Gatsby Le Magnifique, Part. 3

Si j’ai eu grand plaisir à extraire du film Gatsby cette foule d’image, il en va autrement de mon appréciation du film. Je l’avais vu il y a plusieurs années sans en garder un souvenir impérissable. Ce n’est pas pour moi l’apothéose du cinéma. La faute je pense à une histoire simple et pas évidente à matérialiser à l’écran. A l’écrit, le suspense sur le personnage principal demeure puis l’action se déroule avec un certain rythme. Filmé, tout le mystère s’évapore dans une débauche d’effets visuels.

L’écueil fut le même avec le film de  Baz Luhrmann en 2013. DiCaprio ne suffisait pas à rendre l’histoire palpitante. Malgré une débauche extravagante de moyens techniques. J’ai peu aimé les deux films, d’autant plus qu’au fond l’histoire est sinistre et que les films laissent un goût de cendre dans la bouche. En plus, dans le plus récent opus, si les femmes étaient intéressantes par leurs costumes, pour les hommes, ce fut loin d’être le cas, la faute à une allure chiche que l’on aurait pu croire sponsorisée par Tati. Franchement, DiCaprio, avec ses costumes ivoire et ses souliers en simili fabriqués à Roubaix, manquait tout simplement… de goût. Ce qui n’aidait pas.

Vous me direz alors, pourquoi ces deux gros articles si le film n’en vaut pas la peine ? Eh bien je ne sais pas trop. Ralph Lauren a fait un travail formidable, je le redis. Visuellement, c’est superbe. Cette grande allure distillée à chaque image supporte tout le film, et l’histoire même. Le film vaut le détour pour ça.

Mais en même temps comme dirait le Président, je ne peux m’empêcher de penser à la fausseté des habits. Si l’impression générale est délicieusement surannée, les visuels particuliers n’ont rien de 1925, n’ont rien d’authentique. Tout sent affreusement le kitsch des années 70. On pourrait voir apparaitre Nixon à l’image et une Cadillac Eldorado, que l’on serait à peine choqué. Dès lors je trouve plus de charme à un bon vieux Columbo plutôt qu’à ce Gastby.

Comme je l’avais dit pour Titanic, un costumier n’est pas obligé d’être dans l’époque de manière authentique. Son but est de donner une impression, une couleur visuelle au film. Il ne fait pas un travail d’archéologie. Je le concède mille fois. Mais dans ce Gatsby, il y a peut-être à l’inverse trop de Ralph Lauren. C’est presque une démonstration de style, une démonstration de son savoir et de ses possibles. En cela, Hercules Poirot sous le soleil dont j’ai parlé ici était presque plus authentique. 1970 aussi, mais plus authentique.

Car peut-être, l’esthétique visuelle de Ralph Lauren dans ce Gatsby est trop apprêtée, trop stylisée. Trop cuite et recuite. Il manque un petit côté boiteux, mal fichu, ridicule, pour faire ressortir le beau. Tout est trop sur le même ton. Tout est trop léché. Peut-être au fond, faudrait-il qu’un réalisateur porte un Gatsby à l’écran avec moins de moyen, moins de tapage, pour en faire plus ressortir l’essence, celle d’une société américaine depuis longtemps malade d’elle-même, malade de son ivresse de puissance et de réussite. Malade aussi de sa misère et de la déliquescence de ses mœurs malgré une façade toujours ripolinée. Malade enfin et surtout de son argent facile.

Il y a tout ça dans Gatsby à l’écrit. Pas seulement des fêtes et des vêtements. Ce que les deux films n’arrivent pas à faire ressortir avec force.

Gatsby de 1974 est un bon film. Peut-être un grand film. Un grand classique, en revanche probablement pas. C’est un film d’époque. Qui comme tout les films d’époque s’est fait doubler par un remake. Imagine-t-on un remake à Autant en emporte le vent ? Probablement pas. Et encore moins d’ailleurs depuis sa partielle censure.

Gatsby fut un divertissement fait pour en mettre plein les yeux. Et il a réussi parfaitement.

Bonne semaine, Julien Scavini


PS : Je me suis amusé pour le plaisir à imaginer un autre Gatsby, et un autre Nick Carraway, avec une différence d’age plus marquée. En 1925, les lignes du costumes contemporaines sont là. Les pantalons sont un peu larges et mous, sans pince. Les vestes sont une peu longues et molles aussi. Les plus dandys demandent des épaules très étroites (dites rentrées) à leur tailleur. Les années 30 apporteront définitivement l’idée d’une ligne et d’une allure, qui n’existe pas encore.

Les couleurs sont plus sombres que ce que laisse croire Ralph Lauren. Je me suis inspiré de photos d’époque, plus précisément de Calvin Coolidge, Président des USA de 1923 à 1929, pour dessiner les deux hommes.

Version été. Version hiver. Gatsby porte un faux-col, ce qui me semble plus juste. Nick un col boutonné mou, déjà à la mode aux USA.

Une réflexion sur “Gatsby Le Magnifique, Part. 3

  1. HUBERT 6 octobre 2020 / 09:01

    Merci pour ce joli texte Belle journée

    >

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s