessous, Jacques Chirac porte ce qui ressemble à un costume Cifonelli : boutonnage bas et rapproché, revers un peu ventru, épaule qui tourne vers l’avant. Edouard Balladur va chez Henry Poole parait-il alors.

JC13

JC12

 

A la suite d’une campagne qui déchira la droite et fit sortir un honorable porteur de chaussettes rouge du tableau politique, Jacques Chirac remplace un François Mitterrand malade, dont la veste est admirable ci-dessous. Cifonelli parait-il aussi.

JC8

Edouard Balladur ne sort pas tout à fait du champs politique. Il conseille toujours. Ses vestes à poche ticket faisaient tiquer les ploucs.

JC11

Pendant ce temps là, les pantalons de Jacques Chirac ne cessent de monter, caractéristique de la taille haute sur les hommes minces. Comme Sean Connery ou Roger Moore. On ne distingue par toujours les mêmes lignes sur ses costumes. Tantôt ils sont bien coupés, tantôt ils sentent le prêt-à-porter italien un peu ample.

JC14

Puis la cohabitation revient, à l’envers cette fois-ci. La gauche avec Laurent Fabius ou Roland Dumas avait habitué à l’élégance, pochettes et souliers cirés. Dommage, Lionel Jospin n’avait pas ce goût. Jacques Chirac reste digne et sans tapage.

JC3

Le second mandat du Président Chirac est marqué par un affadissement du style. Lionel Jospin l’avait bien dit « il est fatigué, usé« . Les costumes deviennent un peu grand pour l’homme. Mais les pantalons montent encore, soutenus par d’inénarrables ceintures étroites, genre l’Aiglon, parfois en cuir tressé. Et ses veste arborent d’étranges revers, sorte de style Smalto raté. Je pense à du Charvet, son ami Charles Pasqua l’y avait peut-être amené?

JC20

JC19

JC18

Parfois, les cravates de Jacques Chirac était longues. Il les coinçait alors dans sa ceinture. C’est commode et hilarant. Mais sur d’autres photos, on découvre des cravates visiblement sur-mesure.

JC16

 

J’en ai terminé avec cet inventaire photographique.

Jacques Chirac, non, n’était pas une icône de style. En revanche, il a toujours su ce que la dignité voulait dire. En même temps, ce n’est pas un homme figé dans une mode que l’on découvre, mais au contraire, un homme qui évolue au fil des modes. Ce qui perdure, c’est son style et sa manière d’être, au delà des modes. Sa fille avait bien essayé de le moderniser, en lui enlevant les lunettes en écaille de chez Bonnet par exemple. Mais il est resté fidèle à ses grands pantalons et ses épaules larges. Il n’était pas fade comme les Président ensuite, qui ont même peur de la couleur de leur cravate et doivent demander un sondage sur leur coiffure. Marine, marine, marine, scandent-ils, seule tonalité de leurs costumes. Toujours est-il que Jacques Chirac était d’un genre hors-du-commun, il faut bien le reconnaitre.

 

Bonne semaine, Julien Scavini

4 réflexions sur “Jacques Chirac

  1. Landry Quenum 30 septembre 2019 / 21:13

    Merci Julien.

  2. Julien Morvan 5 octobre 2019 / 17:10

    Merci pour cet article !
    A quand le regard d’un tailleur expérimenté comme vous sur le style d’Edouard Balladur ? 🙂

  3. julienmorvan 5 octobre 2019 / 17:11

    Merci pour cet article !
    A quand le même, avec le regard d’un tailleur expérimenté comme vous, sur le style d’Edouard Balladur ? 🙂

  4. Mickaël Guyot 12 octobre 2019 / 12:28

    On se moque souvent du pantalon porté très haut par Chirac, mais il était en avance sur la mode ! Après dix ans de taille basse on revient à une taille plus haute, voire très haute chez les femmes.
    Pour un homme ayant du ventre, comme l’était le regretté Jacques Chirac, la taille haute n’est-elle pas plus appropriées ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s